Portrait de bibliothécaire : Zouhour Chaabane

Leurs visages ne vous sont pas inconnus car vous les croisez au quotidien à la BULAC et dans le Pôle des langues et civilisations. À l’occasion du dixième anniversaire de la BULAC, découvrez une série de portraits des professionnels de la bibliothèque.


Questions à… Zouhour Chaabane, pôle Développement des collections, équipe AMOMAC, chargée du signalement des manuscrits arabes

Zouhour Chaabane nous présente aujourd’hui son riche parcours qui l’a amené, après une thèse en Langues, littératures et civilisations étrangères : spécialité arabe, à travailler sur les manuscrits arabes conservés à la BULAC.

Zouhour Chaabane lors de la formation à destination des étudiants Inalc’ER (Inalco étudiants réfugiés) de mars 2018 (Maxime Ruscio / BULAC)

Zouhour Chaabane en quelques lieux et dates

J’ai un début de carrière assez atypique, puisque j’ai fait mes études de kinésithérapie en Tunisie, où j’ai travaillé durant trois ans. Je suis venue en France pour faire une spécialité pédiatrique à l’Université René Descartes, après laquelle j’ai fait un stage de deux ans à la fois à l’hôpital Necker et dans plusieurs centres de rééducation. J’ai ensuite entièrement changé de voie pour des raisons personnelles.

Je voulais faire des études en lien avec la littérature, mais sans étudier la langue arabe… ce qui est drôle quand on connaît la suite de mon parcours ! Je me suis d’abord inscrite à l’Inalco pour passer un certificat de judéo-arabe et arabe littéral, qui m’a permis de m’inscrire directement en deuxième année de licence d’arabe littéral. Une fois la licence en poche, je me suis réinscrite en licence et en maîtrise de traitement automatique des langues. Enfin, j’ai voulu préparer une licence et une maîtrise d’arabe à l’Inalco, avec pour objectif de préparer le concours Cadre d’Orient, auquel je ne pouvais malheureusement pas prétendre en raison de ma nationalité.

Au cours de mon cursus de DEA lexicographie et lexicologie arabe, j’ai beaucoup apprécié une option d’ouverture que j’avais faite à l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes (IRHT), où l’on travaillait sur des manuscrits afin de les éditer. Je suis littéralement tombée dedans ! J’y ai rencontré le professeur Abdallah Cheikh-Moussa, qui a accepté d’encadrer ma thèse intitulée « Les causes et les symptômes (al-Asbāb wa-l-ʿalāmāt) d’al-Samarqandī », durant laquelle j’ai édité un manuscrit de médecine du XIIIe siècle, thèse que j’ai soutenue en 2013. En parallèle, j’ai donné des cours d’arabe à Paris 4 et j’ai travaillé sur plusieurs projets au CNRS et plus spécifiquement à l’IRHT, dont l’Onomasticon Arabicum (prosopographie de l’Islam médiéval) ou encore le projet européen Islamic Law Materialized. À la fin de la thèse, j’ai obtenu un contrat post-doctoral dans le cadre du projet Aliento (Analyse Linguistique & Interculturelle des énoncés sapientiels et transmission d’Orient / Occident – Occident / Orient), où je travaillais sur les proverbes arabes avec des collègues chargés des textes en hébreu et en judéo-espagnol.

Imprimé de la BULAC (cote RES MON 4 2556).

Ensuite, j’ai postulé à la BULAC en octobre 2015, sur le poste de chargée de signalement des manuscrits arabes. Ce contrat ne durait au départ que onze mois, mais j’y suis restée davantage ! Le travail consistait à signaler les manuscrits arabes dans Calames, en vue de leur numérisation. Mon poste est désormais pérenne depuis septembre 2021.


Depuis quand fréquentez-vous la BULAC ?

