Le don Meynaud-Zographos : une bibliothèque au service de la démocratie, la liberté et la paix

Jean Meynaud (1914-1972) et Hélène Meynaud-Zographos (1927-2015) sont un couple de politologues connus pour leurs initiatives en faveur de la réhabilitation de la démocratie en Grèce après le coup d’État des colonels. Le don Meynaud-Zographos, arrivé à la BULAC en 2015 par l’entremise de leur fille, Hélène-Yvonne Meynaud, reflète l’histoire de la Grèce au XXe siècle.

Cet article est signé par Nicolas Pitsos, chargé de collections pour le domaine grec, commissaire de l’exposition « Les années de pierre. Dissidences et résistances à la dictature des colonels ».


En 2015, Hélène Meynaud-Zographos décède à Paris à l’âge de 88 ans. Politologue, elle était membre de l’Association hellénique de science politique, fondée en 1955 pour promouvoir l’étude du phénomène politique dans sa dimension nationale et internationale. Elle est aussi à l’origine de la création de l’Union des consommateurs en Grèce. Elle s’était engagée en parallèle dans la lutte pour la reconnaissance des droits des femmes.

Son mari, Jean Meynaud, docteur en droit de l’université de Paris et diplômé de l’École libre des sciences politiques, contribua fortement au lancement de l’Association internationale de science politique, créée en 1949 à l’initiative de l’UNESCO. Titulaire de la première chaire de sciences politiques à Lausanne, il enseigna ensuite à Genève, avant de rejoindre l’université de Montréal. Son ouvrage sur Les forces politiques en Grèce constitue l’un des fondements majeurs pour le développement des sciences politiques en Grèce au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Son étude sur les groupes de pression1 a inauguré la recherche francophone sur la mobilisation des élites économiques en politique. Son livre To stratiotikó praxikópima tou Aprilíou tou 1967 (Le coup d’État militaire du mois d’avril 1967) et son Rapport sur l’abolition de la démocratie en Grèce, deux diatribes contre la dictature des colonels, s’inscrivent dans une série d’initiatives développées avec sa compagne pour internationaliser la résistance contre le régime autoritaire.

Hélène Y. Meynaud visite l’exposition Les années de pierre. Dissidences et résistances à la dictature des colonels, en compagnie de Nicolas Pitsos, chargé de collections pour le domaine grec, le 3 octobre 2023 (Maxime Ruscio / BULAC).


Le profil du don

La bibliothèque du couple Meynaud-Zographos se compose de 795 titres, dont douze périodiques et trois dossiers d’affiches symbolisant la contestation de la jeunesse grecque. Ces affiches émanent de « Rigas Ferraios », une organisation estudiantine contre la dictature des colonels, et de l’EPON (Organisation panhellénique unifiée de la jeunesse), créée par l’EAM des jeunes ou Front de libération nationale, principal groupe de résistance entre 1941 et 1944. Les affiches de l’EPON sont des réimpressions des originaux, réalisées en 1983 à l’occasion des quarante ans de la création de cette organisation2.

Le document le plus ancien du don est un recueil poétique de Kostis Palamas (1859-1943), [Ápanta] : o dōdekálogos tou gýftou (Le dodécalogue du gitan), publié en 1899 par la maison d’édition Axios.

Les ouvrages du don ont principalement été publiés en Grèce, à Athènes et à Thessalonique. Au-delà des frontières grecques se dessine une géographie de l’édition internationale, avec une place importante de Paris et Montréal, où le couple Meynaud-Zographos a longtemps séjourné.

Découvrir la cartographie « Géographie de l’édition du don Meynaud-Zographos » (cliquer sur les étiquettes pour être redirigé vers le catalogue de la BULAC)

Un large éventail linguistique se profile également, avec pas moins de 8 langues représentées : le grec (634 documents), le français (84), l’anglais (81), l’allemand (6), l’italien (5), le russe (4), l’espagnol (1) et le suédois (1).

Chronologiquement, la période de la dictature des colonels (1967-1974) est particulièrement bien représentée, avec 180 documents. On dénombre 240 documents publiés avant 1967 et 271 après 1974.

D’un point de vue thématique, le don fait la part belle à la littérature (290 titres), suivie par les sciences sociales (271), l’histoire et la géographie (182), l’art (31), l’apprentissage des langues (anglais, italien, russe et grec : 14).


