Un ouvrage de l’époque Meiji pour les malvoyants

Le fonds japonais de la BULAC conserve un ouvrage atypique aux caractères incrustés en relief dans les pages de texte. Produit par une institution pour personnes malvoyantes au début des années 1880, il fait partie d’un ensemble de livres donnés par le gouvernement japonais en octobre 1927.

Un livre provenant d’un institut pour malvoyants au Japon

Première de couverture de l’ouvrage

Le livre ne comporte pas de titre, mais une étiquette du ministère de l’Éducation japonais (DaiNihon teikoku monbushô 大日本帝国文部省) est collée sur la première de couverture. Un texte manuscrit en anglais précise : “Group 6 Class 54 No. 27 School reader for use of the Blind Institution in Tokio, vol. III”. Deux sceaux de couleur rouge figurant avant et après le texte principal apportent des précisions sur cette institution. Le premier indique son nom “Gakuzenkai Kunmôin” (楽善会訓盲院), c’est-à-dire « Institut de formation des malvoyants de Gakuzenkai ». Le second donne en plus son adresse, “Tokyo Tsukiji 3-chome 15-banchi“. Il s’agit donc manifestement d’un livre utilisé dans une école pour les malvoyants de l’époque, appelée Gakuzenkai Kunmôin.

La Gakuzenkai Kunmôin est ouverte à Tôkyô en 1880, deux ans après la fondation à Kyôto, le 24 mai 1878, de la Kyôto Môa’in (京都盲唖院), aujourd’hui Kyôto Furitsu Môgakkô (京都府立盲学校), considérée comme la première institution japonaise moderne d’éducation des malvoyants et des malentendants.

L’Institut pour aveugles Gakuzenkai Kunmôin est fondé à l’initiative d’Henry Faulds, médecin et missionnaire britannique, rejoint par des intellectuels japonais portant un grand intérêt aux questions d’éducation, tels que Masao Furukawa, Sen Tsuda, Masanao Nakamura et Ginkô Kishida, qui ont créé l’association Gakuzenkai pour fonder une école pour aveugles. L’année suivante, Hisoka Maejima, Akira Komatsu, Jô Sugiura, Yôzô Yamao et d’autres rejoignent le groupe. La même année, en mars, l’école est créée, avec l’approbation du gouverneur de Tôkyô, Masataka Kusumoto, et du ministre de l’Intérieur, Toshimichi Ôkubo.

En 1884, le nom de l’institution est modifié. Elle forme désormais également les sourds-muets. En 1886, elle est transférée du Gakuzenkai au ministère de l’Éducation et devient une institution publique. Elle change par la suite plusieurs fois de nom jusqu’en 2007 où elle prend celui de Tsukuba Daigaku Fuzoku Shikaku Tokubetsu Shien Gakkô (筑波大学付属視覚特別支援学校) ou École d’éducation spécialisée pour les malvoyants de l’Université de Tsukuba.

Sceaux apposés avant et après le texte principal

Bien qu’il ne porte pas de date, le sceau portant le nom Gakuzenkai Kunmôin laisse penser que ce livre a été réalisé entre 1880 et 1884, date à laquelle l’institution change de nom.

Un manuel scolaire de sciences naturelles

Exemple d’une page de texte

Cet ouvrage est un manuel scolaire de sciences naturelles pour les aveugles. Le braille est un système d’écriture tactile avec des points en relief qui est aujourd’hui couramment utilisé au Japon. Cependant, avant l’adoption du braille, les japonais utilisaient un autre système. Dans ce livre, le texte est en écriture mixte kanji-kana (kanji kana majiribun 漢字仮名交じり文), c’est-à-dire un texte écrit principalement en kanji et comprenant des kana, ici des katakana, les signes d’écriture étant en relief. Il ne s’agit pas de combinaisons de points.

