Revisiter la Révolution grecque de 1821 : reflets du paysage éditorial à l’occasion de son bicentenaire

Le bicentenaire de la Révolution grecque a été célébré tout au long de l’année 2021 à travers un foisonnement d’initiatives scientifiques et culturelles et une production éditoriale abondante. Nicolas Pitsos, chargé de collections pour le domaine grec, revient sur le contexte historique de l’indépendance grecque et vous guide à travers les parutions récentes sur le sujet, qui s’inscrivent dans une historiographie renouvelée.


Contexte historique

La société ottomane à l’époque de la Révolution

En mars 1821, l’Empire ottoman est secoué par une révolte se déclenchant dans la partie méridionale de ses possessions balkaniques, menée par une partie de ses sujets de confession chrétienne.

Au sein de la société ottomane, les individus se définissent essentiellement par leur appartenance à des corporations professionnelles (esnaf) et à des communautés confessionnelles (millet1) reconnues par le sultan :

  • l’oumma réunit les sujets de confession musulmane de rite sunnite ;
  • le Rûm millet réunit les Ottomans de confession chrétienne de rite byzantin reconnaissant l’autorité spirituelle du patriarche grécophone de Constantinople ;
  • l’Ermeni millet regroupe les Ottomans de confession chrétienne de rite arménien sous la houlette du Catholikos ;
  • le Yahudi millet rassemble les Ottomans de confession judaïque sous l’autorité du Grand Rabbin d’Istanbul.

Les foyers de la Révolution

Organisé en vilayets (régions), l’Empire ottoman connaît une diversité de statuts au sein de ses différents territoires. L’autorité du sultan, efficace dans les zones bien desservies par les voies de communication et dans les plaines, devient beaucoup plus théorique dans les zones montagneuses ou difficiles d’accès, à l’instar de la Morée (Péloponnèse), au cœur de la révolte de 1821. Dans cette région, chaque village se voit munir d’un conseil de notables, élus annuellement et révocables par l’agha, le représentant du sultan sur place. Le vali de la Morée, dignitaire ottoman chargé de la gouvernance du Péloponnèse, réunit deux fois par an un conseil qui comprend deux musulmans et deux chrétiens du Rûm millet. Autre noyau révolutionnaire important, les îles des Cyclades dans la Mer Egée jouissent elles aussi d’un statut privilégié, accordé par les sultans en vertu des compétences maritimes de leurs habitants mises au service de la flotte ottomane.

Vue de la citadelle de Koroni (Péloponnèse). Collections de la BULAC

Cette autonomie locale facilite l’administration et la gestion pour les autorités ottomanes : elle épargne le recrutement de fonctionnaires et permet de déléguer les responsabilités aux administrés eux-mêmes. Les populations non-musulmanes restent maîtres de leur organisation locale, ce qui contribue à renforcer le rôle de la catégorie sociale des proestoi (connus aussi sous le nom d’archontes ou kotzabachides).

Les acteurs de la Révolution

Les proestoi, désignés comme interlocuteurs entre les communautés locales et les autorités officielles, créent autour d’eux un réseau d’influences et de clientèles prêt à être mobilisé dans le cadre de projets séparatistes, visant à mettre en place de nouvelles entités étatiques affranchies de l’autorité ottomane.

Parmi les autres acteurs impliqués dans la Révolution grecque, mentionnons :

  • les armateurs, originaires pour la plupart des îles de la Mer Egée ;
  • les kleftes-armatoloi, assumant souvent pendant la période pré-insurrectionnelle le rôle de « gendarmes » au service de la Sublime Porte et contrôlant la circulation d’hommes et de marchandises ;
  • les marchands-négociants et les intellectuels liés à de réseaux diasporiques à travers le continent européen ;
  • les éditeurs prônant les idées des Lumières et de l’émancipation nationale, à Paris, Vienne, Venise, Iasi ou Livorno ;
  • les membres du clergé ;
  • les Phanariotes, sujets du Rûm millet, représentant une élite ottomane sociopolitique et économique et nommés à partir du début du XVIIIe siècle en tant que « gouverneurs » des régions vassales de la Valachie et de la Moldavie.

La plupart de ces acteurs, jouissant de plusieurs privilèges au sein de la société ottomane et assurant parfois des postes de hauts fonctionnaires ou dignitaires de l’État ottoman, sont tiraillés entre les perspectives offertes par un projet national et la volonté de sauvegarder leur statut avantageux dans un univers pré-national.

