Portrait de chercheur : Némésis Srour

Questions à… Némésis Srour, docteure en anthropologie sociale et ethnologie. Sa thèse Bollywood Film Traffic. Circulations des films hindis au Moyen-Orient (1954-2014), soutenue en 2018 à l’EHESS, a été récompensée par le Prix de thèse 2020 sur le Moyen-Orient et les mondes musulmans, organisé par le Groupement d’Intérêt Scientifique Moyen-Orient et Mondes Musulmans (GIS MOMM) et l’Institut d’étude de l’Islam et des sociétés du monde musulman (IISMM). Ce travail porte principalement sur les réseaux de circulation des films Bollywood à Beyrouth, au Caire ainsi qu’à Dubaï.

Némésis Srour en salle de lecture à la BULAC (Maxime Ruscio / BULAC)

Quel est votre parcours ?

Mon parcours s’est nourri de plusieurs disciplines, de la philosophie à l’anthropologie, en passant par l’histoire du cinéma et les études indiennes : ce sont les quatre grands jalons qui marquent mon expérience. J’avais besoin, je pense, d’explorer et de me doter d’outils, de méthodologies différentes pour appréhender de manière transversale les sujets qui m’intéressent. J’avais envie d’être en mesure de changer de focale.

Au cours de mes années d’Hypokhâgne et Khâgne à Strasbourg, je me découvre une passion pour le cinéma. C’est grâce au ciné-club dédié à Fritz Lang animé par notre professeur de philosophie, M. Rohrbach, que je découvre une autre manière de voir les images en mouvement. À ce moment-là, j’ai un déclic : la passion pour les films indiens qui m’accompagnait depuis le lycée (j’écumais le peu de boutiques indiennes de Strasbourg pour étancher ma soif d’images Bollywood et je finissais par voir et revoir éternellement les seuls DVDs que je parvenais à me procurer) pouvait se transformer en un objet de recherche légitime.

Je poursuis alors mes études à la Sorbonne, où je combine une licence d’histoire du cinéma à Paris 1, et un master de philosophie sur le corps chez Merleau-Ponty. L’année suivante, je fais le pont entre Bollywood et la philosophie en passant par l’anthropologie du corps. C’est ainsi que je fais un master en études asiatiques à l’EHESS, avec pour sujet : « Bollywood. Histoire de la construction d’un langage corporel panindien ».

À la fin de mes recherches de master, il restait une question qui me « taraudait » : comment expliquer que les films indiens peinent à trouver leur chemin sur les écrans français, alors qu’ils semblent si facilement circuler ailleurs, notamment en Afrique, en Russie ou dans les pays de l’espace arabe ? Pouvait-on s’arrêter à l’expliquer par des raisons d’affinités culturelles, comme on le dit souvent ? Un soir d’été, pendant les traditionnelles vacances familiales au Liban, je partageais à ma grand-mère ma passion pour les films indiens. J’ai alors découvert, qu’elle aussi, en avait beaucoup regardé, à Zahlé au Liban, en VHS. J’avais envie de comprendre par quels réseaux des films VHS parvenaient de Bombay jusqu’à une ville de la Bekaa, et ce pendant la guerre. Ce type de circulation mettait au défi l’explication habituelle d’une dissémination des films indiens par l’entremise de la diaspora.

Avant d’entreprendre cette enquête, j’ai passé un an à l’Inalco pour faire du Hindi de manière intensive, et j’ai alors entrepris ma thèse en anthropologie à l’EHESS, sous la direction de Catherine Servan-Schreiber. Sa supervision, son accompagnement tout au long de ces années de thèse, et en particulier dans la phase la plus éprouvante, la dernière année jusqu’à la soutenance, a été précieux. Elle nous disait toujours, à nous ses étudiants, d’écrire notre thèse comme un roman, et de manier l’art du suspense !


Comment expliqueriez-vous vos recherches aux lecteurs du Carreau de la BULAC ?