Une ressource pour l’étude de la vie politique, sociale et économique grecque, de 1936 à 1974

Ce don constitue une ressource documentaire précieuse pour l’étude de la vie politique, sociale et économique en Grèce sous des régimes autoritaires, entre la dictature militaire de Metaxas instaurée en 1936 et la restauration de la démocratie en 1974. Plusieurs documents éclairent des aspects de l’Occupation (1941-1944) et la période de la guerre civile qui s’ensuivit (1944-1949). Mentionnons notamment le journal d’occupation de Jeanne Tsatsos, Grèce, 1941-1944. Née à Smyrne en 1909, Jeanne Tsatsos est la sœur de Georges Séféris, prix Nobel de littérature en 1963. Reconnue comme Juste parmi les nations pour son soutien à des citoyens grecs de confession juive pendant la Seconde Guerre mondiale, elle s’est engagée par la suite en faveur de la cause féminine à l’instar d’Hélène Meynaud-Zographos.

Parmi les fleurons du don qui renseignent le lecteur sur les actions de la Résistance grecque pendant la Seconde Guerre mondiale, on relève un album photographique sur les trente ans de l’EAM en quatre langues – grec, allemand, anglais, russe -, la revue Ethnikí Antístasi (Résistance nationale), du premier numéro en 1962 au numéro 90 en 1996, la chronique St’Armata! St’Armata! (Aux armes ! Aux armes !) et l’anthologie de nouvelles de la Résistance Gia ti chiliakrivi ti lefteria (Pour la liberté chérie), publiée à Bucarest en 1961.

Sur la période de la guerre civile, signalons l’étude de Kostas Chatziargyris sur l’affaire Polk – George Polk (1913-1948) est un journaliste américain envoyé en Grèce pour couvrir la guerre civile, assassiné en 19483 – et la publication du comité de rédaction de Rizospastis (tribune officielle du parti communiste grec) sur Kostas Vidalis (1904-1946) – journaliste assassiné lors de sa mission en Thessalie4.

Plusieurs documents du don éclairent la période amorcée par la fin de la guerre civile, caractérisée par la succession au pouvoir de gouvernements de droite autoritaires menant une politique discriminatoire vis-à-vis des citoyens aux convictions libérales ou soupçonnés d’être des sympathisants du parti communiste grec.

Citons le livre consacré à Nikos Beloyannis, un des membres dirigeants du parti communiste grec, figure emblématique de la résistance antifasciste, immortalisé par le dessin « L’homme à l’œillet » de Pablo Picasso. Après la défaite des communistes lors de la guerre civile, il s’évade en Albanie avant de retourner en Grèce afin de participer à la réorganisation du parti, déclaré entretemps hors-la-loi. En 1950, il est arrêté et accusé de haute trahison. Un des trois membres de la cour martiale qui le condamne à mort est Georgios Papadopoulos, orchestrateur du putsch militaire d’avril 1967. En dépit d’une campagne internationale en sa faveur, Nikos Beloyannis est exécuté en 19525. Le don Meynaud-Zographos recèle un des rares exemplaires du roman autobiographique publié en 1961 à Bucarest par sa compagne Elli Pappa, To īmerológio enós fylakisménou : Mythistórima (Le journal d’un prisonnier).

Autre document rare, la brochure signée par Betty Bartlett-Ambiatelos en 1963, sous le titre Give me back my husband, témoigne des arrestations arbitraires et de l’absence d’un État de droit en Grèce au lendemain de la guerre civile. Cette militante communiste anglo-grecque est connue pour son combat en faveur des prisonniers politiques grecs, dont son mari Tony Ambiatelos6.

La séquence de la dictature des colonels (1967-1974) constitue le cœur du don. On relève des témoignages sur les tortures pratiquées dans les prisons, les déportations sur les îles, la politique d’intimidation et de répression brutale de toute velléité d’opposition au régime fasciste. Les cahiers de prison du professeur de droit Alexandros Mangakis, publiés à Francfort, côtoient les écrits en exil du compositeur Mikis Théodorakis et les mémoires édités à Lund de Periklis Korovessis, écrivain, journaliste et militant, victime de tortures.

