Besoins de formation des chercheurs en études aréales : retour d’enquête

De janvier à avril 2023, la BULAC a mené un travail d’enquête pour connaître les besoins de formation de ses publics de chercheurs.

Ciblant les chercheurs et les enseignants en études aréales, un questionnaire a été diffusé auprès d’une vingtaine de laboratoires, grâce notamment à l’appui du consortium Huma-Num DISTAM réunissant les GIS Asie, Études africaines et Moyen-Orient et mondes musulmans. Nous remercions les 70 répondants à cette enquête, dont les objectifs et les principaux enseignements sont ici résumés.

Objectifs de l’enquête et profil des répondants

Une première enquête menée par la BULAC en 2015 avait permis d’affiner la connaissance des publics et de leurs pratiques documentaires et informationnelles. Hétérogènes en raison de la diversité des disciplines et d’une maîtrise inégale des outils documentaires par les chercheurs, les réponses faisaient apparaître en creux des besoins de formation. Accrus par les évolutions technologiques, ceux-ci méritaient d’être mieux connus pour proposer une offre de formation adaptée.

Répondant à cet objectif, l’enquête de 2023 visait à recueillir les besoins de formation relatifs à quatre volets de l’activité scientifique : la collecte des matériaux pour la recherche, le traitement et l’organisation de ce matériau, la valorisation et la publication des résultats de la recherche et le respect de l’éthique et de l’intégrité scientifique. Les données brutes collectées, l’analyse détaillée ainsi que le questionnaire vierge sont accessibles sur la plate-forme Zenodo.

La répartition des 70 répondants par domaine géolinguistique laisse transparaître une représentation majoritaire des chercheurs travaillant sur les différentes aires du continent asiatique dans sa partie orientale et méridionale (35). Suivent les chercheurs africanistes (14) et ceux travaillant sur les aires eurasiatiques et balkaniques (10). Plus réduit fut le taux de pénétration de l’enquête auprès des chercheurs travaillant sur le Moyen-Orient et les mondes musulmans (8) et sur les autres aires extra-occidentales (3). De l’économie à la linguistique en passant par l’histoire, l’histoire de l’art, la sociologie, la littérature et la didactique des langues, la diversité des sciences humaines humaines et sociales (SHS) était bien représentée. Par ailleurs, l’immense majorité des répondants était rattachée à des laboratoires relevant d’établissements d’Île-de-France membres du GIP BULAC, à l’exception de 8 exerçant dans une autre universitaire française. En dépit du rattachement de 70 % des sondés à une UMR, ouvrant l’accès à une offre de formation coordonnée par le CNRS, des besoins se sont manifestés chez l’ensemble des répondants. 

Les pratiques de recherche et les difficultés rencontrées

M. Ruscio / BULAC

Si la quasi totalité des sondés travaille sur des corpus textuels, imprimés (81 %) ou numériques (90 %), nombreux sont aussi ceux qui manipulent des données issues du web (58 %). Le travail sur les données audiovisuelles concerne une part plus réduite de participants (23 %).

Depuis la précédente enquête, on constate une utilisation généralisée de la documentation scientifique en accès ouvert (99 %), qui reflète toutefois une utilisation très inégale des plates-formes concernées. Si l’utilisation combinée d’OpenEdition Journals (75 %), de Persée (77 %) et de HAL (60%) est bien répandue, celle, quasi nulle, de la plate-forme ISTEX laisse supposer un manque d’adéquation de l’offre aux besoins des chercheurs aréalistes. Les ressources disponibles sur Zenodo ou moissonnées par OpenAire sont pareillement sous-utilisées (entre 0 et 1,5 %). L’usage parfois mentionné de plates-formes extra-européennes similaires ou de bases muséales n’a pu être précisément quantifié. Par ailleurs, si l’existence du moteur de recherche Isidore, signalant les ressources en accès ouvert pour les SHS, est connue de 21 % des répondants, celle du méta-moteur BASE, au périmètre encore plus étendu, demeure largement ignorée.

