Portrait de chercheur : Mohamed Laradi

Questions à… Mohamed Laradi, spécialiste du monde arabe et doctorant en histoire à l’UMR SIRICE. Sa thèse, qu’il prépare sous la direction de Pierre Vermeren, professeur d’histoire contemporaine à l’université Panthéon-Sorbonne, s’intitule Pratiques et imaginaires des musiciens juifs d’Alger (1898-2020). Étude historique et approche socio-culturelle.

Mohamed Laradi dans les magasins de la BULAC (Maxime Ruscio / BULAC)

Quel est votre parcours ?

Né dans une famille franco-algérienne, j’ai toujours eu un intérêt pour le monde arabe, et plus spécifiquement pour le Maghreb. Cet intérêt s’est exprimé dès mon entrée dans l’enseignement supérieur, en 2012, année où je me suis inscrit en initiation à l’arabe littéral à l’Inalco, que j’ai ensuite prolongée par une inscription en licence LLCER d’arabe maghrébin, puis d’arabe oriental.

Très vite, je me suis toutefois tourné vers l’histoire, en m’inscrivant dès 2013 en licence d’histoire à l’université Panthéon-Sorbonne. Dans cet élan, j’ai ensuite intégré le master d’histoire de l’Afrique et du Moyen-Orient dans la même université. C’est dans ce cadre que j’ai commencé à travailler avec Pierre Vermeren, qui a d’abord encadré mes recherches de master et dirige aujourd’hui la thèse que j’ai commencée en 2019. 

Ce parcours à la croisée de l’histoire et de la linguistique m’a permis de comprendre et d’appréhender le monde arabe dans ses dimensions plurielles et d’en saisir les enjeux contemporains. Aujourd’hui, parallèlement aux recherches que je mène pour ma thèse d’histoire, je suis des études d’hébreu à l’Inalco, afin de compléter ma formation et d’acquérir une connaissance plus approfondie de la région. Mon parcours s’est ainsi tissé en continu entre l’université Panthéon-Sorbonne et l’Inalco, deux établissements auxquels je reste fortement attaché.


Comment expliqueriez-vous vos recherches actuelles aux lecteurs du Carreau de la BULAC ?

Comme je l’ai déjà évoqué, mes recherches s’étendent à travers différents domaines thématiques, tout en embrassant une vaste zone géographique. En effet, les terrains dans lesquels j’ai mené mes recherches se déploient à la fois sur l’Algérie (coloniale, révolutionnaire et post-coloniale), la France et Israël, où je m’intéresse notamment à certaines dimensions des politiques nationales mais aussi à des questions ayant trait à l’identité nationale et surtout culturelle.

Sur le plan thématique, mes recherches portent particulièrement sur l’histoire du judaïsme mais aussi de l’Islam, que j’envisage conjointement afin d’évaluer l’insertion du judaïsme dans le monde arabe. L’étude des communautés juives en Algérie est au cœur de mes recherches, mais je porte toutefois mon attention sur une partie très spécifique de cette population, celle qui est arabophone (ou berbérophone) et qui transite dans le monde de la musique.

De fait, mes recherches touchent de près au domaine musical, auquel je m’intéresse notamment à travers les reprises, les samples, et les plagiats (et les textes aussi donc) d’une grande variété de styles :

Affiche d’un concert de Line Monty à Tel-Aviv en 1957, à l’occasion d’une de ses tournées dans le bassin méditerranéen, (Source : archives de la maison de disques Pathé-Marconi)
  • les musiques populaires traditionnelles, d’abord, telle la musique andalouse et le chaâbi*, qui visent à décrire de la façon la plus réaliste possible le quotidien des sociétés dont elles émanent ;
  • l’évolution de ces musiques, ensuite, sous l’influence d’autres courants artistiques, notamment la musique moyen-orientale (égyptienne, syrienne et irakienne), ou la musique andalouse qui a donné le francarabe*, ou encore la musique de variété française impliquant des musiciens algériens ;
  • l’origine de la musique raï* et son influence dans le monde arabe contemporain et au-delà ;
  • la musique mizrahim* qui est une musique pop israélienne semblable à la pop arabe, notamment libanaise ou irakienne ;
  • mais aussi la musique hip-hop, et en particulier le développement du rap (reprises, remixes et samples, du pop-rap au rap “old school”, en notant les influences, notamment celle du Goon Rap) en France et en Israël, où nous retrouvons des rappeurs et groupes de rap d’origine algérienne ou collaborant activement avec des Algériens, tels le groupe Dabatcha’zz ou encore Dj LamC.

