Portrait de bibliothécaire : Arzu Mohammed

Leurs visages ne vous sont pas inconnus car vous les croisez au quotidien à la BULAC et dans le Pôle des langues et civilisations. À l’occasion du dixième anniversaire de la BULAC, découvrez une série de portraits des professionnels de la bibliothèque.


Questions à… Arzu Mohammed, pôle Médiation, équipe Accueil, chargée de la logistique des salles et de la circulation des documents

Après avoir travaillé dans une bibliothèque de Londres et dans le réseau de la Ville de Paris, Arzu Mohammed a intégré l’équipe Accueil de la BULAC en octobre 2018.

Arzu Mohammed à la BULAC (Maxime Ruscio / BULAC).

Arzu Mohammed en quelques lieux et dates 

Après mon baccalauréat, j’ai entamé en 2011 un double cursus à l’Inalco : une licence en sciences sociales avec une spécialité en civilisation coréenne en même temps qu’une licence en économie internationale. J’ai ensuite continué en master de sciences sociales avec un sujet de mémoire sur les rapports entre traditions et modernité et sur la manière dont les traditions sont manipulées pour s’adapter au processus d’occidentalisation dans les sociétés postcoloniales.

C’est un processus que j’ai trouvé très intéressant à étudier, en raison de mes origines indiennes. Au cours de mon année de M2, j’ai été acceptée pour un semestre d’échange à la SOAS à Londres, mais des raisons personnelles m’ont empêchée d’y terminer mon année. J’ai tout de même décidé de déménager dans la capitale britannique, et j’ai pu faire du volontariat de manière ponctuelle à la Wiener Holocaust Library, une bibliothèque de petite dimension qui accueille principalement un public d’initiés. J’ai pu confronter les différences qui existent, entre la France et l’Angleterre, dans l’approche des missions des bibliothèques, moins cloisonnées outre-manche. Par exemple, l’accueil du public allophone est profondément ancré dans les missions de la bibliothèque, de sorte que la pratique des langues étrangères fait partie de facto des missions des agents. En France, ces services commencent à se mettre en place, souvent sous la forme d’ateliers de FLE (Français Langue Étrangère) ou d’ateliers de conversation.

Après mon retour de Londres, j’ai effectué un service civique dans deux médiathèques de la Ville de Paris, le premier à la Bibliothèque Jacqueline de Romilly, le second à la Bibliothèque Václav Havel. J’y ai accueilli un public allophone diversifié, j’ai organisé des ateliers de conversation en français, monté des partenariats avec des associations de quartier et tenu des permanences pour les personnes réfugiées qui avaient besoin d’aide dans leurs démarches administratives. Cela allait au-delà des missions que l’on identifie habituellement pour les bibliothèques, de sorte que cela m’a fait réfléchir à l’importance de répondre aux besoins du public et d’aller à la rencontre du plus de personnes possible.


Depuis quand fréquentez-vous la BULAC ?

Arzu Mohammed au rez-de-chaussée de la BULAC
(Maxime Ruscio / BULAC).

Avant de débuter mes études universitaires, je fréquentais surtout les médiathèques du réseau de Plaine Commune, qui ne possèdent pas les mêmes collections et ne sont pas destinées aux mêmes publics. La BULAC est la première bibliothèque universitaire que j’ai fréquentée, l’année de son ouverture (elle était encore en travaux à mon arrivée à l’Inalco !) La bibliothèque était impressionnante, et c’est à ce moment-là, du haut de mes 18 ans, que j’ai décidé que je voulais être bibliothécaire… Auparavant, je me voyais travailler dans le milieu de la traduction ou de l’interprétariat, puisque je maîtrise plusieurs langues (français, anglais et hindi/ourdou qui sont mes langues maternelles, allemand, italien et coréen). La BULAC est le seul endroit sur Paris où l’on peut accéder à des ressources aussi riches et diversifiées : j’ai vraiment été fascinée par les collections, et admirative des personnes qui y travaillent.


Comment avez-vous intégré l’équipe ?

Pendant mon service civique à la Ville de Paris, j’ai envoyé une candidature spontanée et le chef de l’équipe Accueil m’a répondu en me proposant un poste, celui occupé précédemment par Fanny Hocdé.


Quelles sont vos principales missions à la BULAC ?

