Langues et cultures autochtones de Patagonie

Cristina Calderón (1928-2022), reconnue comme dernière locutrice de la langue yagan en Patagonie, s’est éteinte le 16 février 2022 à Punta Arenas, dans le sud du Chili. Cette disparition nous rappelle le triste sort que l’histoire de la colonisation, de l’assimilation culturelle et parfois aussi du génocide a unanimement réservé aux peuples autochtones dans le monde, et plus particulièrement en Patagonie. Consciente d’un tel destin, Cristina Calderón s’était engagée dans diverses actions de sauvegarde de sa langue, notamment par la publication d’un recueil de contes yagan, ce qui lui valut d’être déclarée en 2009, par l’UNESCO, « trésor humain vivant ». En hommage à cette personnalité féminine et autochtone et à sa détermination pour la valorisation et la transmission de sa langue, ce billet propose un coup de projecteur sur la place des langues et cultures autochtones de Patagonie dans les collections de la BULAC.

Cristina Calderón à l’université de Magallanes en octobre 2014 (Instituto de la Patagonia, Universidad de Magallanes)

Des langues menacées

Si, très souvent, les langues autochtones constituent des langues minoritaires au regard des contextes nationaux dans lesquels elles évoluent, celles des peuples de Patagonie le sont d’autant plus qu’elles reposent sur des communautés de locuteurs extrêmement réduites et qu’elles ne bénéficient par ailleurs d’aucun statut particulier. Au Chili, seuls deux des neuf peuples autochtones officiellement reconnus par l’État aujourd’hui sont originaires de Patagonie : les Kawésqar (ou Alakaluf) et les Yagan (ou Yámana) qui, d’après le dernier recensement officiel réalisé en 2017, comptabilisaient respectivement 3 348 et 1 600 individus, soit moins de 0,5 % de la population chilienne.

Chefs tehuelche en 1903 (Source : Wikipédia)

Les Mapuche, qui sont eux aussi reconnus par l’État chilien en tant que peuple autochtone, peuvent également être considérés dans ce décompte. Historiquement présents au Chili (de l’Araucanie aux canaux de Patagonie septentrionale) comme en Argentine (dans les provinces de Neuquén, de Río Negro et de Chubut), ils constituent dans chacun de ces deux pays la première force démographique autochtone nationale : 1 745 147 individus au Chili (selon le recensement de 2017) et 205 009 en Argentine (d’après le recensement de 2010). Côté argentin, la Patagonie est également le territoire de 27 813 Aónikenk (à peine plus de 0,07 % de la population argentine), plus couramment connus sous le nom Tehuelche. En Terre de Feu, enfin, on recense également une petite communauté de 294 Selk’nam, également appelés Onas.

On comprend, à la présentation de ces quelques données démographiques, que le devenir des langues autochtones de Patagonie est aujourd’hui clairement menacé, exception faite toutefois du mapudungun, la langue mapuche, dont le nombre de locuteurs demeure conséquent. Le caractère exclusivement oral de ces langues, conjugué aux différentes formes de discriminations auxquelles ces peuples ont été soumis historiquement, sont des facteurs aggravants expliquant leur dépérissement. C’est ce qu’illustre tristement la situation du yagan dont la survie semble à présent tout simplement compromise.

Groupe selk’nam en 1930 (Source : Wikipédia)

Des langues documentées

Cette réalité se reflète d’une certaine manière dans les collections de la BULAC. Les langues et cultures de Patagonie occupent en effet une place relativement marginale parmi les quelque 5 000 documents du domaine Amériques et Groenland, qui est aussi le plus modeste en termes volumétriques malgré l’immensité géographique qu’il recouvre. Ce domaine présente néanmoins la particularité d’être en grande partie centré sur les langues et cultures des peuples autochtones, ses fonds s’étant constitués avec l’introduction à l’Institut national des langues et civilisations orientales (Inalco) de l’enseignement du quechua en 1971, puis de l’inuktitut en 1973 et la création, cette même année, de l’actuelle section Langues et Cultures des Amériques qui offre également des formations en maya, en guarani et en nahuatl.

