Portrait de chercheur : Jules Sergei Fediunin

Questions à… Jules Sergei Fediunin, docteur en sciences politiques et post-doctorant au Centre d​’études sociologiques et politiques Raymond Aron​ ​(CESPRA) de l’EHESS. Sa thèse, qu’il a soutenue en 2021 au Centre de recherche Europes-Eurasie (CREE) de l’Inalco, sous la direction de Jean Radvanyi, s’intitule Le nationalisme au service d’une nation incertaine : nouvelles tendances du nationalisme et (dé)légitimation du pouvoir dans la Russie contemporaine, 2000-2020.

Jules Sergei Fediunin au rez-de-jardin de la BULAC (Maxime Ruscio / BULAC)

Quel est votre parcours ?

Passionné de longue date par la géographie et l’histoire, mais aussi plus récemment par la philosophie, je me suis orienté, au sortir du lycée, en 2009, vers une formation en sciences politiques, qui m’a semblé être une voie particulièrement pertinente en ce qu’elle permettait de concilier mes différents centres d’intérêt. Je me suis alors retrouvé à l’École supérieure d’économie à Moscou, réputée être la meilleure université en sciences sociales de Russie, mon pays natal. Ce fut pour moi l’entrée dans une vie pleine d’activités variées qui m’ont permis de découvrir de nouveaux horizons. 

Mon intérêt pour le nationalisme en tant que sujet de recherche est apparu à l’aube des années 2010, lorsque je côtoyais différents acteurs nationalistes – militants ou sympathisants – et alors que je me considérais moi-même comme « libéral ». Cet intérêt s’est alors trouvé décuplé et canalisé en même temps par une direction scientifique. C’est le professeur Emil Pain, devenu depuis un ami et un co-auteur, qui m’a initié aux études sur le nationalisme.

Le début des années 2010 a également constitué un moment fondamental dans l’histoire politique de la Russie contemporaine, en raison des manifestations d’opposition au régime de Vladimir Poutine dans les grandes villes du pays. Des personnes de sensibilités idéologiques différentes y ont pris part. De plus, à cette époque il y avait une forme de consensus selon lequel il y aurait un avenir politique pour le nationalisme en Russie : sa montée était alors constatée par de nombreuses personnes. C’est dans ce contexte que j’ai voulu prêter davantage attention à ce phénomène, en cherchant à comprendre ses reconfigurations et ses péripéties.

Jules Sergei Fediunin au rez-de-jardin de la BULAC (Maxime Ruscio / BULAC)

En 2013, j’ai pris la décision de partir en France, ce pays qui m’a toujours attiré par sa langue, la richesse de sa culture et la force de ses traditions intellectuelles. Et puis, au-delà de ces motivations, comme disait Racine, « l’amour, toujours, n’attend pas la raison ». Afin de concrétiser ce projet, j’ai notamment candidaté à une bourse de l’École normale supérieure (ENS) de Lyon, où un master en histoire de la pensée politique avait retenu mon attention. En plus de mon intérêt déjà avéré pour la théorie politique et la politique comparée, j’ai pu approfondir mes connaissances en études des idées, des discours et des concepts qui imprègnent la vie collective et sous-tendent l’action politique.

Sur la base de cet intérêt au début personnel mais ensuite intellectuel, pour le nationalisme russe, je me suis engagé dans un travail de thèse à l’Inalco, où j’ai mené mes recherches au Centre de recherche Europes-Eurasie (CREE), sous la direction du professeur Jean Radvanyi qui est un spécialiste reconnu des espaces de l’ex-URSS. À travers mes années de thèse, j’ai eu des échanges fructueux avec plusieurs collègues du CREE, au point de nouer des rapports amicaux avec certains d’entre eux. Mais cette expérience m’a surtout permis de renouveler mon regard sur cette aire géographique et culturelle qu’est le « monde postsoviétique », en produisant sur moi un effet de « défamiliarisation » (pour reprendre le terme de Victor Chklovski).


Comment expliqueriez-vous vos recherches aux lecteurs du Carreau de la BULAC ?

L’ambition de ma thèse était de démontrer que le nationalisme demeure en Russie une ressource puissante à double usage, et que son poids dans l’espace politique russe a pris de l’ampleur depuis l’accession de Vladimir Poutine à la présidence russe, en 2000. D’une part dans la mesure où il s’agit d’une source de légitimation et d’affermissement d’un régime autoritaire et de l’État que ce régime prétend incarner. D’autre part parce que le nationalisme est un moyen de contestation de l’ordre établi que l’État cherche à prendre en main, à maîtriser et à contourner.

