Un îlot d’édition grécophone dans la mer d’Azov

Ce billet signé par Nicolas Pitsos, chargé de collections pour le domaine grec, accompagne l’exposition Kaléidoscope ukrainien, présentée du 16 janvier au 3 mars 2023 à la BULAC.


Mariupol, mai 1935. Le troisième numéro de la revue Νέοτιτα (Neotita/Jeunesse) vient d’être publié par la maison d’édition grecque du Donbass. Dans le prologue, on lit :

Cela fait trois ans que le groupe littéraire grec réuni au sein du journal Kolechtivistis a été créé. Tout au long de ces trois ans, ce groupe littéraire a réalisé un travail créatif important et a connu des succès considérables. Pendant ce temps, jusqu’à 40 pages littéraires ont été publiées dans le journal, ainsi qu’un quotidien littéraire. Le premier recueil est paru en 1933, et le deuxième avant le Congrès des écrivains. Celui-ci est le troisième de la série. Ces recueils, où sont publiées les meilleures œuvres des écrivains grecs du Donbass, constituent des témoignages du succès rencontré par la littérature grecque soviétique et des étapes qu’elle a traversées sur son chemin de développement. Ces collections reflètent aussi l’évolution des différents représentants de cette littérature.

Troisième numéro de la revue Νέοτιτα (Neotita/Jeunesse), mai 1935.

Une publication en grec, en pleine mer d’Azov, en plein XXe siècle ? Dans l’Antiquité, la langue d’Homère était largement répandue dans le pourtour de la mer Noire, grâce aux comptoirs fondés par des cités-États grécophones, la ville de Pantikapaion (actuellement Kertch) étant une des fondations ioniennes les plus anciennes de la région. Mais comment le grec résonne-t-il dans l’Ukraine méridionale de l’entre-deux-guerres ?

Cette question nous amène à explorer à la fois la présence de l’hellénisme1 dans la mer Noire de l’époque tsariste et soviétique, mais aussi à démêler le fil de l’histoire d’une édition hellénophone dans cette région. L’exemplaire de la revue Neotita trouvé dans les collections grecques les plus anciennes de la BULAC nous sert de boussole dans ce voyage.

Nous pouvons distinguer deux phases de ce phénomène éditorial : une période pré-soviétique au début du XXe siècle, durant laquelle les foyers d’édition sont essentiellement les villes d’Odesa, Vatoumi et Sokhoumi, et une deuxième période se déroulant dans les années 1930.

Nouvelle carte de la Crimée & toute La Mer Noire dupuis bender jusqu’à Azoff & pais Circonvoisins, 1737 (New York Public Library Digital Collections)

À la recherche de la Toison d’or de la « Megali idea »

En 1906, apparaît à Odesa le journal Κόσμος (Kosmos/Monde), suivi des journaux Φως (Fos/Lumière) en 1909, Ελληνικός Αστήρ (Ellinikos Astir/Etoile grecque) en 1913, Ηλιος (Ilios/Soleil) en 1916 et Αναγέννησις (Anagennisis/Renaissance) en 1917. Le journal Kosmos, avec Theodoros Moschopoulos comme rédacteur en chef, est imprimé dans les locaux de la rue Lanzheron, aux numéros 15-17. Theodoros Moschopoulos est aussi le rédacteur en chef du journal Fos (1909-1911), publié par Michalis Kyriazis. Le journal Ilios (1916-1917), fondé par la famille Katzambas, sort des presses de l’imprimerie d’Elena Chrysogelos, au numéro 15 de la rue Kherson (actuellement rue Pasteur) ; ses bureaux se trouvent au 23, rue Gogol. Poursuivant notre balade à travers les lieux de la presse grécophone à Odesa, nous retrouvons Ellinikos Astir (1913-1916), édité lui aussi par la famille Katzambas, qui sort au numéro 8 de la rue Kondratenko (actuellement rue Bunin). Quant au journal Anagennisis (1917), dont le rédacteur en chef est G. Alatsidis, ses bureaux sont basés au club grec Ομόνοια (Omonoia/Concorde), situé sur la Place grecque à Odessa.

Ces journaux représentent une ressource documentaire précieuse pour l’histoire de l’hellénisme et l’histoire de la société locale. Ils ont ainsi été numérisés par la Fondation grecque pour la culture (Ελληνικό Ιδρυμα Πολιτισμού), en coopération avec la Bibliothèque scientifique nationale d’Odessa.

