Le fonds Borschak : archives de l’émigration ukrainienne en France et de la dissidence en exil conservées à la BULAC

Dans le cadre du projet CollEx Persée DISSINVENT – Histoire, archives et mémoires des dissidents et exilés de l’URSS et de l’Europe socialiste (1945-1991), Yuliia Kotova, chargée de mission accueillie à la BULAC du 14 février au 13 avril 2022, a mené un travail de dépouillement afin de compléter l’inventaire des archives ukrainiennes rassemblées par Élie Borschak, chargé de cours à l’École des langues orientales vivantes de 1938 à 1958. Cet ensemble, conservé à la BULAC et représentant à l’heure actuelle 33 boîtes d’archives, comprend les documents relatifs à plusieurs associations ukrainiennes établies en France, mais également dans d’autres pays du monde.


Les richesses du fonds Borschak

Portrait d’Élie Borschak – AKI (boîte 7, pochette 1 et 2)

Le fonds Élie Borschak est une source essentielle pour l’histoire de l’Ukraine et de l’émigration ukrainienne dans la première moitié du XXe siècle en France. Élie Borschak, le premier professeur de langue ukrainienne à l’École nationale des langues orientales vivantes de 1938 à 1958, était une personne incontournable dans la diffusion de la langue et de la culture ukrainiennes en France. Passeur de la mémoire des Ukrainiens établis en France au milieu du XXe siècle, Élie Borschak, aidé de scientifiques, d’artistes, d’écrivains, d’éditeurs et de journalistes, a constitué un ensemble archivistique de premier ordre, à l’époque où Paris comptait deux maisons d’édition ukrainiennes, plusieurs librairies, un théâtre, une église et un département d’enseignement de langue et culture ukrainiennes.

Le fonds Borschak comprend un ensemble de documents portant sur toute la première moitié du XXe siècle. L’inventaire réalisé fait état de plusieurs archives, correspondances, photographies, périodiques, publications et manuscrits.

Les archives

L’origine du travail de collecte d’archives mené par Élie Borschak est décrit dans le fascicule Les archives ukrainiennes en France 1949-1953, publié à l’occasion du cinquième anniversaire du lancement de cette entreprise :

Sur l’initiative du Visiteur apostolique pour les Ukrainiens en Europe occidentale, Son Excellence l’archevêque Jean Bučko, le 15 février 1949 furent créées, auprès de l’École nationale des langues orientales vivantes, les Archives ukrainiennes de France. Ces archives, propriété de l’État français, ont pour but d’assembler et de classer les divers documents relatifs à tous les aspects de la vie des Ukrainiens de France, en vue de faciliter dans l’avenir les travaux des historiens.

Les archives ukrainiennes en France : 1949-1954 = Український архів у Франції. Les archives ukrainiennes en France : 1949-1954 = Ukraïnsʹkij arhìv u Franciï. Paris=Париж : impr. Danzig, [195.]. Paris=Pariž : impr. Danzig, [195.]. 1 vol. (7 p.) : port. ; in-8.

Aux archives de l’émigration ukrainienne fondées par Élie Borschak en 1949, s’ajoutent ainsi celles de l’Union des citoyens ukrainiens en France, de la commission d’entraide aux étudiants ukrainiens, de l’Union centrale des étudiants ukrainiens, de la Société scientifique Chevtchenko et de l’Union nationale ukrainienne en France. Le fonds comprend également des archives thématiques, telles que les archives Ingolstadt, les archives « Langues’O », ainsi que les archives du périodique Ukraine qui réunissent tous les documents administratifs et privés, la correspondance et les textes manuscrits et dactylographiés pour ce périodique édité en France sous la direction d’Élie Borschak.

Carte postale des Archives de l’émigration ukrainienne en France – ABIV (boîte 1bis, pochette 5)

Le fonds, enfin, regroupe aussi les archives personnelles d’Élie Borschak, comprenant quelques lettres et des manuscrits comme La France et l’Ukraine, Napoléon et l’Ukraine, Un problème de l’Europe orientale : l’Ukraine et Vie de Mazepa, écrit par René Martel. On y trouve également des documents qui éclairent son arrestation et sa détention à la prison de la Santé, y compris une invitation de la Ligue des prisonniers politiques allemands pour une soirée conviviale en 1946.

