Portrait de bibliothécaire : Amadeus Foulon

Leurs visages ne vous sont pas inconnus car vous les croisez au quotidien à la BULAC et dans le Pôle des langues et civilisations. À l’occasion du dixième anniversaire de la BULAC, découvrez une série de portraits des professionnels de la bibliothèque.


Questions à… Amadeus Foulon, responsable adjoint du pôle Médiation et chef de l’équipe Accueil

Amadeus Foulon est arrivé en juillet 2020 à la BULAC, en tant que responsable de l’équipe Accueil. Il a travaillé plusieurs années en tant que contractuel à la bibliothèque de l’université de Paris 8 et à la bibliothèque de l’Institut de Géographie (université Paris 1), avant de réussir en 2018 le concours de conservateur des bibliothèques.

Amadeus Foulon en banque d’accueil au rez-de-chaussée de la BULAC (Maxime Ruscio / BULAC)

Amadeus Foulon en quelques lieux et dates

J’ai passé mon baccalauréat en 2009, puis j’ai fait une préparation littéraire à Arras entre 2009 et 2012. J’ai ensuite obtenu une licence d’histoire par équivalence, ce qui m’a permis d’intégrer une première année de master enseignement à l’université de Lille. Après un stage en lycée, j’ai souhaité privilégier une autre voie. Un de mes anciens professeurs m’a alors parlé du master professionnel « Politique des bibliothèques et de la documentation » de l’ENSSIB, où je me suis inscrit entre 2013 et 2015. Mon sujet de mémoire portait sur l’exploitation des fonds historiques sensibles en bibliothèques. Après un stage au Département des monnaies, médailles et antiques à la Bibliothèque nationale de France (BnF), sous la direction de Florence Codine, au cours duquel j’ai travaillé sur la numérisation et l’océrisation* des catalogues de ventes de monnaies, j’ai été recruté comme vacataire d’accueil à la Bibliothèque Publique d’Information. Ensuite, grâce à mes contacts, j’ai postulé à la bibliothèque de l’université Paris 8 – Saint Denis, pour un poste de conservateur contractuel qui regroupait les missions suivantes : responsable de la conservation, acquéreur dans le domaine économie et responsable d’un CADIST*. J’ai également pu donner des formations aux étudiants de licence et master. Mon expérience à Paris 8 m’a permis de découvrir plusieurs nouvelles facettes du métier, ayant jusqu’alors fréquenté majoritairement les bibliothèques municipales. Je suis resté deux ans et demi à ce poste, pour ensuite intégrer la bibliothèque de l’Institut de Géographie en tant que chef de projet sur la fusion des deux SIGB* Millenium, expérience intéressante dans le domaine de l’informatique documentaire.


Un glossaire pour s’y retrouver !
  • CADIST : sigle de « centre d’acquisition et de diffusion de l’information scientifique et technique » ;  gérés par de grandes bibliothèques universitaires ou de grands établissements de recherche, les CADIST rassemblent et diffusent la documentation avec la couverture la plus complète dans une discipline donnée.
  • Cotation : choix de la cote d’un document qui déterminera sa place sur les rayons.
  • Libre accès : aménagement des collections permettant d’y accéder directement sur les rayonnages de la bibliothèque.
  • Océrisation : désigne l’utilisation d’un OCR – Optical Character Recognition, logiciel de reconnaissance optique de caractères qui permet de transformer l’image d’un texte imprimé numérisé en document textuel.
  • SIGB : sigle de « système intégré de gestion bibliographique », programme informatique conçu pour les bibliothèques afin de gérer l’information documentaire (saisie, stockage, recherche d’information).