Ces maisons d’édition reprennent une tradition typographique qui remonte au début du XIXe siècle, quand l’imprimerie de l’École grecque de commerce voit le jour. Fondé en 1817, cet établissement culturel est alors le plus important de la ville, aux côtés du lycée Richelieu, et l’un des principaux foyers pour l’éducation en langue grecque. D’après le consul français, François Sauron, parmi les 40 maisons de commerce actives à Odesa en 1832, celles gérées par la communauté grecque sont les plus nombreuses et les plus prospères2.

Reflétant l’implantation d’un réseau de négociants depuis le XVIIIe siècle dans l’espace impérial russe, la présence de l’hellénisme est aussi le résultat d’une mobilité d’élites ecclésiastiques et commerciales dans le cadre d’une aire chrétienne orthodoxe3, ainsi que de déplacements de populations depuis les territoires ottomans, conséquences des guerres russo-turques des XVIIIe et XIXe siècles4. C’est pendant cette période que plusieurs villes de l’Ukraine méridionale sont rebaptisées avec des noms grecs, telles qu’Odesa (le long voyage), Simferopol (la cité du bien commun), Marioupol (la cité de la Vierge Marie), Sébastopol (la cité de l’empereur) ou encore Cherson qui retrouve le nom de la ville ancienne de Chersonèse (péninsule en grec).

Ce n’est pas un hasard si la société secrète Filiki Etaireia est constituée à Odesa en 18145. Son but est d’orchestrer le soulèvement de la population chrétienne des Balkans ottomans en vue de la création d’un État grec. Si elle recrute ses membres dans les différentes couches socio-économiques, les commerçants-marchands grécophones sont particulièrement bien représentés. Au sein de cette catégorie professionnelle, nous retrouvons de nombreux évergètes, dans le sillage des frères Zosimas et de la première confrérie grécophone à Nizin au XVIIe siècle. Ces bienfaiteurs ont orienté une partie importante de leur capital aussi bien vers leurs villes ou villages d’origine que vers les lieux qui les ont accueillis. Parmi les personnalités grécophones les plus influentes d’Odesa, nous pouvons citer son maire Grigorios Maraslis (1831-1907)6, qui dote la ville d’une série de services publics au milieu du XIXe siècle, contribuant à son embellissement urbanistique. Le développement au fil du temps d’un réseau communautaire grécophone dans cette ville portuaire de la mer Noire expliquerait ainsi son rôle important dans l’édition en grec au début du XXe siècle.

Un peu plus à l’est, à Vatoumi, est publié en 1912 le journal Αργοναύτης (Argonaftis/Argonaute). C’est dans ses bureaux qu’est lancée aussi la publication périodique Ελεύθερος Πόντος (Eleftheros Pontos/Pont libre), reflétant la volonté d’émancipation politique de la communauté des Ottomans pontiques de confession chrétienne de rite byzantin.

Αργοναύτης (Argonaftis/Argonaute)

Enfin, la ville de Sokhoumi vient compléter la topographie éditoriale en grec de la partie septentrionale et orientale de la mer Noire, avec des titres tels que Νέα Ζωή (Néa Zoi/Nouvelle Vie) en 1918. À propos de la communauté grecque de Sokhoumi, Giorgos Grigoriadis se rappelle :

C’est là où Yannis Passalidis, celui qui va créer plus tard le parti de la Gauche grecque démocratique, a agi en tant que menchevique et où il éditait le journal Néa Zoi. À Sohoumi vivait aussi la famille connue des Moskof, d’où descend l’historien Kostis Moskof (1939-1998)7, ainsi que la famille des Baltatzi8, qui ont apporté l’idée du coopérativisme en Grèce.

Entretien de Giorgos Grigoriadis publié dans le journal Eleftherotypia, le 7 mars 2014.

Les sujets abordés dans cette presse relèvent de la vie politique et socioculturelle des communautés grécophones de la mer Noire et de la Russie. Les affaires de la question d’Orient liées au sort de l’hellénisme dans l’espace ottoman y sont systématiquement relayées, à l’instar de la volonté des populations chrétiennes crétoises et chypriotes de s’unir à la Grèce. Cette presse évoque aussi les opérations militaires pendant les Guerres balkaniques et les contributions financières à ces conflits.

Le journal Fos consacre une partie de ses articles à l’histoire du théâtre grec à Odessa depuis 1818. Ilios, grâce à un réseau bien étoffé de correspondants dans une soixantaine de villes, diversifie les nouvelles proposées à son public, en rapport avec l’actualité socioculturelle des communautés grécophones de Russie. Ce journal, tout comme l’Anagennisis, relate aussi les événements liés à la tenue du premier congrès de l’hellénisme en Russie, qui a lieu à Taganrog en 1917.