Au sein de l’équipe Accueil, je suis en charge de la logistique pour les salles de lectures (inventaire et réassort du matériel, des fournitures et des supports de communication) de la reprographie (médiation entre le prestataire et la BULAC, gestion des espaces reprographie), mais aussi des prêts de matériel (câbles éthernet, ordinateurs portables). Je fais également partie des personnes qui répondent aux messages adressés à contact@bulac.fr, et suis quelquefois en renfort derrière l’adresse quitus@bulac.fr. Je peux également être amenée à m’occuper du planning en l’absence de mes collègues Lionel Lambin et Mickaël Hamelin. Enfin, je m’occupe des remboursements (ouvrages perdus, endommagés, ou remboursement pour la reprographie). À côté de ces missions, je fais environ 12 heures de service public par semaine.


Vous projetez-vous sur un autre poste ?

Le côté positif c’est que l’on me fait confiance de sorte que je suis autonome sur mes missions. Celles-ci sont toutefois répétitives et éloignées des compétences que je pourrais mettre en œuvre au sein de la bibliothèque. J’aimerais pouvoir utiliser davantage les langues que je parle auprès d’un public allophone par exemple. M’occuper d’un fonds documentaire me plairait car je serais davantage en contact avec le livre, de même que participer au service public de manière plus large, comme à l’action culturelle par exemple. Je suis toujours volontaire pour d’autres missions. J’ai par exemple participé à la sélection d’ouvrages « Penser l’Inde », présentée au printemps dernier sur les étagères du rez-de-chaussée. D’ailleurs, nombreux sont les collègues qui, par leurs parcours, peuvent participer à l’action culturelle de cette manière-là !

Étagère thématique « Penser l’Inde » (Maxime Ruscio / BULAC).

Si vous pouviez changer quelque chose à la bibliothèque, que feriez-vous ?

Je pense que nous pouvons améliorer l’accueil du public allophone, public naturel de la BULAC. De nombreux collègues possèdent des compétences linguistiques riches et uniques que nous pourrions mettre en valeur. Par exemple, nous pourrions mettre sur les badges, les langues parlées par l’agent, et mettre en place en interne un document permettant d’identifier facilement qui maîtrise quelle langue, pour faire appel à eux en cas de besoin.


Qu’appréciez-vous le plus ?

Difficile de donner une seule réponse ! Avant tout les collègues très riches humainement, avec qui je peux échanger sur des centres d’intérêts communs, mais aussi les personnes qui fréquentent la bibliothèque et qui viennent du monde entier, les collections que nous possédons… Nous avons la chance, à la BULAC, d’évoluer dans un environnement professionnel qui permet de nous exprimer, et cela est précieux ! J’ai rencontré ici des personnes qui m’ont permis de dépasser les limites que je m’imposais, en tant que femme de couleur ayant fait des études en sciences sociales. Grâce à eux, je suis plus ambitieuse et je me projette sur des postes à responsabilités. Je prépare actuellement les concours de catégorie A et de catégorie B des bibliothèques, avec pour objectif un jour de devenir conservatrice. Je fourmille d’idées innovantes, que j’aimerais mettre en place ! En attendant cette réussite aux concours, j’espère pouvoir rester à mon poste que je maîtrise (j’espère !) et qui me permet de concentrer une partie de mon énergie sur la préparation des concours.

Et le moins ?

Comme je l’ai déjà mentionné plus haut, j’aimerais pouvoir mettre davantage en avant mes compétences.


S’il fallait choisir un livre de la BULAC, ce serait lequel ?

Impossible de n’en choisir qu’un seul ! Les lecteurs savent que la bibliothèque possède des livres pour la recherche universitaire, mais nous avons également d’autres ouvrages, que l’on ne trouve nulle part ailleurs car peu ou pas connus en France. Mon objectif à long terme est d’avoir lu au moins un livre par pays !