Allégorie de la nation russe « trinitaire » (Russes, Ukrainiens, Biélorusses) de Dmitri Sharapov, 1905 (Source : Wikimedia Commons)

Ce faisant, j’ai tenu à rendre compte de la spécificité de la terminologie et du débat sur l’identité russe. Dans un sens, la situation de la Russie s’apparente à celle d’un « nationalisme sans nation », également observable dans d’autres contextes. En effet, la nation en tant que projet identitaire s’y trouve concurrencée par d’autres modèles, appelant au dépassement du cadre national au profit d’une communauté supranationale, définie comme empire ou comme civilisation. Or la généralisation du discours nationaliste ne conduit pas, du moins aujourd’hui, à son institution en tant que forme poli tique et donnée sociologique.

Je suis arrivé à la conclusion qu’il est pertinent de distinguer un nationalisme russe porté par des acteurs non étatiques et/ou d’opposition, d’un nationalisme officiel élaboré par le régime de V. Poutine, fonctionnant l’un vis-à-vis de l’autre comme des vases communicants. Le déséquilibre entre les ressources dont dispose l’État et celles du nationalisme non étatique fait que le premier se nourrit des faiblesses du second, en procédant par récupération et cooptation tant des idées que des personnes, au prix de certaines concessions. Ainsi, les « compagnons de route » nationalistes ne doivent remettre en cause ni le régime poutinien ni l’État russe dans sa forme actuelle. On peut à cet égard établir des parallèles avec les époques tsariste et soviétique, étant donné que les derniers Romanov cherchaient à « nationaliser » l’Empire monarchique tandis que l’URSS stalinienne adopta une forme de « national-bolchévisme » succédant à l’idéologie internationaliste. 

Depuis la soutenance de ma thèse, en décembre 2021, puis mon entrée à l’EHESS en tant que post-doctorant, je m’intéresse davantage aux rapports entre guerre et nationalisme, en prenant pour exemple le cas de la Russie. L’invasion russe de l’Ukraine fournit, malheureusement, un terrain fertile pour une réflexion sur les usages du nationalisme pour justifier et mener la guerre. Dans cette perspective, je me penche également sur le concept de « nationalisme impérialiste », que je souhaiterais théoriser à partir des cas russe et chinois.


Quelles sont les raisons qui vous ont amené à venir effectuer des recherches à la BULAC ? Aimez-vous y venir, et pourquoi ?

J’ai commencé à fréquenter la BULAC dès mon installation à Paris, en 2015, dans le cadre de mes recherches doctorales. J’ai été immédiatement séduit par la richesse de ses collections qui relèvent de toutes les disciplines en sciences humaines et sociales et couvrent tant d’aires géographiques et culturelles ! Je me suis principalement intéressé aux fonds slaves, qui sont par ailleurs les plus riches de France suite à l’apport des fonds de plusieurs bibliothèques dont celle de la Sorbonne. J’ai ainsi pu accéder à des ouvrages difficiles à trouver en dehors de l’ex-URSS, ainsi qu’à des publications récentes qui ont renouvelé les études sur le(s) nationalisme(s). J’ai pu également profiter du précieux service de suggestion d’achat d’ouvrages que la BULAC propose, qui m’a permis d’avoir accès à des volumes publiés à l’étranger et inaccessibles dans d’autres bibliothèques de France. 

Par ailleurs, la possibilité de venir travailler à la BULAC en journée ou durant la nuit a été cruciale à certains moments de mon parcours, notamment lors de la rédaction de ma thèse et la préparation des cours que j’ai dispensés à l’Inalco puis à Sorbonne Université. Je ne peux donc que vanter les avantages offerts par la BULAC et sa bibliothèque de nuit que je continue d’ailleurs à utiliser.

Jules Sergei Fediunin au niveau des carrels de nuit (Maxime Ruscio / BULAC)

Enfin, je dois mentionner que j’entretiens une relation que je qualifierais d’« intime » avec la BULAC, pour y avoir travaillé en qualité de contractuel étudiant pour le service public, en 2019-2020. En plus de m’avoir fait rencontrer des personnes passionnées par leur métier, cette expérience m’a permis d’apprécier le travail peu visible aux lecteurs lié à l’entretien et au renouvellement des fonds et leur mise à profit pour les publics.