À côté des légitimistes, aspirant à transformer de l’intérieur l’Empire ottoman et à s’accaparer progressivement les pouvoirs des sultans, ou se contentant des privilèges déjà acquis, il y a les séparatistes, nationalistes, œuvrant pour la création d’un nouvel État, au sein duquel ils pourraient asseoir pleinement leurs pouvoirs en tant que classes dirigeantes.

Rigas Velestinlis
Collections de la BULAC

Un troisième groupe affiche un projet d’avenir fédéraliste, souhaitant la transformation de l’État ottoman à une République fédérale ou à une Fédération républicaine. Rigas Velestinlis (ou Feraios), un de ses principaux visionnaires, est aussi l’un des représentants les plus emblématiques des Lumières dans les Balkans ottomans. Il est assassiné à la fin du XVIIIe siècle, ses idées étant perçues comme un élément remettant en question l’ordre impérial établi par les Ottomans et les Habsbourg.

Certains de ses héritiers idéologiques se retrouvent impliqués dans les actions de la société secrète « Filiki Etairia » (La Société des Amis). Inspirée par le modèle organisationnel des Carbonari, celle-ci a été fondée à Odessa en 1814 et joua un rôle prépondérant dans la préparation du terrain révolutionnaire dans les Balkans ottomans.

En dehors de ces acteurs individuels ou institutionnels, on peut également évoquer l’action des Philhellènes. Il s’agit essentiellement d’Européens ou d’Américains dont l’engagement en faveur de la cause grecque est motivé par des raisons variées. Des Romantiques mus par leur passion pour l’antiquité gréco-romaine côtoient des libéraux voués à une lutte contre un régime considéré comme autoritaire et oppresseur ; des catholiques emportés par un élan pour ce qu’ils considéraient comme une nouvelle croisade rejoignent des opportunistes à la recherche d’action militaire et de titres honorifiques, happés par l’idée du pillage ou le goût de l’aventure.

Le déclenchement de la Révolution grecque s’opère dans un contexte caractérisé par la manifestation de plusieurs tendances centrifuges au sein de l’Empire ottoman. Des potentats locaux, tels qu’Ali Pacha de Tepelen, défient l’autorité du sultan depuis son fief à Yanina, alors que Tudor Vladimirescu, initié à la Société des Amis et imbu des idées humanistes de la Révolution française, mobilise les pandours (panduri en roumain) en Valachie pour établir un ordre républicain à Bucarest. En même temps, le sultan Mahmoud II est menacé dans les frontières orientales de son empire, par Abbas Mirza de la dynastie kadjare régnant sur l’Iran.

L’ère des révolutions et le poids de la mémoire

Au-delà du contexte révolutionnaire local, la Révolution grecque de 1821 s’inscrit aussi dans le paysage de mouvements insurrectionnels et indépendantistes qui ébranlent l’ordre établi impérial, dans le sillage des expéditions napoléoniennes, depuis les péninsules ibérique et italique et jusqu’en Amérique hispanique. Elle est également associée à la mémoire de la révolte liée à l’expédition des frères Orloff, dans le contexte de la guerre russo-ottomane de 1768-1774. Envoyés par la tsarine Catherine II, les frères Orloff parviennent à fomenter une insurrection dans les possessions balkaniques du sultan. La répression qui s’ensuit contre les populations de confession chrétienne, notamment en Morée, marque durablement les esprits. Cet événement dénote aussi l’ingérence des Grandes puissances européennes externes dans la vie politique interne de l’État ottoman.

Entre mars 1821 et la bataille de Navarin en 1827, qui ouvre la voie à la création d’un État grec autonome et indépendant à partir de 1830, une série d’opérations militaires agitent l’espace balkanique. Révolution, guerre d’indépendance, révolte ou insurrection ? Nommer un événement c’est déjà adopter un certain regard historiographique, c’est l’inscrire dans un certain héritage politique, mobiliser un certain imaginaire idéologique. Le terme « Révolution » renvoie aux mouvements révolutionnaires français, américain, celui de « guerre d’indépendance » relierait plutôt cet événement à la tradition des mouvements séparatistes dans le cadre de la dissolution d’entités impériales, fédérales ou des luttes anticoloniales, avec tous les anachronismes qu’une telle perception comporte en termes conceptuels et les amalgames qu’elle peut entraîner en termes d’approche analytique.

