Portrait de bibliothèque : Bibliothèque Koraïs

Questions à… Anna Chaziri, directrice de la bibliothèque publique et historique Koraïs de la ville de Chios (Δημόσια Ιστορική Κεντρική Βιβλιοθήκη Χίου “Κοραής”), l’une des plus grandes bibliothèques publiques de Grèce, tant au regard du nombre de volumes conservés que de leur valeur historique. Fondée en tant qu’annexe de la Grande École de l’île de Chios en 1792, elle compte aujourd’hui 290 000 documents.


Fiche identité de la bibliothèque
NomBibliothèque centrale publique et historique de Chios, « Koraïs »
AdresseRue Koraï 2, 82100 Chios, Grèce
Horaires d’ouvertureDu lundi au samedi, de 7h à 16h30
Nombre de places20 places assises dans la salle centrale
Public accueilliÉtudiants, chercheurs et grand public
Nombre d’agents7 agents
Collections papier290 000 documents
Ressources numériquesCollections patrimoniales en cours de numérisation
Domaines de spécialisation Études grecques
CatalogueOpen Avekt (classification Dewey*)
Langues représentées au catalogueGrec, anglais, français
Façade de la bibliothèque publique et historique Koraïs de la ville de Chios. De style néoclassique, ses colonnes sont faites de matériaux provenant du village de Thymiana comme sa caractéristique pierre rouge (Source : Wikimedia Commons).

Λεξικόν ελληνικόν (Dictionnaire grec), d’Anthimos Gazis, avec une note manuscrite de Koraïs : “κτήμα του μέλλοντος εν Χίω γυμνασίου”, affichant sa volonté pour que l’ouvrage fasse partie des collections du collège à Chios (Source : Αθηνά Κ. Ζαχάρου-Λουτράρη, Βιβλιοθήκη Χίου “Κοραής” : Η ιστορία και οι θησαυροί της)

C’est depuis Paris qu’Adamantios Koraïs (1748-1833), figure emblématique des Lumières néo-helléniques, a coordonné les efforts pour la constitution de la première collection documentaire. Complètement détruite par les Turcs ottomans en 1822, la bibliothèque renaquit de ses cendres grâce au soutien financier d’évergètes locaux et de la diaspora grecque, avant de subir les effets dévastateurs du séisme de 1881. Sa reconstruction fut achevée en 1885 et c’est dès lors dans ce bâtiment que ses collections ont été hébergées.

L’écrivain Gaston Deschamps, qui la fréquenta lors de son voyage sur l’île en 1894, en donna dans ses mémoires la description suivante :

La communauté grecque a installé, près de son église, de son musée et de son gymnase, une grande et belle bibliothèque, qui a hérité de presque tous les livres et manuscrits du savant Adamantios Koraïs, docteur de la faculté de Montpellier, illustre philologue et pédagogue, dont les Chiotes sont très fiers. Grâce à l’obligeance du proèdre Zolotas, de l’éphore Hornstein et de l’épimélète Alimonakis, j’ai pu profiter de tous ces trésors. Pendant les chaudes journées de la saison claire, j’ai passé là de longues heures en tête à tête avec les vieux chroniqueurs, Anne Comnène, Nicéphore Gregoras, Nicétas Choniate, George Pachymère, Michel Doucas, sans compter les excellents voyageurs Belon, Stockhove, Tournefort, Paul Lucas, Galland, Olivier, et l’admirable Mémoire de Fustel de Coulanges.

Gaston Deschamps, Sur les routes d’Asie, Paris, 1894

En 1933, des étagères de rangement sont ajoutées au sous-sol et la salle de lecture est aménagée. L’État grec reconnaît la bibliothèque en tant qu’institution indépendante en 1998 et lui accorde le nom officiel de Bibliothèque publique de Chios. Enfin, en 1948 la famille Argentis, représentante éminente des élites locales, lance des travaux de rénovation qui donnent également lieu à la construction d’un étage supplémentaire abritant désormais une collection d’objets en rapport avec le folklore insulaire.