Un tel panorama résulte à l’évidence de l’intérêt prioritairement porté depuis le début du XIXe siècle, par l’américanisme français, à l’étude des hautes civilisations méso-américaines et andines, vis-à-vis desquelles la Patagonie constitue un espace périphérique. Les fonds du domaine Amériques et Groenland comptent toutefois plusieurs dizaines de documents de grande valeur au sujet des langues et cultures autochtones de Patagonie. On y retrouve notamment des ouvrages de linguistique d’une grande valeur pour plusieurs des langues de la région. C’est par exemple le cas du kawéskar ou qawasqar, dont le linguiste Christos Clairis, enseignant à l’université Paris-Descartes entre 1986 et 2009, s’est fait le spécialiste. Son ouvrage El qawasqar: lingüística fueguina, teoría y descripción, tiré de sa thèse de doctorat et publié en 1985 par l’université Australe du Chili, mérite une mention particulière, dans la mesure où il est accompagné d’enregistrements audio disponibles sur le site web personnel de l’auteur. On trouvera en outre, dans les fonds de la BULAC, issu plus spécifiquement du don Jacqueline Weller, un tiré-à-part de l’article « La lengua qawasqar (alakaluf) », que l’auteur publia en 1978 dans la revue Vicus Cuadernos: Lingüística.

C’est toutefois le mapudungun qui, en raison de sa vitalité, est la langue la mieux couverte. Des dictionnaires structurés en sections thématiques fournissant des explications sur l’origine et les contextes d’usage des concepts traduits (en espagnol et/ou anglais) permettent non seulement de s’initier à la langue autochtone la plus parlée de Patagonie, mais aussi de la replacer et la comprendre dans son univers culturel d’origine. Ces dictionnaires sont par ailleurs accompagnés de ressources complémentaires variées :

Couverture de l’ouvrage Parlons Mapuche (2005)

Le rôle des missionnaires européens en Patagonie

Portrait de Thomas Bridges (Source : Wikipédia)

Le rôle fondamental des religieux doit à ce propos être souligné, s’agissant très généralement de missionnaires européens à qui l’on doit les premiers écrits et travaux sur les différentes langues de Patagonie. Le missionnaire anglican Thomas Bridges (1842-1898), réputé être le premier habitant blanc à s’être établi avec sa famille en Terre de Feu, durant la seconde moitié du XIXe siècle, serait ainsi l’auteur du premier dictionnaire de langue yagan. Constitué d’environ 32 000 entrées traduites en anglais, l’ouvrage est pourvu d’explications complémentaires tirées des expériences du missionnaire parmi les Yagan, qui en font un recueil ethnographique de grand intérêt. Or, dans la poursuite de son œuvre missionnaire et évangélisatrice, Thomas Bridges a également traduit en yagan l’Évangile selon Luc (Gospl Lчc ecamanāci) et l’Évangile selon Jean (Gospel Jon ecamanāci), qu’il a publiés à Londres en 1886 et dont des exemplaires sont aujourd’hui conservés dans les fonds de la BULAC.

Comme cela s’est historiquement avéré dans beaucoup d’autres régions du monde, le missionnaire apparaît ici comme une figure particulièrement ambiguë, à la fois en tant qu’acteur à part entière de la colonisation et comme avant-garde scientifique, léguant au pot commun de la connaissance des données de première main d’une grande richesse au sujet des populations locales, de leurs coutumes et leurs modes de vie. Ses pas ont d’ailleurs souvent suivi, accompagné et parfois même devancé ceux de l’explorateur missionné pour partir à la découverte de contrées peu ou mal connues, éventuellement à des fins d’appropriation et d’exploitation. La Patagonie n’a pas fait figure d’exception : alors que les États chilien et argentin étaient en pleine expansion territoriale, concluant l’annexion et le partage du territoire mapuche en Patagonie septentrionale, la France organisait une mission scientifique au Cap Horn entre septembre 1882 et septembre 1883, dans le cadre de la première Année Polaire Internationale. Comme en attestent plusieurs documents conservés à la BULAC, cette mission a notamment permis d’en apprendre davantage sur les peuples autochtones de Patagonie et leurs cultures, en complément des travaux des premiers missionnaires.