Je préparais en parallèle les concours de bibliothécaire et de conservateur, que j’ai passés trois années de suite avant de réussir celui de conservateur en 2018. Contacté à nouveau par la bibliothèque de l’université Paris 8 pour un poste d’adjoint du nouveau responsable du service au public, j’y ai travaillé quatre mois avant d’intégrer l’ENSSIB en janvier 2019. Durant ma formation, j’ai eu à cœur de parfaire mes connaissances dans le domaine du service aux publics, d’où le choix de mon sujet de mémoire sur la planification du service public. Ce sujet peut paraître très pragmatique, mais il m’a permis de travailler sur de nombreux aspects de la bibliothèque. À la fin de la formation, perturbée par la crise sanitaire, j’ai obtenu le poste de chef de l’équipe Accueil à la BULAC, poste qui regroupait tout ce à quoi j’aspirais.


Quelles sont vos principales missions au sein de la BULAC ?

Je suis chef de l’équipe Accueil, au sein du pôle Médiation dont je suis aussi responsable adjoint. Ces responsabilités m’amènent à participer régulièrement aux comités de direction, ce qui me permet de me tenir au courant de l’activité et des projets de l’ensemble des services de la bibliothèque, et d’intégrer des projets transverses, comme le groupe de travail sur la refonte de la cotation* du libre accès*.

En tant que responsable de l’équipe Accueil, j’encadre six personnes, dont certains ont déjà eu leur portrait sur le Carreau de la BULAC (Arzu Mohammed, Lionel Lambin et Grégory Louge), ainsi que les contractuels étudiants qui sont actuellement une quinzaine (voir le portrait de Mouna Wassifi). C’est très épanouissant car j’encadre des personnes aux profils variés et aux expériences diverses. Je participe à la réalisation du planning avec Lionel Lambin, je supplée Mickaël Hamelin dans l’encadrement des contractuels étudiants, je travaille en binôme avec Catherine Boin sur la formation des nouveaux arrivants, et je suis également disponible en cas de problème sur la logistique avec Arzu Mohammed et Grégory Louge. Enfin, je m’occupe de toutes les demandes de prêt à l’international, tandis que le service de prêt entre bibliothèques en France est assuré par Radjiv Ram. J’ai la chance d’avoir une équipe autonome qui était présente avant mon arrivée, et qui travaille avec bonne humeur et implication.

À côté de ces missions principales, je gère également d’autres projets tels celui de la Pointe Cantagrel, un espace du Pôle des langues et civilisations actuellement inoccupé. L’idée est d’en faire un tiers lieu où les étudiants et personnels du Pôle trouveraient une offre de restauration en journée, et qui serait à disposition de la BULAC et de l’Inalco à des fins d’actions culturelles. Le projet prend forme, un appel à architecte va bientôt être lancé, et les travaux pourraient commencer à la fin de l’année 2022 / début 2023. Un autre projet que je pilote est celui de la mise en place du programme Service Public +, destiné à améliorer la qualité de l’accueil au sein de la bibliothèque.

Salle de lecture de la BULAC (Grégoire Maisonneuve / BULAC)

Votre prise de poste a eu lieu en pleine crise sanitaire, que pouvez-vous nous en dire ?

Nos usagers le savent, en raison de la crise sanitaire, nous avons dû mettre en place un accueil différencié à partir de septembre 2020, accueil dont les modalités ont évolué avec la pandémie et les différents couvre-feux. C’était une période difficile, durant laquelle il était difficile d’ouvrir au public. Je me dois ici de louer l’ensemble des collègues qui ont permis cette réouverture, qui a été importante pour un grand nombre de personnes. Pour l’équipe du planning, cela a signifié devoir gérer jusqu’à sept grilles de planning différentes sur quelques mois en raison des heures de couvre-feu, plannings qu’il fallait en outre rendre compatibles avec le télétravail accordé à certains agents. Cette période a été compliquée mais a montré le professionnalisme des agents de la bibliothèque.


Pourquoi avoir choisi ce métier ?

Je l’ai choisi un peu par défaut, mais par un beau défaut ! Avant de m’inscrire en master enseignement, j’ai aussi été entraîneur d’échecs. J’ai aimé animer mon club, organiser et arbitrer des tournois, et transmettre mes connaissances. Je souhaitais un travail où je pouvais mobiliser ces compétences, et mon poste à la BULAC me le permet en raison de la mixité des publics que l’on accueille et des thématiques sociales qui en découlent.