Nicolas Pitsos, chargé de collections pour le domaine grec à la BULAC, a rencontré la directrice de la bibliothèque, Anna Chaziri, et échangé avec elle sur l’histoire et les évolutions récentes de son établissement, ainsi que sur l’intérêt qu’il revêt pour les études grecques.

Anna Chaziri est directrice de la bibliothèque centrale publique et historique de Chios, « Koraïs » où elle travaille depuis 2000. Archiviste et bibliothécaire, elle détient un master en administration d’établissements culturels.


Pouvez-vous nous présenter vos collections ?

La première collection de la bibliothèque était composée de livres qui appartenaient à Koraïs et à des intellectuels grecs de la diaspora. Cette collection correspondait à la première période de la bibliothèque (1792-1822), étroitement liée à l’histoire de la Grande école publique de Chios. Grâce aux dons généreux d’habitants aisés de l’île et au soutien sans faille d’Adamantios Koraïs, la bibliothèque comptait environ 20 000 volumes à la veille de 1822, qui ont tous péri lors du pillage perpétré par les Turcs.

Bureau de Georgios Theotokas exposé dans la Bibliothèque Koraïs (Source : Bibliothèque Koraïs)

Les livres légués par Koraïs à la bibliothèque constituent le noyau documentaire de sa deuxième période (1822-1881). Un autre donateur important de cette période est Ioannis Andreadis, marchand et intellectuel originaire de la communauté grecque de Trieste qui dota la bibliothèque de 4 300 volumes en 1858.

Pour la période suivante (depuis 1881), les noms de Philippos P. Argentis et de Georgios Theotokas doivent être mentionnés. Issu d’une famille éminente de l’île, Philippos Argentis a fait don à la bibliothèque de sa collection personnelle d’environ 2 000 documents, comprenant des livres imprimés ainsi que des manuscrits. En 1971, 4 000 documents de la collection de Georgios Theotokas, écrivain et personnalité politique originaire de l’île de Chios, viennent intégrer les collections de la bibliothèque. Certains de ces documents sont dédicacés par leurs auteurs, ce qui nous permet de retracer le réseau d’affinités intellectuelles tissé autour de lui.

Les périodiques forment également une collection très intéressante. Les archives de journaux et revues publiés à Chios, ou à l’étranger par des éditeurs originaires de Chios, sont presque complètes. Parmi les documents de ce fonds, nous pouvons notamment évoquer les titres suivants :

  • Παγχιακή / Panchiaki (1908-1949)
  • Νέα Χίος / Nea Chios = Nouvelle Chios (1909-1950)
  • Χιακός Λαός / Chiakos laos = Peuple de Chios (1953-1994)
  • Πρόοδος / Proodos = Progrès, le plus ancien quotidien (publié depuis 1927)
  • Χιακά Χρονικά / Chiaka Chronika = Chroniques de Chios
  • Χιακόν Μουσείον / Chiakon Mouseion = Musée de Chios
  • Το Νησί / To Nisi = L’île
  • Σφιγξ / Sfinx
  • Αμάλθεια / Almatheia, paraissant à Smyrne entre 1832 et 1922
Ex-libris de Philippe P. Argentis avec tout en haut les paroles de Rigas Feraios-Velestinlis : “Εγώ το σπόρο έσπειρα κατά της τυραννίας, εξού και θέλει θεριστεί καρπός ελευθερίας” / « J’ai semé le grain contre la tyrannie, d’où le fruit de la liberté pourra être récolté », et en bas à droite le blason de la famille d’origine génoise d’Argenti, avec comme devise “Σπεύδε βραδέως” / « Hâte-toi lentement » (Source : Αθηνά Κ. Ζαχάρου-Λουτράρη, Βιβλιοθήκη Χίου “Κοραής” : Η ιστορία και οι θησαυροί της)

Un autre fonds de la bibliothèque est celui réunissant des cartes historiques et topographiques. Il s’agit de documents provenant de la collection personnelle de Philippos Argentis, regroupés et rangés par catégories thématiques. Ces documents offrent un aperçu géographique, topographique et historique de l’île entre le XIVe et le XIXe siècles.

