La découverte d’une version inédite du Lục Vân Tiên, poème épique vietnamien du XIXe siècle

Depuis un an, la BULAC mène un chantier de catalogage du fonds ancien vietnamien, qui permet de signaler et de valoriser les ouvrages en hán-nôm acquis par la Bibliothèque des langues orientales depuis sa fondation. Au cours de sa mission, Thi Hai Nguyen, chargée de collection pour le domaine vietnamien, a découvert une version inédite du Lục Vân Tiên (Histoire de Lục Vân Tiên), poème épique vietnamien, composé entre les années 1851 et 1859 par Nguyễn Đình Chiểu (1822-1888).


Le Lục Vân Tiên, un classique de la littérature vietnamienne

Nguyễn Đình Chiểu était devenu aveugle à l’âge de 27 ans. Pour gagner sa vie, il devait assumer les deux fonctions d’instituteur et de médecin, tout en se consacrant dans le même temps à la littérature. Ne pouvant rédiger directement son œuvre, il la déclamait devant ses élèves, amis et parents, qui en assurèrent la transmission orale dans un cercle plus large. Certains en transcrivirent des fragments, écrits en nôm, les caractères démotiques vietnamiens. Ils y apportèrent inévitablement des ajouts et des modifications.

Lục Vân Tiên se présente sous la forme de lục bát (6-8 pied), une forme de versification de la poésie traditionnelle vietnamienne. Les vertus morales du confucianisme y sont réaffirmées à un moment où la société vietnamienne faisait face à l’invasion française. Grâce à ces deux caractéristiques, il reçut un bel accueil populaire, au point que beaucoup de gens le connaissaient par cœur. Œuvre d’un écrivain, le poème connut une large diffusion orale, comme une pièce de littérature populaire.


Traduction et édition du Lục Vân Tiên

La première publication effective du Lục Vân Tiên date de 1864 : il s’agit de la parution, dans le Journal asiatique, de la traduction française réalisée par Gabriel Aubaret, alors consul de France à Bangkok. Elle a immédiatement été éditée par l’Imprimerie impériale à Paris, la même année, sous le titre Luc-Van-Tiên : poème populaire annamite. La BULAC conserve un exemplaire, reçu sous la forme d’un don d’Abel des Michels, premier professeur de vietnamien à l’École de langues orientales.

Jusqu’à récemment, la plus ancienne version du Lục Vân Tiên publiée en caractères nôm était réputée être celle qu’a collectée, recopiée et rectifiée Duy Minh Thị, un lettré de Saigon. Cette dernière a été imprimée en 1865, un an après sa traduction française, par la maison de Bảo Hoa Các (寶華閣) à Foshan (Guangdong, Chine). En raison de sa popularité, l’œuvre a très rapidement été réimprimée en Chine et au Vietnam, mais le contenu et certains caractères nôm peuvent différer d’une édition à l’autre.

La BULAC conserve deux versions imprimées en caractères nôm de ce roman en vers.

La première est la version de Duy Minh Thị (惟明氏) publiée sous le titre 蓼雲仙傳 (Lục Vân Tiên truyện), imprimée en 1874 par la maison de Kim Ngọc Lâu (金玉樓) à Foshan, Guangdong (粤東佛鎮福祿大街 – Đại lộ Phước Lộc, Phật Trấn, Việt Đông). Sa page de titre porte deux sceaux à l’encre rouge : un représente une divinité, l’autre porte les caractères 姑蘇原本 (Cô Tô nguyên bản). Elle a été achetée par la Bibliothèque des langues orientales au libraire Leroux et enregistrée par la bibliothèque en décembre 1893. Cette version a été transcrite en vietnamien romanisé. En 1994, elle est présentée par les chercheurs vietnamiens comme la version la plus ancienne (Luc Vân Tiên truyện: Bản Nôm mang niên đại cổ nhất mới sưu tầm ở Paris).

雲仙傳

Le deuxième exemplaire, publié sous le titre 雲仙傳 (Vân Tiên truyện), a également été imprimé à Foshan (Guangdong, Chine) en 1880 par la maison Vĩnh Hòa Nguyên (永和源). La page de titre mentionne que cette édition était vendue à Chợ Lớn (Saigon) par la librairie Hòa Nguyên Thái (和源泰). Cet exemplaire a également été acheté à la librairie Leroux par la Bibliothèque des langues orientales et enregistré en janvier 1894.


Une version manuscrite inédite, attribuée à Simon Trần Văn Của, répétiteur de vietnamien à l’École des langues orientales vivantes

Récemment, un manuscrit en nôm conservé par la BULAC a pu être identifié comme une version inédite du 蓼雲𠎣傳 (Lục Vân Tiên truyện), attribuée à Simon Trần Văn Của, un lettré chrétien vietnamien. Celui-ci a recopié ce manuscrit en 1876 dans « la province de Ba Đông ». La page de titre porte les estampilles de l’École des langues orientales vivante et de la Bibliothèque de l’École des langues orientales, et un numéro d’inventaire comme acquisition n° 13885. Ce manuscrit portait la cote VN.III.305, mais il n’était pas signalé au catalogue informatisé.