Certains ouvrages nous renseignent sur des procès de résistants, à l’instar du procès d’Alekos Panagoulis qui tenta d’assassiner le colonel Georgios Papadopoulos en 1968, relaté par Denis Langlois, ou du procès étudiants membres de l’organisation estudiantine « Rigas Ferraios », suivi par Nicole Dreyfus, avocate et militante pour les droits de l’Homme.

On retrouve aussi des rapports produits par des institutions internationales, fustigeant les pratiques tortionnaires et liberticides dans la Grèce des colonels, comme le Complément au dossier de la dictature militaire fasciste en Grèce, publié par le comité grec de Belgique contre la dictature en Grèce, The Black Book : The Greek Junta stands accused, par le Comité central du Front patriotique antidictatorial (1972), ou Le livre noir de la dictature en Grèce, sous la direction des écrivains Aris Fakinos et Clément Lépidis et du journaliste Richard Soméritis (1970).

Ce pan de la bibliothèque est complété par des ouvrages sur la parodie du texte constitutionnel de 1968 et de la documentation produite par des résistants/dissidents : Über die Situation in Griechenland, publié à Hambourg par le Comité grec de la lutte contre la dictature en Grèce (1967), des documents publiés par le Comité de Coordination du Mouvement contre la Dictature des Femmes Grecques Expatriées à Londres, la publication Zeta, éditée à Montréal par le Comité des Jeunes pour la démocratie en Grèce (1970), l’ouvrage Grèce 73 : La révolte, publié à Paris par le comité de lutte des antifascistes grecs de Paris. Mentionnons également la publication de l’association des étudiants hellènes de Paris et la revue Poreia, éditée par Nikos Chatzinikolaou.

Enfin, les essais de Jean Meynaud sur le coup d’État du 21 avril 1967, Rapport sur l’abolition de la démocratie en Grèce, To stratiotikó praxikópima tou Aprilíou tou 1967, et une série de documents relayant les campagnes de soutien – comme la brochure Fonds Nord Américain de Solidarité avec le Peuple Grec, diffusée à Montréal suite à une initiative du couple Meynaud-Zographos – ouvrent des pistes complémentaires pour la recherche, notamment pour une étude transnationale de la résistance au régime des colonels.


Une ressource pour l’étude de l’édition allophone

Le don peut être abordé sous le prisme du concept du transnationalisme, défini par Steven Vertovec comme la création de liens et d’interactions multiples reliant des individus ou des institutions au-delà des frontières étatiques7. Les dissidents aux régimes autoritaires en Grèce exilés à l’étranger ont tissé des réseaux et se sont engagés dans ce qu’Aihwa Ong désigne sous le terme de “flexible citizenship”8 bénéficiant de conditions sociopolitiques favorables dans leurs pays d’accueil pour mener leur combat. Leurs actions sont régies par l’idée d’une « communauté imaginée » propice au maintien de liens virtuels avec la Grèce9. L’activité éditoriale allophone de cette dissidence en exil est très bien représentée au sein du don Meynaud-Zographos.

Une première manifestation de cette dissidence-résistance transnationale se fait jour à travers l’action des réfugiés politiques dans les pays de l’Europe de l’Est à la fin de la guerre civile.

La ville de Bucarest devient le centre de l’activité éditoriale du parti communiste grec en exil pendant la période de la clandestinité post-guerre civile. Ses éditions connues au départ sous le nom de « Néa Ellada » (Nouvelle Grèce) sont rebaptisées à partir de 1955 « Politikés kai logotechnikés Ekdoseis » (Éditions politiques et littéraires). Le don comprend 121 documents publiés par ces éditions entre 1951 et 1971. On retrouve aussi plusieurs années de la revue Néos Kosmos (Nouveau Monde), tribune d’orientation théorique du parti communiste grec. La présence d’une série de numéros de novembre 1967 à juin 1974 laisse supposer que le couple était abonné à ce périodique.

Le phénomène de l’édition en exil est aussi représenté par des documents édités à Budapest : des témoignages de détenus politiques publiés par les éditions Laïkos Agonas, un manuel scolaire adressé aux élèves de l’école primaire à Varsovie en 1971, un recueil poétique du poète chypriote de gauche Thodosis Pieridis, To emvatirio tis eirinis (Le péan de la paix), publié par les éditions du comité central des réfugiés politiques grecs pour la paix en 1955, ou encore l’essai Dans le pays où prit naissance la démocratie, publié par le comité des émigrés politiques grecs pour la démocratie en Grèce en 1960. Ce dernier ouvrage porte sur la politique de persécution, de détention et de déportation de citoyens proches des partis de gauche en Grèce dans les années 1950.

