De l’obscurité des magasins aux vitrines de l’Institut du monde arabe : parcours d’un manuscrit

À l’occasion du prêt du manuscrit كتاب الاركان / Kitâb al-arkân (ms-ara-606) à l’Institut du monde arabe, Saïra Munir Qureshi et Séverine Queune, du pôle Conservation de la BULAC, nous présentent le parcours d’un manuscrit, depuis l’obscurité des magasins jusqu’aux vitrines d’un grand musée…

Valoriser les fonds anciens… 

L’ouverture de la BULAC fin 2011 a permis d’offrir une visibilité nouvelle aux collections patrimoniales de l’établissement. Le chantier de constitution de la Réserve, entrepris sous la houlette de Francis Richard, a permis d’identifier, conditionner, puis entreposer dans des magasins spécifiques, les manuscrits et imprimés précieux issus des diverses collections dont la BULAC a hérité. Parallèlement, l’ouverture de la salle de consultation de la Réserve – malgré des horaires restreints (14h-18h30) – a largement amélioré l’accessibilité de ces collections. En dépit de leur richesse et de leur originalité, ces dernières demeurent toutefois mal connues. La principale raison relève de leur faible signalement, la grande majorité des manuscrits n’apparaissant pas encore au catalogue en ligne. Mais nous avons à cœur de pouvoir, au fil du temps, révéler aux chercheurs et curieux éclairés les richesses que recèlent ce que nous appelons entre nous les “magasins de la Réserve”.

Les premières expériences de numérisation, appelées à prendre une toute autre ampleur dans les années à venir, permettent déjà de consulter en ligne depuis la bibliothèque numérique de la BULAC, plus d’une centaine de documents précieux issus des fonds japonais, arabe, turc et indien. Parallèlement, se poursuit un travail d’inventaire et de description, en préparation du catalogage des collections manuscrites (voir sur ce sujet les billets de Francis Richard sur les manuscrits arabesturcs et persans) puis des quelques imprimés anciens en caractères non latins qui ont réussi à échappé à lœil pourtant vigilant des catalogueurs. Le troisième biais de valorisation, peut-être le plus efficace au vu de l’éventail de publics touchés, passe par le prêt aux expositions. Occasion d’offrir au regard de tous, en présentiel, des documents d’une grande rareté, qui malheureusement dorment le plus souvent sur les étagères des magasins. Depuis son ouverture, la BULAC a ainsi prêté ses collections à l’Institut du monde arabe (Les Mille et Unes Nuits, 27 novembre 2012 – 28 avril 2013), à la Mazarine lors de l’exposition “Le livre arménien de la Renaissance aux Lumières » (26 octobre-30 novembre 2012)” ainsi qu’au MuCEM, pour son inauguration. Depuis le 25 septembre dernier et jusqu’au 5 septembre 2014, un manuscrit fortement atypique du fonds arabe est également exposé dans la vitrine n°9 de l’exposition Lumières de la sagesse : Ecoles médiévales d’Orient et d’Occident, à l’Institut du monde arabe.

كتاب الاركان , sous les feux de la rampe…

C’est l’occasion, pour nos équipes du Pôle de la Conservation, de nous ouvrir brièvement les coulisses du parcours d’un manuscrit, depuis l’obscurité des magasins jusqu’aux vitrines d’un grand musée. Le manuscrit en question n’est pas anodin. Il s’agit d’une version arabe des Eléments d’Euclide (كتاب الاركان / Kitâb al-arkân), jusqu’à très récemment inconnue des spécialistes. D’après la notice rédigée par Francis Richard pour le catalogue de l’exposition, cette traduction, dépourvue de toute préface, fut probablement exécutée par Ishâq ibn Hunayn et révisée par Tābit Ibn Qurra al-Harrānī. La copie conservée par la BULAC fut réalisée en 1215 de la main de Abd al-Rahmân ibn ‘Alî ibn Muhammad ibn Ibrâhîm, lequel a également dessiné les figures géométriques illustrant le texte. 

Elle fut acquise par la Bibliothèque interuniversitaire des langues orientales, le 6 novembre 1885 lors de la vente Soliman al-Haraïri, grand collectionneur et bibliophile. Soliman al-Haraïri, notaire à Tunis, avait enseigné quatre ans l’arabe au Collège français à Tunis, avant de devenir secrétaire arabe et jurisconsulte pour les affaires musulmanes au Consulat de Tunis, puis répétiteur d’arabe à l’École des Langues orientales (1873 à 1877). Cette copie renferme les treize livres d’Euclide sur la géométrie et les nombres primitifs ainsi que deux livres apocryphes.