Mes réflexions portent en outre sur les représentations des musiciens se rattachant à ces styles musicaux, tant dans les films (cinéma algérien, français ou encore bollywoodien), que les spectacles (particulièrement les spectacles comiques), ou les bandes-dessinées françaises portant sur le monde arabe. 

Orchestre de l’association musicale El Moutribia prise dans les années 1920, à Alger. Au centre de la photo, le chanteur et musicien Mahieddine Bachtarzi, et en bas à sa gauche, avec la mandoline et habillé “à l’indigène”, le chanteur et musicien juif algérois Edmond Nathan Yafil (Source : Fonds Kaspi/Kalfo)

En plus de ces recherches dans le champ de la musicologie, je m’intéresse actuellement à la question des Mizrahim en Israël, et plus spécifiquement au mouvement des Black Panthers israéliennes / הפנתרים השחורים, qui a débuté en 1971 avec Abergel et Marciano, Juifs orientaux d’origine marocaine.


Un glossaire musical pour s’y retrouver !
  • Chaâbi : Signifiant « populaire », « du peuple », le Chaâbi est un genre musical apparu au XXe siècle à la Casbah, et s’est étendu dans les autres quartiers populaires d’Alger comme Bab-el-Oued. Le Chaâbi est un mélange de plusieurs cultures, notamment de la musique andalouse (de l’école Sana’a) traitant de thématiques populaires : du quotidien du peuple, et non plus les préoccupations des princes ou des chants louant la bonté du souverains, tout en se mêlant avec la musique kabyle, mais en gardant l’arabe comme langue d’expression. L’ambassadeur de ce style algérois est El Hadj M’hamed El Anka. Le nom de Lili Labassi revient également lors de l’évocation de ce style.
  • Francarabe : Parfois surnommé musique franco-orientale, le francarabe est un style musical résultant de la double identité des Juifs d’Algérie. Il se caractérise par une musicalité andalouse, mais avec des paroles à la fois en arabe et en français (ou d’autres langues européennes comme l’espagnol ou l’italien). La musique francarabe est une sorte de transposition de la musique andalouse et consiste à faire rimer des vers en arabe et d’autres en français, tout en jouant sur la musicalité des deux langues qui se succèdent dans le chant. Né entre la Casbah et Bab-el-Oued, ce style s’est popularisé dans les années 1940-1960, avec une période prolifique durant la guerre d’Algérie. Les titres les plus emblématiques sont Elle m’appelle l’Oriental de Lili Labassi, Alger, Alger de Lili Boniche, Ma guitare et mon pays de Line Monty, ou encore Mchaate Aaliya de René Perez.
  • Mizrahim : Terme hébraïque pour désigner les Juifs orientaux, c’est-à-dire provenant des pays musulmans, majoritairement du monde arabe mais aussi du monde perse (de la Libye à l’Afghanistan, en passant par le Caucase). Par extension, le terme désigne également la musique à sonorité orientale jouée par les Juifs séfarade.
  • Raï : Né en Oranie au XXe siècle, entre Oran et Sidi Bel Abbès, le raï chante tout d’abord l’exil rural. Avec le temps, ce style musical s’est tourné vers les problèmes de société et a supplanté en popularité la musique andalouse. Il s’est exporté en France, notamment par le biais des différents cheb (terme désignant les chanteurs de raï dans les années 1980), notamment Cheb Mami, Cheb Bilal ou le plus célèbre Cheb Khaled.

Couvertures de disques vinyles de Lili Boniche (à gauche), Line Monty (au centre, sous le nom de Laïla Fateh qu’elle utilisait au début de sa carrière dans la musique arabophone, et qu’elle a très vite abandonné) et René Perez (à droite)



Quelles sont les raisons qui vous ont amené à venir effectuer des recherches à la BULAC ? Aimez-vous y venir, et pourquoi ?

C’est mon double cursus d’arabisant et d’historien travaillant sur le monde arabe et plus largement le Moyen-Orient qui m’a conduit à la BULAC. La BULAC s’est en effet révélée être un lieu particulièrement propice pour mes études puis mes recherches, dans la mesure où j’ai d’abord pu y trouver la plupart des ouvrages que mes enseignants recommandaient de lire. Par la suite, c’est aussi devenu un lieu de consultation d’archives dans le cadre de mes recherches, ainsi qu’un lieu de travail. En plus d’être inscrit à la BULAC comme lecteur, je l’ai effectivement pratiquée en tant que contractuel étudiant pour le service public entre 2018 et 2022.