Les exilés politiques qui ont fui la Grèce suite à l’instauration de la dictature des colonels incarnent une seconde vague de dissidence-résistance en exil.

L’édition en exil de cette période est représentée par des maisons telles que Nouvelle Frontière (Montréal), Tetradia tou Riga (Lund), Propyläa (Zürich), le Comité des Jeunes pour la démocratie en Grèce (Montréal), Dimokratia (New-York), l’édition de l’association des étudiants hellènes de Paris, le Griechisches Komitee für den kampf gegen die Diktatur in Griechenland (Hamburg), le Comité de Coordination du Mouvement contre la Dictature des Femmes Grecques Expatriées (Londres) ou encore les éditions 8 1/2 (Londres).

Les éditions 8 1/2, en référence au film de Federico Fellini, sont l’œuvre de Vassilis Vassilikos, l’auteur du roman Z, inspiré par l’assassinat du député de gauche pacifiste Grigorios Lambrakis, par des affiliés à l’extrême-droite. Son roman inspira à Costas Gavras le film homonyme en 1969. Exilé en Europe de l’Ouest pendant la junte militaire, Vassilis Vassilikos publie des nouvelles et des recueils poétiques selon la pratique des samizdats. Les douze documents du don Meynaud-Zographos édités par 8 1/2 ont été imprimés à Mayenne ou à Londres.

L’aventure éditoriale canadienne de l’écrivain Nikos Kachtitsis est également remarquable. Après le coup d’État du 21 avril 1967, Nikos Kachtitsis cesse son activité d’éditeur, suivant l’exemple d’autres écrivains grecs en guise de protestation contre le régime des colonels. Seule exception notable, il publie son roman O Iroas tis Gandis (Le héros de Gand) à Montréal en décembre 1967, aux éditions Lotofagos, dont il est le fondateur. Le résultat typographique de cette édition est original, dans la mesure où l’impression a commencé en 1966 à Pyrgos en Grèce, jusqu’à la page 208, tandis que la deuxième partie de l’ouvrage est achevée d’imprimer en 1967 dans l’imprimerie du journal To Ellinikanadikon Vima (La Tribune grécocanadienne) à Montréal.

En dehors de l’édition allophone en exil, le don comporte aussi des publications de propagande – mentionnons les publications en grec de la maison Panorama DDR de l’Allemagne de l’Est et les traductions de la maison Novosti en ex-URSS, à destination d’un public grécophone.

On trouve également des publications s’adressant à la deuxième génération des « Gastarbeiter » (ouvriers immigrés) grécophones arrivés en Allemagne dans les années 1960 et 1970. Dans la bibliothèque Meynaud-Zographos sont présentes deux traductions en grec depuis l’allemand publiées par la maison To Stachy à Cologne, en 1986 et 1987 : d’une part une enquête sur les conditions de vie et de travail déplorables des Gastarbeiter, menée par le journaliste Günter Wallraf, et d’autre part un essai sur la culpabilité éprouvée par les enfants des nazis, par Peter Sichrovsky, paru en français sous le titre Naître coupable, naître victime.


Une ressource biographique

La bibliothèque Meynaud-Zographos offre aussi une ressource biographique précieuse. Son exploration permet de reconstituer l’univers mental de Jean Meynaud et Hélène Meynaud-Zographos et d’émettre des hypothèses sur leurs sensibilités idéologiques.

Une vingtaine de documents sont consacrés à l’histoire du parti communiste grec et une cinquantaine de titres sont édités par des maisons d’édition dans la mouvance de ce parti : Sychroni Epochi (46), Themélio (4), Stochastis (3). Un manifeste de l’organisation des marxistes-léninistes de Grèce datant du mois de décembre 1973 est également présent dans la bibliothèque.

L’appartenance des Meynaud-Zographos à une culture politique ancrée à gauche est aussi confirmée par leurs goûts littéraires. On peut distinguer quatre groupes d’auteurs dans la bibliothèque : les auteurs grecs du XIXe siècle, les auteurs grecs réfugiés politiques après la guerre civile et sous la dictature des colonels, les auteurs grecs du XXe siècle sans lien organique avec le parti communiste et les auteurs traduits représentant la littérature mondiale.