Les rédacteurs de ces journaux sont en général imprégnés de la « Megali Idea »9. Selon cette Grande Idée, des territoires de l’Asie Mineure tels que l’Ionie devraient être attribués au futur État grec ; quant à la région ottomane se trouvant le long des côtes de la mer Noire, elle donnerait lieu à la République grecque du Pont.

En raison de ces thématiques jugées nationalistes, ces titres de presse disparaissent sous le régime bolchevique. Quelques années plus tard, une nouvelle génération d’acteurs de l’édition grécophone prend le relais. Il s’agit en partie de sujets ottomans issus de l’hellénisme pontique, victime d’opérations d’extermination et de déportation menées par les Jeunes-Turcs et les Kémalistes entre 1914 et 1923.


Des kolkhozes aux goulags

Cette fois-ci, les titres concernés sont gagnés à la cause communiste et véhiculent dans leurs pages des principes idéologiques, tout en affichant les sensibilités esthétiques de la nouvelle doctrine dominante. En 1920, le journal Spartakos paraît à Novorossiisk, suivi du journal Kommounistis à Vatoumi l’année suivante. En 1924, le journal Αλήθεια (Alitheia/Vérité) est lancé à Krasnodar où s’installe, quelques années plus tard, le titre en grec le plus durable et le plus important de l’ère soviétique, à savoir le journal Κομμουνιστής (Komounistis/Communiste). Entre 1932 et 1937 est édité à Sokhoumi le journal Κόκκινος Καπνάς (Kokkinos Kapnas/L’ouvrier de tabac rouge)10 s’adressant aux membres de la communauté grecque en Abkhazie, représentant environ 11 % de la population de cette république soviétique autonome à cette époque.

Une du journal Κοκινος καπνας, 1933 (Wikimedia Commons)

Cet essor éditorial va de pair avec une politique de promotion des langues communautaires non russes dans les années 1920 et 1930, qui rompt avec la russification autoritaire et la répression des langues minoritaires conduite à la période tsariste11. La diversité linguistique est respectée au sein de l’univers soviétique, tant qu’elle est jugée compatible avec la transformation socialiste de la société et sans danger pour la cohésion territoriale de l’Union.

Κολχοζόπυλα : αναγνοςματάριο Β. τάκςις (Α. εκςαμινία) για τα ελινικά σκολία Ι βαθμίδας (Les enfants des Kolkhozes. Abécédaire à destination des écoles grecques) (Bibliothèque numérique de l’Académie d’Athènes)

À la fin des années 1920, l’activité éditoriale de langue grecque dans la région de la mer Noire soviétique est regroupée autour de quatre foyers : Rostov-sur le-Don, Krimskaya, centre administratif du district autonome grec, Sokhoumi et Mariupol12. Entre 1928 et 1937, on compte 546 livres publiés en grec en Union soviétique, presque exclusivement dans cette région de la mer Noire.

Une soixantaine d’ouvrages édités à Rostov-sur-le-Don sont consultables en ligne sur la bibliothèque numérique de l’Académie d’Athènes et plus de 200 titres issus des collections de la bibliothèque nationale de Saint-Pétersbourg sont disponibles sur Internet Archive.

Mariupol accueille également un institut pédagogique, un théâtre et un musée grecs, de même qu’un ensemble de chant et de danse, Sartanskie samocvety (Les perles de Sartana). Le répertoire du théâtre grec comprend des pièces classiques de Sophocle, de Molière, de Pouchkine, de Tchekhov, entre autres, au départ en russe ou en ukrainien et plus tard aussi en grec démotique et dialecte romaïque. D’après le journal Κολεχτιβιςτίς, en décembre 1933, la troupe avait donné soixante représentations suivies par 13 000 spectateurs13.

En dehors du journal Κολεχτιβιςτίς, le paysage médiatique grécophone à Mariupol est marqué par la parution des journaux Μπολςεβίκος (Bolchevique) et Νέος Μαχιτίς (Néos machitis/Jeune combattant), titre destiné à la jeunesse créée en 1931. Dans le sillage de ces publications, la revue littéraire Neotita paraît en 1933. Tous ces titres comprennent des articles en grec démotique et en dialecte romaïque. Κολεχτιβιςτίς, qui paraît d’abord une fois par semaine, puis tous les deux jours après 1935, commence par un tirage de 50 exemplaires pour atteindre les 3 000 en 1933.

