Quel avenir pour la Nouvelle-Calédonie ?

L’Accord de Nouméa de 1998 a engagé la Nouvelle-Calédonie dans un processus de décolonisation négociée qui arrive à son terme le 12 décembre 2021, date du troisième et dernier référendum par lequel les électeurs du « Caillou » sont appelés à se prononcer sur l’accession de l’archipel à la pleine souveraineté. À cette occasion, une sélection de documents portant un éclairage sur l’histoire, les cultures et l’évolution politique singulière de la Nouvelle-Calédonie est mise à l’honneur du 6 au 24 décembre 2021 à l’entrée de la BULAC.

Sélection thématique « Quel avenir pour la Nouvelle-Calédonie ? » (Maxime Ruscio / BULAC)

Un archipel de langues et de cultures

Détail de couverture de l’ouvrage En pays kanak (Bensa & Leblic, 2000) (Maxime Ruscio / BULAC)

Les Kanak, peuple premier de l’archipel, occupent naturellement une place centrale dans cette sélection, à l’image de l’abondante documentation qui leur est consacrée au sein du fonds océanien. Rien d’étonnant, dans la mesure où ce fonds s’est développé à partir de 1944 avec la création à l’École des langues orientales, par Maurice Leenhardt (1878-1954), du cours de houaïlou, l’une des nombreuses langues autochtones de Nouvelle-Calédonie. On dénombre en effet aujourd’hui, dans cet archipel de presque 272 000 habitants, non moins de 28 langues kanak couramment parlées, dont le fonds océanien de la BULAC reflète la diversité, tel le manuel de houaïlou publié en 1935 par le même Maurice Leenhardt ou un Dictionnaire xârâcùù-franc̜ais.

Dans le sillage de cette riche documentation dans le domaine de la linguistique, on retrouve également des contes et récits issus de transcriptions phonétiques en langues kanak, accompagnés de leur traduction en français, qui offrent une immersion dans l’univers culturel et l’histoire des tribus kanak. Ces publications bilingues sont pour partie le fruit de l’important travail déployé par l’anthropologue Alban Bensa, récemment décédé, dont la carrière et l’engagement auprès des Kanak en ont fait un spécialiste incontestable des recherches ethnologiques contemporaines en Nouvelle-Calédonie. La plupart de ses ouvrages, tel le recueil En pays kanak qu’il a co-dirigé avec Isabelle Leblic, ont enrichi le fonds océanien de la BULAC qui, de manière générale, reflète bien la diversité des travaux menés sur la Nouvelle-Calédonie dans le champ des sciences humaines et sociales.

Une histoire centrée sur le monde kanak

Journal de la Société des Océanistes, couverture du n°147, 2018

On trouve en effet une abondante littérature à la croisée de l’anthropologie et de l’histoire sur la nature et l’évolution des rapports souvent conflictuels entre tribus kanak et colons européens, notamment autour de l’appropriation des terres, de l’instauration des réserves et la colonisation agricole, mais aussi sur l’évangélisation et l’instauration d’institutions telles que l’école, suite à la prise de possession de l’archipel par la France en 1853. L’ouvrage de Marie Salaün sur L’École indigène en est une bonne illustration. D’autres travaux s’intéressant à la dimension identitaire, aux configurations socio-culturelles, aux processus politiques, aux stratégies et systèmes d’alliances ainsi qu’aux conflits de légitimité et de représentativité à l’intérieur du monde kanak viennent également s’agréger, portant un éclairage instructif sur le contexte ayant mené à l’émergence de la revendication indépendantiste kanak.

Cette question de fond qui anime, et structure même d’une certaine façon, la vie politique de l’archipel depuis les Accords de Matignon-Oudinot en 1988, puis l’Accord de Nouméa de 1998, a fait couler – et continue de faire couler – beaucoup d’encre dont les collections de la BULAC se font amplement écho. Des analyses sur le mouvement indépendantiste kanak, ses positions et propositions, et sur les troubles de la période dite « des événements » (1984-1988) qui a secoué la société calédonienne dans son ensemble, jusqu’à l’assassinat des leaders indépendantistes Jean-Marie Tjibaou et Yéwéné Yéwéné en 1989 à Ouvéa, apparaissent transversalement dans de nombreux ouvrages et font aussi l’objet de certains dossiers thématiques de revues consultables à la BULAC, en particulier du Journal de la Société des Océanistes.