Parmi les classiques de la littérature grecque du XIXe siècle et du début du XXe siècle, on retrouve des œuvres d’Alexandros Papadiamantis, Andréas Karkavitsas, Konstantinos Chatzopoulos, qui ont accordé une place importante à la question sociale de leur époque.

Parmi les auteurs qui ont été victimes de persécution en Grèce ou ont dû s’exiler en raison de leurs convictions idéologiques, mentionnons Elli Alexiou, Kostas Varnalis, Zisis Skaros, Yannis Ritsos, Tassos Livaditis, Dimitris Chatzis, Takis Adamos, Georgoulas Beïkos, Themos Kornaros, Nikos Katiforis, Menelaos Lountemis, Nikos Papakogkos, Petros Antaios, Elli Papa.

À leurs côtés se trouvent des auteurs communistes ou opposés à des régimes autoritaires en dehors de l’Europe de l’Est, comme Aziz Nesin, activiste politique turc opposé au coup d’État de 1980, Nazim Hikmet, poète turc humaniste qui a passé quasi la moitié de sa vie en prison et en exil en raison de ses orientations idéologiques, Giovanni Germanetto, écrivain italien, actif dans le mouvement ouvrier connu pour son roman autobiographique Memorie di un barbiere (1930) que l’on retrouve dans sa traduction en grec, Miguel Otero Silva, écrivain et journaliste vénuzuélien, Jorge Amado, athée, membre du parti communiste brésilien.

Mentionnons également Dalton Trumbo, scénariste et réalisateur américain, de Johnny s’en va-t-en guerre (Johnny Got His Gun), l’un des Dix d’Hollywood, groupe de professionnels du cinéma qui a refusé de témoigner devant la Commission de la Chambre des Représentants sur les activités anti-américaines, lors de la commission d’enquête de 1947 sur les influences communistes dans l’industrie cinématographique. Son compatriote John Reed, journaliste et militant communiste, trouve lui aussi sa place sur les étagères de la bibliothèque Meynaud-Zographos avec la traduction en grec de son ouvrage sur la révolution bolchévique, Dix jours qui ébranlèrent le monde.

Enfin, plusieurs écrivains de l’Europe de l’Est sont également présents dans la partie littéraire de la bibliothèque, comme Erwin Strittmatter, l’un des auteurs les plus célèbres de la République démocratique allemande, avec son roman Ole Bienkopp, et l’auteur roumain Titus Popovici.

Parmi la série d’auteurs de l’époque soviétique, on peut citer Boris Vasiliev et son roman Ici les aubes sont plus douces, des romans inspirés par la guerre patriotique contre le fascisme, de Constantin Simonov, et Boris Polevoï, dont le nom reste attaché à l’Histoire d’un homme véritable, basée sur l’histoire d’un pilote russe de la Seconde Guerre mondiale. Valentin Kataïev est aussi représenté avec son roman Pour le pouvoir des Soviets ou les catacombes d’Odessa, dans lequel il raconte comment l’offensive des nazis a été stoppée à Stalingrad, Moscou et Odessa, où la résistance était née sous terre, dans le réseau de catacombes de la ville. Le roman décrit la survie d’un petit groupe de patriotes, imprégnés d’une mentalité dans laquelle l’individu est subordonné à l’intérêt de la nation ou à ce qui est considéré par le pouvoir comme bon pour sa grandeur. Deux autres auteurs majeurs de la littérature soviétique sont également présents : l’écrivain kirghiz Tchinguiz Aïtmatov, avec ses nouvelles telles que Djamilia, décrivant la vie quotidienne dans la jeune république socialiste kirghize, et Mikhaïl Cholokhov, prix Nobel de littérature 1965, dont le roman Le don paisible, épopée qui dépeint la vie dans la région du Don au cours de la période de la Première Guerre mondiale et de la Guerre civile, a longtemps été présenté comme l’archétype du réalisme soviétique.

Parmi les auteurs du XXe siècle sans filiation directe avec le parti communiste, on peut évoquer Nikos Kavvadias, Odysseas Elytis, Kosmas Politis, Iakovos Kambanellis, Dimitrios Psathas, Nikos Tsiforos. 

