Portrait de chercheur : Nicolas Pitsos

Questions à… Nicolas Pitsos, historien et chargé de collections pour le domaine grec au sein de l’équipe Europe balkanique, centrale et orientale (EBCO) de la BULAC. Chercheur et enseignant en histoire et en études grecques, ses travaux portent particulièrement sur l’histoire de la presse.

Nicolas Pitsos dans la salle de la Réserve (Maxime Ruscio / BULAC)

Quel est votre parcours professionnel ?

C’est un long périple, tel un Ulysse des temps modernes, qui m’a d’abord mené de ma ville natale, Athènes, jusqu’à Paris, ma ville d’adoption ! Arrivé en France pour poursuivre des études en histoire, je me suis inscrit à la Sorbonne où, après une licence en histoire à Paris 1, j’ai préparé mon master au Centre d’histoire du XIXe siècle, auprès de grandes figures de l’histoire contemporaine à l’instar de Dominique Kalifa, Sylvain Venayre et Myriam Tsikounas. Mes premières recherches portaient sur l’histoire socioculturelle de la médecine et de la santé publique en France, et plus spécifiquement sur l’histoire des inégalités sociales dans la santé ainsi que sur l’hygiénisme au XIXe siècle, champs d’étude que j’avais essentiellement labourés avec comme outil et source première la presse spécialisée.

En parallèle, et afin d’assouvir mon autre passion pour la littérature, je me suis également inscrit à l’Inalco. Je dirais que cette période correspond en quelque sorte à ma première Renaissance, qui ne s’est pas faite cependant sans contrariétés, car indépendamment de ma motivation profonde, il a aussi fallu gérer le quotidien bien sûr. Pendant ces années de formation, j’ai ainsi dû multiplier les contrats précaires, en donnant des cours de langue, en assumant des surveillances d’examen, ou encore en travaillant comme interprète/traducteur.

Après m’être formé en histoire à Paris 1 et en études balkaniques/méditerranéennes à l’Inalco, j’ai soutenu ma thèse dans cet établissement, en 2014, en réunissant mes deux bagages intellectuels. Cette thèse, intitulée Marianne face aux Balkans en feu : perceptions des guerres balkaniques de 1912-1913 dans l’espace médiatique français, a porté sur la couverture, dans et par la presse française, des conflits en Europe du Sud-Est liés à la question d’Orient au début du XXe siècle. J’ai été amené à explorer ce nouveau domaine historiographique, à la fois en raison de mon intérêt pour la presse et l’histoire de l’Europe balkanique, mais aussi afin de faire coïncider mes activités de chercheur à celles d’enseignant.

Entre 2006 et 2012, j’ai participé à la mise en place et assumé la direction du parcours en langue et civilisation grecque à l’Institut catholique de Vendée où je continue actuellement d’enseigner, en licence d’histoire, l’introduction à la civilisation byzantine, l’histoire ottomane et la question d’Orient dans sa dimension balkanique. Par ailleurs, depuis 2016, je suis associé en tant que chercheur au Centre de recherche Europes-Eurasie (CREE), un laboratoire basé à l’Inalco ; et depuis 2019 aussi au Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines (CHCSC), basé à Paris Saclay.

À côté de mes activités académiques, j’ai également animé, en tant que guide, des voyages culturels en milieu associatif, notamment au sein de l’association Meraki (du turc merak, issu du mot maraq en arabe, μεράκι en grec veut dire faire les choses avec plaisir, avec entrain, en y mettant toute son âme, un terme qui résume et reflète l’esprit de cette association !), qui ont permis de réaliser des visites aux bureaux de journaux grecs comme Embros ou Tharros.

Aujourd’hui, je travaille en tant que chargé de collections pour le domaine grec à la BULAC, une bibliothèque que j’avais par ailleurs assidûment fréquentée dans le cadre de mes études.


Nicolas Pitsos au rez-de-jardin de la BULAC (Maxime Ruscio / BULAC)

Pourriez-vous nous préciser quand et comment vous êtes arrivé à la BULAC ?

Je suis arrivé à la BULAC en 2017, ma deuxième Renaissance ! Suite à la soutenance de ma thèse, j’ai été qualifié aux fonctions de maître de conférence dans les sections Histoire et civilisations et Langues et littératures. En parallèle de ma participation à la campagne de recrutement aux postes relevant de ces sections, j’ai aussi postulé à la fonction de chargé de collections pour le domaine grec qui était justement à pourvoir à la BULAC. J’ai alors intégré l’équipe Europe balkanique, centrale et orientale (EBCO) dont j’ai été le chef par intérim jusqu’en novembre 2020.