Avant d’y travailler, j’ai fréquenté assidûment la BULAC dans le cadre de ma thèse, depuis son ouverture en décembre 2011 (dix ans donc !). J’ai aimé l’accueil des bibliothécaires ainsi que le libre accès aux collections, qui m’a permis de faire mes recherches plus facilement que dans d’autres bibliothèques. Je passais tous mes mois de vacances à la BULAC pour travailler la thèse, restant de 10h à 22h, le plus souvent dans un carrel. J’ai aimé à la fois le calme qui y régnait à l’époque, ainsi que sa luminosité !


Pouvez-vous nous décrire vos missions ? Quelle est votre journée type ?

La collection de manuscrits arabes de la BULAC est très importante mais demeure inconnue si elle n’est pas signalée. Mon travail consiste à la sortir de l’ombre. Le chantier de signalement* a été précédé d’un chantier de conservation (adaptation des lieux, rangement des manuscrits dans des boîtes en cartons, étiquetage, dépoussiérage, reconditionnement et restauration). À ce jour, j’ai traité près d’un tiers de la collection des manuscrits arabes, qui comporte 2458 cotes. Je traite les manuscrits dans l’ordre de leur cotation, de la première à la dernière. Ceux-ci sont ensuite numérisés et mis en ligne sur notre Bibliothèque numérique aréale (BiNA).

Ma journée type se déroule de la manière suivante : je vais à la Réserve, je prends une boîte contenant des manuscrits, sans savoir ce qu’elle contient (on a parfois des surprises !). Je catalogue manuscrit à la main, c’est-à-dire que je ne me contente pas de regarder les anciennes descriptions qui en ont été faites (le fonds a en effet été catalogué une première fois avant 1925, une deuxième fois dans les années 1980, et un inventaire a été rédigé à l’ouverture de la BULAC par Francis Richard). Comme il n’y a pas de numéro de page, il est nécessaire de folioter* chaque manuscrit. Concrètement, cela signifie noter un numéro au crayon à papier sur chaque feuillet. Parfois, les feuillets ont été disséminés dans plusieurs boîtes, c’est un véritable puzzle qu’il faut rassembler. Si j’arrive à rassembler des feuillets d’un seul manuscrit, mais qui étaient conservés dans plusieurs boîtes, cela m’oblige à refolioter* l’ensemble. C’est assez long et fastidieux… mais cela reste très intéressant car cela me permet de recréer la cohérence du manuscrit. Je fais le signalement sur Calames en bi-écriture, ce qui permet aux chercheurs de retrouver plus facilement les manuscrits car ils sont mieux indexés dans les moteurs de recherche.


Un glossaire pour s’y retrouver !
  • Folioter : numéroter des feuillets, des pages d’un livre, d’un registre. Synonyme de paginer. 
  • Chantier de signalement : le signalement d’un fonds est lié aux notions de catalogue en bibliothèque, et permet de mettre en évidence l’idée de diffusion et d’accès aux documents. Signaler un fonds signifie décrire les documents qui le constituent dans un logiciel métier, selon des normes, en assurer la diffusion pour permettre au public d’effectuer des recherches et rendre ainsi possible leur consultation (Source).  

Je suis passionnée par ce que je fais et je suis satisfaite quand, après le signalement, des personnes venant de France ou d’ailleurs souhaitent consulter nos manuscrits. En tant que chercheur, je sais qu’il est difficile d’avoir accès aux sources primaires et aux données, mon travail permet de faciliter cette partie là du travail de recherche et peut dans certains cas faire émerger des thématiques de recherche, comme c’est le cas avec les ouvrages de Cheikh El Haddad. Cela montre combien les relations entre chercheurs et bibliothécaires sont importantes !


Vous avez justement fait découvrir aux étudiants et à d’autres personnes intéressées cet aspect du métier lors de formations. Qu’avez-vous à nous dire sur ces expériences ?

