Cambriolage sanglant chez un marchand français du Caire – une lettre manuscrite de 1761 sur un fait-divers dans l’Égypte ottomane

Une lettre manuscrite entrée en 2022 dans les collections de la BULAC relate le cambriolage et le meurtre commis dans la maison de Monsieur Napollon, marchand français au Caire, ainsi que l’enquête des autorités égyptiennes pour arrêter et châtier les voleurs en janvier 1761. Un colophon ajouté postérieurement précise que cette relation, « en date des premiers jours du mois de janvier 1761, fut composée et envoyée en France par le Sieur Mazoillier, négociant établi au Caire, ancien premier député et proconsul de la Nation française en Égypte » (l’orthographe et la ponctuation ont été modernisées). Ce manuscrit de trois pages in-quarto, d’une écriture très serrée sur deux colonnes, comporte un dernier feuillet renforcé, recouvrant l’adresse d’un négociant à Marseille, vraisemblablement le destinataire de cette relation qui devait être un collaborateur de Napollon en métropole.

Relation d'un cambriolage meurtrier au Caire
Relation d’un cambriolage meurtrier au Caire. MS.ARA.2014
Relation d'un cambriolage meurtrier au Caire
Relation d’un cambriolage meurtrier au Caire. MS.ARA.2014

Comme la plupart des autres négociants européens résidant au Caire, Monsieur Napollon habitait une résidence située à proximité du Khalig, le canal qui traversait la capitale égyptienne et dont la rive droite concentrait les demeures aristocratiques1. Le cambriolage se déroula dans la nuit du 1er au 2 janvier 1761 : les voleurs arrachèrent la grille d’une fenêtre, montèrent au premier étage, fouillent deux premières salles presque vides, avant de s’arrêter devant une porte verrouillée qui protégeait l’accès à la chambre et au comptoir du marchand. Ayant emprunté une autre porte, les voleurs accédèrent à un autre appartement, passèrent par le bureau, la cuisine, avant d’entrer dans la chambre d’un jeune employé de la maison, Monsieur Lieutaud, afin d’y voler le contenu de trois malles qui s’y trouvaient. Sorti de son sommeil, Lieutaud se mit à pousser des cris, ce qui amena les voleurs à le mettre à mort. Les cris de son collègue mourant l’ayant réveillé, Napollon se leva, découvrit les voleurs, que ses appels au secours mirent en fuite. Ceux-ci n’avaient eu l’opportunité que de s’emparer d’un maigre butin.

Dans cette cruelle situation, il s’attendait à tout moment de voir forcer la porte de la galerie qu’il observait, et il était résolu en ce cas de se jeter par sa fenêtre dans la rue ; mais il n’y avait déjà plus personne alors dans la maison. Il parvint pourtant à force d’appeler à réveiller son domestique qui dormait profondément au second étage de la première maison où il ne parait pas que personne soit monté. Il se fit ouvrir la porte de la galerie que les voleurs avaient fermée en tournant et retournant la clef, et son premier mouvement le porte à la chambre de M. Lieutaud dont il n’aperçut pas le cadavre parce qu’il était renversé dans la ruelle, mais qu’il eut lieu de croire assassiné par le désordre de l’appartement, par une chandelle encore allumée, par l’affreux silence qui régnait, et surtout par l’abondance du sang qu’il vit par terre autour du lit.

Une fois les voisins accourus, l’enquête permit de découvrir les premiers indices : l’ouverture par laquelle les voleurs sont entrés, les serrures crochetées avec un ciseau de menuisier, un poignard (khanjar) laissé par les malfrats, les traces de pas laissées sur les bords du canal. Dans la matinée du 2 janvier, le « premier drogman » jouant le rôle d’interprète des résidents européens, Monsieur Siche, alla porter plainte au nom du marchand Napollon auprès de l’odjak, la milice des janissaires ottomans postée en garnison dans la ville, qui se montra réceptive à cette plainte. L’agha, officier commandant ce régiment de janissaires, fit de la résolution de cette affaire une question d’honneur personnel. En tant que commandant des janissaires, il était à la tête de toute la garnison ottomane en Égypte et, détenant la plus haute autorité de police, disposait de larges pouvoirs coercitifs2. L’enquête et la résolution de l’affaire furent promptement menées, puisque l’identification des voleurs fut annoncée le soir du 4 janvier grâce à l’entremise d’un drapier copte, ainsi que le raconte la lettre.

