潜伏キリシタン図譜 : Hidden Kirishitan of Japan illustrated

Ce billet a été rédigé par Atsuko Koga-Venture, chargée de collections pour le domaine japonais.


Certains d’entre vous ont peut-être déjà entendu parler de l’expression « Senpuku Kirishitan » ou « Kakure Kirishitan » (chrétiens cachés) dans le film Chinmoku – Silence, écrit par Endô Shûsaku et réalisé par Martin Scorsese, sorti en 2016. L’histoire se déroule dans le village de Sotome, de la préfecture de Nagasaki1.

Couverture de l’ouvrage Hidden Kirishitan of Japan Illustrated. Collections de la BULAC.

Grâce au professeur Makiko Andro-Ueda de l’Inalco, la BULAC a reçu en don un ouvrage richement illustré sur les « Senpuku Kirishitan » : 潜伏キリシタン図譜 = Hidden Kirishitan of Japan illustrated, édité en 2021. Il n’existe que mille exemplaires de ce livre et celui-ci porte le numéro 357. Il s’agit d’une édition bilingue japonais-anglais.

Le christianisme a été introduit au Japon par le prêtre jésuite François-Xavier (1506-1552) et ses compagnons en 1549. Progressivement, la nouvelle religion séduisit des personnes modestes mais aussi des puissants, comme les seigneurs locaux (Daimyô). Oda Nobunaga (1534-1582) accorda sa protection aux jésuites. Mais en 1587, Toyotomi Hideyoshi (1537-1598) émit un décret d’expulsion des Bateren (Missionnaire chrétien, dérivé du mot portugais « padre »), toutefois celui-ci semble avoir eu un effet limité sur la christianisation du pays. Ainsi, au moment de la célèbre bataille de Sekigahara en 1600, qui marqua le début de l’époque Edo, on comptait au moins 300 000 Kirishitan (du portugais « cristão ») sur une population totale de 30 millions d’habitants.

Mais après l’édit de l’interdiction du christianisme sous le shogunat d’Edo, en 1614, les arrestations et les persécutions se multiplièrent, et les Kirishitan durent choisir entre le martyre, l’abandon de leur foi ou devenir des « chrétiens cachés » et poursuivre leurs pratiques religieuses dans la clandestinité.

Détail de l’ouvrage Hidden Kirishitan of Japan Illustrated. Collections de la BULAC.

L’avènement de l’ère Meiji en 1868 marque la réouverture du pays au monde extérieur. Il fallut toutefois attendre 1873 pour voir le christianisme officiellement reconnu, permettant enfin aux chrétiens japonais de sortir de la clandestinité. C’est ainsi que s’achève officiellement la période des « chrétiens cachés » au Japon.

Cet ouvrage qui leur est consacré compte plus de 800 pages de textes et d’illustrations. Il dévoile environ 1 500 objets et documents, produits durant cette période, provenant non seulement des régions de Nagasaki et d’Amakusa, mais aussi d’autres régions, depuis Hokkaido au nord, jusqu’à Kyushu au sud. L’ensemble de ces témoignages y sont classés par région et par période. Le livre est accompagné d’un DVD contenant un enregistrement de prières chantées appelées « orasho » (du latin « oratio »), constituant un précieux témoignage à la fois historique et linguistique.

Les textes ont été rédigés par une équipe de spécialistes incluant des universitaires et des conservateurs, sous la supervision de Gonoi Takashi, professeur émérite de l’Université de Tôkyô.

Détail de l’ouvrage Hidden Kirishitan of Japan Illustrated. Collections de la BULAC.

Pour aller plus loin

Explorer l’histoire des Chrétiens au Japon au sein des collections de la BULAC.

  1. Les « sites cachés du patrimoine chrétien des régions de Nagasaki et d’Amakusa » ont été inscrits au patrimoine culturel mondial de l’UNESCO le 30 juin 2018. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search