D’un point de vue éditorial, relevons la prédominance des Éditions politiques et littéraires (Bucarest) pour les œuvres littéraires publiées dans les années 1960. Après 1974 et la restauration de la démocratie en Grèce, deux maisons d’édition occupent une place privilégiée dans la bibliothèque d’Hélène Meynaud-Zographos : Kastaniotis (30 titres) et Kédros (38 titres). Signalons aussi la présence d’œuvres littéraires éditées à Montréal, comme O Xopapas de Giannis Stamiris, et Oi Synypárhontes : mythistórīma d’Aris Nikolaïdis.

La bibliothèque Meynaud-Zographos reflète aussi les intérêts professionnels du couple. Jusqu’au début des années 1970, on retrouve des publications du Center of planning and economic research et des éditions du Centre des sciences sociales à Athènes. Pour la période postérieure à la restauration de la démocratie en Grèce (1974), des publications de l’Institut de santé infantile, de la Fédération des Femmes de Grèce, du Conseil pour la parité, de la Fondation européenne pour l’amélioration des conditions de vie et de travail et de la revue La Femme de demain, témoignent des activités dans lesquelles Hélène Meynaud-Zographos était impliquée.

La composition de la bibliothèque nous renseigne aussi sur l’intérêt d’Hélène Meynaud-Zographos pour l’actualité internationale. L’intervention américaine en Afghanistan suite à l’invasion soviétique de 1979 est analysée sous le prisme du droit international par Alkis Papakostas, professeur de droit international et pacifiste. La question de l’ingérence étrangère est aussi abordée dans le cadre de la dissolution de la fédération yougoslave alors que les violations des droits de l’Homme dans les conflits au Moyen-Orient sont présentées dans le rapport produit par l’Information Center of the World Peace Council, siégeant à Helsinki. La question chypriote occupe aussi une place importante avec des ouvrages consacrés à la période avant et après l’invasion turque de 1974. Enfin, la perspective d’adhésion de la Grèce au marché commun dans les années 1960 et sa place au sein de la Communauté économique européenne à partir des années 1980 sont des sujets récurremment abordés, par exemple dans cette étude qui dresse le bilan en 1984, trois ans après l’entrée de la Grèce dans l’Union européenne.

Au rayon histoire, outre les études sur la période entre la dictature de Metaxas (1936) et la fin de la dictature des colonels (1974), signalons la présence d’ouvrages proposant une approche marxiste de l’histoire grecque du XIXe siècle, tels que I koinōnikī sīmasía tīs ellīnikīs epanastáseōs tou 1821 (L’importance sociale de la révolution grecque de 1821) par Yannis Kordatos, publiée par les éditions Nouvelle Frontière à Montréal, et relatant les dynamiques de l’année 1848 au sein de la société grecque – citons To ellīnikó 1848 (Le 1848 grec), de Tassos Vournas. L’édition parisienne de 1923 du témoignage de René Puaux sur l’effacement de l’hellénisme dans la région de Smyrne, suite à l’entrée dans cette ville des troupes kémalistes en 1922, fait partie des livres qu’Hélène Meynaud-Zographos pourrait avoir hérités de ses parents.

Par ailleurs, l’ouvrage publié par les éditions du comité grec pour la paix en 1982, les annales du symposium scientifique sur la paix et le désarmement (1982) ou encore l’ouvrage Eirī́ni : I yperáspisí tis epitaktikó kathíkon (Paix : sa défense, une tâche impérative) témoignent des engagements d’Hélène Meynaud-Zographos sur la voie du pacifisme.

Les Meynaud-Zographos avaient aussi dans leur bibliothèque des publications de caricaturistes grecs des années 1980, tels que Stathis, Kostas Mitropoulos et Giannis Ioannou, ainsi qu’une série de livres consacrés à la ville d’Athènes et à la transformation de son paysage au fil du temps.

Enfin, les exemplaires dédicacés apportent des fragments d’information pour reconstituer les cercles de sociabilité du couple Meynaud-Zographos. On peut distinguer plusieurs catégories de dédicaces, profilant des affinités professionnelles (par exemple, les dédicaces de Faidon Vegleris ou Antonios Damaskinidis), idéologiques (par exemple, les dédicaces d’auteurs exilés pendant la dictature, Zissis Skaros, Pantelis Trogadis et Vassilis Vassilikos) et personnelles (par exemple, la dédicace de Galateia Sakka).