Un chrétien du pays, marchand drapier, nous fit dire qu’étant ce jour-là dans la maison du plus ancien Kiaya, il y avait trouvé un ânier qui lui demanda si on n’avait encore fait aucune découverte relative au meurtre arrivé chez les Francs, et lui ajouta qu’il en connaissait les auteurs. Pressé de s’expliquer, l’ânier avoue que le 2, vers les 5 heures du matin, allant à la boucherie, il entendit dans la salle basse d’une maison dont la porte était ouverte, des domestiques qui se disaient entre eux : « Ce n’était pas la peine de massacrer ce marchand : Qu’y avons-nous gagné ? Sid Omer (c’est leur maître) a pris ce qu’il y avait de meilleur, et il ne nous a donné que des guenilles ». L’ânier désigna en même temps au chrétien la maison dans laquelle il avait entendu ces paroles, mais la même crainte qui lui avait fait garder le silence pendant deux jours, lui fit refuser au chrétien, même pour de l’argent, de déposer par-devant qui de droit ce qu’il venait de rapporter, disant qu’il n’avait rien déclarer de peur qu’on ne l’accusât lui-même d’être complice. Par toutes les circonstances de cette information, nous vérifiâmes à n’en plus douter que le coup était parti d’une maison située de l’autre côté du Khalig presque vis-à-vis (de) M. Napollon, dans laquelle logeait depuis quelques mois un Kiachef, espèce d’aga de plusieurs villages, avec deux négresses et trois ou quatre domestiques.

La maison des voleurs s’avérait être une bayt maftuh, une « maison ouverte », propriété d’un chef donnant ses ordres à ses hommes, les hébergeant et les rétribuant pour leurs services. Le maître de maison, Saʽid Omar, qui est aussi le patron de ce gang de voleurs (mansir), possède le titre arabe de kashif  (transcrit kiachef dans la lettre), recouvrant les fonctions d’un gouverneur de district3. Pour dissimuler ses forfaits, il avait même pris soin de venir présenter ses condoléances au négociant français cambriolé par ses hommes. L’ânier se trouvait quant à lui dans une autre maison de maître, celle d’un kahya. Ce mot est une forme abrégée du mot kethüda, la version turque d’un katkhuda persan, qui désignait les fonctionnaires du palais en charge de la maison impériale4. Instruit du témoignage de l’ânier, l’officier janissaire se rendit sur les lieux du crime le 5 janvier, et organisa le soir-même une embuscade pour capturer les trois voleurs.

Le stratagème ne manqua pas de réussir ; on ouvrit, l’agha et son monde entrèrent sans bruit dans la maison, qui, par le moyen d’un cri de l’agha, parut dans l’instant toute enflammée en dedans et en dehors par une quantité de torches allumées subitement. On saisit aisément le maître, les trois domestiques ou voleurs gagés, et les deux esclaves. On trouve une partie des hardes volées qui nous furent sur le champ restituées. Le reste fut ensuite trouvé dans une autre maison du Kiachef où l’on assure avoir encore découvert des ossements humains dans un puits, et une quantité de voiles ou d’habillements de femmes qu’on y avait sans doute massacrées précédemment.

Après que l’agha s’en fut retourné chez lui en grande pompe, les scélérats et leurs complices, interrogés dans la nuit, furent décapités le lendemain matin, après une décision rendue par le bureau judiciaire (diwān) de l’odjak. Deux furent décapités près de la maison du kashif, deux autres dans une rue importante de la ville, tandis que les deux derniers furent empalés près de la forteresse du Caire. Leur maître fut quant à lui bastonné et contraint à l’exil. Ce châtiment sévère attira cependant le mécontentement des Cairotes, désapprouvant tant d’exécutions pour punir le meurtre d’un seul chrétien étranger : c’est ici une opposition entre l’élite (khassa, ʽaskeri) et les couches populaires (ʽamma, reʽaya) qui se fait voir5. L’auteur de la lettre précise cependant que les résidents français n’ont jamais demandé nommément la mort des criminels, tout en concluant son propos sur l’espoir que le caractère exceptionnel de ce châtiment protège dorénavant sa communauté contre d’autres atteintes.

Au XVIIIe siècle, l’Égypte vit le pouvoir glisser aux mains des beys mamelouks, qui prirent une autonomie croissante par rapport aux représentants du sultan ottoman. Une guerre civile entre plusieurs clans mamelouks rivaux avait conduit à l’avènement d’Ibrahim Ketkhuda, qui domina l’Égypte de 1743 à 1754. Sa mort en novembre 1754 plongea le pays dans sept années d’instabilité. En 1760, un nouvel homme fort émergea : ʽAli Bey al-Kabir, dit Bulut Kapan, surnommé le « Capteur de Nuages » en raison de son caractère ambitieux et arrogant, prit le titre de shaykh al-balad, « l’ancien de la ville », qui le mettait au-dessus des autres beys. Sa politique autoritaire le mena à tenter de séparer l’Égypte de l’Empire ottoman en visant une restauration du sultanat mamelouk, ce qui le conduisit à rompre le fragile équilibre des forces locales, à coup d’assassinats et de bannissements. Ses ambitions le conduisirent, à partir de 1770 environ, à pressurer les marchands par des prélèvements supplémentaires (avanias) ; toutefois, au moment où écrit Mazoillier, le Caire était encore dans une phase de relative prospérité6. Les élites négociantes du Caire, comprenant 600 à 700 riches marchands (tujjar) pour 5 000 à 6 000 commerçants organisés en 240 guildes, se spécialisait dans le commerce de tissus, d’épices, d’esclaves et de café ; outre les Européens, nombre d’entre eux étaient Maghrébins, Turcs ou encore Syriens, travaillant dans les grands quartiers d’affaires et bazars d’Al-Ghuriyya, al-Hamzawi, Khan al-Khalili et al-Jamaliyya. La plupart de ces négociants vivaient dans leur magasin, les plus aisés dans leurs demeures particulières, d’autres dans des appartements loués appelés rabʽ7.