Le livre mesure 23,5 cm de long pour 18 cm de large. Il comporte un total de 40 pages. Les kanji sont plus grands que les katakana. Les premiers mesurent environ 1,5 cm de haut pour 1,5 à 2 cm de large ; les seconds environ 1 cm de long pour 1 à 1,5 cm de large. L’espacement des caractères est assez important. Il n’y a pas de ponctuation, mais on observe un passage à la colonne suivante après chaque fin de phrase. Par rapport à d’autres ouvrages du même type, les signes diacritiques ne sont pas ici surdimensionnés. Les lignes en relief font environ 1 mm de haut et un peu plus de 1 mm de large. Elles ont vraisemblablement été obtenues par pression. Le verso des feuilles est recouvert de papier recyclé pour le renforcer. Une feuille intercalaire est de plus insérée entre chaque page pour éviter d’endommager les surfaces en relief. Du papier du ministère de l’Agriculture et du Commerce (Nôshômushô 農商務省) recyclé est utilisé entre la dernière page et le sceau de l’école.

Selon le Meiji Jibutsu Kigen (明治事物起原) (Chikuma Shobô, Chikuma Gakugei Bunko, écrit par Kendô Ishii), « le premier livre d’étude de caractères en relief pour les aveugles a été publié par Shôhei Itô en novembre 1876. Il s’agissait d’un livre comptant 21 feuilles, utilisant 48 kana, des chiffres et 50 kanji. Les caractères mesuraient 7 cm de haut pour 1 cm de large ».

Vue des caractères incrustés en relief

Bien que ni l’école pour aveugles et muets de Kyôto (京都盲唖院) ni l’école pour aveugles Gakuzenkai Kunmôin (楽善会訓盲院) n’existaient encore en cette 9e année de l’ère Meiji, on peut dire que l’on se préoccupait déjà au Japon de l’éducation des aveugles.

Dans l’Histoire du centenaire du système scolaire (Gakusei hyakunen-shi 学制百年史), publiée par le ministère de l’Éducation, de la Culture, des Sports, des Sciences et de la Technologie (Monbu Kagakushô 文部科学省), le chapitre VII est consacré à l’éducation spécialisée. Les auteurs écrivent : « on sait déjà qu’il y avait un bon nombre d’enfants aveugles, sourds et muets, des enfants souffrant de handicaps physiques et mentaux inscrits dans les “Terakoya” (寺子屋, institutions privées qui enseignaient l’écriture et la lecture aux enfants) à l’époque d’Edo ».

Cet ouvrage de la BULAC est un manuel qui témoigne de l’histoire de cette éducation spécialisée au Japon. Dans ce domaine, la BULAC a également acquis ces dernières années plusieurs dictionnaires et manuels de langue des signes, dont certains ne sont présents dans aucune autre bibliothèque en France.


Pour aller plus loin

Ouvrages
  • Monbushô 文部省, Gakusei hyakunen-shi 学制百年史, Tôkyô, Teikoku Chihô Gyôsei Gakkai, 1972.
  • Ishii Kendô 石井研堂, Meiji jibutsu kigen 明治事物起原, vol.4, Chikuma Gakugei Bunko, Tôkyô, Chikuma Shobô, 1997.
Articles
  • Kishi Hiromi 岸博実, “48 heihô mêtoru no takarabako – Kyô mô-shiryô monogatari (6) Itô Shôhei no shigoto 48㎡の宝箱 ―― 京盲史料monoがたり(6)伊藤庄平の仕事”, Tenji jânaru 点字ジャーナル, 2011, n°9, p.40-43.
  • Kishi Hiromi 岸博実, “48 heihô mêtoru no takarabako – Kyô mô-shiryô monogatari (7) Totsuji Isoppu 48㎡の宝箱 ―― 京盲史料monoがたり(7)凸字イソップ”, Tenji jânaru 点字ジャーナル, 2011, n°10, p.39-42.
  • Inamoto Masanori 稲本正法, “Kyôto Furitsu Môgakkô shiryôshitsu no kyôzai, kyôgu 京都府立盲学校資料室の教材・教具”, Kiô Daigaku Kiyô 畿央大学紀要,2020, 17(1), p. 53-58.
  • Tanaka Tetsuji 田中徹二, “Bungaku ya âto ni okeru Nihon no bunkashi – môjinyô moji no hensen 文学やアートにおける日本の文化史 – 盲人用文字の変遷”, Gekkan Nômarai zêshon shôgaisha no fukushi 月刊ノーマライゼーション 障害者の福祉, 2015, n°4 (vol.35 n°405).
Sites web

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search