Mon sujet de recherche, au départ, est parti d’un lieu commun : l’idée que « les Arabes aiment les films indiens », et, comme le formulait l’historien du cinéma Georges Sadoul en 1965, « il s’agit là d’une sorte de spontanéité innée »1. Souvent, l’amour du public arabe pour ces mélodrames musicaux flamboyants est déterminé et expliqué en termes essentialistes, aussi bien par les agents du monde occidental, que par les agents locaux eux-mêmes. On donne comme arguments des affinités culturelles, des valeurs communes autour de la notion de famille, de pudeur, d’un sentimentalisme aux formes partagées.

Némésis Srour, rez-de-jardin de la BULAC (Maxime Ruscio / BULAC)

Mon travail de thèse a voulu, entre autres, interroger ce présupposé, les discours et pratiques qui le façonnent, le construisent et le perpétuent. Cela m’amenait tout d’abord à repenser : quels sont ces films indiens qui arrivent jusque dans l’espace arabe quand on sait que le pays abrite plusieurs industries de cinéma en son sein ? Ensuite, qui sont ces « Arabes qui aiment les films indiens » ? Ces questions en ont engendré d’autres : comment ces films ont circulé, par quels réseaux, qui ont été les agents de cette diffusion, et comment expliquer, qu’aujourd’hui, on ne voit plus aucun film indien sur les écrans de cinéma égyptiens ou libanais ? Ma thèse s’est ainsi transformée en une enquête sur une demi-décennie d’histoire entre Bombay, Beyrouth, Dubaï et Le Caire.

L’un des défis de ce travail était de parvenir à recueillir les matériaux et les sources pour documenter et analyser les circulations des films indiens dans l’espace arabe. Nous avons à disposition assez peu d’informations et de sources pour construire cette histoire. Là où on peut aisément trouver pléthore de sources sur la présence d’Hollywood dans les pays arabophones, cette circulation de films sud-sud est largement sous-documentée. Toute une partie de mon travail a consisté à retrouver les agents, distributeurs de films, familles marchandes, réseaux informels, qui ont fait advenir les circulations de ces films, et recueillir leur parole, leur mémoire, comme dans un geste désespéré pour sauver de l’oubli ces traces infimes laissées dans quelques archives écrites. Mon travail, sous la forme d’une anthropologie historique du cinéma, a voulu restituer la puissance avant-gardiste de ces précurseurs et défricheurs de circuits cinématographiques.

Affiches de films indiens appartenant à la collection de Aboudi Bou Jawdah (Némésis Srour, 2014)


Comment la BULAC vous a-t-elle permis d’avancer dans vos recherches lors de votre thèse ? Certains titres issus du catalogue de la bibliothèque vous ont-ils inspirée ?

Mon travail se situant au carrefour de plusieurs zones géographiques, de l’Inde à l’Afrique du Nord, en passant par le Proche-Orient et la péninsule Arabique, la BULAC était la bibliothèque tout indiquée pour y trouver les ressources nécessaires. Mon point d’entrée a été le cinéma : qu’il s’agisse d’ouvrages sur le cinéma indien – où j’ai notamment pu découvrir une rare photographie du réalisateur Raj Kapoor avec la famille de marchands sindhi qui a fait circuler ses films de Téhéran à Beyrouth –, ou d’ouvrages sur l’industrie du cinéma dans la région arabophone. Je pense aux incontournables classiques d’Yves Thoraval et des travaux moins connus mais particulièrement éclairants pour mon travail, par exemple celui de Madkour Thabet sur l’industrie du cinéma égyptien, dans Cinéma et monde musulman. Cultures et interdits (2001).

Des pans entiers de ma recherche se sont appuyés sur des ouvrages essentiels présents à la BULAC, touchant aussi bien à l’industrie du cinéma, à l’histoire nationale de chacun des pays, à la politique étrangère et aux relations internationales, à la diaspora indienne et à la musique de Bollywood, mais aussi à la télévision et aux enjeux médiatiques transnationaux. Par exemple, toute une partie de mon travail repose sur l’histoire des circuits marchands entre Bombay et le Golfe, et sur une histoire pirate des circulations de films. J’ai pu ainsi me nourrir d’ouvrages d’histoire sur ces thèmes, et inscrire les réseaux de circulations contemporains dans une histoire plus large des échanges. Le travail de Claude Markovits, The global world of Indian merchants, 1750-1947 (2000) sur le rôle des familles marchandes sindhi a été fondamental dans mon travail, puisqu’une famille sindhi a joué un rôle central dans le maillage de diffusion de films hindis dans l’espace arabe.