Grâce aux archives retrouvées par Pascal Bourdeaux, chercheur de l’EPHE, nous savons que Trần Văn Của fut le premier répétiteur de vietnamien à l’École des langues orientales. Pour répondre aux besoins de la formation des fonctionnaires administratifs, en particulier des interprètes, des cours de vietnamien sont dispensés à Paris, d’abord à la Sorbonne en 1869, puis à l’École des langues orientales à partir de l’année universitaire 1871-1872, avec la création d’une chaire de vietnamien, occupée par Abel des Michels (1833-1910) dès 1872. La même année, l’École recrute un répétiteur vietnamien. Trần Văn Của, l’interprète au Bureau de la Justice indigène à Saigon, est choisi et missionné à Paris par le Gouverneur de la Cochinchine, le contre-amiral Marie Jules Dupré (1813-1881). Il arrive en France le 11 mars 1873. En attendant de prendre officiellement son poste de répétiteur de vietnamien à l’École des langues orientales, il anime des séminaires aux Missions étrangères de Paris. Dans la préface de son ouvrage intitulé Thơ Nam Kỳ ou Lettre cochinchinoise sur les événements de la guerre franco-annamite (1876), Michel-Đức Chaigneau (1803-1894), suppléant de Des Michels, fait l’éloge de Trần Văn Của :

Je ne connais Saïgon que pour y avoir fait un séjour de quatre ou cinq mois avant mon retour définitif en France. Thầy Của, originaire de la basse Cochinchine, répétiteur à l’École des langues orientales et jeune homme beaucoup de mérite, qui se trouvait sur le théâtre de la guerre, m’a donné quelques renseignements qui m’ont permis de préciser les points sur lesquels j’avais des doutes.

Michel-Đức Chaigneau, Thơ Nam Kỳ ou Lettre cochinchinoise sur les événements de la guerre franco-annamite, Paris : Impr. nationale, 1876.

Malheureusement, à cause de faible nombre d’étudiants, son poste est supprimé au bout de quatre ans et Trần Văn Của doit retourner en Cochinchine en mars 1877. Bien que son dossier à l’École des langues orientales vivantes ne comporte aucune information sur son origine et ses coordonnées pendant son séjour en France, nous pouvons confirmer que « la province de Ba Đông » désigne une localité française, peut-être un lieu nommé Baron, dans l’Oise. Il est possible que Trần Văn Của, par confusion liée à une méconnaissance du découpage administratif français, n’ait pas décrit Baron comme une commune 社 ou un village 村 mais comme une province 省.

Cet exemplaire contient 57 feuillets présentant chacun 40 vers, soit un total de 2 252 vers, un nombre plus important que dans les deux éditions de Duy Minh Thị (55 feuillets et 2 184 vers). Cette version présente également des annotations manuscrites en interligne, ainsi que la mention manuscrite « Ab. des Michels » sur la dernière page, attestant sa provenance de la collection privée du premier professeur de vietnamien à l’École des langues orientales vivantes.

Grâce aux numéros d’inventaire, nous avons appris que tous les exemplaires de Lục Vân Tiên de la BULAC publiés avant le XXe siècle proviennent de la collection d’Abel des Michels et ont été acquis par la bibliothèque auprès de la librairie Leroux.


La première édition en quốc ngữ

Un grand nombre d’éditions vietnamiennes anciennes de la Bibliothèque de l’École des langues orientales ont été collectées par Abel de Michels et sont entrées dans les collections par achat ou par don. Parmi eux, un ouvrage mérite une attention toute particulière.

Il s’agit de la publication réalisée par Gustave Janneau en 1873 de la première édition du Lục Vân Tiên en quốc ngữ (vietnamien romanisé). Cette édition contient 2 045 vers avec des annotations en français. La particularité de l’exemplaire de la BULAC est de présenter des annotations manuscrites intertextuelles et marginales, ainsi que le texte original manuscrit en nôm en regard sur les feuilles intercalaires placées entre les pages. Il semble que cet exemplaire ait été relié à la demande d’Abel de Michels pour y insérer des feuilles blanches entre les pages et que les écritures manuscrites soient de sa main, soient de la main de Trần Ngươn Hanh, répétiteur de vietnamien à l’École des langues orientales de 1879 à 1882.

G. Janneau, Lục Vân Tiên : poème populaire annamite, Paris, Challamel Aîné, 1873. Collections de la BULAC.

Tous ces exemplaires conservés à la BULAC nous font connaître de manière plus détaillée les coulisses de l’important travail d’Abel des Michels pour préparer la publication de son édition du Lục Vân Tiên ca diễn, publiée en 1883 en version trilingue (nôm, quốc ngữ et français). Dans cette dernière, Abel des Michels a non seulement présenté le texte en nôm (2 088 vers), écrit par Trần Ngươn Hanh, mais aussi quelques fragments de textes qui sont autant de variantes de cette œuvre (172 vers). Abel des Michel a écrit dans l’introduction :

Au lieu d’un texte du Lục Vân Tiên nous en avions trois, les deux premiers l’un manuscrit et l’autre imprimé, était écrits en caractères figuratifs ou “Chữ Nôm” ; le troisième était précisément l’édition en “Quốc ngữ” publiée par Janneau. [Mais,] la transcription de Janneau est fort infidèle dans les détails, […] le texte imprimé que nous avions entre les mains, contenait, comme c’est ordinaire, un foule de signes obscurs et inexacts, tandis que le manuscrit, résultat des corrections faites par un Annamite doué d’une rare expérience de cette sorte de caractères sur un texte, fort mal imprimé aussi, mais extrêmement complet, présentait une grand supériorité à ce point de vue.

Abel des Michel, Lục Vân Tiên ca diễn, Paris : E. Leroux, 1883.

Le manuscrit dont parle Abel des Michels est celui de Trần Văn Của, qui a considérablement contribué à son magnifique travail. Une étude approfondie de ce manuscrit, en le comparant avec les autres versions, permettra de mieux comprendre le processus de transmission du Lục Vân Tiên.


Pour aller plus loin



Citer ce billet
Thi Hai Nguyen (2023, 18 avril). La découverte d’une version inédite du Lục Vân Tiên, poème épique vietnamien du XIXe siècle. Le Carreau de la BULAC. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m5qz

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search