La mission scientifique française au Cap Horn de 1882-1883

C’est au médecin Paul Hyades (1847-1919) que l’on doit la plupart des travaux ethnographiques réalisés dans le cadre de cette mission scientifique. Féru d’anthropologie physique, il réalisa notamment des mesures anthropométriques sur des sujets yagan. Son intérêt pour la culture matérielle l’amena toutefois aussi à collecter des pièces ethnographiques constituant des témoignages dont l’importance et l’intérêt sont indiscutablement liés à leur ancienneté, à une époque où les autochtones de Patagonie n’avaient pas encore été exposés à l’influence du monde occidental. Les rapports de mission du docteur Hyades furent notamment publiés sous forme d’une quinzaine d’articles parus principalement dans le Bulletin de la Société d’Anthropologie et la Revue d’Ethnographie, dont un tiré-à-part de 1884 intitulé « Contribution à l’ethnographie fuégienne » est disponible dans les documents du domaine Amériques et Groenland.

La mission française au Cap Horn s’est par ailleurs illustrée, dans tous les sens du terme, par les quelques 323 clichés photographiques remarquables qui en ont été rapportés et ont fait l’objet de l’ouvrage Cap Horn, 1882-1883 : rencontre avec les Indiens yahgan (1995). Sous la houlette de l’anthropologue franco-américaine Anne Chapman (1922-2010), reconnue pour ses recherches ethnographiques auprès des Yagan et des Selk’nam, l’ouvrage présente également des clichés datant du milieu des années 1980 de Cristina Calderón et de sa soeur Úrsula, avec qui l’anthropologue s’était entretenue à plusieurs reprises. Plusieurs autres travaux substantiels d’Anne Chapman sont également conservés dans les fonds de la BULAC, tels Los Selk’nam: la vida de los onas (1985), El fin de un mundo: los Selk’nam de Tierra del Fuego (1989) et Quand le soleil voulait tuer la Lune : rituels et théâtre chez les Selk’nam de Terre de Feu (2008), ouvrages dans lesquels les savoirs et fondements socio-culturels de la société selk’nam sont « capturés » par une approche historico-anthropologique de la cérémonie de l’hain.

Couvertures de plusieurs ouvrages d’Anne Chapman au sujet des Yagan et des Selk’nam

Des peuples voués à disparaître ?

L’intérêt et la valeur de ces travaux sont d’autant plus grands que l’on considère de longue date que la survie culturelle et l’existence même des peuples autochtones de Patagonie sont fortement menacées. C’est tout particulièrement le cas des Selk’nam qui, pour grand nombre d’entre eux, ont été soit froidement exécutés par des « chasseurs d’Indiens » cherchant à s’approprier leurs terres, soit emportés par des maladies importées d’Europe dans ce qu’il conviendrait d’appeler un véritable choc épidémiologique. C’est ce lent processus d’extermination et les motifs qui y président que Romina Casali analyse dans son ouvrage Conquistando el fin del mundo: la Misión La Candelaria y la salud de la población selk’nam (Tierra del Fuego, 1895-1931) (2013). Anne Chapman elle-même, dans une note publiée en 1974 dans les pages du Journal de la Société des Américanistes, présenta ainsi Ángela Loij, l’une de ses principales collaboratrices de terrain qui venait de décéder, comme « la dernière Selk’nam ».