La ville du Caire comprenait, au XVIIIe siècle, entre 200 000 et 300 000 habitants, connaissant un déclin démographique dans les dernières décennies de ce siècle en raison d’une série d’épidémies, de disettes, des luttes de factions et d’une économie mise sous pression8. Entre 1650 et 1755 environ, la rive droite du Khalig était le lieu de résidence préférée des élites militaires cairotes ; après 1755, celles-ci apprécièrent davantage Birkat-al-Azbakiyya9. Les officiers de rang inférieur (kashif) vivaient quant à eux dans les quartiers méridionaux d’Al-Qahira. Le maintien de l’ordre était assuré principalement par deux corps militaires, les janissaires et les ʽAzab, avec environ 10 000 soldats en tout, dont la proximité sociale était grande avec le milieu des artisans, source de revenus pour les soldats10. Les aghas, envoyés par la Porte pour servir les intérêts ottomans en Égypte, suscitaient la jalousie des soldats égyptiens en raison de leurs hauts revenus et de leurs liens avec Istanbul11. La fermeté avec laquelle réagit l’officier des janissaires à l’égard de cette affaire s’explique donc aussi en partie par les tensions qui existaient entre les administrateurs ottomans et les élites locales, notamment mameloukes et arabes. En dépit de plusieurs faits-divers enregistrés dans les sources, le niveau de criminalité au Caire demeurait relativement bas et tolérable en raison de l’attention et des moyens portés par les autorités cairotes pour préserver le calme propice aux affaires, de telle sorte que ce genre de meurtres crapuleux gardait un caractère inhabituel et exceptionnel12.

Cette lettre de Mazoillier sur l’affaire du cambriolage sanglant de la maison Napollon exprime ainsi, à travers un fait-divers cairote, les traits de la société urbaine égyptienne à l’époque ottomane, traversée par plusieurs lignes de fracture, entre Européens et Égyptiens, autorités turques et mameloukes, élites marchandes et prolétaires cairotes. Ce document fait aussi figure de témoignage sur la circulation de l’information au sein des milieux marchands français à travers la Méditerranée au XVIIIe siècle.

Relation d'un cambriolage meurtrier au Caire
Relation d’un cambriolage meurtrier au Caire. MS.ARA.2014

Bibliographie

  • Andrew Beattie, Cairo. A Cultural History, New York, Oxford University Press, 2005.
  • Thomas Xavier Bianchi, Jean Daniel Kieffer, Dictionnaire turc-français. À l’usage des agents diplomatiques et consulaires, des commerçants, des navigateurs et autres voyageurs dans le Levant, Paris, Imprimerie Royale, 1835-1837. Deux volumes.
  • Doris Behrens-Abouseif, Cairo of the Mamluks: A History of the Architecture and its Culture, Londres, New York, I. B. Tauris, 2007.
  • Andrew James McGregor, Andrew James, A Military History of Modern Egypt. From the Ottoman Conquest to the Ramadan War, Westport, Connecticut, Greenwood Publishing Group, 2006.
  • André Raymond, Le Caire sous les Ottomans (1517-1798), Paris, Éditions du CNRS, 1983.
  • Michael Winter, Egyptian Society under Ottoman rule 1517-1798, Londres, Routledge, 1992.

Notes

  1. Raymond 1983, p. 35. Winter 1992, p. 228, 247. []
  2. Winter 1992, p. 231. []
  3. Kieffer & Bianchi 1837, II, p. 550. Winter 1992, p. 228-229. []
  4. Kieffer & Bianchi 1837, II, p. 566. []
  5. Winter 1992, p. 244. []
  6. Winter 1992, p. 26, 245. []
  7. Winter 1992, p. 245, 247. []
  8. Winter 1992, p. 226. []
  9. Winter 1992, p. 247. []
  10. Winter 1992, p. 246, 250. []
  11. Winter 1992, p. 43. []
  12. Winter 1992, p. 228-229. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Nicolas Preud’homme (26 mai 2023). Cambriolage sanglant chez un marchand français du Caire – une lettre manuscrite de 1761 sur un fait-divers dans l’Égypte ottomane. Le Carreau de la BULAC. Consulté le 24 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/m5r3


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search