La correspondance

Le fonds Borschak comporte en outre une riche correspondance avec des personnages phares de l’histoire de l’Ukraine. On y trouve :

  • la correspondance de Dmytro Doroshenko, homme politique ukrainien et diplomate issu d’une lignée d’hetmans ;
  • la correspondance d’Olga Konovalets, la femme d’Yvhen Konovalets, colonel de l’Armée populaire ukrainienne et leader politique de l’Organisation des nationalistes ukrainiens ;
  • la correspondance de Volodymyr Vynnytchenko, écrivain et second président de la République populaire ukrainienne avec Dmytro Pisnyatchevsky, vice-président de la Verkhovna Rada de la RSS d’Ukraine en 1955-1967 ;
  • la correspondance de Viatcheslav Senioutovitch, docteur en généalogie ;
  • la correspondance de Mykola Koliankivsky, redacteur en chef du magazine My i svit (Nous et le monde).

Les coupures de presse et autres documents épars

On trouve également dans le fonds Borschak des documents, manuscrits et coupures de presse sur les autorités ukrainiennes, tels que Symon Petlioura, Ivan Mazepa, Léonid Poltava, Zenon Kuzelya et Vasyl Khmeliouk. Parmi ces documents, il convient tout particulièrement de signaler :

  • les archives du premier cercle ukrainien à Paris ;
  • les papiers de la délégation ukrainienne à la Conférence de la Paix de 1919 ;
  • les documents sur la guerre libératrice en Ukraine de 1919 à 1920 ;
  • les papiers des différentes églises ukrainiennes en France depuis 1919 ;
  • les documents relatifs aux Ukrainiens de Paris sous l’occupation de 1940 à 1944 ;
  • les matériaux sur la vie des Ukrainiens en France après la libération de 1944 ;
  • les documents relatifs à la mort et aux obsèques de l’hetman Skoropadsky ;
  • des matériaux sur les différentes expositions ;
  • des cartes de visite et des autographes ;
  • des ex-libris ;
  • et des matériaux sur l’École nationale des langues orientales vivantes, l’Institut d’études slaves de l’université Paris Cité et sur la participation des Ukrainiens à ces institutions.

Les périodiques

Une du journal Hromada – ABVI/10 (boîte 4, pochette 2)

Le fonds contient par ailleurs des fascicules de nombreux périodiques, comme les Nouvelles ukrainiennes et Ukraine (édités par Borschak), Hromada (édité par Symon Sozontiv), La Parole ukrainienne, Nouvelles, Les Insurgés d’Ukraine, Ucraina libre, Les nouvelles populaires, L’Ukrainien, Ukraine Chrétienne, Mère patrie, Union des Cosaques, Cosaquerie Libre, La vie dans un camp [à Rimini]. De nombreux numéros de périodiques d’avant-guerre et d’après-guerre ont été conservés : le magazine humoristique Лис Микита [Renard Nikita], Громадянка [Citoyenne] (Allemagne), Казачье единство [Unité cosaque], Казачий вестник [Héraut cosaque] (Paris), Братський листок [Feuillet fraternel], The Refugee (Angleterre), Тризуб [Trident], Pro Ucraina (Belgique) et d’autres.

Des dons de l’étranger

Le fonds comprend aussi des archives issues de donateurs établis dans onze autres pays (Allemagne, Argentine, Autriche, Belgique, Canada, Grande-Bretagne, Espagne, États-Unis, Pologne et Galicie, Suisse et Suède). Borschak a rassemblé une importante collection de coupures de presse, d’articles, de journaux, de magazines et de documents des pays voisins, qui complétaient les archives françaises.