Cette place particulière m’a notamment conduit à assurer la coordination des projets de valorisation culturelle au sein du Pôle Développement des collections dont dépend l’équipe EBCO. C’est durant cette période que j’ai eu le plaisir d’accueillir, avec ma collègue Sonja Simicevic, la responsable de la bibliothèque de Matica Srspska, de représenter la bibliothèque à l’édition du festival Vo-Vf consacrée à la littérature roumaine en septembre 2019, et de travailler à la conception et la réalisation de trois expositions : « Mai 1968 ailleurs en Europe », avec les collègues de l’équipe EBCO ; « 1989, le retour de l’Histoire », en collaboration avec Benjamin Guichard, directeur scientifique de la BULAC ; et « Méhémet Ali, fondateur de l’Égypte moderne », avec les collègues de l’équipe Afrique, Moyen-Orient, Asie centrale (AMOMAC).


Quelles sont vos principales missions au sein de la BULAC ?

Il y a, d’abord, comme la plupart des agents de la bibliothèque, le temps consacré au service public, une expérience humainement et professionnellement enrichissante, car elle nous permet d’échanger avec nos lecteurs et de mieux saisir leurs attentes. Au-delà, mon activité est répartie en trois volets : l’enrichissement de nos collections, le traitement-signalement* de la documentation et sa valorisation.

L’enrichissement se fait surtout par l’intégration d’ouvrages en provenance de dons et de nouvelles acquisitions censées refléter les principales tendances éditoriales autour des études grecques et répondre aux besoins de renouvellement de l’enseignement et de la recherche dans ce domaine en France. Mon parcours au croisement de l’histoire et de la littérature, combiné à une expérience nourrie en enseignement, m’a beaucoup aidé dans cette démarche. Par ailleurs, très souvent de retour des voyages que j’anime avec l’association Meraki, j’ai l’occasion d’intégrer dans nos collections des ouvrages issus d’éditions locales implantées dans des villes où nous nous rendons, très difficiles à capter par nos fournisseurs officiels.

Ensuite, le traitement-signalement concerne aussi bien les documents nouvellement entrés que les documents présents dans nos collections mais pas encore signalés dans le catalogue numérique. Il s’agit dans ce cas du chantier de rétroconversion* des fiches situées dans les tiroirs du rez-de-jardin. Cette tâche me permet de mieux retracer l’historique de la composition du fonds grec de la BULAC mais aussi, du point de vue du chercheur, de disposer d’un corpus d’une valeur inestimable pour la connaissance de l’histoire de l’édition en grec.


Un glossaire pour s’y retrouver !
  • Magasin : le magasin est un espace de conservation, fermé au public, où sont rangés les documents qui ne sont pas destinés à être consultés en libre accès.
  • Rétroconversion : conversion d’un catalogue sur support imprimé (fiches cartonnées le plus souvent) vers un support informatique (catalogue informatisé).
  • Signaler : signaler un document ou un fonds signifie le décrire dans un logiciel métier, selon des normes précises, en assurer la diffusion pour permettre au public d’effectuer des recherches et rendre ainsi possible sa consultation.

Enfin, le but ultime et suprême de ces opérations est de proposer des actions visant à valoriser et à faire connaître cette documentation. De mon côté, j’essaye d’emprunter trois chemins pour y parvenir : en brossant des panoramas synthétiques de ressources bibliographiques autour d’une thématique concrète, comme je l’ai fait par exemple à l’occasion du bicentenaire de la Révolution grecque ; en établissant un dialogue avec d’autres domaines dans le cadre de rencontres croisant plusieurs aires géolinguistiques, comme lors d’une rencontre sur Chypre ou encore récemment lors d’une rencontre sur l’expérience des Gastarbeiter, organisées en collaboration avec ma collègue Mariéva Chalvin, chargée de collections pour le domaine turc ; et en articulant les actions culturelles à mes travaux de recherche, à l’instar des séminaires que nous avons initiés (ici et ) avec le réseau Transfopress et l’exposition « Ces journaux des diasporas qui ont fait la presse parisienne », que nous avons organisée avec l’équipe Valorisation, avec le concours de deux autres collègues, Loïc-Min Yu (chargé de collections pour le domaine chinois) et Tatiana Joukova (chargée de traitement pour les périodiques russes).


Vos activités à la BULAC semblent très connectées à vos recherches. Pourriez-vous revenir sur ce point et expliquer les contenus de vos recherches aux lecteurs du Carreau de la BULAC ?