En dehors des ressources documentaires imprimées et/ou manuscrites, la bibliothèque abrite également une collection de coquillages, une collection de métaux et une collection de pièces de monnaie. La collection de coquillages de la Méditerranée a été offerte par John Quintana, directeur du Bureau télégraphique britannique sur l’île de Chios en 1901.

Les coquillages sont placés dans une vitrine spécialement conçue à cet effet à l’entrée de la bibliothèque. La collection de métaux a été offerte par G. Kaloutas au début du XXe siècle et se compose de pièces provenant de différents endroits de l’île. Elle est accompagnée d’un rapport détaillé sur la nature oryctologique de Chios. Enfin, la collection numismatique de Spyros Argyropoulos est composée de 138 pièces illustrant différentes époques historiques, dont 36 monnaies forgées à Chios pendant l’Antiquité, les autres remontant aux périodes romaine, vénitienne, ottomane et contemporaine.


L’île de Chios au fil du temps

Cité-état membre de la Fédération ionienne pendant l’Antiquité, l’île de Chios connaît un régime démocratique dès le VIe siècle avant notre ère. Entrée dans le giron de l’Empire romain, elle reste possession byzantine jusqu’au XIVe siècle et l’arrivée des Génois qui s’y installent pendant deux siècles. Par la suite, elle intègre les domaines administrés par les sultans ottomans jusqu’à son rattachement à l’État grec au début du XXe siècle. Entre-temps, deux événements avaient marqué son histoire au XIXe siècle, tout en scellant le destin de la bibliothèque : a) les atrocités commises en 1822 par les troupes turques ottomanes contre sa population de confession chrétienne pendant la Guerre d’Indépendance grecque ; et b) le tremblement de terre catastrophique de 1888. Puissance maritime pendant l’Antiquité, Chios est aussi la terre natale de plusieurs armateurs et intellectuels grecs aux XIXe et XXe siècles. Outre les compétences maritimes de ses habitants, Chios est réputée pour le mastic (μαστίχα), produit phare de sa flore, véritable pilier de l’économie locale. Le savoir-faire de la culture du mastic à Chios est désormais inscrit dans le patrimoine immatériel de l’UNESCO.


Monnaies forgées sur l’île de Chios pendant l’Antiquité avec la représentation du sphinx (Source : Source : Αθηνά Κ. Ζαχάρου-Λουτράρη, Βιβλιοθήκη Χίου “Κοραής” : Η ιστορία και οι θησαυροί της)
Peinture à la gouache illustrant des tenues vestimentaires locales au début du XIXe siècle (Source : Αθηνά Κ. Ζαχάρου-Λουτράρη, Βιβλιοθήκη Χίου “Κοραής” : Η ιστορία και οι θησαυροί της)

Une autre catégorie à part entière des collections est celle constituée par des objets divers et variés : diplômes, médailles, prix et autres distinctions, objets de bureaux, miniatures de valeur, le premier drapeau grec qui a été érigé le jour de la libération de Chios le 11 novembre 1912, ainsi qu’un petit tissu du drapeau que portait le 23e régiment de Chios lors de la guerre de 1940. Ces objets sont éparpillés partout dans la bibliothèque et appartiennent à des familles importantes de Chios ainsi qu’à des personnalités éminentes, à l’instar d’Adamantios Koraïs, Ioannis Psycharis, Georgios Theotokas et de la famille Argenti, entre autres. Les visiteurs peuvent aussi découvrir le bougeoir qu’utilisait Koraïs et qui lui a été offert par ses amis pour « lui tenir compagnie lors des nuits blanches dédiées à l’étude », un encrier ayant appartenu à Georgios Theotokas, l’horloge de Psycharis, ainsi que la croix en argent d’Efstratios Argentis qui date du XVIIe siècle.

Enfin, une dernière catégorie réunit les archives photographiques, qui donnent à voir des tenues vestimentaires locales traditionnelles ainsi que des clichés de lieux ou paysages de l’étranger issus des voyages effectués par Philippos Argentis. On y retrouve également des négatifs de photographies du photographe Periklis Papachatzidakis, originaire d’Asie Mineure et installé sur l’île de Chios au début du XXe siècle. Ces clichés immortalisent des paysages ou des monuments de l’île pendant l’entre-deux-guerres.