Fréquentez-vous d’autres bibliothèques dans le cadre de votre recherche ?

En Russie, j’ai eu l’occasion de travailler dans plusieurs établissements dont la Bibliothèque d’État de Russie (dite Leninka encore aujourd’hui, de son nom soviétique : Bibliothèque d’État d’URSS V.I. Lénine), la bibliothèque de l’Institut d’information scientifique sur les sciences sociales (INION) de l’Académie des sciences de Russie, ainsi que celle de l’École supérieure d’économie. Je continue également à me servir de la bibliothèque en ligne eLIBRARY.ru qui contient les versions électroniques de très nombreuses revues russophones.

Lorsque j’étais à Lyon, j’ai souvent travaillé à la Bibliothèque Diderot, située sur le campus de l’ENS. À Paris, j’ai aussi beaucoup fréquenté la Bibliothèque Mazarine et la Bibliothèque nationale de France (BnF), dont l’avantage, au titre du dépôt légal, est de posséder un exemplaire de tout livre paru en France. Dans le cadre de mon post-doctorat à l’EHESS, j’explore actuellement le Grand équipement documentaire (GED) situé sur le campus Condorcet, à Aubervilliers, qui regroupe entre autres les fonds du Centre d’études des mondes russe, caucasien et centre-européen (CERCEC) et du CESPRA, mon laboratoire d’affectation. Toutefois, la BULAC n’en reste pas moins ma bibliothèque de prédilection.


Certains titres issus du catalogue de la bibliothèque vous ont-ils particulièrement inspiré ?

Couverture de l’ouvrage Rulers and Victims (Belknap Press of Harvard University Press, 2006)

Plusieurs ouvrages que j’ai consultés à la BULAC pour la première fois m’ont animé – plutôt qu’inspiré – tant professionnellement que personnellement. Si l’ouvrage de l’historien Geoffrey Hosking, Rulers and Victims. The Russians in the Soviet Union, a changé mon regard sur la construction nationale en Russie dans sa dimension historique, l’étude comparée des émeutes ethniques proposée par Donald L. Horowitz dans The Deadly Ethnic Riot m’a invité à penser les violences collectives dans une perspective transnationale. Sur un plan plus personnel, j’ai été touché par le style mélancolique de La déchéance d’un homme, par l’écrivain japonais Osamu Dazai, et les romans de Milan Kundera, par la force de leurs récits polyphoniques.


Comment la BULAC vous a-t-elle permis d’avancer dans vos recherches lors de votre thèse ? Quelles ressources avez-vous utilisées ?

Depuis ma première inscription à la BULAC, je me suis beaucoup servi de ses collections en ligne. Parmi les ressources que j’ai le plus utilisées, je mentionnerai en particulier les bases de données comme The Current Digest of the Russian Press (auparavant) et Polpred (plus récemment), ou encore certaines plates-formes numériques comme JSTOR. Par ailleurs, je lis régulièrement Le Monde diplomatique grâce à l’abonnement souscrit par la bibliothèque.

Lors de mon passage à la BULAC en tant que contractuel étudiant, j’ai aussi profité des ressources vidéo en empruntant des DVD de films réalisés à travers le monde entier, par exemple Rabin, the last day (Le dernier jour d’Yitzhak Rabin) d’Amos Gitaï.


Pouvez-vous partager avec nous quelques-unes de vos publications ?

Bien sûr ! Voici quelques-uns de mes récents travaux :

  • « Le clivage “progressistes” contre “nationalistes” a-t-il un sens ? », Le Débat, n°203, 2019, p. 93-97. Dans cet article j’interroge la pertinence du clivage « progressisme » contre « nationalisme », imposé par le président Emmanuel Macron en amont des élections au Parlement européen de mai 2019.
  • « La “Russie civilisée” contre la “nation des esclaves” : mythologies élitistes et construction de frontières sociales-morales dans la Russie au début du XXIe siècle », La Revue russe, n°55, 2020, p. 65-83. Dans ce texte, je m’intéresse à la création des imaginaires politiques en prenant pour exemple la reproduction, en Russie contemporaine, d’un discours opposant une minorité libérale, « civilisée » et pro-européenne, au « peuple » jugé archaïque, incivil et hostile au libéralisme.
  • « Comment le Kremlin justifie la guerre contre l’Ukraine », AOC, 17 mars 2022. Cet article identifie les ressorts discursifs et idéologiques qui sous-tendent le récit ayant justifié l’invasion russe de l’Ukraine en février 2022.
  • Dans un article intitulé « Des usages politiques de l’extrémisme en Russie », à paraître dans le n° 92 de la revue Cités, je tente de montrer comment, en contexte autoritaire, la prise en charge des expressions variées du phénomène « extrémiste » constitue à la fois un moyen de persécution de l’opposition politique et un instrument permettant au régime en place d’asseoir son autorité.
  • J’ai également préparé un chapitre synthétique intitulé « Russian Nationalism », qui paraîtra dans la seconde édition du Routledge Handbook of Russian Politics and Society (Londres, 2023, p. 437-448). Ce chapitre vise à dresser un tableau complet et nuancé du nationalisme russe contemporain.