Mes recherches actuelles portent essentiellement sur la presse et l’édition de manière plus générale, dans un contexte allophone. Il s’agit d’étudier des publications dans des langues autres que celle(s) officiellement instituée(s) au sein d’une société.

Nicolas Pitsos dans la salle de la Réserve (Maxime Ruscio / BULAC)

Ces recherches se situent à la confluence de trois domaines historiographiques : l’histoire urbaine, l’histoire de la Presse et de l’édition, l’histoire des migrations et des diasporas/communautés linguistiques qui ont fait les sociétés en question. Ce qui m’intéresse, c’est d’explorer le contexte sociopolitique et socioculturel dans lequel ont vu le jour les titres concernés, étudier les réseaux de circulation de personnes, d’idées, de techniques, de modèles esthétiques, les transferts culturels que ces circulations ont générés, saisir la réception de ces documents mais aussi retracer les trajectoires des acteurs qui ont initié ces réseaux, en tant qu’exilés, réfugiés, dissidents, fuyant des crises économiques, des conflits, des guerres civiles ou des régimes autoritaires.

Tout cela participe de ma volonté de contribuer à une écriture plurielle du passé, donner la parole à des acteurs (imprimeurs, éditeurs, auteurs, rédacteurs) tombés dans l’oubli, faire prendre conscience aux contemporains que l’histoire d’une société correspond dans la plupart des cas à un palimpseste composé de plusieurs histoires personnelles ou collectives exprimées dans des langues autres que celles dominantes ou officialisées.

J’ai contribué, dans cette perspective, à l’organisation et l’animation de plusieurs activités dans le cadre du réseau Transfopress (réseau transnational pour l’étude de la presse en langues étrangères) : récemment, j’ai notamment coorganisé à l’Inalco, avec Diana Cooper-Richet et Isabelle Richet, le colloque « Paris, métropole polyphonique : pour une histoire de la presse parisienne en langue étrangère (XIXe-XXIe siècle) » ; avant cela, j’ai également travaillé à l’organisation, en mars 2018, à l’Université de Bucarest, du colloque sur la presse francophone publiée en Europe du Sud-Est. J’ai par ailleurs dirigé, avec Joëlle Dalègre, un numéro spécial des Cahiers balkaniques consacré à la presse allophone dans les Balkans.


Quels autres lieux fréquentez-vous, en France comme à l’étranger, dans le cadre de vos recherches ? Y a-t-il éventuellement d’autres bibliothèques que la BULAC où vous aimez vous rendre ?

Pour les archives de la presse francophone mais aussi pour toute une bibliographie sur des travaux d’histoire contemporaine, notamment les publications les plus récentes en anglais, j’ai beaucoup fréquenté la Bibliothèque nationale de France (BnF). Quand j’ai travaillé sur la question d’Orient, j’ai été amené à arpenter régulièrement le chemin des archives diplomatiques à la Courneuve ou à Nantes.

Pour mes recherches plus récentes sur la presse grécophone dans un contexte allophone, les archives des périodiques du Parlement grec, ou encore les Archives historiques et littéraires grecques d’ELIA (Ελληνικό λογοτεχνικό και ιστορικό αρχείο) m’offrent des ressources incontournables. Et pas seulement sur place, mais aussi de manière virtuelle et à distance, car une partie de leurs fonds est heureusement numérisée ! Afin de reconstituer et retracer les trajectoires personnelles des acteurs impliqués dans l’histoire des titres que j’étudie, les archives d’ELIA comportent plusieurs fonds privés, de même que les archives nationales à Paris et à Athènes.

Enfin, quand j’ai travaillé il y a quelques années sur les publicités pharmaceutiques dans la presse française de la Belle Époque, j’ai passé beaucoup de temps à la Bibliothèque historique de la Ville de Paris (BHVP). La salle de lecture avec son mobilier en bois offre un véritable voyage dans le temps permettant de retrouver l’ambiance d’une bibliothèque telle qu’elle a pu exister au XIXe siècle !


Quelques-unes de vos publications que vous aimeriez nous partager ?