Avez-vous des collections numériques ?

Non, pas encore, mais un chantier de numérisation de nos collections patrimoniales est actuellement en cours. L’objectif est de pérenniser et faciliter au public, et notamment aux chercheurs, la consultation la plus large possible de nos documents les plus fragiles et vulnérables.


Vous avez donc des collections patrimoniales, pouvez-vous nous en parler ?

Édition à Paris, en 1822, de l’adaptation en grec moderne par Adamantios Koraïs, du livre Éthique à Nicomaque / Ηθική Νικομάχεια d’Aristote, avec le tampon de la bibliothèque d’Adamantios Koraïs (Source : Source : Αθηνά Κ. Ζαχάρου-Λουτράρη, Βιβλιοθήκη Χίου “Κοραής” : Η ιστορία και οι θησαυροί της)

Les manuscrits figurent parmi les trésors de la bibliothèque, et ceux de Koraïs en constituent la partie la plus précieuse. Ils comprennent des traductions, des commentaires et annotations de nature linguistique, grammaticale, historique, mythologique et géographique, sur les ouvrages des auteurs anciens, sur les textes médiévaux et sur d’autres manuscrits écrits par Koraïs lui-même. Nos collections patrimoniales comprennent également des éditions rares et précieuses, à l’instar de l’incunable de l’histoire de la médecine de Celsus, ouvrage écrit en latin et publié en 1493, soit quelques années après l’invention des caractères de l’imprimerie. Nous pouvons aussi citer les cartes manuscrites de Cristoforo Buondelmonti insérées dans son atlas Liber Insularum Archipelagi (1420 ou 1422), la carte de l’île et de la ville dans l’lnsularium Illustratum de Martelli Germani (1470), la carte de l’île dans la Cosmographie universelle d’André Thévet en 1575, ou encore les gravures de la fontaine de Melek pacha de Choiseul Gouffrier réalisées en 1782.


Quels sont vos pôles d’excellence en recherche aréaliste* ?

La bibliothèque Koraïs est naturellement bien dotée en documentation dans le champ des études grecques, et plus particulièrement en lien avec l’histoire de la société locale de l’île de Chios. Une série de documents produits par différentes instances culturelles ou socioculturelles de l’île, notamment pendant la période ottomane (XVIe siècle-1912), y sont conservés. Une mention particulière doit être faite aux registres des notaires des différents villages de Chios. La bibliothèque en possède actuellement une centaine environ, alors qu’il en existe 1 200 en tout conservés dans les archives historiques de Chios. Les registres des notaires comprennent des actes notariés, tels les testaments, les contrats et accords, les bilans, les actes de vente et des contrats de location, les obligations, les procurations, les reçus, les polices d’assurance, etc. Tous ces documents offrent des informations précieuses sur l’auto-administration de l’île pendant la période ottomane, mais aussi sur l’évolution de la tradition juridique, la production agricole, la circulation de l’argent, l’économie domestique, les pratiques linguistiques, etc. Il s’agit d’une source historique incontournable pour tous ceux qui travaillent sur des questions relevant de la vie publique et privée des habitants de Chios entre le XVIe et le XIXe siècles.


Petit glossaire pour s’y retrouver
  • Aréaliste : Se réfère aux études aréales, fondées sur une approche transdisciplinaire du monde découpé en différentes aires culturelles et géolinquistiques.
  • Dewey : Système de classification développé en 1876 par le bibliographe américain Melvil Dewey et adopté par la plupart des bibliothèques dans le monde occidental. La Classification Décimale de Dewey (CDD) propose une répartition des connaissances humaines en dix classes, soit neuf disciplines fondamentales (philosophie, religion, sciences sociales, langues, sciences pures, techniques, beaux-arts et loisirs, littératures, géographie et histoire) et une classe « généralités », elles-mêmes subdivisées en 100 divisions puis en 1000 sections.