Cette séquence historique a été interprétée tantôt comme lutte d’émancipation sociale par les tenants de l’école marxiste, comme mouvement d’émancipation nationale, résultat du réveil d’une conscience nationale supposée déjà existante par les représentants de l’école nationaliste, ou encore comme réaction à un régime autoritaire et oppresseur par les disciples de l’école libérale.


Une historiographie renouvelée. L’édition autour du bicentenaire dans les collections de la BULAC

Une édition prolixe

Le bicentenaire est une période propice à l’édition. De nouvelles études ont été publiées aux côtés d’ouvrages classiques qui ont été réédités. Ce phénomène est comparable à celui que nous avons pu observer dans le cadre du bicentenaire de la Révolution française où une pléthore de publications est venue enrichir notre compréhension du passé et réinterroger cet événement majeur de l’histoire française, européenne et internationale.

L’horizon de cet anniversaire a incité les historiens et sociologues à revisiter cet événement, à l’aune de nouvelles sources, de nouvelles approches, de nouvelles méthodes et pratiques de recherche. Il les a aussi encouragés à étudier la Révolution grecque sous l’angle de l’histoire culturelle des représentations, de l’histoire des émotions et des sensibilités, des gender studies, et des postcolonial studies. L’initiative “Decolonize Hellas” s’inscrit dans cette dernière tendance. Il s’agit d’un collectif regroupant des historiens et des citoyens, soucieux de réinterroger la place de la Grèce moderne dans les géographies et généalogies du colonialisme européen. Le bicentenaire était aussi l’occasion de rappeler des aspects événementiels moins connus, voire occultés, faire émerger des objets ou des aspects d’un refoulement mémoriel, faire connaître des acteurs oubliés ou moins connus.

Ces études reflètent aussi la manière dont la société grecque s’est appropriée a posteriori la Révolution, source d’inspiration des expressions artistiques (chansons, peinture, œuvres littéraires, pièces de théâtres…).

Les ouvrages introduits dans les collections de la BULAC en rapport avec le bicentenaire de la Révolution grecque reflètent les tendances éditoriales générales.

Ce corpus en cours de constitution est composé d’ouvrages édités entre 2016 et 2021, dont 58 sont déjà signalés et intégrés dans les collections. Ce corpus comprend des études relevant des disciplines des sciences humaines et sociales sur la Révolution grecque. En revanche, les romans et romans graphiques inspirés par les événements de cette révolution n’y figurent pas.

55 sont issus des acquisitions effectuées par la bibliothèque et trois proviennent de dons de leurs auteurs. La plupart sont édités en Grèce et en grec. Nous pouvons également évoquer certaines publications en anglais, à l’instar de The Greek Revolution: 1821 and the making of modern Europe par Mark Mazower, ou encore The Greek revolution: a critical dictionary, une publication dirigée par Paschalis Kitromilidis et Constantinos Tsoukalas, sous forme de dictionnaire encyclopédique sur le modèle du Dictionnaire critique de la Révolution française, publié par Mona Ozouf et François Furet en 1989.

Parmi les maisons d’édition représentées, on peut citer Alexandreia (3), Asini (3), 24 Grammata (2), Themelio (1), Gutenberg (1), Opportuna (1). Il convient de mentionner la présence de deux collections consacrées à cette séquence historique, « 200 χρόνια από την Επανάσταση » (200 depuis la Révolution) chez Metaichmio et « Ιστορική Βιβλιοθήκη 1821 » aux éditions de l’Ethniko Idryma Erevnon, l’équivalent du CNRS en France.

Des approches plurielles

Ces publications concernent les axes thématiques suivants :

Parmi tous ces ouvrages, cinq publications présentent une originalité en termes d’outils d’analyse mobilisés, de sources exploitées ou de thématiques abordées et qui contribuent à revisiter la Révolution grecque, tout en proposant une nouvelle perception de ces événements.

L’événement revisité à travers le temps

Le premier ouvrage, intitulé Φουστανέλες και χλαμύδες : Ιστορική μνήμη και εθνική ταυτότητα 1821-1930 et que l’on pourrait traduire par « Fustanelles et toges : mémoire et identité nationale 1821-1930 », est signé par Christina Koulouri. Professeure à l’Université Panteion d’Athènes, cette historienne nous montre comment la Révolution grecque de 1821 a été instrumentalisée par la rhétorique officielle, mise en scène dans l’espace public, tout au long du premier centenaire de l’État grec. Le passé étant constamment revisité par chaque génération, la tâche, la mission des historiens ne se limite pas à la simple reconstitution de ce qui a pu se passer à un temps donné ; elle nécessite, elle mobilise un travail sur la dimension diachronique du passé, afin de comprendre comment celui-ci est saisi, réapproprié, réinterprété, par chaque société, par chaque individu, en fonction de ses sensibilités, de ses considérations, de ses projections dans l’avenir.