Pour aller plus loin

  • La version en ligne de l’exposition « Les années de pierre. Dissidences et résistances à la dictature des colonels », présentée à la BULAC du 2 octobre au 4 novembre 2023.
  • Le catalogue en ligne de l’exposition « Aidez le peuple grec. Η αντιδικτατορική συλλογή της οικογένειας Meynaud » (Aidez le peuple grec : la collection antidictatoriale d’Eleni Meynaud-Zographos) qui a eu lieu en avril 2019 à la Fondation du Parlement grec. Cette exposition a mis en valeur une partie des archives Meynaud-Zographos, composées de 1 351 documents (5 171 pages), 559 volumes de 46 périodiques, 1 550 extraits de journaux et des dizaines de clichés photographiques, affiches et cocardes d’organisations contre la dictature des colonels.



Citer ce billet
Nicolas Pitsos (2023, 13 novembre). Le don Meynaud-Zographos : une bibliothèque au service de la démocratie, la liberté et la paix. Le Carreau de la BULAC. Consulté le 17 avril 2024, à l’adresse https://bulac.hypotheses.org/51269

  1. Les études de Jean Meynaud sur la vie politique en Grèce sont disponibles en libre accès sur la bibliothèque numérique « Les Classiques des sciences sociales ». []
  2. Sur l’EPON, voir Joëlle Dalègre, « L’idéologie dans les chants de l’EPON », Cahiers balkaniques [En ligne], 38-39 | 2011. []
  3. À la veille de sa rencontre avec les dirigeants de l’Armée démocratique (proche du parti communiste), George Polk est retrouvé mort dans la baie de Thessalonique, une balle dans la tête tirée à bout portant, les pieds et poings liés. Une enquête menée à l’époque par les autorités de la droite anticommuniste inculpa à tort des militants de la Gauche grecque. L’hypothèse de l’auteur, qui fut un des proches de George Polk, rejetant la responsabilité à des agents anglais, vient prendre place dans une constellation de théories avancées depuis, notamment par des auteurs américains. Voir Εdmund Keeley, The Salonika Bay Murder: Cold War Politics and the Polk Affair. Princeton University Press, 1989. []
  4. Kostas Vidalis était missionné pour relayer les actes d’intimidation perpétrés par des groupes d’extrême droite contre les citoyens de gauche dans cette région de la Grèce centrale. []
  5. Son nom a été donné au village de Beloiannisz en Hongrie, construit pour héberger les réfugiés politiques grecs qui vivaient en exil depuis la fin de la guerre civile (1949) jusqu’au rétablissement de la démocratie en Grèce (1974,) ainsi qu’à l’association regroupant les réfugiés politiques grecs en Pologne : « Union des réfugiés politiques de Grèce Níkos Beloyánnis » (Związek Uchodźców Politycznych z Grecji im. Nikosa Belojanisa). []
  6. En 1949, Betty Bartlett-Ambiatelos fonde à Londres la Ligue pour la démocratie en Grèce, levier de pression contre le régime de la droite répressive. En 1961, elle s’en prend au premier ministre Konstantinos Karamanlis lors de sa visite officielle en Angleterre. Deux ans plus tard, elle est à la tête d’une manifestation conspuant la reine de Grèce Frédérique et sa fille Irène en visite officielle à Londres. Les manifestants réclamaient la libération des détenus politiques tout en dénonçant l’ingérence du Palais dans la vie politique grecque. []
  7. Voir Steven Vertovec, Transnationalism, New York, Routledge, 2009, cité dans Christopher Grafos, Canada’s Greek Moment: Transnational Politics, Activists, and Spies During the Long Sixties, University of Toronto, 2016 [En ligne]. []
  8. Voir Aihwa Ong, Flexible Citizenship: The Cultural Logics of Transnationality, Durham, Duke University Press, 1999, cité dans Christopher Grafos, Canada’s Greek Moment: Transnational Politics, Activists, and Spies During the Long Sixties, University of Toronto, 2016 [En ligne]. []
  9. Voir l’étude de Benedict Anderson, Imagined Communities ­ Reflections on the Origin and Spread of Nationalism, Londres, Verso, 1983. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search