Et pourtant, contre toute attente, une demande de reconnaissance officielle du peuple selk’nam a été déposée le 6 août 2019 au Parlement chilien sous forme de projet de loi. Impulsé par la communauté Covadonga Ona, se présentant comme un regroupement de descendants de rescapés du génocide selk’nam, ledit projet a d’abord été validé par les députés chiliens le 24 juin 2020, passant ce même jour au Sénat où il se trouve actuellement en cours d’examen. C’est à ce titre la dynamique de résilience et de revitalisation identitaire des peuples autochtones de Patagonie qu’il convient de souligner. Les processus d’ethnogenèse comme celui que semblent connaître les Selk’nam, dont on avait pourtant décrété la disparition, en sont une facette évidente. La résistance culturelle à laquelle les Mapuche se livrent farouchement depuis maintenant près de cinq siècles en est une autre.

Une lueur d’espoir pour l’avenir

Couverture de l’ouvrage Les Mapuche à la mode (2015)

Cette résistance protéiforme des Mapuche est au cœur de plusieurs ouvrages relativement récents du domaine Amériques et Groenland, écrits pour la plupart dans une perspective pluridisciplinaire et critique des processus politiques et socio-culturels contemporains au Chili et/ou en Argentine. Citons notamment à cet égard : Aproximaciones a la cuestión mapuche en Chile: una mirada desde la historia y las ciencias sociales (2014), Juana, la mujer mapuche indómita (2015), Les Mapuche à la mode : modes d’existence et de résistance au Chili, en Argentine et au-delà (2015), ou encore l’ouvrage ¿Pactos de sumisión o actos de rebelión? Una aproximación histórica y antropológica a los mapuches de la costa de Arauco, Chile (2018) de l’anthropologue chilien Rolf Foerster.

Les questions soulevées dans ces ouvrages se font d’une certaine façon l’écho, en même temps qu’ils mettent en perspective le processus inédit, actuellement en cours au Chili, de rédaction d’une nouvelle constitution politique. Les luttes menées de longue date par l’ensemble des peuples autochtones au Chili, et en particulier par les Mapuche, ont effectivement leur part dans l’amorce de ce processus, et ce n’est pas un hasard si ces derniers bénéficient d’un nombre réservé de sièges (17 sièges sur 155, proportionnellement à leur poids démographique au regard de la population nationale) au sein de l’Assemblée constituante mise en place en juillet 2021 et dont les travaux doivent aboutir en juin 2022.

À cela s’ajoute aussi et surtout le fait que la présidence de cette Assemblée ait été assurée, entre juillet 2021 et janvier 2022, par Elisa Loncon, linguiste mapuche reconnue et militante des droits autochtones. L’élection à cette fonction d’une femme mapuche d’un tel profil vient assurément nourrir un espoir légitimement fondé, pour les peuples autochtones du Chili, de voir reconnaître, dans et par la Constitution en préparation, leur existence en tant qu’ensembles culturellement distincts et dotés de droits collectifs spécifiques, dont celui à parler et enseigner leurs langues. Il n’est pas anodin de noter, à ce titre, que le siège réservé aux Yagan, parmi les 17 places acquises aux peuples autochtones au sein de cette Assemblée, est occupé par Lidia González, qui n’est autre que la fille de Cristina Calderón.

Si l’annonce du récent décès de la dernière locutrice de cette langue de Patagonie peut à l’évidence être accueillie avec une certaine inquiétude, les processus actuellement en cours semblent toutefois indiquer, à l’instar de la renaissance selk’nam à laquelle on assiste depuis près d’une décennie, qu’il reste aux Yagan des cartes à jouer et que tout n’est donc pas complètement ni définitivement perdu !