Brosser le portrait des acteurs de la Révolution

L’ouvrage suivant, Η Ιστορία έχει πρόσωπο : Μορφές του 1821 στην Ελλάδα του Οθωνα από τον Βέλγο διπλωμάτη Benjamin Mary (L’histoire a un visage. Figures de 1821 en Grèce du roi Othon), permet de faire connaissance avec Benjamin Mary, un diplomate belge arrivé à Athènes en juillet 1839, avec comme mission de nouer des liens commerciaux entre les deux royaumes récemment créés, belge et grec. Séjournant dans la capitale grecque pendant cinq ans, il ne se contente pas pour autant de sa mission diplomatique, et il s’attelle aussi à réaliser des centaines de portraits représentant des combattants de la guerre d’indépendance, des personnalités du monde politique ou ecclésiastique, ainsi que des gens ordinaires. Ses dessins donnent un visage aux acteurs de cette histoire.

De la cause grecque à la cause abolitionniste, le cheminement de Philhellènes américains

Le troisième ouvrage, The Greek fire: American-Ottoman relations and democratic fervor in the age of revolutions, publié chez Cornell University Press, revient sur l’action des philhellènes américains, parfois éclipsés par l’action de leurs contemporains européens. L’historienne Maureen Connors Santelli nous rappelle que l’engagement des philhellènes américains allait assez souvent de pair avec leur plaidoirie en faveur de l’abolition de l’esclavage dans leur propre pays. C’est le cas du médecin bostonien Samuel Gridley Howe, qui à peine diplômé, part se mettre au service des insurgés en 1824, en tant que chirurgien. Quarante ans plus tard, il va d’ailleurs retourner en Grèce pour contribuer cette fois-ci à la révolte des Crétois chrétiens en 1866. Entre-temps, il est devenu un fervent partisan du mouvement abolitionniste. Son concitoyen Hiram Powers suscita de vives réactions et émotions auprès du public américain avec sa statue L’esclave grecque, réalisée à Florence en 1844. Cette sculpture représentant, selon son créateur, une jeune femme chrétienne, dénudée et enchaînée après avoir été capturée par les forces ottomanes lors des opérations militaires des années 1820 en Roumélie, a été associée à la lutte contre l’esclavage aux États-Unis d’Amérique. Des spectateurs comparent la statue aux esclaves des plantations dans les États sudistes. Cette comparaison est de plus en plus diffusée lorsque la guerre civile américaine commence à se profiler. Maureen Contors Santelli a le mérite d’avoir su mettre en évidence la jonction entre la cause philhellène et la cause abolitionniste aux États-Unis d’Amérique.

Un registre de comptes au service de la micro-histoire

L’historienne Eftychia Liata nous fournit, grâce à son livre sur la frégate Timoléon, Εκ του υστερήματος αρμάτωσαν… : η φρεγάτα “Τιμολέων” στην Επανάσταση του 1821, un bel exemple de microhistoire. Ayant la chance d’accéder à une source précieuse, qui ferait le bonheur de tout chercheur, à savoir, le registre des comptes du capitaine Lazaros Pinotsis, originaire de l’île d’Hydra, elle arrive à travers un micro-objet, à brosser un tableau plus général, éclairant des aspects liés à l’histoire économique de la période révolutionnaire. Ce document retrace de manière méticuleuse les dépenses associées au navire par lequel Pinotsis participa aux batailles navales entre le mois de mars 1821 et le mois de mars 1828. Les salaires des marins composant l’équipage de la frégate, les dépenses pour leur nourriture, les prix des denrées alimentaires, ainsi que le coût de chaque travail de réparation, sont systématiquement relatés.