L’enjeu de l’avenir institutionnel en trame de fond

La vie et l’engagement de Tjibaou, figure emblématique de ce processus qui a profondément marqué la Nouvelle-Calédonie, ont fait l’objet de biographies et de documentaires également consultables à la bibliothèque, tel le portrait Une parole kanak pour le monde dressé par Éric Waddell. La poignée de main historique de Tjibaou avec le représentant loyaliste Jacques Lafleur, lors de la signature des Accords de Matignon-Oudinot, illustre ainsi plusieurs des ouvrages intégrant le fonds océanien, très largement ouvert de manière générale sur les débats et analyses produites sur l’avenir institutionnel et la construction du « destin commun » de l’archipel.

Sélection thématique « Quel avenir pour la Nouvelle-Calédonie ? » (Maxime Ruscio / BULAC)

Outre des travaux dans le champ du droit et des sciences politiques décortiquant les différents aspects des accords passés en 1988 et 1998 et les implications juridico-politiques du statut de collectivité sui generis de ce territoire océanien et l’intégration du droit coutumier kanak, on trouve des études et analyses sur le processus de « rééquilibrage » (politique, économique et social) engagé depuis l’Accord de Nouméa en faveur du monde kanak. Sans surprise, une partie de ces analyses se focalise sur les questions de développement qui constituent un enjeu hautement stratégique dans la perspective du projet indépendantiste, ce que l’ouvrage d’Isabelle Leblic Les Kanak face au développement interroge explicitement. Comme en atteste par ailleurs le documentaire Nickel, le trésor des Kanak, le développement minier occupe naturellement une place prépondérante dans ces débats.

« Kanaky », terre d’accueil

Le processus référendaire en cours, s’il repose sur un corps électoral restreint, ne concerne toutefois pas uniquement les Kanak. Par-delà la dualité historique entre mondes kanak et européens, la Nouvelle-Calédonie a également été une terre d’accueil pour de nombreuses autres communautés aux origines diverses, pour lesquelles la construction du « destin commun » et le résultat du dernier référendum sur l’accession à la pleine souveraineté aura inévitablement aussi de fortes implications. Plusieurs ouvrages du fonds océanien de la BULAC offrent une incursion dans l’histoire et les parcours de ces communautés et des processus les ayant menées jusqu’en Nouvelle-Calédonie.

On peut notamment citer le cas des groupes issus des politiques de transportation, déportation et relégation, connus sous l’appellation générique de « bagnards », du temps où l’archipel servait à l’incarcération et l’éloignement de condamnés de droit commun et opposants politiques. C’est ainsi qu’arrivèrent communards et insurgés algériens dont la participation à la construction pluriculturelle du « Caillou » est aujourd’hui indéniable, les descendants de bagnards algériens étant même à cet égard qualifiés « d’arabes calédoniens ». L’ouvrage Déportation en Nouvelle-Calédonie des communards et des révoltés de la Grande Kabylie de Germaine Mailhé en offre un bon aperçu.

Sélection thématique « Quel avenir pour la Nouvelle-Calédonie ? » (Maxime Ruscio / BULAC)

Toutefois, les résultats mitigés de la colonisation pénitentiaire poussèrent les autorités coloniales françaises à favoriser une immigration libre pour la mise en valeur agricole et minière de ses possessions océaniennes. Ce sont ainsi des communautés asiatiques, notamment japonaises et indonésiennes, qui prirent racine en Nouvelle-Calédonie, suivies plus récemment par certains groupes polynésiens, en particulier wallisiens, qui représentent aujourd’hui une force démographique (et politique) non-négligeable aux côtés des Kanak et des « Caldoches » (terme usuel référant aux descendants des colons libres et pénaux d’origine européenne).

Plus que de simples composantes distinctes et parfois même opposées d’une grande mosaïque culturelle faite d’éléments juxtaposés, ces communautés se sont à des degrés divers métissées, cohabitant et construisant ensemble, de gré ou de force, le « destin commun » calédonien. Cette dimension de la construction identitaire et culturelle de la Nouvelle-Calédonie transparaît aussi assez évidemment dans les collections de la BULAC. À l’instar du recueil La Nouvelle-Calédonie : terre de métissages dirigé par Frédéric Angleviel, plusieurs des ouvrages du fonds océanien font ainsi la part large à la question des identités culturelles, qu’ils abordent tant à travers l’histoire et les modes de vie des différentes communautés du « Caillou » que leurs pratiques langagières, ou soulignant l’enjeu qu’un tel contexte pose pour la formulation de politiques publiques et la construction du « destin commun ».


La sélection thématique proposée du 6 au 24 décembre 2021 offre une vue d’ensemble sur toutes ces questions. Une liste bibliographique plus complète des ressources disponibles à la BULAC (en prêt ou consultation sur place) est également accessible ici.

Citer ce billet : Bastien Sepúlveda, "Quel avenir pour la Nouvelle-Calédonie ?," dans Le Carreau de la BULAC, 8 décembre 2021, https://bulac.hypotheses.org/35890. Consulté le 24 janvier 2022

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search