Ukraine : une sélection bibliographique

La guerre en Ukraine remet en question les dispositifs de sécurité créés à la suite de la Seconde Guerre mondiale. Pour comprendre cette actualité dramatique, la penser et y réagir, un recul critique peut être une nécessité urgente.

Héritière d’un patrimoine historique millénaire, l’Ukraine demeure le plus grand pays européen et l’un des moins connus, alors que sa population se bat avec persévérance et conviction pour préserver son intégrité territoriale et son indépendance. Les études ukrainiennes ont souvent manqué de visibilité dans l’espace français et mondial et les travaux des chercheurs ukrainiens rarement mis en avant.

La sélection proposée ici cherche à orienter le lecteur vers des éléments clés de l’histoire et de la culture de l’Ukraine, à mettre en valeur sa continuité historique et à faire entendre les voix ukrainiennes qui ont contribué à façonner son identité politique et sa société civile.

Cette bibliographie commentée a été rédigée par Iryna Sobchenko, chargée de collections pour le domaine ukrainien à la BULAC.


Mosaïque de Saint-Jean par Mykhaïlo Boïtchouk, 1910 (Wikimedia Commons)

L’État ukrainien à travers les âges

Les origines de l’Ukraine moderne remontent à la Rus de Kiev, principauté multiethnique active du IXe au XIIIe siècle. Lui succédèrent d’autres entités étatiques telles que la principauté de Galicie-Volhynie (XIIe – XIVe siècle), l’Hetmanat cosaque (XVIIe – XVIIIe siècle). La République populaire ukrainienne et la République populaire d’Ukraine occidentale apparurent dans le sillage de la révolution 1917, puis la République socialiste soviétique d’Ukraine jusqu’en 1991. Face aux prétentions territoriales et politiques des grands empires – russe, ottoman, autrichien – le peuple ukrainien a aspiré à construire son propre État.

Illustration de L’Énéide de Kotliarevsky par Anatoli Basylevytch, 1970 (Wikimedia Commons)

La Sitch zaporogue, capitale de l’entité politique et militaire des cosaques de l’Ukraine centrale du XVIe au XVIIIe siècle, est devenue un symbole de la liberté et de l’auto-organisation – d’abord, pour protéger les frontières sud contre les invasions des Tatars, ensuite, pour maintenir des relations, tantôt diplomatiques, tantôt conflictuels avec les Polonais, les Russes et les Ottomans. Agissant au nom de la communauté cosaque, les hetmans zaporogues signaient les traités et créaient des alliances. Le rejet de la propriété féodale et du servage, le système de gouvernement électif et parlementaire, la gestion économique et juridique autonome, la promotion de l’éducation et du livre furent les traits uniques et avancés de la République cosaque. Les ouvrages ci-dessous permettront de jeter un regard plus profond sur le patrimoine cosaque constitutif de la mythologie nationale ukrainienne et des pratiques de la résistance.

À noter en particulier, le récit pittoresque d’Ivan Netchouï-Levytsky (1838-1918), écrivain et ethnologue ukrainien.

La volonté d’assimiler l’héritage de la Rus de Kiev et d’annexer les territoires ukrainiennes est devenue un élément crucial pour le nationalisme russe – avec l’intention d’effacer toute trace historique de l’État ukrainien. L’étude de Faith Hillis, notamment, parle des contextes d’annexion de l’Ukraine de la rive gauche en 1793-1795.

Dans sa remarquable étude, Daniel Beauvois explore les conditions sociales et économiques sur les territoires ukrainiens au sein de l’Empire de la seconde moitié du XIXe siècle.

La fête Chevtchenko par Mykhaïlo Boïtchouk, 1920 (Wikimedia Commons)

Résistance ukrainienne au XXe siècle : la lutte pour l’indépendance

La censure soviétique a fait disparaître plusieurs pages de l’histoire ukrainienne et jeté l’opprobre sur de nombreuses figures intellectuelles, persécutant toute manifestation d’une pensée politique dissidente, jugée comme « nationaliste ». Avant l’avènement de l’Ukraine soviétique, le paysage politique sur les terrains ukrainiens est très diversifié : les visions nationalistes, socialistes, communistes ou anarchistes pour une Ukraine autonome et démocratique s’y expriment et s’y confrontent.

Quelques références en ukrainien à découvrir sur ce sujet : 

  • l’article de Daniel Beauvois, « Qui prétend que l’Ukraine n’a pas d’histoire ? »
  • l’étude historique et documentaire sur la vie et le tragique destin d’Alexandre Schoumsky, socialiste pro-ukrainien et commissaire de l’éducation en 1919 et 1924-1927
  • l’ouvrage de Levko Yourkevych, marxiste convaincu et patriote de l’Ukraine, qui a fortement critiqué le chauvinisme grand-russe des bolcheviks
  • une biographie de Yevhen Konovalets, colonel dans l’Armée populaire ukrainienne et un leader politique de l’Organisation des nationalistes ukrainiens, assassiné en 1938 par le NKVD
  • un recueil des témoignages documentaires inédits publié par Volodymyr Viatrovych, directeur des archives du Serviсe de sécurité d’Ukraine (anciens archives du tchéka et du KGB), couvrant une période entre 1918 et 1991
Couverture de l’Histoire illustrée de l’Ukraine par Mykhaïlo Hrouchevsky, édition de 1918.