Il est à noter que d’autres archives d’Élie Borschak sont conservées en Ukraine. La première partie a été transmise il y a une dizaine d’années à la Bibliothèque d’Oleg Olzhytch (Zhytomyr, Ukraine) par Arkadi Joukovski, historien et enseignant d’histoire de l’Ukraine à l’Inalco. Cette partie des archives n’était pas organisée. Il s’agissait principalement de correspondances d’Élie Borschak avec Dmytro Antonovych [Дмитро Антонович] (21 lettres) d’une part, et avec Serhiy Shelukhin [Сергій Шелухін] (16 lettres) d’autre part. Des coupures de presse et des notes d’Élie Borschak ont été ajoutées à la correspondance. La deuxième partie de ces archives est arrivée en Ukraine depuis le Canada, avec les fonds d’Omeljan Pritsak, et cet ensemble est conservé à la Bibliothèque de l’université nationale de l’Académie Mohyla à Kyiv. En septembre 1988, l’orientaliste O. Pritsak s’est rendu à Paris avec l’intention de voir personnellement certains documents qui n’étaient connus que par des publications de Borschak. Il rencontre l’actuel propriétaire du château de Dinteville, le marquis de la Ville-Baugé, qui lui donne accès à l’Orlykiana. Il n’y a pas trouvé certains documents, par exemple la Constitution avec des notes de Pylyp Orlyk. Cependant, Arkadi Joukovski lui a fourni des travaux et des matériaux inédits associés à Pylyp Orlyk et son fils Grégoire. Il s’agit d’un ensemble de documents qui reflètent les résultats des recherches au long cours de Borschak sur la vie et le travail de l’hetman : documents préparatoires, manuscrits, tapuscrits et photocopies des travaux publiés par Élie Borschak sur Pylyp et Grégoire Orlyk.

Un homme insaisissable

Élie Borschak était un homme insaisissable, aux facettes multiples. Notons, par exemple, que dans les archives de la préfecture de police1, le nom de Borschak est orthographié de huit manières différentes. Outre la graphie Borschak, la plus utilisée, on trouve aussi Bortchak, Bartchak, Barchak, ou encore Borchach, Borchtchak, Borshak, ou même Borschtchuk. D’après ces mêmes archives, Borschak serait arrivé à Paris en 1919 muni d’un passeport diplomatique ukrainien, laissant supposer qu’il aurait pu faire partie de la délégation ukrainienne se rendant à la Conférence de la Paix de 1919.

La biographie de Borschak suscite de l’intérêt ainsi que des questions chez de nombreux historiens et chercheurs ukrainiens et français. Cet intérêt trouve son origine dans la date de naissance d’Élie Borschak. Selon des études récentes, l’écart entre toutes les dates possibles est de quatre ans. La chercheuse en linguistique Iryna Dmytrychyn indique dans son article « Élie Borschak, André Mazon et l’Institut d’études slaves » qu’Élie Borschak est né le 19 juillet 1891 :

Selon son autobiographie conservée dans son dossier de l’École des langues orientales, Élie Borschak, « docteur ès lettres et en droit, correspondant de l’Académie des sciences de l’Ukraine », est né le 19 juillet 1891 à Kherson en Ukraine. Engagé en tant que soldat, puis officier pendant la Première Guerre mondiale, au cours de laquelle il est blessé deux fois, il arrive à Paris en 1920 en qualité de secrétaire de la délégation diplomatique de la République populaire d’Ukraine (UNR) auprès de la Conférence de la Paix, où il se serait consacré à la recherche à l’issue de la conférence.

Iryna Dmytrychyn, « Élie Borschak, André Mazon et l’Institut d’études slaves », Revue des études slaves [En ligne], XCI 1-2 | 2020, mis en ligne le 15 juillet 2021, consulté le 12 avril 2022.

Néanmoins, selon l’historien ukrainien Vadym Adadourov, Borschak était « un homme de nombreuses dates de naissance » inventées par lui-même. Après de longues recherches à ce sujet, Adadourov trouva un livre de naissance de la communauté juive à Balti (la ville de naissance d’Élie Borschak), où apparaît une entrée numérotée de Borschak. Sa naissance y a été enregistrée sous le numéro 124 dans un livre daté de 1894. Selon ces données, Élie, nommé Elijah (du nom hébreu Elijah, « Mon Dieu – Yahweh ») est né le 19 juillet 1894 et a été circoncis le huitième jour après sa naissance. Quant à Borschak, il indique la même date de naissance dans sa déclaration d’étranger à la mairie de Vaucresson en 1921 et dans sa carte de l’École nationale des langues orientales vivantes ; mais il indiqua plus souvent le 12 juillet 1892, notamment dans les documents des services de migration, ainsi que dans les actes de mariage et de décès de sa femme. Il semble, en définitive, que Borschak profita du fait qu’il était difficile de confirmer son identité pendant la période d’entre-deux-guerres, les données personnelles étant alors fondées et enregistrées sur la base des déclarations orales.