  • Marianne face aux Balkans en feu : perceptions françaises de la question d’Orient à la veille de la Grande Guerre (Paris, L’Harmattan, 2017) / Cet ouvrage est très largement inspiré de mes travaux de thèse. J’ai voulu, d’une part, offrir des clés de compréhension de la mise en scène d’une nouvelle ainsi que de la couverture médiatique d’un conflit avec une approche certes ancrée dans le contexte historique qui était celui de la question d’Orient au tournant du XXe siècle, mais avec des schématisations conceptuelles applicables également dans d’autres configurations géohistoriques. D’autre part, j’ai essayé de proposer une déclinaison sociopolitique de l’orientalisme et du balkanisme dans leurs versions françaises.
  • Dans mes contributions aux ouvrages collectifs dirigés par Joëlle Dalègre, La Grèce inconnue d’aujourd’hui : de l’autre côté du miroir (2011) et Regards sur la crise grecque (2013), j’ai essayé, dans le premier, d’esquisser la diversité linguistique et confessionnelle de la société grecque depuis la création d’un État grec au début du XIXe siècle ; dans le second, je me suis attelé à proposer une lecture multifactorielle de l’étiologie de la crise financière des années 2010, en évoquant par exemple la part prise par les dépenses militaires, tout en me penchant également sur les représentations culturalistes véhiculées pendant cette période.
  • Le Magasin pittoresque : kaléidoscope d’études grecques (Paris, L’Harmattan, 2022) / Dans ce second ouvrage signé en tant qu’auteur, j’ai réuni en douze chapitres qui se lisent de manière autonome, comme des « nouvelles », les résultats de certaines de mes recherches liées à l’histoire urbaine (géographie des métamorphoses, lieux de mémoire), la fabrication d’identités (concept d’hellénisme, dualisme grec), la question d’Orient (enjeux représentationnels et mémoriels) ou encore la presse allophone.

Couverture des publications (ouvrages et chapitres d’ouvrages) de Nicolas Pitsos


Couverture de l’ouvrage-album Presse et mémoire, France des étrangers, France des libertés

Y a-t-il un ou des ouvrages issus du catalogue de la BULAC qui vous ont particulièrement inspiré ?

L’ouvrage-album Presse et mémoire, France des étrangers, France des libertés publié aux éditions ouvrières en 1990. Issu de la première grande exposition consacrée à l’histoire de l’immigration en France, organisée par l’association Générique en 1989, cet ouvrage avait comme objectif de restituer deux siècles de cette histoire à travers les journaux publiés par les communautés immigrées en France. Cet ouvrage a été une vraie source d’inspiration pour moi au moment de la préparation du projet sur la presse allophone éditée à Paris.


S’il fallait choisir un événement de la BULAC, ce serait lequel ?

La première édition de la Nuit de la lecture à la BULAC en janvier 2018 ! Lors de cet événement, la BULAC se transforma en un lieu féerique, proposant à son public un voyage dans l’univers fabuleux de Nasr Eddin Hodja. À côté des histoires rocambolesques de ce personnage haut en couleurs, lues dans plusieurs langues et résonnant dans les murs de la bibliothèque tout au long de la soirée, je n’oublierai jamais l’entrée solennelle de l’âne Jasper guidé par notre collègue Émile Page convenablement déguisé pour l’occasion. Séquence hilarante et mise en scène magistrale gravée dans la mémoire collective bulaquienne !


S’il fallait choisir un endroit à la BULAC, ce serait lequel ?

Les magasins*, sans hésitation ! Pour un maniaque, un aficionado de la presse comme moi, “where else?”. C’est précisément dans les magasins que l’on retrouve les collections de périodiques ; c’est un véritable eldorado pour l’explorateur de l’univers médiatique imprimé !

Mais comme j’ai au moins deux amours, la presse et le café, je ne pourrais pas vous cacher mon tropisme parallèle vers un autre endroit de la bibliothèque : la tisanerie, située à l’étage des bureaux du Pôle Développement des collections. Là, surtout avant la pandémie, avaient lieu des cérémonies du café décliné dans toutes ses origines (Colombie, Brésil, Indonésie, Éthiopie, Guatemala…) et préparé à l’italienne, à la turque ou à la française, accompagné parfois par quelques envolées lyriques et des interprétations musicales polyphoniques grâce à des chansons entonnées dans plusieurs langues. Un véritable lieu de sociabilité et d’évasion festive !


D’autres choses que vous voulez partager avec nous ?

Vous dire à quel point je perçois chaque jour à la BULAC comme une invitation, un appel au voyage à travers bien sûr la diversité et la pluralité de ses collections et des domaines géolinguistiques recouverts, mais aussi grâce à des découvertes que nous effectuons, plongés dans l’univers fabuleux de l’édition ! Sans oublier les échanges enrichissants et gratifiants avec nos lecteurs et le partage de moments de complicité intellectuelle uniques avec les collègues.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search