La collection de Philippos Argentis constitue également une source précieuse pour les chercheurs s’intéressant à l’histoire de l’île. Elle se compose de 33 livres publiés pendant le XVIe siècle, 122 livres datant du XVIIe siècle, 118 livres publiés au cours du XVIIIe siècle, ainsi que 694 livres du XIXe siècle, dont les thématiques sont directement ou indirectement liées à l’île de Chios. Profitant de sa carrière diplomatique, Philippos P. Argentis (1891-1974) consacra un temps précieux (et dépensa sans compter sa fortune) à réunir des ouvrages sur l’île de Chios et collecter des écrits d’écrivains de Chios dans les archives, les bibliothèques, les librairies et chez les antiquaires des différentes villes européennes qu’il a fréquentées. On pourrait dire, sans exagération aucune, que tout ce qui a été écrit sur Chios ou par des habitants originaires de l’île entre les XVe et XIXe siècles fait partie de ce fonds.


De manière générale, quels sont vos liens avec l’extérieur, avec les chercheurs notamment, mais aussi éventuellement avec d’autres institutions ?

Nous entretenons des liens avec les chercheurs, notamment ceux de l’université de l’Egée dont certains départements, à l’instar de celui sur les études maritimes, sont installés sur l’île. Un des projets de recherche auquel nous participons actuellement concerne la cartographie et la valorisation des manuscrits de nos collections. Par ailleurs, à un autre niveau, nous prêtons des documents de nos collections dans le cadre d’expositions organisées par d’autres institutions et nous travaillons en collaboration avec des centres de recherche universitaires pour l’accueil de journées d’études et avec des maisons d’éditions pour la présentation de leurs publications. Nous pouvons par exemple mentionner la soirée consacrée au résistant et néo-humaniste Kostas Pierrikos, la conférence de Vasilis Kardasis, professeur à l’Université de Crète, sur la diaspora de l’île de Chios au XIXe siècle, la présentation d’un portulan restauré par l’atelier de conservation de la bibliothèque, la présentation du livre Pénélope à Chios de Kostas Stoforos, ou encore l’exposition sur l’enseignement scolaire à Chios avant la libération de 1912.

Gravure représentant l’île de Chios, issue de Η νήσος Χίος: 20 λιθογραφίες του ζωγράφου Α. Αστεριάδη / L’île de Chios : 20 gravures du peintre A. Asteriadi (Source : Αθηνά Κ. Ζαχάρου-Λουτράρη, Βιβλιοθήκη Χίου “Κοραής” : Η ιστορία και οι θησαυροί της)

Y a-t-il d’autres éléments que vous souhaiteriez aborder ?

Oui, il y a le concept de « bibliobus » que la bibliothèque a développé à partir de 1973 et qu’il me semble important de mentionner. Il s’agit d’un bus rempli de livres qui parcourt l’île de bout en bout afin de faciliter l’accès aux ressources de notre bibliothèque en les rendant disponibles à des secteurs de la population qui parfois ne peuvent pas en bénéficier ou qui se sentent exclus. Ce service est vital pour les écoliers, surtout pour celles et ceux qui habitent dans des régions éloignées de l’île, ainsi que pour les personnes âgées ou handicapées, ou ayant plus généralement des problèmes de mobilité. En plus, grâce à ce service, les familles à faible revenu ont désormais accès à des livres qu’elles peuvent emprunter gratuitement.

Enfin, la bibliothèque soutient la publication, par des maisons d’éditions locales, d’ouvrages en rapport avec ses activités ou l’histoire de l’île. Il s’agit de publications mettant en valeur ses propres collections, de rééditions de mémoires de voyage ou d’études sur la topographie insulaire et les acteurs ou événements historiques qui ont marqué le destin de la société locale.

Couvertures d’ouvrages édités avec le soutien de la Bibliothèque publique et historique « Koraïs ».


Pour aller plus loin

Histoire de Chios
Adamantions Koraïs
Citer ce billet : Nicolas Pitsos, "Portrait de bibliothèque : Bibliothèque Koraïs," dans Le Carreau de la BULAC, 19 décembre 2022, https://bulac.hypotheses.org/44912. Consulté le 8 février 2023

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search