Le public auquel s’adressent ces périodiques, ainsi que les autres publications de la maison d’édition grecque du Donbass, est essentiellement constitué de descendants des populations chrétiennes grécophones qui avaient fondé la ville à la fin du XVIIIe siècle14. À la suite de l’annexion du khanat de la Crimée, qui se trouvait dans le giron de l’Empire ottoman, Catherine II décida de transférer une partie des habitants de la péninsule de la Crimée vers des territoires nouvellement conquis autour de la mer d’Azov. Il s’agissait de renforcer le peuplement chrétien de la région. Ces populations furent dans un premier temps exemptées d’impôt et de service militaire, tout en jouissant d’un statut d’autonomie pour la gestion des affaires communautaires. À partir des années 1870, sous le règne d’Alexandre II (1855-1881), cette politique laissa place à une campagne de russification progressive dans tous les domaines de la vie socioculturelle. Malgré les tentatives d’imposition du russe comme seule langue véhiculaire, le parler grec local a toutefois été maintenu. De surcroît, tout au long du XIXe siècle, les effectifs de la communauté grécophone de cette région de l’Ukraine méridionale ont été renforcés par l’arrivée de sujets ottomans de confession chrétienne, notamment depuis les côtes turques de la mer Noire. Le grec parlé y était le dialecte pontique. C’est la raison pour laquelle certains documents publiés par la maison d’édition grecque du Donbass dans les années 1930 le sont d’une part dans la version locale du grec, le romaïque de Mariupol, mais aussi en grec pontique. Néanmoins, la plupart des documents sont rédigés en grec démotique, avec comme caractéristique orthographique l’emploi d’un alphabet de 20 lettres (à la place des 24 lettres composant la version officielle employée en Grèce).

Les thématiques abordées dans cette édition sont influencées par l’idéologie officielle, faisant l’éloge par exemple de la collectivisation ou traduisant la prose de Lénine et de Staline. On trouve aussi des manuels scolaires, des traductions d’œuvres classiques de la littérature russe et ukrainienne ou encore des adaptations d’œuvres d’auteurs grecs contemporains tels que Varnalis, Theotokas, Drossinis, ou Karkavitsas….

Deux ouvrages peuvent être cités en guise d’exemples : To kolchoziko doro (Cadeau de Kolkhoze), d’Aleksandre Mariamof, et I Posta (La Poste) de S. Marsak, traduit par Amfiktyon Dimitriou.

Né sur l’île d’Antigoni en mer de Marmara, Amfiktyon Dimitriou achève ses études à Constantinople à la Μεγάλη του Γένους Σχολή, la Grande École patriarcale (Fener Rum Erkek Lisesi en turc). En 1916, afin d’échapper à la mobilisation pendant la Grande Guerre, il part en Roumanie où il travaille comme enseignant. L’année suivante, il passe en Russie où il travaille comme instituteur d’abord en Crimée, puis à Mariupol, où il est employé à l’Institut pédagogique grec. Amfiktyon Dimitriou est reconnu comme une des figures emblématiques de la littérature soviétique grécophone aux côtés de Georgij Kostoprav. On peut ainsi lire dans le troisième numéro de la revue Neotita que les deux écrivains occupent une place prépondérante en raison de leur créativité.

Plaque commémorative en hommage à Kostaprov à Mariupol (Wikimedia Commons)

Écrivain, membre du comité du parti communiste d’Ukraine pour les minorités ethniques, Georgij Kostoprav (1903-1938) est l’un des initiateurs de l’Union des écrivains soviétiques grecs fondée en 1930, et du groupe littéraire Zaboj, réunissant les poètes grecs de la région de la mer d’Azov. Publié dans le journal Κολεχτιβιςτίς en 1934, Λεόντι Χοναγπέις est considéré comme son chef d’œuvre. Dans ce poème épique, il raconte l’histoire du troubadour populaire Leontij Honagbej et de son amour pour la belle Maria Kouchkoch (Kuškoš) mariée de force au riche Boris Lafazan, version locale de Roméo et Juliette. Né dans une famille modeste de Sartana (village grécophone de la région de Mariupol) le protagoniste est devenu célèbre comme chanteur de ballades dans plusieurs langues, grec romaïque, ukrainien, russe, rromani.

