Le 55e anniversaire de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est

À l’occasion du cinquante-cinquième anniversaire de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN ou ANASE en français), une sélection d’une cinquantaine d’ouvrages empruntables est présentée à l’entrée de la bibliothèque. Cette sélection vous permettra de découvrir ou de mieux comprendre l’histoire, les missions mais aussi le rôle de cette organisation internationale dans le processus d’intégration régionale à l’échelle de l’Asie du Sud-Est.


Ce billet et cette sélection ont été préparés par Thi Hai Nguyen, chargée de collections pour le domaine vietnamien, et Bernadeta Sardjono, chargée de collections pour le domaine indonésien et malais.


Pays membres de l’ASEAN (Source : Astore International, 2014, via Wikimedia Commons)

Histoire de l’ASEAN

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, dans le contexte de Guerre froide et face à l’enlisement des Américains dans la guerre du Vietnam, les nouveaux pays indépendants de l’Asie du Sud-Est s’engagent dans un processus d’intégration régionale. Deux premières tentatives donnent successivement naissance à l’Association d’Asie du Sud-Est (ASA) en 1961 (Malaisie, Philippines et Thaïlande), puis au Maphilindo en 1963 (Malaisie, Philippines et Indonésie). Les conflits et désaccords inter-étatiques font d’abord échouer ces projets, mais la menace commune qui pèse sur la région finit par convaincre les ministres des Affaires étrangères de Malaisie, d’Indonésie, des Philippines, de Singapour et de Thaïlande de se réunir à Bangkok en 1967 pour se concerter sur la formation d’une nouvelle alliance régionale.

Comme le souligne Termsak Chalermpalanupap dans un article publié en 2017 dans la revue Politique Étrangère, l’objectif de cette alliance est de favoriser la coopération régionale en faveur d’une coexistence pacifique, et de créer un espace permettant de consolider les nations de la zone. Après trois jours de négociation, la Déclaration de Bangkok est signée le 8 août 1967 par les cinq États, donnant naissance à l’ASEAN. À l’époque, les observateurs des relations internationales lui prédisent une durée de vie courte, mais l’ASEAN s’étend progressivement au Brunei en 1984 (après son indépendance du Royaume-Uni), au Vietnam en 1995, au Laos et à la Birmanie en 1997, puis au Cambodge en 1999. Forte de ce succès, l’ASEAN initie des forums impliquant des États non-membres en donnant naissance à « ASEAN plus Trois » (APT) qui associe la Chine, la Corée du Sud et le Japon depuis la fin des années 1990, dans un but de coopération et de libre-échange.

Couverture de l’ouvrage Know your ASEAN (ISEAS Publishing, 2007)

C’est d’abord une vision globale de l’institution et de son histoire que la sélection proposée offre au lecteur. Par exemple, dans L’ASEAN : carrefour du Pacifique (Sudestasie, 1987), l’une des premières publications en français sur l’ASEAN parue, l’historienne Cécile Sepulchre décrit la création et le développement de cette organisation internationale. Dix ans après, lors du trentième anniversaire de l’ASEAN, Sophie Boisseau du Rocher publie L’ASEAN et la construction régionale en Asie du Sud-Est (L’Harmattan, 1998), ouvrage dans lequel elle présente l’histoire, les dynamiques et les difficultés de l’ASEAN depuis la fin de la Guerre froide. Know your ASEAN (ISEAS Publishing, 2007), paru sous forme de 40 questions-réponses, relate pour sa part la création de l’institution, sa composition, son financement et son processus décisionnel, ses contributions à la sécurité régionale, son action pour intégrer l’économie régionale et promouvoir la coopération régionale en matière d’environnement, de santé, de lutte contre le terrorisme et de réduction de la pauvreté.

L’ASEAN est progressivement devenue une organisation de coopération régionale dans tous les domaines, opérant sur la base juridique et selon le cadre institutionnel de sa Charte, signée en novembre 2007 à Singapour lors du 13e Sommet de l’ASEAN. En 2016, Walter Woon, présent aux négociations qui ont conduit à l’adoption de la Charte, publie le guide The ASEAN Charter: a Commentary (NUS Press, 2016) qui fait la lumière sur les ambiguïtés du document en expliquant, disposition par disposition, les débats ayant abouti à son élaboration.