Pour une narration polyphonique du passé

Enfin, l’étude de Sofia Laïou et Marinos Sarigiannis, Οθωμανικές αφηγήσεις για την Ελληνική Επανάσταση (Narrations ottomanes sur la Révolution grecque), rend compte de la perception de cet événement par un représentant de l’élite politique ottomane de confession musulmane, donnant enfin la parole dans l’historiographie grecque à cette catégorie d’acteurs, réduite jusqu’à nos jours à un quasi silence absolu. Ce travail vient enrichir l’étude de ces événements par les contemporains, en prenant place aux côtés des mémoires déjà publiés par les insurgés chrétiens, et ceux rédigés par des observateurs extérieurs, notamment des philhellènes participant aux combats sur place. Les deux auteurs nous proposent une traduction en grec des mémoires de Yousouf bey, officier ottoman, témoin direct des événements de la révolution grecque en Péloponnèse où il reste enfermé pendant plus de vingt mois à Nauplie, assiégée par les insurgés Rum/Romioi, entre le mois de mars 1821 et le mois de novembre 1822. Fils d’Ahmet Pacha Sallambas, vali du pachalik de la Morée, sa mère est faite prisonnière pendant les Orlofika, c’est-à-dire la répression du soulèvement d’une partie de la population chrétienne du Péloponnèse dans le cadre de la guerre russo-ottomane de 1768-1774. Maîtrisant le grec, Yousouf bey est désigné comme représentant de la communauté musulmane de la ville de Nauplie pour négocier les termes de leur reddition. Une fois libéré, et après un bref passage à Smyrne, il s’installe à Istanbul où il rédige ses mémoires. Cet ego-document constitue une source précieuse pour l’étude de l’histoire des émotions. Il témoigne aussi de la manière dont une partie des Ottomans musulmans ont pu percevoir ces événements. Ses mémoires évoquent également des aspects, restés pendant longtemps ostracisés de la mémoire collective en Grèce, occultés ou refoulés dans une certaine historiographie officielle ou dominante. Il revient par exemple sur le massacre d’environ quarante mille habitants de confession musulmane lors de la prise de la ville de Tripolitsa, chef lieu du pachalik de la Morée, par les insurgés et la profanation par les Romioi du cimetière musulman de la ville. La traduction de ce récit participe aussi d’un mouvement à l’encontre de l’amnésie collective ou de la mémoire sélective.


Pour aller plus loin

Expositions, colloques…

Dans le cadre du bicentenaire de la Révolution grecque de 1821, une série de manifestations scientifiques et culturelles ont été programmées en Grèce et à travers le monde. La plate-forme Πρωτοβουλία 1821-2021, à l’initiative de fondations et d’institutions culturelles grecques, répertorie ces activités.

Ressources numériques

Signalons le programme de recherche « Η Ελληνική Επανάσταση του 1821: Ψηφιακό Αρχείο » (La Révolution grecque de 1821 : Archives numériques). Inauguré en 2016, ce programme est coordonné par le Centre de recherche pour les sciences humaines (ΚΕΑE). La Bibliothèque nationale de Grèce (ΕΒΕ), la Bibliothèque du Parlement grec, les Archives générales de l’État grec, l’Archive historique du musée Benaki et les Archives historiques et littéraires grecques (ELIA) y participent comme partenaires. Dans le cadre de ce programme, la collection « Ψηφιακή Βιβλιοθήκη 1821 » (Bibliothèque numérique de 1821) réunit des articles scientifiques nourrissant l’historiographie de la Révolution grecque de 1821. Elle a vocation à être régulièrement enrichie.

Citer ce billet : Nicolas Pitsos, "Revisiter la Révolution grecque de 1821 : reflets du paysage éditorial à l’occasion de son bicentenaire," dans Le Carreau de la BULAC, 22 mars 2022, https://bulac.hypotheses.org/37414. Consulté le 15 août 2022
  1. Le millet est une communauté religieuse reconnue par le pouvoir ottoman ; elle s’auto-administre sous la responsabilité de son chef hiérarchique dans les domaines relevant de la théologie et de la morale, mais se conforme aux lois de l’Empire pour tout le reste. Le millet met sur pied et finance des institutions (tribunaux ecclésiastiques, écoles, hôpitaux et hospices). Le statut réservé aux membres des millets est celui prévu par la loi canonique, la chari’a. Il reconnaît à ces tributaires ou zimmi une place dans l’État et le droit de pratiquer librement leur religion, mais il les maintient dans une position subalterne de sujets de seconde catégorie. Les non-musulmans font l’objet de diverses mesures discriminatoires exprimant l’infériorité de leur condition. En contrepartie, ils disposent d’une certaine autonomie administrative et judiciaire et peuvent aussi jouir d’un statut socio-économique élevé au sein de la société ottomane. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search