  • Le premier livre que je voudrais conseiller fait partie de l’un des livres les plus proches de mon cœur. Il s’agit de A Thousand splendid suns de Khaled Hosseini, traduit en français par Valérie Bourgeois sous le titre Mille soleils splendides. C’est un roman qui raconte l’histoire de deux femmes afghanes mariées au même homme. Nous suivons leurs parcours et leurs volonté de vivre durant une période particulière, qui va de la guerre soviet à l’arrivée américaine sur le territoire. C’est un livre très accessible et poignant que chaque être humain devrait lire, car il est porteur d’espoir il permet également de questionner sa propre vie et ses privilèges.
  • Une écrivaine militante que j’admire énormément est Arundhati Roy. Elle est plus connue en France pour ses romans mais elle a également écrit des essais incroyables et accessibles sur divers thèmes sociétaux notamment Le coût de la vie (The cost of living).
  • Là où il fait si clair en moi, recueil de poésie ivoirienne écrit par Tanella Boni. Ouvrage très puissant, sensible tout en étant court.
  • Je conseille également le livre pour enfants écrit en anglais par Khaira Raj Kaur, rempli de couleurs et de belles illustrations qui s’intitule Stories of south asian supergirls. Chaque page présente l’histoire d’une femme qui a changé le cours de l’histoire en Asie du Sud. Bien que n’étant pas un livre universitaire, il est extrêmement intéressant à lire, et n’est pas accessible ailleurs en France qu’à la BULAC.

S’il fallait choisir un événement à la BULAC, ce serait lequel ?

J’ai beaucoup aimé la Nuit de la lecture sur la thématique du Roi Singe, dont l’esthétique me parlait énormément, et qui a réuni un public qui n’était pas uniquement universitaire. Cet événement a attiré beaucoup d’enfants et refait découvrir la célèbre légende !


Et un endroit ?

Il est également difficile de choisir ! En tant qu’étudiante, j’aimais beaucoup le rez-de-jardin, où certains endroits sont très calmes, ce qui était bien pratique pour faire des siestes salvatrices (les fauteuils verts s’en souviendront) ! En tant qu’agent de la BULAC, j’aime le couloir où se trouvent nos bureaux, pour les collègues qu’on y rencontre ! Mais j’apprécie également la banque de prêts/retours, où l’on peut rencontrer les lecteurs et des collègues, et voir passer tous les ouvrages qui sont empruntés… Enfin, j’adore le Magasin 6 pour les collections que l’on trouve sur l’Asie ainsi que les dernières acquisitions de la BULAC.


D’autres choses que vous voulez partager avec nous ?

À côté de mon travail à la BULAC, je participe à plusieurs collectifs œuvrant à une meilleure perception des personnes de couleur dans la société française. J’incite les personnes que j’y rencontre à aller consulter les ressources de la BULAC. Bien que nous n’ayons pas énormément d’ouvrages sur le vécu d’une personne immigrée sur le territoire français, cela permet tout de même de forger ses connaissances à partir de sources sûres, de se créer un socle pour pouvoir ensuite narrer notre vécu.

En parallèle, je m’implique pour davantage de visibilité des personnes d’origine sud-asiatique dans la société française. Cela prend la forme d’événements culturels de valorisation, de posts sur les réseaux sociaux, de billets de blog ou encore de la participation à des documentaires. Récemment, j’ai participé à un shooting photo où je pouvais réunir et présenter mes deux identités, française et indienne, et j’ai donné une interview qui alimente un documentaire sur l’immigration asiatique en France. Celui-ci est produit par une femme actuellement en études cinématographiques à la Sorbonne. Pour introduire mon texte dans le cadre de ce projet, j’ai choisi la citation suivante de Shailja Patel :

I know what I carry in my suitcase. I carry my history. I carry my family. Over my saris, I wear my sisters.

Shailja Patel

En partageant avec les lecteurs du Carreau toutes ces activités, j’espère pouvoir diminuer les préjugés que l’on a souvent sur les bibliothécaires (lunettes rigides, chignons, tailleurs, airs sévères…). Nous lisons des BD, nous faisons de la musique, nous sommes militants, certains portent des tenues avec des paillettes, des bijoux, bref : nous sommes des gens comme les autres ! Venez nous voir ! 


Arzu vue par ses collègues

Il est bien difficile de présenter Arzu en quelques mots : passionnée, impliquée, compétente, militante… Arzu est un élément central de l’équipe et du pôle Médiation, on peut compter sur elle, quelles que soient les circonstances ! Toujours souriante, elle est une part essentielle de la vie d’équipe, qui se poursuit souvent à l’extérieur des murs de l’établissement… En résumé, on a tous besoin d’une Arzu !


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search