Titre d’identité et de voyage délivré à Élie Borschak par la France – ACIV/35 (boîte 5, pochette 5)

La biographie de Borschak est ainsi entourée de mystère. Les récits de sa vie sont contradictoires, les données enregistrées, que ce soit en France, en Ukraine ou en Russie, diffèrent beaucoup les unes des autres.

Un parcours pluriel

Il semble qu’après son arrivée à Paris, Borschak ait décidé d’effacer sa vie antérieure et de se consacrer à un tout nouveau rôle : celui de « porte-parole » des Ukrainiens en France. Dès son arrivée en France, Borschak s’est rapproché des cercles pro-soviétiques dont l’Union des citoyens ukrainiens en France. Il est aussi devenu le rédacteur en chef des Nouvelles Ukrainiennes, le premier périodique en ukrainien en France. Plus tard, il essaie de s’en éloigner, passant par la neutralité politique jusqu’au nationalisme modéré. Or, le fonds Borschak est le miroir d’une histoire ukrainienne compliquée, et constamment déchirée entre les « camarades soviétiques » et les combattants pour l’indépendance et la souveraineté de l’Ukraine.

Au-delà de son travail de collecte des archives de l’émigration ukrainienne et de son travail d’enseignant, chercheur et écrivain, Borschak est également rédacteur en chef de revues et auteur de nombreuses publications imprimées. Il s’intéresse notamment à l’histoire politique de l’Ukraine cosaque aux XVIIe-XVIIIe siècles, aux échanges diplomatiques de l’Ukraine avec la France, la Suède ou encore le Royaume-Uni, mais aussi à la théorie et à la pratique des études ukrainiennes pour le public francophone, ou aux liens entre la littérature ukrainienne et la littérature française. Ses travaux de recherche portent également sur l’étude de la participation de B. Khmelnytsky à la bataille de Dunkerque en 1645, sur les événements de 1648-57 publiés dans la presse française, sur les activités d’Ivan Mazepa et de ses suiveurs, en particulier Pylyp et Grégoire Orlyk. Borschak a aussi publié une étude sur Napoléon et l’Ukraine, sur l’Ukraine dans l’Empire russe (1800-1917) et sur l’histoire de la diplomatie ukrainienne dans la première moitié du XXe siècle. Auteur d’essais sur Mykhaĩlo Hrouchevsky, Zenon Kuzelya et Stepan Tomashivsky, Borschak étudiait également les relations culturelles franco-ukrainiennes (Taras Chevtchenko en France, l’Ukraine dans les œuvres de Louis Léger et Marco Vovchok). L’ensemble de son œuvre représente environ 400 ouvrages scientifiques et journalistiques en ukrainien et en français.

En 1938, Élie Borschak devient enseignant à l’École nationale des langues orientales vivantes. Selon la notice de l’administrateur de l’École, Borschak était présenté comme un fidèle de la maison, ayant un « esprit distingué, de large culture […], caractère hautement estimable ». On résumait son portrait comme celui d’« un garçon digne de toute estime et de tout encouragement ». En 1952, Borschak devient chargé de cours d’ukrainien à l’École nationale des langues orientales vivantes.

  1. Dossiers Borschak, archives de la préfecture de police 77 W 1756 et 1W1180, cité d’après l’article d’Iryna Dmytrychyn, « Élie Borschak, André Mazon et l’Institut d’études slaves », Revue des études slaves [En ligne], XCI 1-2 | 2020, mis en ligne le 15 juillet 2021, consulté le 12 avril 2022. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search