Le 5e « bloc économique » mondial

À la création de l’ASEAN, en 1967, les économies d’Asie du Sud-Est sont majoritairement agraires et peu industrialisées ; le développement constitue alors un enjeu fort pour tous les États membres. Au lendemain de la Guerre froide, les efforts s’intensifient pour élargir le potentiel économique de la région. Le commerce intrarégional ne parvient toutefois pas à décoller, même après le lancement en 1992 de l’ASEAN Free Trade Area (AFTA). Les dirigeants de l’ASEAN multiplient les plans de développement économique de la région, sans réel succès. En 1998, ils adoptent le plan d’action de Hanoï (HPA) qui définit un ensemble d’initiatives pour l’intégration économique, dans la perspective de l’ASEAN vision 2020 dont le but est de former une région économique stable, prospère et hautement compétitive devant permettre la libre circulation des biens, services, investissements et capitaux, et la réduction de la pauvreté et des disparités socio-économiques.

Reconnaissant la nécessité d’une région intégrée, les dirigeants publient en 2012 la Déclaration de Concorde II, qui est venue consolider le principe de l’association de nations en mettant en place une communauté reposant sur trois piliers : l’ASEAN Political Security Community (Communauté de Sécurité Politique de l’ASEAN ou APSC), l’ASEAN Economic Community (Communauté Économique de l’ASEAN ou AEC) et l’ASEAN Socio-Cultural Community (Communauté Socioculturelle de l’ASEAN ou ASCC). Le nouveau plan d’action AEC 2025 définit les orientations stratégiques de la prochaine phase du programme d’intégration économique de l’ASEAN qui vise à construire une communauté plus intégrée et cohésive, compétitive, innovante et dynamique, résiliente, inclusive, axée sur les personnes et centrée sur les personnes ; une ASEAN mondiale.

L’ASEAN est actuellement le cinquième « bloc économique » mondial (derrière l’UE, les États-Unis, la Chine et le Japon). Regroupant des économies très ouvertes, elle participe pour environ 8 % au commerce mondial. Selon la Déclaration conjointe aux médias de la 51e réunion des ministres de l’économie de l’ASEAN, le 6 septembre 2019, l’ASEAN connaît un taux de croissance soutenu : 5,2 % en 2018 ; le commerce des biens dans l’ASEAN a augmenté de 8,7 %, tandis que le commerce des services a progressé de 10,6 %. L’ASEAN est par ailleurs l’une des régions du monde les mieux insérées dans les chaînes de valeur mondiales (notamment électronique, textile et automobile). Le niveau de développement des pays de l’ASEAN est aujourd’hui très hétérogène, avec un revenu par habitant moyen d’environ 4 500 USD, allant de 1 140 USD pour la Birmanie à 64 000 USD pour Singapour.

Ces questions sont au cœur de plusieurs des ouvrages de la sélection thématique présentée, tels que Brick by Brick: The Building of an ASEAN Economic Community (Institute of Southeast Asian Studies, 2007), The ASEAN Economic Community and Beyond: Myths and Realities (ISEAS Yusof Ishak Institute, 2016) ou Outward Foreign Direct Investment in ASEAN (ISEAS Yusof Ishak Institute, 2017), etc. L’ouvrage Southeast Asia and the ASEAN Economic Community (Palgrave Macmillan, 2019), récemment publié, dépeint à la fois, à l’aide de 170 tableaux et figures ainsi qu’une abondance de faits historiques, les profils économiques des nations membres de l’ASEAN et de l’AEC elle-même. Il aborde par ailleurs l’impact de la Chine sur l’AEC ainsi que la position et le rôle de l’ASEAN dans le paysage économique mondial.

Le contexte culturel et politique de l’ASEAN

Carte politique de l’Asie du Sud-Est (Source : CIA World Factbook, 2014, via Wikimedia Commons)

L’Asie du Sud-Est se situe au carrefour des civilisations indienne et chinoise, dans une région constituant une vaste mosaïque ethnique, linguistique et culturelle. L’ASEAN entend se poser dans un tel contexte comme une communauté de peuples cohabitant dans l’harmonie, la solidarité et le partage, socle d’une identité régionale commune. À ce titre, la Communauté Socioculturelle de l’ASEAN (ASCC) encourage la coopération en matière de développement social afin d’améliorer le niveau de vie des groupes défavorisés et de la population rurale, et recherche la participation active de tous les secteurs de la société, en particulier les femmes, les jeunes et les communautés locales.