Contrairement à ce qu’on pourrait imaginer, le prêt d’un document à une exposition ne va pas de soi. Outre l’examen de l’intérêt scientifique de l’exposition – indéniable dans ce cas précis – il convient bien évidemment de prendre en compte l’état du document et de s’assurer qu’il n’a pas fait l’objet d’un prêt récent ou, le cas échéant, qu’il a connu, depuis, une période de repos dans de bonnes conditions de conservation. Les équipes de la Conservation ont également à cœur de s’assurer que les conditions d’exposition n’entreront pas en conflit avec les règles de conservation, notamment concernant l’exposition à la lumière, l’emplacement du document, son positionnement dans la vitrine, etc. Elles dressent au préalable un constat d’état, repris aux différentes étapes de l’ «aventure» du document. Cette procédure vise à constater l’état physique du document et permet de dresser une liste de préconisations concernant sa manipulation, son transport et les conditions précises dans lesquelles il doit être exposé.

  • État n°1 : Constat servant de point de référence à toutes les étapes suivantes, dressé par le prêteur au plus tard juste avant le conditionnement et le départ du document de l’établissement prêteur
  • État n°2 : Constat dressé par l’emprunteur et le convoyeur et/le transporteur au moment du déballage de l’œuvre à son arrivée sur le site de l’exposition
  • État n°3 :Constat dressé à la fin de l’exposition par l’emprunteur et le transporteur et/ou le prêteur avant le retour du document à l’établissement prêteur
  • État n°4 : Constat dressé par le prêteur et le transporteur et/ou l’emprunteur au retour du document dans son établissement d’origine 

Étape indispensable, l’emprunteur doit avant tout assurer le document. La valeur, fixée par le responsable scientifique du fonds dont il est issu, se veut légèrement supérieure au prix sur le marché de pièces équivalentes. On parle d’assurance “de clou à clou”, couvrant le document depuis son prélèvement dans les magasins jusqu’à son retour sur les étagères. Parallèlement, Si un catalogue d’exposition est prévu, l’emprunteur s’entend avec l’établissement prêteur sur la rédaction de la notice. Elle échoit le plus souvent à l’établissement prêteur, qui dispose des compétences scientifiques requises et d’une meilleure connaissance des collections. Dans le cas qui nous intéresse, une notice avait déjà été établie à l’occasion de la numérisation du manuscrit en 2011, il a donc suffi de l’enrichir et de l’accompagner d’une photographie de la page exposée.

Une fois les conditions préliminaires (constat d’état, assurance, signalement) remplies, le prélèvement, le convoiement et l’emplacement dans la vitrine sont assurés par une entreprise habilitée au transport d’œuvres culturelles, sous l’œil vigilant des équipes de la Conservation. Le transporteur est d’abord chargé d’emballer le document par un tamponnage et, une fois sur place, de le déballer. Avant sa mise en vitrine, un agent de la Conservation effectue une vérification d’après le constat d’état (état n°2), en présence du transporteur et de l’établissement receveur, puis supervise sa mise en place. Dans le cadre de cette exposition, la BULAC a requis une installation particulière en raison de la fragilité du document et de la spécificité de sa reliure, à rabat.

Un changement de folio s’est fait en milieu d’exposition, afin d’éviter, notamment, les dégradations dûes à la lumière. Après l’exposition, l’ouverture des vitrines et le démontage de l’installation se feront à nouveau en présence d’un agent du pôle Conservation afin de vérifier l’état du document à l’issue de ses quatorze semaines d’exposition (état n°3). Une dernière vérification sera faite sur le site de la BULAC afin de s’assurer que l’oeuvre n’a pas été dégradée lors du transport de retour (état n°4).

En attendant, le manuscrit est encore visible jusqu’au 5 janvier, il vous reste donc les vacances de Noël pour profiter de la – trop rare – opportunité de poser les yeux sur un manuscrit d’une grande rareté. Et si la contemplation d’un seul extrait du manuscrit vous laisser sur votre faim, n’hésitez pas à venir feuilleter l’ensemble du manuscrit sur la bibliothèque numérique de la BULAC

Avec la contribution éclairée de Saïra Munir Qureshi, responsable adjointe du pôle Conservation, Séverine Queune, responsable de l’atelier de conservation, et Francis Richard, directeur scientifique.

 

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search