Qu’appréciez-vous le plus aujourd’hui dans votre poste ?

Ce que j’apprécie le plus est paradoxalement ce que j’apprécie le moins ! Mes missions nécessitent que je sois sur le terrain et que je puisse agir très rapidement en cas de problème ; je suis donc constamment sollicité, ce qui me convient car j’apprécie cette action constante. Cela me permet d’être en contact avec l’ensemble des collègues de la bibliothèque, et d’échanger avec différents pôles comme celui du Développement des collections ou celui de la Conservation et du patrimoine. Toutefois, cela peut compliquer la gestion de projets et de dossiers conséquents. D’ici quelques années, j’aimerais revenir à des missions moins organisationnelles, et me concentrer sur les collections par exemple.


Si vous pouviez changer quelque chose à votre métier / votre poste, ce serait quoi ?

Toujours dans l’optique d’offrir un meilleur service aux usagers, je pense que l’on gagne toujours à leur donner la parole, à écouter leurs besoins, à adapter notre discours qui est très professionnel (notre métier est intimement lié à un savoir faire, à des compétences et un langage spécifiques) et à leur offrir ainsi un service public de qualité.


S’il fallait choisir un livre de la BULAC, ce serait lequel ?

La BULAC possède un fonds en libre accès très riche, grâce auquel j’ai pu (re)découvrir la littérature japonaise qui m’attire depuis mon adolescence. J’avais beaucoup aimé La Balade de l’Impossible d’Haruki Murakami, et j’ai découvert dans les rayons Au sud de la frontière, à l’ouest du soleil, que je recommande. Avant de partir en vacances, je fais souvent une liste de lecture et j’emprunte plusieurs livres.


S’il fallait choisir un événement de la BULAC, ce serait lequel ?

Comme je suis arrivée en juillet 2020, il n’y avait pas d’événements en raison de la crise sanitaire. Pour cette raison, je citerais surtout les événements internes à la BULAC auxquels j’ai pu participer, comme les pots de départ de plusieurs collègues qui ont été l’occasion d’apprendre à les connaître (certes trop tard !), mais aussi l’occasion de parler d’autres choses.


S’il fallait choisir un endroit à la BULAC, ce serait lequel ?

En raison de mes missions, je dirais que le lieu qui représente le plus la BULAC pour moi est la banque d’accueil du rez-de-chaussée, cœur névralgique de la bibliothèque. On ne s’y ennuie jamais, il y a toujours quelque chose à faire ! J’aime aussi énormément le jardin anglais où, lorsqu’il fait beau, nous pouvons manger avec les collègues. C’est un véritable espace de sociabilité !

Amadeus Foulon en banque d’accueil au rez-de-chaussée de la BULAC (Maxime Ruscio / BULAC)

D’autres choses que vous voulez partager avec nous ?

J’échange souvent avec des collègues qui complexent ou ne se sentent pas légitimes de passer des concours. J’ai envie de les inciter à ne pas sacraliser cette épreuve, et surtout à ne pas se censurer ! On peut échouer plusieurs fois, mais il faut persévérer ! Je ne l’ai eu qu’après trois ans et six tentatives… Le président de mon ancien club d’échecs aurait dit : « on ne gagne jamais une partie en abandonnant ! ».


Amadeus vu par ses collègues

Entreprenant de nature, Amadeus ne se laisse pas impressionner par les défis qui se présentent. Très sociable, à l’écoute des usagers et de ses collègues, il contribue avec son équipe et l’ensemble des collègues de la BULAC à dispenser le meilleur accueil des lecteurs sur place mais aussi à distance. Véritable soutien, il est toujours volontaire pour prêter main forte, ce qui en fait un collègue précieux et apprécié. 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search