Corollaire d’une utilisation en hausse de la plate-forme HAL, l’auto-archivage des publications sur cette plate-forme est pratiqué par plus de 65 % des répondants, l’alternative étant parfois le dépôt dans une archive ouverte institutionnelle (14%).

Concernant les données de la recherche, on observe des pratiques hétérogènes et une confusion latente avec les résultats de l’analyse scientifique. HAL demeure le principal réservoir de données connu (64 %), complété par Recherche Data Gouv (8,5 %) et Zenodo (7 %). Les chercheurs aréalistes semblent en revanche massivement méconnaître ou sous-utiliser les entrepôts Nakala et CoCoON de l’infrastructure Huma-Num, utilisés respectivement par 3 % et 1 % des répondants.

Le traitement des données laisse également entrevoir des pratiques hétérogènes. À peine plus de la moitié des répondants utilise un logiciel de gestion des données bibliographiques (Zotero pour 50 %), en raison notamment de la non prise en charge des références en multi-écritures. L’outil Jurism, variante de Zotero développée à cette fin, semble méconnu. Le logiciel de gestion des références iconographiques Tropy est également peu connu mais suscite l’intérêt de 50 % des répondants (sur Tropy, voir ce précédent billet). Cet intérêt est encore plus marqué pour les logiciels de traitement et d’annotation de corpus textuels numérisés, que seuls 11,4 % disent savoir utiliser, malgré des besoins croissants.

Formation au logiciel Tropy ; M. Ruscio/BULAC

Par ailleurs, seuls 11,4 % des répondant ont été régulièrement confrontés à la nécessité de produire un plan de gestion de données (PGD). 66 % indiquent participer à des projets pour lesquels la rédaction d’un tel document n’est pas, à leur connaissance, exigée. Près de 60 % des répondants expriment toutefois le souhait d’être accompagnés dans la gestion globale de leurs données.

Des besoins similaires sont exprimés afin d’accroître la visibilité en ligne des profils et des productions scientifiques. Si 70 % disent posséder un identifiant HAL et 57 % un identifiant ORCID, une large moitié reconnaît ne pas être à l’aise avec la gestion de l’identité numérique. L’implication dans la rédaction d’un blog scientifique ou la contribution à Wikipédia demeure peu répandue (respectivement pour 33 % et 12 %) alors même qu’elle concourt à la promotion des thématiques et des travaux en études aréales, parfois moins connus du reste de la communauté scientifique.

Enfin, la maîtrise des règles juridiques encadrant la propriété intellectuelle, le traitement des données et la publication scientifique est aussi très inégale selon les profils. Des hésitations voire des difficultés réelles sont exprimées par plus de 80 % des répondants.

Les besoins de formation exprimés

Les besoins de formation exprimés par les participants concernent quatre aspects de leurs pratiques de recherche : l’utilisation des bases de publications et de données spécialisées, les techniques et les outils de traitement des corpus numérisés, la stratégie de présence en ligne et la connaissance des règles juridiques encadrant les pratiques scientifiques.

Utilisateurs de vastes corpus textuels, imprimés ou numériques, 80 % des chercheurs interrogés souhaitent être formés à une utilisation avancée des bases documentaires et des outils de signalement en ligne. Ce besoin recouvre la connaissance des outils et des plates-formes disponibles à la fois dans et hors du périmètre occidental, ainsi que des méthodes d’interrogation dans les langues cibles. L’identification des bases en accès ouvert arrive en tête des besoins exprimés en la matière.

Gestion des données ; M. Ruscio/BULAC

De façon complémentaire, une montée en compétences dans la collecte distante des données sur les pays étudiées est exprimée. Près de 43 % souhaiteraient notamment mieux maîtriser les techniques de collecte et d’archivage des données du web vivant.