Par ailleurs, comme le rappelle Hugues Tertrais dans l’Atlas de l’Asie du Sud-Est : les enjeux de la croissance (Éditions Autrement, 2019), les pays membres de l’ASEAN ont des systèmes politiques très variés, allant du sultanat à la république, en passant par la monarchie constitutionnelle, le régime communiste et le régime autoritaire.

C’est dans ce contexte pluriel qu’a été créée la Communauté de Sécurité Politique de l’ASEAN (APSC), afin de contribuer au maintien de la paix dans la région, aussi bien entre pays membres de l’ASEAN qu’avec leurs voisins et le reste du monde. Le plan directeur de l’APSC a été adopté par les membres de l’ASEAN lors du 14e Sommet, le 1er mars 2009 à Cha-am/Hua-hin, en Thaïlande. Dans un article publié en 2003 dans la revue Contemporary Southeast Asia, Hiro Katsumata rappelle d’ailleurs que l’ASEAN a développé un ensemble de normes diplomatiques pour gérer les conflits d’intérêts, normes connues sous le nom d’ASEAN Way ou « Méthode ASEAN ».

L’ASEAN est apparue en réponse à un besoin de stabilité et de sécurité, alors que la plupart de ses pays fondateurs s’étaient retrouvés, au sortir de la période coloniale, au cœur de fortes tensions entre blocs de l’Ouest et de l’Est, dans un contexte de Guerre froide marqué par la montée du communisme dans la région. Aujourd’hui encore, l’Asie du Sud-Est demeure un théâtre de conflits s’articulant autour de questions d’ordre géopolitique, notamment sur le tracé des frontières, l’appropriation des ressources naturelles et les intérêts économiques qui en découlent.

Revendications maritimes en mer de Chine méridionale (Source : Voice of America, 2012, via Wikimedia Commons)

La BULAC possède dans ses collections plusieurs ouvrages de référence sur ces questions, tel International Relations in Southeast Asia: The Struggle for Autonomy (Rowman & Littlefield, 2015), dans lequel Donald E. Watherbee explore les conflits inter-étatiques survenus dans la région en matière de frontière et de souveraineté, notamment dans le courant des années 1960. L’ouvrage Géopolitique de la mer de Chine méridionale : eaux troubles en Asie du Sud-Est (Presses de l’Université du Québec, 2017) est un autre exemple intéressant dans lequel les tensions et rivalités entre les pays d’Asie du Sud-Est et la Chine sont examinées sous l’angle des enjeux politiques, économiques et géopolitiques et des arguments et positions de l’ensemble des parties prenantes.

Tout en promouvant le règlement des différends intrarégionaux par la voie pacifique, l’APSC réaffirme son adhésion aux principes de la démocratie, de l’État de droit et de la bonne gouvernance, ainsi que le respect, la protection et la promotion des droits humains et des libertés fondamentales. Les pays membres ont ainsi signé en 2012 l’ASEAN Human Rights Declaration (AHRD ou Déclaration des droits humains de l’ASEAN). Mentionnons à cet égard l’ouvrage Access to Justice: Human Rights Struggles in South East Asia (Zed Books, 1985) qui propose un regard global sur les perspectives de l’ASEAN sur les droits humains, les pratiques et les problèmes en la matière dans plusieurs pays membres, notamment en Malaisie, en Indonésie, en Thaïlande et aux Philippines.

L’ASEAN et le monde

Face à des géants comme la Chine, les États-Unis, ou même la Russie, l’ASEAN a besoin de se consolider et de mettre en place des formes de coopération interrégionale la liant à d’autres communautés étatiques. Sa Charte de 2007 insiste à ce titre sur l’importance du multilatéralisme et du partenariat avec les organisations internationales et régionales pour, entre autres, répondre aux préoccupations mondiales et promouvoir le développement durable. À ce jour, l’ASEAN a établi des partenariats politiques et économiques avec plusieurs pays et organisations internationales, tels que l’Union Européenne (UE), la Chine et les États-Unis, dont l’analyse fait l’objet de différents ouvrages présents dans les collections de la BULAC :