En 1938, Georgij Kostaprov et Amphiktyon Dimitriou sont, comme la plupart des représentants de l’élite culturelle grécophone, victimes de « l’opération grecque », une purge stalinienne organisés contre les Grecs de l’URSS, qui s’inscrit dans la volonté du régime totalitaire d’assimiler de manière violente les différentes communautés ethnolinguistiques15. L’ensemble des institutions culturelles de l’hellénisme (écoles, théâtres, journaux) sont supprimées ou fermées, les maisons d’édition détruites et les familles des accusés déportées. Le nombre de victimes de cette opération est estimé à environ 50 000 personnes. Ces persécutions se sont poursuivies dans les années 1940 avec plus de 200 000 personnes déportées. Ironie du sort, c’est pendant cette période que des réfugiés de la guerre civile grecque, partisans du parti communiste grec ou autres sympathisants de la Gauche, arrivent en Union soviétique pour échapper aux persécutions subies dans leur propre pays.

Il faut attendre la période de la Perestroïka et les années 1990 pour assister à une renaissance de l’hellénisme en Ukraine, à travers un phénomène associatif revendiquant une « identité grecque » plus ou moins fantasmée, et surtout la volonté d’enseigner et de diffuser la langue grecque à Mariupol et dans les villages environnants. En Ukraine, la restructuration associative commence en Crimée avec la fondation, en 1993, de la Fédération des associations grecques de Crimée (Federaciâ grečeskih obŝestv Kryma). En avril 1995, la Fédération des associations grecques d’Ukraine (Federaciâ grečeskih obŝestv Ukrainy) est fondée à l’initiative des associations locales de Mariupol et de Donetsk16). Depuis 1996, cette fédération publie le journal Οι Έλληνες της Ουκρανίας (Les Grecs d’Ukraine), en version bilingue, russe et grec démotique, à raison de quatre numéros par an. L’invasion russe en Ukraine et la destruction de Mariupol signeront peut-être une nouvelle fois le glas de l’hellénisme dans cette partie de la mer Noire.


Pour aller plus loin



Citer ce billet
Nicolas Pitsos (2023, 4 février). Un îlot d’édition grécophone dans la mer d’Azov. Le Carreau de la BULAC. Consulté le 17 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m5qv