Concernant le traitement des données, les besoins portent tout autant sur les données visuelles que textuelles. 50 % des répondant souhaitent vouloir être formés à l’utilisation de Tropy et 80 % souhaitent se familiariser aux logiciels d’OCRisation (ou HTRisation) et d’annotation de corpus textuels. S’y ajoutent des besoins individuels portant sur les outils de visualisation ou de traitement spécifiques, par exemple pour les données du web.

Le souci de visibilité numérique étant par ailleurs largement partagé, plus de 61 % des répondants souhaiteraient être formés aux stratégies de présence numérique, qu’il s’agisse de la maîtrise des identifiants ou de celle des pratiques de publication et d’auto-archivage en ligne.

Formation à l’intégrité scientifique ; M. Ruscio/BULAC

Enfin, le souhait largement partagé de suivre des formations relative à l’intégrité scientifique (70%) recouvre des besoins distincts mais complémentaires. Concernant la maîtrise des règles encadrant la publication scientifique et la propriété intellectuelle le besoin est redoublé puisqu’il concerne les règles prévalant en France et celles en vigueur hors de l’espace européen, avec des pratiques très variables selon les aires et les pays. Une même difficulté prévaut pour la question du droit relatif aux différentes typologies de données qui peuvent être traitées au sein de projet internationaux avec des pays hors de l’Union européenne.

Au sein de la communauté scientifique en sciences humaines et sociales, les chercheurs aréalistes rencontrent donc des besoins propres à leurs terrains d’études qui rendent l’élaboration d’une offre de formation plus complexe.

Les évolutions de l’offre à l’étude

À l’heure actuelle, la BULAC propose déjà une offre de formation variée à destination des doctorants et des enseignants-chercheurs. Elle inclut la présentation de stratégies et d’outils pour la recherche et la collecte de ressources documentaires, leur traitement, la valorisation des productions scientifiques ainsi qu’une sensibilisation aux enjeux éthiques et juridiques de la recherche.

M. Ruscio/BULAC

L’enrichissement continu de cette offre passe par le recours systématique à des exemples empruntés à la recherche sur des terrains extra-occidentaux ainsi qu’aux ressources signalées par la BULAC pour ces aires géographiques et linguistiques.

L’offre de formation pourra aussi profiter des fruits de la contribution de la BULAC à des projets scientifiques appliquant les techniques d’OCR et d’HTR à des sources en caractères non latins. Des formations relatives aux pratiques et à certains outils des humanités numériques appliqués aux études aréales sont d’ores et déjà à l’étude.

Formation en visioconférence ; M. Ruscio/BULAC

La BULAC œuvre en parallèle à renforcer l’information des chercheurs sur le cadre juridique et les infrastructures techniques déployées en France en faveur des sciences humaines et sociales. Conformément au souhait exprimés dans l’enquête, elle travaille à enrichir la formation relative au cadre juridique de la publication scientifique et de l’exploitation des données tout en proposant des ateliers dédiés aux services d’infrastructures comme Huma-Num (Nakala), le CCSD (HAL) et d’autres encore.

L’effort portera sur l’adaptation continue de ces formations aux spécificités des terrains de recherche et des matériaux scientifiques traités par les chercheurs en études aréales. Pensée pour un large public de chercheurs aréalistes, l’offre visera à maintenir un nombre suffisant de séances à distance, en parallèle des ateliers pratiques en présentiel.

Le site Internet de la BULAC, son carnet en ligne et ses réseaux sociaux (notamment Facebook et Twitter), réservent aux chercheurs bien des nouveautés qui seront distillées tout au long de l’année. Pensez à consulter régulièrement l’offre de formation et ne manquez pas les prochaines sessions, sur place ou à distance.



Citer ce billet
Pauline Belvèze (2023, 6 septembre). Besoins de formation des chercheurs en études aréales : retour d’enquête. Le Carreau de la BULAC. Consulté le 17 avril 2024, à l’adresse https://bulac.hypotheses.org/50328

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 15 septembre 2023

    […] [Billet] Résultats d’une enquête sur les pratiques numériques et les besoins de formation d… aréales […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search