Sélection thématique « Le 55e anniversaire de l’ASEAN » (Juliette Pinçon / BULAC)
  • Dans The political economy of interregional relations: ASEAN and the EU (Ashgate, 2004), notamment, Alfredo C. Robles, Jr questionne l’émergence du niveau interrégional au sein des relations internationales. Dans cette optique, il analyse les relations entre l’ASEAN et l’UE et relate, entre autres, la réaction de l’ASEAN aux mesures de l’antidumping prises par la Communauté européenne, le consensus de l’ASEAN et de l’UE sur la violation des droits humains au Timor Leste et les programmes pour encourager l’investissement des entreprises européennes en Asie du Sud-Est.
  • Pour sa part, l’ouvrage collectif ASEAN in a Changing World (Peter Lang, 2021) édité par Agata W. Ziętek et Grzegorz Gil, s’intéresse à l’ASEAN en tant que centre de gravité des relations internationales en Asie-Pacifique, qui constitue une arène de compétition internationale y compris entre les États-Unis et la Chine. Cet ouvrage analyse, entre autres, l’évolution dans la coopération entre l’ASEAN et la Chine en lien avec le conflit en mer de Chine méridionale et la réponse de l’ASEAN à la politique chinoise de la Belt and Road Initiative (BRI) ou la Nouvelle route de la Soie, projet dont l’objectif est d’accroître les liens commerciaux dans le continent eurasiatique. Il présente également les relations entre l’ASEAN et l’UE comme un exemple de la coopération et de l’interrégionalisme Nord-Sud, tout en soulignant qu’il s’agit d’un partenariat stratégique face à la montée en puissance de la rivalité entre les États-Unis et la Chine et aux tensions entre les États-Unis et l’UE.
  • Il convient également de signaler la parution, en 1999, dans la collection Les études de la Documentation française, du dossier Chine, Japon, ASEAN : compétition stratégique ou coopération ? Tout en présentant l’ASEAN comme l’un des grands acteurs asiatiques aux côtés de la Chine et du Japon, le dossier fait le point sur plusieurs questions stratégiques essentielles pour l’avenir de l’Asie, dont notamment la capacité de l’ASEAN à maintenir sa cohésion politique et une coopération diplomatique après l’échec de l’action économique commune.
  • Mention peut être faite, enfin, de l’ouvrage collectif Association of Southeast Asian Nations (ASEAN) and U.S. Interests (Nova Science Publishers, 2011) qui examine la diplomatie nord-américaine envers l’ASEAN, principalement en matière d’économie et de sécurité. Elle explore également les relations entre l’ASEAN et les autres puissances régionales, et analyse les problèmes majeurs qui affectent les pays de l’Asie du Sud-Est. Cette publication insiste enfin sur l’importance des intérêts nord-américains dans la région, notamment en matière de sécurité maritime, sans négliger la promotion de la démocratie et des droits humains, qui est l’un des axes fondamentaux des relations entre les États-Unis et l’ASEAN. Rappelons, à titre informatif, que le dialogue entre l’ASEAN et les États-Unis avait débuté en 1977 autour de questions de politique et de sécurité. En 2022, après 45 ans de partenariat, les relations ASEAN-États-Unis sont toujours aussi importantes.

Quel avenir pour l’ASEAN ?

Depuis plus d’un demi-siècle, dix nations dynamiques d’Asie du Sud-Est mettent en œuvre une vision commune de la croissance économique, du développement durable et du progrès culturel. Aujourd’hui, les économies de ces nations sont inextricablement liées à l’avenir de la grande Asie ainsi qu’à celui des États-Unis et des autres pays occidentaux. L’ASEAN constitue un acteur essentiel d’autant plus pertinent dans un contexte international marqué par la montée de l’autoritarisme et du protectionnisme. Elle apparaît aussi incontournable dans la lutte contre le réchauffement climatique dont les effets catastrophiques rendent l’action urgente. Comment l’ASEAN entend-elle faire face à ces problèmes, et pour quel avenir ?

Ces questions sont abordées ouvertement dans plusieurs publications récentes incluses dans la sélection thématique ici présentée, parmi lesquelles on peut notamment citer ASEAN in a Changing World (Peter Lang, 2021), ASEAN Post-50 Emerging Issues and Challenges (Palgrave Macmillan, 2019), Southeast Asia and the ASEAN Economic Community (Palgrave Macmillan, 2019), Mapping ASEAN (Indiana University Press, 2019), China’s Rise in Mainland ASEAN (World Scientific Publishing, 2021), Understanding ASEAN’s role in Asia-Pacific order (Palgrave Macmillan, 2019), ou encore Non-traditional security issues in ASEAN: agendas for action (ISEAS Publishing, 2020), Times of Uncertainty: National Policies and International Relations under Covid-19 in Southeast-Asia and Beyond (Nomos, 2022).

Couvertures de quelques ouvrages de la sélection thématique


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search