Pour aller plus loin

À lire…
  • La BULAC met à disposition une liste d’ouvrages du domaine Amériques et Groenland qui portent spécifiquement sur différents aspects des langues et cultures autochtones de Patagonie, tant au Chili qu’en Argentine.
  • La revue Magallania, éditée depuis 1970 par l’université de Magallanes, au Chili, offre par ailleurs de nombreux articles dans le champ de l’histoire, de l’ethnographie, de la bioanthropologie et de l’archéologie de la Patagonie, de la Terre de Feu et de l’Antarctique. Tous les numéros publiés à partir du Volume 32 de 2004 sont disponibles en accès libre sur le site de la revue, à partir du catalogue de la BULAC.
  • Un dossier thématique dirigé par Romina Casali et Carlos Santamarina Novillo, intitulé “Colonialidad y conquista extremos: reflexiones epistemológicas en torno a las comunidades de Tierra del Fuego”, disponible en libre accès, a été publié en 2021 dans la Revista Española de Antropología Americana (Vol. 51).
À voir…
  • L’anthropologue Anne Chapman a elle-même réalisé un film documentaire intitulé Los Onas – Vida y muerte en Tierra del Fuego (Les Onas – Vie et mort en Terre de Feu) sur l’histoire et la situation des Selk’nam d’Argentine en 1977.
  • Les épisodes de l’émission documentaire argentine Pueblos Originarios (Peuples autochtones), diffusée en 2007 sur la chaîne publique Encuentro, sont accessibles sur son site web. Cette série documentaire s’intéresse aux racines ancestrales de l’Argentine, donnant pour cela la parole aux peuples autochtones présents dans différentes régions du territoire national, à la découverte de leurs histoires, leurs cultures et leurs langues. Les peuples de Patagonie font l’objet de plusieurs épisodes, au sujet des Aónikenk ou Tehuelche (Partie 1 / Partie 2), des Mapuche (Partie I / Partie 2 / Partie 3) et des Selk’nam.
  • Une autre émission documentaire également intitulée Pueblos Originarios (Peuples autochtones) a été réalisée au Chili, en 2010, dans le cadre de la célébration du bicentenaire de la formation de l’État chilien. Les épisodes, diffusés sur la chaîne publique TVN, ont notamment porté sur le peuple Kawésqar et différentes branches du peuple mapuche, parmi lesquelles les Lafkenche, les Pehuenche ou encore les Huilliche.
  • En 2012, le Conseil National de la Culture et des Arts du Chili (CNCA, renommé Conseil National des Cultures, des Arts et du Patrimoine en 2018) a produit un reportage intitulé La dueña del fin del mundo (La patronne du bout du monde) en l’honneur de Cristina Calderón, suite sa reconnaissance en tant que Trésor Humain Vivant.
  • Kawésqar… ¿una lengua perdida? (Kawésqar… une langue perdue ?) est un entretien réalisé en 2012 avec l’ethnolinguiste Óscar Aguilera Faúndez, dans le cadre de l’émission Con Ciencia de la chaîne télévisée de l’université de Magallanes au Chili.
  • Également disponibles sur la chaîne publique argentine Encuentro, des épisodes de l’émission documentaire Guardianes de la Lengua de 2017, dans lesquels le linguiste argentin Santiago Durante part à la rencontre des derniers locuteurs de différentes langues autochtones d’Amérique latine considérées en danger d’extinction. Deux de ces épisodes portent sur l’une des quatre langues tehuelche et celle des Yagán.
  • L’émission Indígenas notables (Autochtones remarquables), réalisée par la chaîne publique chilienne TVN, a dédié en 2018 un épisode à Cristina Zárraga, petite-fille de Cristina Calderón, dont elle a publié une biographie (Cristina Calderón. Memorias de mi abuela Yagán, 2017) tout en réalisant un intense travail de sauvegarde de la langue et la culture yagan.
À écouter…

Pochettes des deux volumes de Selk’nam chants of tierra del Fuego, Argentina

Citer ce billet : Bastien Sepúlveda, "Langues et cultures autochtones de Patagonie," dans Le Carreau de la BULAC, 30 mars 2022, https://bulac.hypotheses.org/38984. Consulté le 15 août 2022

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search