Y a-t-il un autre point que vous auriez aimé développer dans cette interview ?

Il me semble important de revenir sur le conflit en cours entre la Russie et l’Ukraine, dans la mesure où un tel contexte influe inévitablement sur la possibilité de mener des recherches en ou sur la Russie. Au début de la guerre lancée par le régime russe contre l’Ukraine, de nombreux observateurs lui prédisaient un dénouement imminent. On constate aujourd’hui que le conflit s’enlise et s’enferme dans une logique d’escalade : à mesure que le bilan de la guerre – humain, économique et social – ne cesse de s’alourdir, la perspective de perdre s’apparente, pour chacune des parties engagées, à une catastrophe, une calamité fatale. Pour l’Ukraine, la question est celle de sa survie en tant que nation et État indépendant ; pour les dirigeants russes, l’objectif est désormais de trouver une sortie honorable de leur guerre d’agression sans entraîner le pays tout entier dans l’abîme. Enfin, l’Occident, dont le soutien à l’Ukraine n’est pas inconditionnel, cherche à affaiblir la Russie sur le long terme afin de réduire sa capacité de nuisance.

Graffiti réalisé sur un immeuble à Simferopol, en Crimée annexée, mettant en scène un Vladimir Poutine habillé en forme de marin militaire (Source : Wikimedia Commons)

Le public en France, en Europe et dans le monde a plus que jamais besoin d’une connaissance nuancée des sociétés ukrainienne et russe pour comprendre les causes de ce conflit armé, qui non seulement signe le retour de la guerre sur le Vieux Continent et, par là même, contribue à une recomposition de l’ordre mondial, mais bouleverse aussi profondément l’ordre social et politique dans les pays en guerre. Or, le scénario d’une guerre « prolongée » risque d’entraver durablement l’accès des chercheurs au terrain, dans la continuité de la pandémie de Covid-19. Il est certes possible de mener des enquêtes à distance, grâce notamment à l’exploitation des données ouvertes, la pratique de l’observation et de l’entretien en ligne ou encore la collecte déléguée. Pour moi, ces opportunités sont cruciales dans la mesure où mes recherches s’appuient principalement sur l’analyse de contenus et de discours relayés dans les médias traditionnels, mais surtout sur Internet, y compris sur les réseaux sociaux dont la messagerie chiffrée Telegram. La distance n’empêche pas non plus de mener une réflexion théorique, fondée sur les comparaisons internationales et l’ajustement du cadre conceptuel.

Toutefois, ces pratiques ne peuvent pas se substituer pleinement à l’observation « directe » et aux échanges formels ou (la plupart du temps) informels avec différents interlocuteurs sur place, ni même résoudre la question de l’accès aux archives et à la documentation papier. La présence physique est donc capitale. Hélas, nul ne peut dire aujourd’hui quand des chercheurs pourront se rendre en Russie en toute sécurité, compte tenu du durcissement du régime politique en place qui tire parti de la rationalité guerrière pour réduire au silence toutes les oppositions par la peur, la censure et la répression. Le saut dans l’inconnu qu’a fait Vladimir Poutine en février 2022 entraîne une rupture radicale avec le monde occidental, couplée d’un repli sur soi collectif. Bien qu’il soit encore trop tôt pour savoir quelles seront toutes les conséquences de cette guerre pour la société et l’État russes, celles-ci risquent d’être désastreuses à moyen et long terme. En dépendra l’avenir du pays mais aussi celui des études sur la Russie. La maxime de Fernando Pessoa semble pertinente à cet égard : « Espérer le meilleur et se préparer au pire ».


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search