Couverture de l’ouvrage Global Bollywood (University of Minnesota Press, 2008)

D’autres ouvrages ont nourri ma réflexion sur les questions transnationales et de diaspora, comme Transnational Connections and the Arab Gulf sous la direction de Madawi Al-Rasheed, l’essentiel Satellite Realms: Transnational Television, Globalization & the Middle East de Naomi Sakr, ou encore le passionnant Global Bollywood: Travels of Hindi Song and Dance sous la direction de Sangita Gopal et Sujata Moorti. Aussi, une partie de ma thèse est consacrée à la représentation du monde arabe dans les films hindis, et les ouvrages sur l’histoire des Mille et Une Nuits, la circulation du recueil et de ses contes et des imaginaires ont été une source d’inspiration et d’étude féconde.

Autant tous ces ouvrages ont stimulé mon travail de recherche, autant l’émotion est indescriptible quand on a entre ses mains une archive que l’on pensait introuvable. Je me souviens de cet instant de fébrilité dans la salle de la Réserve de la BULAC, en feuilletant les pages d’un rapport des années 1960, éclairant et bouleversant tant il formulait avec clarté les présupposés et l’incompréhension du monde européen envers les films indiens.


Votre thèse a été récompensée par un prix de thèse. Comment l’avez-vous accueilli, et pensez-vous qu’il vous aidera dans la suite ?

C’est une très belle reconnaissance d’obtenir un prix. Et ce prix en particulier, c’est une belle reconnaissance par les pairs, par d’autres chercheurs du domaine. C’est aussi un moment émouvant, car ça vient consacrer plusieurs années de recherche – faites de doutes, de moments de vulnérabilité, mais aussi de sacrifices. C’est émouvant car, pour moi, c’était aussi une reconnaissance pour toutes les personnes qui m’ont accompagnée au cours de cette recherche, en contribuant à ma réflexion ou tout simplement en me soutenant par leur présence, car l’écriture d’une thèse ne se fait jamais en solitaire. Et aussi, obtenir un prix, cela ouvre la voie, plus facilement, à la publication de la thèse.

Voir ici une vidéo de la vidéothèque de l’IISMM associée à cette reconnaissance.


Pouvez-vous justement partager avec nous quelques-unes de vos publications ?

Oui, avec plaisir ! Je pense à quelques articles sur des thèmes assez différents :


Un point que vous auriez aimé développer dans cette interview ?

Un point sur lequel j’aimerais revenir, c’est comment mon hypothèse de départ s’est démantelée sur le terrain ! Mon hypothèse de travail, en commençant ma thèse, était que Beyrouth devait sûrement être le point central à partir duquel s’organisait toute la distribution des films indiens dans la région, un peu sur le modèle des films américains. La réalité du terrain était bien différente : moins centralisée, moins polarisée, la circulation des films indiens s’organisait à partir d’une myriade de réseaux différents, faite de nombreux agents, qui ont fait circuler les films de villes en villes. Et, en réalité, cette histoire-là, plus touffue, plus inattendue, faite de trébuchements et d’embûches, d’inventivité et d’ingéniosité, s’est révélée bien plus stimulante que ma vision centralisée !

Et aussi, un moment d’émotion pour moi, au cours de cette recherche, a été la découverte de films indiens tournés à Beyrouth dans les années 1960. Découvrir des images du Liban à travers les yeux de Bollywood, c’était vraiment un moment marquant dans ma recherche. On voit souvent le Liban à travers les yeux des films européens ou américains ; là, je le redécouvrais autrement, à travers le cinéma indien.

« Mer et jet-ski » dans An Evening in Paris (Shakti Samanta, 1967) – la séquence beyrouthine

  1. Centre interarabe du cinéma et de la télévision, 1965, Cinéma et cultures arabes. IVème conférence de la table ronde organisée avec l’aide technique de l’UNESCO, Beyrouth, Liban []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search