Mohamed Laradi dans un carrel de nuit au rez-de-jardin de la BULAC (Maxime Ruscio / BULAC)

Mais indépendamment de la nature de mes liens avec la bibliothèque, c’est toujours avec un grand plaisir que je m’y rends, car c’est un lieu riche en cultures, où règne un climat de bienveillance fort appréciable. La BULAC est un lieu de sociabilité entre étudiants, où l’on peut également croiser de nombreux enseignants et interagir avec le personnel, toujours attentif aux besoins des lecteurs. De plus, la BULAC possède une grande quantité de ressources et se distingue par la qualité des services qu’elle offre aux usagers, parmi lesquels je mentionnerais tout particulièrement la possibilité de bénéficier de carrels de nuit. Cet espace de travail est précieux pour quiconque souhaite travailler durant la nuit ou au petit matin. J’en profite pour rédiger et avancer dans mes recherches.


Vous connaissez donc également les coulisses de la BULAC ! En quoi a consisté votre travail dans la bibliothèque et sentez-vous que cela vous a apporté des choses pour vos recherches ?

En tant que contractuel étudiant, j’ai été amené à fréquenter l’établissement de façon quasi quotidienne, y compris d’ailleurs durant la crise sanitaire, pour y réaliser des missions de service public. Cette position privilégiée m’a permis de consulter de nombreux livres et de me tenir informé de certaines actualités en lien avec mes centres d’intérêt dans le cadre de mes recherches, par exemple à travers les expositions qui sont organisées régulièrement par les équipes de la BULAC autour des collections qui y sont conservées. Je pense notamment à « Ottomanes et Ottomans au tournant du siècle », « Cheikh El Haddad et l’insurrection de la Kabylie. Des vestiges de papier, 1871-2021 » ou encore « Le rôle des revues égyptiennes dans la Nahda ».

C’est à cette période, durant laquelle j’ai travaillé en tant que contractuel à la BULAC, que je suis devenu doctorant. J’ai ainsi pu accéder à un grand nombre d’ouvrages dont certains sont uniquement consultables sur place. Plusieurs d’entre eux constituent désormais des références de premier plan pour mes recherches, au même titre d’ailleurs que certains périodiques, tels que L’Arche ou Archives juives. C’est assez peu connu, mais la BULAC possède des archives d’une grande richesse, comme celles du fonds Basset-Deny, où j’ai notamment trouvé des ouvrages de la période coloniale portant sur des coutumes et parlers des Juifs algérois et algériens.

Enfin, la proximité avec l’ensemble des agents de la bibliothèque m’a aussi permis d’être particulièrement bien aiguillé dans mes recherches. Je pense notamment aux chargés de collections de certains domaines dont les conseils judicieux m’ont aidé à réaliser une recherche efficace et méthodologique, en m’orientant rapidement vers les lieux et ressources documentaires adéquates.


À ce propos, justement, quels autres lieux fréquentez-vous, en France comme à l’étranger, dans le cadre de vos recherches ? Y a-t-il éventuellement d’autres bibliothèques que la BULAC où vous aimez vous rendre ?

Outre la BULAC, c’est d’abord dans différents centres d’archives que j’ai pu trouver des informations utiles au bon déroulement de mes recherches. Il s’agit notamment de l’Institut national de l’audiovisuel (INA), du site Richelieu de la Bibliothèque nationale de France (BnF), des Archives de la préfecture de Police de Paris, du Centre des Archives diplomatiques de la Courneuve, des archives militaires conservées au Centre historique des archives du Service Historique de la Défense à Vincennes, et des Archives nationales d’outre mer (ANOM) situées à Aix-en-Provence.

