Portrait de bibliothécaire : Mouna Wassifi

Leurs visages ne vous sont pas inconnus car vous les croisez au quotidien à la BULAC et dans le Pôle des langues et civilisations. À l’occasion du dixième anniversaire de la BULAC, découvrez une série de portraits des professionnels de la bibliothèque.


Questions à… Mouna Wassifi, contractuelle étudiante

Mouna Wassifi est contractuelle étudiante à la BULAC depuis janvier 2020, vous la croisez souvent en soirée et le samedi !

Mouna Wassifi dans les magasins de la BULAC (Claire Camberlein / BULAC).

Quel est votre parcours ?

Après un baccalauréat littéraire, j’ai commencé une licence de Langues – Littératures et Civilisations Étrangères et Régionales (LLCER) en arabe à l’université Lyon III. La première année, appelée année 0 ou année d’initiation, m’a permis de consolider les quelques bases que j’avais acquises en arabe (lecture et écriture) en amont. J’ai effectué ma troisième année de licence à Lille, où j’ai pu suivre une option professorat des écoles. Ensuite, via Campus France, j’ai pu aller au Liban durant une année de césure grâce à l’obtention d’une bourse arabisante. J’ai ainsi étudié une année entière à l’Institut Français du Proche Orient, où j’ai suivi des cours de langue (arabe littéral et dialectal syro-libanais), de civilisation et de littérature en arabe. J’ai ensuite postulé sur deux masters, à la Sorbonne et à l’Inalco, et j’ai choisi l’Inalco puisque le parcours proposé correspondait davantage à mes attentes. J’ai donc commencé en septembre 2019 un master spécialisé en littérature arabe moderne. J’ai alors étudié la thématique de l’espoir dans la littérature syrienne à partir de 2011, en me concentrant sur deux auteurs : Omar Youssef Souleimane1 et Atab Ahmed Shbib. C’est un sujet qui appelle à la fois une analyse littéraire et stylistique mais aussi sociologique et philosophique. Le deuxième auteur n’est pas connu et ses écrits ne sont pas accessibles à la BULAC. Bien que ce master soit une belle expérience, cela m’a permis de me rendre compte que je ne voulais pas faire de la recherche.


Depuis quand travaillez-vous à la BULAC ?

J’ai postulé pour la première fois à la BULAC en septembre 2019 à mon arrivée à Paris, et j’ai été embauchée pour le début du deuxième semestre, en janvier 2020, suite à un entretien avec le chef de l’équipe Accueil et Mickaël Hamelin, chargé des contractuels étudiants.

Le travail à la BULAC me plaît beaucoup. J’aime pouvoir aider les lecteurs dans leurs recherches, et l’univers des livres me plaît énormément. En outre, la BULAC propose des collections orientales, et j’aime les langues étrangères ! Je me suis décidée à passer les concours du monde des bibliothèques l’année dernière ; je les retente cette année également en même temps qu’une préparation à l’agrégation d’arabe que je suis à la Sorbonne. Si je réussis les concours, je me verrais bien à un poste de gestion de collection dans le domaine arabe.


Mouna Wassifi lors du prélévement d’ouvrage en magasin (Claire Camberlein / BULAC)

Quelles sont vos missions en tant que contractuelle étudiante ?

Les contractuels étudiants s’occupent principalement de l’accueil du public, mais aussi du rangement, du reclassement, du prélèvement des ouvrages demandés par les lecteurs et conservés en magasin, et de la gestion des carrels.

Qu’est-ce qui vous intéresse particulièrement dans le fait de travailler à la BULAC ?

Ce qui me plaît le plus, c’est le contact avec le public et les livres. Cela me permet également de gagner en expérience et de découvrir plusieurs facettes du métier, grâce au contact avec les autres collègues. On n’est jamais au même poste, et on fait parfois des formations très intéressantes. Par exemple, j’ai été formée en 2019 au découronage*, que j’aime beaucoup pratiquer. Enfin, travailler à la BULAC permet d’être en contact direct avec un grand nombre de langues et de personnes qui les étudient, c’est très stimulant !

Et le moins ?

Je n’aime pas beaucoup faire du reclassement*… c’est très physique !


Un glossaire pour s’y retrouver !
  • Découronnage : on parle d’un livre « non coupé » ou « découronné » quand les bords ne sont pas rognés, et qu’il faut encore séparer certains feuillets pour les lire. Cela se fait à l’aide d’un coupe-papier ou d’un instrument similaire. 

Avez-vous un livre à nous faire découvrir dans les collections ?

J’ai beaucoup aimé Le promeneur d’Alep de Niroz Malek, un écrivain kurde syrien. Ce roman raconte le témoignage poétique et bouleversant d’un écrivain plongé dans la guerre en Syrie. Je n’ai pas pu retenir mes larmes en lisant ce livre : c’est poignant et magnifique. Cet ouvrage est traduit en français et disponible à la BULAC.

J’ai aussi beaucoup aimé le roman de Khaled Hosseini intitulé Mille soleils splendides qui raconte l’histoire bouleversante de deux femmes dont les destins s’entremêlent dans un Afghanistan tiraillé.


Avez-vous participé à un événement de l’action culturelle à la BULAC ? Pouvez-vous nous en parler ?

Je travaillais à la BULAC le soir où il y a eu la Nuit de la Lecture sur Nasr Eddin Hodja et j’ai adoré l’ambiance qui régnait dans la bibliothèque. J’ai aussi beaucoup aimé une représentation de la chorale de l’Inalco, à laquelle j’ai assisté dans l’auditorium du Pôle des langues et civilisations.


Votre endroit préféré de la bibliothèque ?

J’adore les magasins, que les lecteurs ne connaissent pas, mais aussi les salles de lecture où je découvre plein de livres intéressants notamment pendant les plages de rangement ! Une fois, en rangeant des livres, je me suis rendue compte que Le Petit Prince d’Antoine de Saint-Exupéry était disponible à la BULAC dans plusieurs langues, notamment en kurde que j’ai commencé à étudier en M2 en option. J’ai trouvé cela magnifique !


D’autres choses que vous voulez partager avec nous ?

J’aime beaucoup l’ambiance qui règne au sein de l’équipe des contractuels étudiants, cela fait plaisir d’échanger avec des étudiants qui s’intéressent à de nombreuses langues !


Mouna vue par ses collègues

À l’instar de tous les contractuels étudiants de l’équipe, Mouna est indispensable à la vie de l’établissement ! Nous avons le plaisir de partager avec elle les plages de service public. Toujours souriante et impliquée, elle a à cœur l’accueil de nos lecteurs. C’est une vraie chance de travailler à ses côtés et de partager de bons moments ! Nous lui souhaitons le meilleur pour la préparation de ses concours !

  1. Son dernier roman, Le dernier Syrien, est disponible à la BULAC. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search