  1. Dans cet article, le terme hellénisme renvoie aussi bien à une communauté linguistique, pratiquant la langue grecque dans toutes ses versions dialectales, qu’à une communauté construite autour de deux éléments constitutifs, un « mythe fondateur » concernant ses supposées origines historiques remontant à l’Antiquité, et une pratique confessionnelle, à savoir le christianisme de rite byzantin. Pour la construction d’un imaginaire d’appartenance ethnique-diasporique auprès des Grecs d’Ukraine, mais aussi de leur désignation comme tels par le pouvoir tsariste et soviétique, voir Kira Kaurikonski, « Les Grecs de Mariupol (Ukraine). Réflexions sur une identité en diaspora », Revue Européenne des Migrations Internationales, 2003, vol.19, n°1, p.125-146. « Les Grecs de Mariupol (Ukraine). Réflexions sur une identité en diaspora » (en ligne) et « Le réveil ethnique chez les Grecs de Mariupol et d’Ukraine » (en ligne), dans Kira Kaurinkoski, Le retour des Grecs de Russie : identités, mémoires, trajectoires, Athènes, École Française d’Athènes, 2018, p.225-255. Le « retour » des Grecs de Russie – Le réveil ethnique chez les Grecs de Mariupol et d’Ukraine – École française d’Athènes (en ligne) []
  2. Pour les estimations du consul français François Sauron, voir : Οι Ελληνικές παροικίες στη Ρωσική Αυτοκρατορία (Les communautés grecques dans l’Empire russe), en ligne sur le site de la Fondation pour l’histoire de l’hellénisme. []
  3. Le traité de Kutchuk-Kaïnardji (du turc Küçük Kaynarca qui veut dire petite source chaude) signé entre le tsar russe et le sultan ottoman en 1774, attribuait à la Russie la grande plaine entre le Boug et le Dniepr, le droit de naviguer dans la mer Noire et les Détroits ainsi que le protectorat sur les chrétiens orthodoxes de l’Empire ottoman. Les sujets ottomans de confession chrétienne, ont profité de ces dispositifs afin de déployer leurs activités commerciales dans la Mer Noire et le long du Danube. []
  4. Il s’agit surtout des persécutions contre les populations chrétiennes de l’empire ottoman, faisant suite à la répression d’une révolte dans la région de la Morée, fomentée par les frères Orloff dans le cadre de la guerre russo-ottomane de 1768-1774, ainsi que des réfugiés de la Guerre d’indépendance grecque (1821-1827). []
  5. Η Φιλική Εταιρεία στη Ρωσία, Athènes : Papasotiríou, 2011. []
  6. Κωνσταντίνος Κ. Παπουλίδης, Γρηγόριος Γ. Μαρασλής (1831-1907) : η ζωή και το έργο του : συμβολή στη δραστηριότητα του ελληνισμού της Ρωσίας, Thessalonique : Ídryma Meletṓn Chersonī́sou tou Aímou, 1989. []
  7. Κωστής Μοσκώφ, Η εθνικήεθνική και κοινωνική συνείδηση στην Ελλάδα, 1830-1909: ιδεολογία του μεταπρατικού χώρου : ιστορική μελέτη, Athènes : [Kentrikī́ diáthesī “Olkos”], 1974. []
  8. Βίκτωρ Νέτας, Αλέξανδρος Μπαλτατζής : Ο πρωτοπόρος του συνεταιριστικού κινήματος, Athènes : Ekdotikós organismós Liváni, 2008. []
  9. Ce terme désigne la doctrine régissant la politique extérieure de l’État grec tout au long du XIXe siècle, afin que l’ensemble des territoires avec des populations censées appartenir à une communauté ethnique grecque, soient inclus à l’intérieur de ses frontières. []
  10. L’ouvrage Η εφημερίδα Κόκκινος Καπνάς και ο ελληνισμός του Καυκάσου traite de la place du journal Κόκκινος Καπνάς au sein de l’hellénisme du Caucase. []
  11. À ce propos, voir la thèse de Paraskevi Pougaridou, Η ελληνόγλωσση εκπαίδευση στη Σοβιετική Ένωση : από τις εθνικοποιημένες κοινότητες στα σοβιέτ των αυτόνομων ελληνικών περιοχών (1920-1936) (L’éducation grécophone en Union Soviétique : des communautés nationalisées aux soviets des régions grecques autonomes, 1920-1936) disponible en ligne dans la base de données Didaktorika. Cette base répertorie les thèses soutenues dans les établissements universitaires grecs. La plupart de ces thèses sont consultables intégralement en ligne. []
  12. En Ukraine, la maison d’édition des minorités nationales avait son siège tout d’abord à Kharkiv, capitale de la jeune république d’Ukraine, avant de se déplacer à Mariupol à partir de 1930. []
  13. Voir « Expressions écrites et culturelles des Grecs de Mariupol et d’Ukraine », dans Kira Kaurinkoski, Le retour des Grecs de Russie, op.cit., p.197-223. Le « retour » des Grecs de Russie – Expressions écrites et culturelles des Grecs de Mariupol et d’Ukraine – École française d’Athènes (en ligne) []
  14. En termes de pratiques linguistiques, il faut diviser les Grecs de Mariupol en deux groupes distincts : les hellénophones parlant le grec roméïque, et les tatarophones parlant un dialecte turc, depuis l’annexion de la Crimée au sein de l’Empire ottoman au XVe siècle. []
  15. Греческая операция : история репрессий против греков в СССР, Saint-Pétersbourg : Aleteja, 2006 []
  16. « Le réveil ethnique chez les Grecs de Mariupol et d’Ukraine » (en ligne), dans Kira Kaurinkoski, Le retour des Grecs de Russie : identités, mémoires, trajectoires, Athènes, École Française d’Athènes, 2018, p.225-255. Le « retour » des Grecs de Russie – Le réveil ethnique chez les Grecs de Mariupol et d’Ukraine – École française d’Athènes (en ligne []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Prof. Vernicos Nicolas dit :

    Article utile et interessant dont nous allons tenir compte et integre dans nos recherches et publications. Cependant nous constatons que vous ne voulez pas mentione dans votre bibliographie les etudes publies:
    (PDF) Les Grecs de Crimée (Grecs de Russie) ResearchGate
    https://www.researchgate.net › publication › 330839698…
    Feb 3, 2019 — A new version of a paper published in 1996 and already on line in academia.edu The subject is of actuality since Greek and Urum language …
    et aussi

    DASCALOPOULOS-CAPETANAKIS Sofia, VERNICOS Nicolas, « Les Grecs en Russie : autochtones et immigrés dans le bassin de la mer Noire », dans PREVELAKIS Georges 1996, Les réseaux des diasporas, Nicosie, Cyprus Research Center, 1996 (avec une préface de Jean Gottman). p.133-158 – DOI:10.5281/zenodo.4493817, ARK:/13960/t9f583j3x

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search