Par exemple, dans les archives de l’INA, j’ai pu écouter des enregistrements des premières compositions de musique andalouse algéroise, et découvrir le traité du philosophe musulman Al-Farabi sur la musique dans le monde arabe. Il s’agit du Grand traité de la musique [Kitabu l-Musiqi al-Kabir] qui constitue le premier des six tomes de La musique arabe de Rodolphe D’Erlanger qui est consultable à la BULAC. Puis il y a mes terrains en Algérie, spécifiquement à Alger, ainsi qu’en France, à Paris et Marseille, et dans les territoires palestiniens et Israël, à Jérusalem et Naplouse, où j’ai parfois été amené à fréquenter des bibliothèques mais aussi certains musées dont les collections pouvaient être en lien avec mes questions de recherche. Je pense par exemple au Musée National du Moudjahid à El Madania (Alger), au MUCEM à Marseille, au MAHJ à Paris ou au Samaritan Museum à Naplouse. Au niveau des bibliothèques, je pense en particulier à celle du Musée de l’histoire de l’immigration (Centre de ressources Abdelmalek Sayad), à celle de l’Institut du monde arabe (IMA), ou encore à la Bibliothèque de l’Université Paris 8 à Saint-Denis.

Vue de Hamma, Belcourt (Alger), centre historique et culturel de la musique algéroise (Crédits : Mohamed Laradi)

Y a-t-il un ou des ouvrages du catalogue de la BULAC qui vous ont particulièrement inspiré ?

Couverture de l’ouvrage Les trois exils. Juifs d’Algérie (Stock, 2006)

De nombreux ouvrages m’ont inspiré, mais il y en a deux qui m’ont plus particulièrement marqué : Les trois exils. Juifs d’Algérie (Stock, 2006) de Benjamin Stora, et Le sionisme du point de vue de ses victimes juives. Les juifs orientaux en Israël (La fabrique éditions, 2006) d’Ella Shohat. À la fin de ma licence d’histoire, je réfléchissais à un sujet pour la poursuite de mon parcours en master. Ayant toujours été passionné par l’histoire du monde arabe et ses minorités religieuses, j’ai été intrigué par le fait que des individus non musulmans soient restés vivre dans des pays islamiques. Or, ma propre histoire familiale, imbriquée dans celle de la communauté juive d’Alger, témoignait d’une certaine façon de la tolérance du monde arabe envers les minorités juives et chrétiennes. Naturellement, la question du judaïsme algérois (voire algérien) me titillait et c’est ainsi tant par curiosité personnelle qu’intellectuelle que j’ai voulu la creuser davantage.

C’est en m’intéressant aux Juifs d’Algérie dans le cadre de mes recherches que je suis tombé sur l’ouvrage de Benjamin Stora, qui a alors constitué une véritable porte d’entrée sur le sujet. J’ignorais à ce moment-là l’existence et la portée des travaux réalisés sur cette question, ce qui explique qu’en acceptant de diriger mes travaux de master, M. Vermeren me stipula : « il faut lire beaucoup pendant les vacances, Monsieur ! ». Aujourd’hui, l’ouvrage de Stora apparaît dans ma bibliographie aux côtés de nombreux autres travaux plus approfondis et plus récents sur le sujet. Il n’en reste pas moins pour moi une référence fondamentale sans laquelle je n’aurais jamais pu aborder la question de l’histoire contemporaine des Juifs d’Algérie comme je l’ai fait. À la fois ouvrage universitaire et de vulgarisation, c’est indiscutablement une bonne entrée en matière pour ce sujet !

Couverture de l’ouvrage Le sionisme du point de vue de ses victimes juives (La Fabrique Éditions, 2006)

Pour sa part, l’ouvrage d’Ella Shohat est inspirant, non seulement du fait du caractère inédit de son sujet, mais aussi de la proximité de l’auteure avec ce sujet et de l’esprit de synthèse avec lequel elle le traite. Au même titre que Stora qui est Algérien, Ella Shohat a effectivement vécu l’histoire qu’elle raconte : celle des Mizrahim* d’Israël, qui, stigmatisés en raison de leurs origines, de leurs coutumes et de leur langue, ont donné naissance en 1971 à un mouvement de protestation analogue à celui des Afro-américains revendiquant l’égalité de droits entre tous les citoyens. Shohat aborde ainsi dans ce livre la question des « Panthères noires » d’Israël ou, dit autrement, des Black Panthers israéliennes, portant un regard neuf et indiscutablement original sur la société israélienne. Cet ouvrage présente par ailleurs l’intérêt d’avoir été traduit en langue française, ce qui m’a permis de l’appréhender rapidement, d’entrer dans la complexité de la société israélienne et de l’histoire des Juifs d’Orient.


Utilisez-vous d’autres ressources à la BULAC ?