Chaque année, je donne des formations durant la journée d’initiation à la codicologie de l’IRHT. L’idée est de faire découvrir les collections de la BULAC : je choisis des ouvrages en lien avec les sujets de recherche des personnes inscrites à l’atelier, ce qui permet de sortir des manuscrits que l’on n’a pas l’habitude de consulter. J’ai également participé à une formation organisée par Digital Maghreb, sur le thème de la valorisation des manuscrits maghrébins en France. J’ai eu d’autres occasions de présenter les manuscrits, par exemple lors du Festival international de cinéma documentaire Jean Rouch il y a quelques semaines. D’un naturel timide, j’aime toutefois particulièrement ces formations car ce que j’aime le plus, c’est la transmission. On apprend toujours en enseignant aux autres, et on s’améliore : c’est un véritable échange ! Je ne fais plus de service public, mais j’aimais aussi être postée au rez-de-jardin de la bibliothèque et aider les lecteurs dans leurs recherches bibliographiques.


Pourquoi avoir choisi ce métier ?

Je crois que c’est plutôt lui qui m’a choisie ! Mon parcours m’y a amenée, et il regroupe tout ce que j’aime faire.

Qu’est-ce qui vous plaît le plus ?

Les gens ! J’ai fait des rencontres formidables dans le cadre du travail et c’est ce qui me donne de la force. J’apprends tous les jours quelque chose de nouveau : un trait d’humour propre à un collègue, des traditions culinaires spécifiques…, il n’y a aucune monotonie !

J’aime aussi être entourée de livres, de manuscrits et de connaissances… on baigne littéralement dans le savoir ! Je suis au milieu du passé, toujours bien vivant, et c’est très stimulant au quotidien. Les manuscrits semblent avoir une âme : on sent le papier et l’encre sous ses doigts, et on ressent presque la peine de celui qui a recopié ces feuillets.

Et le moins ?

Quand je dois folioter* à nouveau tous les feuillets… car cela signifie concrètement tout gommer, et recommencer parfois sur des dizaines ou des centaines de feuillets !


S’il fallait choisir un livre à la BULAC ?

Comme je le mentionnais plus haut, le libre accès à la BULAC m’a beaucoup servi durant ma thèse de doctorat. Je citerai donc une encyclopédie sur la médecine islamique que j’ai souvent consultée. Le libre accès m’a également permis de découvrir une littérature qui m’était jusqu’ici inconnue, celle du Golfe arabo-persique. J’ai découvert en parcourant les rayons de nombreux auteurs que je ne connaissais pas d’Arabie Saoudite ou encore du Koweït. C’est comme se balader dans un magasin, et choisir ce qui attire naturellement l’œil !


Et un événement ?

Lors du cycle de rencontres « D’autres regards sur le monde » qui a eu lieu en 2014-2016, j’ai beaucoup apprécié la découverte du cinéma palestinien, notamment avec l’intervention de Arab et Tarzan Nasser. J’adore aussi les ateliers organisés par l’association du personnel, comme l’atelier jardinage !

Rencontre Ce que l’art peut à Gaza, 17 mars 2016 (Grégoire Maisonneuve / BULAC).

Et pour finir, un endroit préféré ?

Le magasin de la Réserve, car il contient les manuscrits les plus rares, c’est là qu’on conserve le passé à la BULAC. Pour moi, il constitue le cœur de la bibliothèque.

Manuscrit arabe de la BULAC (cote : MS.ARA.454).

Zouhour vue par ses collègues

Zouhour est une excellente professionnelle, passionnée par son métier et soucieuse de donner le meilleur dans son travail, tout en modestie. Très impliquée dans les nombreux projets de valorisation des manuscrits, elle se porte toujours volontaire pour animer des ateliers. Pilier de l’équipe AMOMAC (Afrique, Moyen-Orient, Maghreb, Asie Centrale), c’est une personne très humaine, qui voit toujours le meilleur chez les autres. C’est un vrai bonheur de travailler avec elle !


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search