Sur la mise en place du pouvoir stalinien en tant que système des répressions, l’étude d’Alain Blum et Yuri Shapoval, Faux coupables – surveillance, aveux et procès en Ukraine soviétique (1924-1934), est d’autant plus intéressante qu’elle évoque deux figures importantes ciblées par les procès politiques, Serhiy Yefremov, militant, journaliste, créateur conceptuel des institutions politiques et culturelles de l’État ukrainien naissant, et Mykhaïlo Hrouchevsky – homme politique et chercheur éminent, président de la Rada centrale en 1917-1918, auteur de l’œuvre fondamentale en dix volumes intitulée Histoire de L’Ukraine-Rus.

Lors de l’époque soviétique, quelques générations de la résistance ukrainienne devinrent à la fois les gardiens de la mémoire collective et les acteurs politiques et culturels, fondateurs de l’Ukraine indépendante d’aujourd’hui. La moins connue est la Renaissance fusillée, un terme qui désigne la génération d’intellectuels, d’écrivains et d’artistes ukrainiens qui ont subi des représailles sanglantes pendant la Grande Terreur. Ce serait une erreur de considérer que l’extermination de la fine fleur de l’intelligentsia ukrainienne s’est arrêtée après la mort de Staline : la machine répressive de la surveillance et du Goulag continua à broyer plusieurs vies. Ci-dessous des témoignages, des portraits, des aperçus historiques, consacrés aux victimes de la terreur soviétique, ainsi que leurs propos et leurs textes littéraires, restés longtemps inédits et inconnus pour le grand public.

Mentionnons également les références suivantes :

La personnalité de Vassyl Stous (1938-1985), poète, journaliste, l’un des membres les plus actifs du mouvement dissident ukrainien, mort au Goulag, mérite une attention particulière, tant pour la qualité exceptionnelle de son œuvre, qu’au vu de la violence du pouvoir soviétique et du mépris cynique des droits de l’homme qui ont fait de lui une des dernières victimes du régime. L’ouvrage documentaire de Vakhtang Kipiani consacré à l’affaire de Vassyl Stous (premier tirage publié en 2019), est objet d’une tentative de censure de la part de Viktor Medvedtchouk. Ce dernier, connu aujourd’hui pour ses liens étroits avec Vladimir Poutine et sa participation à l’occupation de la Crimée et du Donbass, fut avocat d’office de Stous lors de son dernier procès en 1979 ; malgré la volonté de son client, il plaida sa culpabilité sans avoir fait aucun recours pour le défendre.

Après la chute de l’URSS, les crimes contre l’humanité, commis par les régimes stalinien et nazi sur le territoire de l’Ukraine, sont devenus des sujets majeurs de réflexion. La famine de 1932-1933 et le génocide des paysans de l’Ukraine et de Kouban, le massacre des juifs à Babyn Yar en 1941, la déportation des Tatars de Crimée en 1944 furent occultés par le pouvoir soviétique et demeurent jusqu’aujourd’hui l’objet de spéculations politiques. Un important travail a été fait récemment, notamment, par les historiens ukrainiens, afin de reconstituer la mémoire collective. 


Contexte géopolitique et relations internationales

Comment l’Ukraine voit-elle sa place dans le monde ? Sur quoi se fonde son choix européen ? Pour répondre à ces questions, il faut tenir compte des récits historiques et des politiques mémorielles dans la zone de rupture géopolitique beaucoup plus complexe que la tension symbolique entre l’est et l’ouest. Pendant ses trente années d’indépendance, l’Ukraine a su démontrer que son orientation géopolitique repose sur un ensemble cohérent de valeurs, dont le respect de l’altérité et des droits de l’homme, la diversité culturelle, le parlementarisme et la démocratie, la collaboration égalitaire, ce qui l’oppose au néo-impérialisme de la Russie post-soviétique. Les ouvrages suivants aideront à se former une opinion sur les différents aspects du projet géopolitique et le poids international de l’Ukraine.  


Цвіте Україна (Ukraine en fleurs), par Maria Primachenko, 1979.

Culture ukrainienne

Quelques références non exhaustives pour s’immerger dans la culture de l’Ukraine moderne jusqu’à nos jours afin de découvrir la richesse et l’originalité de la pensée intellectuelle, l’épanouissement de la culture, de l’art, du cinéma.

À découvrir surtout, le philosophe ukrainien du XVIIIe siècle Grégoire Skovoroda, l’histoire du cinéma qui commence en 1907 avec la création du studio d’Odessa, l’avant-garde ukrainienne du début du XXe siècle, aussi bien que les périodes les plus saillantes de la littérature ukrainienne dans le cadre des courants européens majeurs.

Pour aller plus loin

Découvrir la sélection bibliographique complète dans le catalogue de la BULAC


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search