Oui, en effet, j’utilise notamment les ressources numériques auxquelles le compte lecteur de la BULAC donne gratuitement accès. Je pense en particulier aux articles disponibles en ligne sur les plates-formes de certains éditeurs. J’ai ainsi pu avoir accès, par exemple, à des articles importants de l’Encyclopédie de l’Islam, via la plate-forme de l’éditeur Brill. Par ailleurs, j’utilise également les ressources vidéos de la BULAC, notamment les DVD. J’ai ainsi visionné des films ou séries étrangères qu’on ne trouve pas nécessairement sur internet. Grâce à cela j’ai pu enrichir ma culture du cinéma algérien (à travers des films comme L’Oranais de Lyes Salem ou El Gusto : l’histoire les a séparés, la musique les a réunis de Safinez Bousbia), du cinéma bollywoodien (le film Veer Zaara de Yash Chopra notamment), et de la culture serial israélienne (telles les séries Fauda ou Les Shtisel : une famille à Jérusalem).


Quels sont les événements ou les personnalités scientifiques qui vous ont inspiré récemment ?

Les événements qui m’ont inspiré récemment sont nombreux, mais c’est évidemment à la commémoration des 60 ans de l’indépendance algérienne que je pense en premier lieu. En plus de la grande festivité célébrée à Alger le 5 juillet de cette année, cette commémoration a été l’occasion de nombreux travaux scientifiques qui ont notamment porté sur les dirigeants du Front de Libération Nationale (FLN). Ces personnalités m’intéressent au premier plan, à l’image de Houari Boumediène qui, comme d’autres dirigeants arabes des années 1970 à 2000, est souvent qualifié de zaïm / زعيم ou leader charismatique. Même si les agissements de ces figures représentatives de l’âge d’or du monde arabe indépendant ne font pas nécessairement l’unanimité au sein du monde arabe, les étudier permet indiscutablement de mieux comprendre l’histoire de la région. Par ailleurs, je retiendrais aussi comme autre événement marquant les accords de normalisation entre Israël et certains pays arabes, à l’image du Maroc, par exemple, qui s’est engagé dans un processus pluridimensionnel de consolidation de ses relations avec l’État hébreu. Ce processus fait en outre ressurgir des conflits idéologiques et politiques qui s’expriment jusque dans le champ culturel, et plus particulièrement dans la musique, avec un retour au temps des zouama (forme plurielle de zaïm). Mais cela a également donné lieu à des évolutions surprenantes, telle celle de certains musiciens juifs marocains qui puisent désormais dans le répertoire maghrébin voire algérien. Je pense notamment à certains concerts donnés dans le cadre de l’édition 2021 du festival Arabofolies, qui avait été organisée à l’IMA en écho à une exposition sur les Juifs d’Orient.

Mohamed Laradi à la BULAC, en salle de lecture du rez-de-chaussée (Maxime Ruscio / BULAC)

Quelques-unes de vos publications que vous aimeriez nous partager ?

J’ai participé en septembre dernier au colloque Hommage à ceux qui ont sauvé des harkis qui a été organisé aux Invalides par la Fondation pour la Mémoire de la Guerre d’Algérie, des Combats du Maroc et de Tunisie (FMGACMT). Ce colloque portait sur les harkis, ou plus précisément sur ceux qui les ont sauvés. La communication que j’y ai présentée s’est concentrée sur les questions méthodologiques liées à l’usage des sources et des archives dans ce champ de recherche spécifique. Il est important de préciser à ce propos que nombre de ceux qui auraient sauvé des harkis faisaient partie de leurs « adversaires », notamment des partisans du FLN et d’autres Algériens pro-indépendance. Les actes du colloque devraient être disponibles prochainement en ligne, sur le site de la FMGACMT. J’ai par ailleurs plusieurs articles actuellement en préparation. L’un d’eux porte sur l’humour séfarade, qui est une dimension caractéristique du répertoire des chanteurs juifs orientaux des années 1920. J’envisage par ailleurs un autre projet de publication sur la manière dont la guerre (les deux guerres mondiales comme la Guerre d’Algérie, et d’autres conflits plus localisés) traverse et imprègne les chansons des musiciens juifs algérois.

Citer ce billet : Bastien Sepúlveda, "Portrait de chercheur : Mohamed Laradi," dans Le Carreau de la BULAC, 15 décembre 2022, https://bulac.hypotheses.org/44376. Consulté le 8 février 2023

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search