Les chants retrouvés des Polynésiens : aperçu d’un dossier manuscrit redécouvert

Un ensemble jusqu’alors inédit de six documents manuscrits conserve plusieurs chants polynésiens du milieu du XIXe siècle, collectés au moins en partie dans le district de Tuuhora, sur l’atoll d’Anaa, au sein de l’archipel des Tuamotu. Ce dossier anonyme, d’une composition hétéroclite, rédigé en français, en anglais et en tahitien, comprend aussi bien un hymne de bienvenue que des odes au voyage, un chant du jeu de boule, des contes légendaires et des complaintes amoureuses, des facéties érotiques, ainsi que des récitatifs cadencés de la société des Arioï servant à des fins rituelles. Cet ensemble compile les retranscriptions de différents chants polynésiens avec leurs traductions tantôt complètes, tantôt partielles, en anglais ou en français, accompagnées de quelques gloses précisant le sens de tel ou tel mot ou vers. Il s’agit visiblement de documents de travail issus d’une opération de collecte des traditions orales, impliquant des locuteurs francophones, anglophones, de la langue tahitienne. L’auteur de cette compilation demeure anonyme, alors que les différences paléographiques font apparaître au moins deux rédacteurs s’étant partagé les tâches de la transcription, de la traduction et de la glose. Un certain Mare, vraisemblablement Polynésien, cité à plusieurs reprises dans ce dossier, semble avoir été une source orale importante de sa constitution.

Ces documents portant la référence FM-28947 ont été acquis le 7 septembre 2022 à la Librairie Chamonal de Paris par l’auteur de ce billet, puis déposés en don à la Bibliothèque universitaire des langues et civilisations en février 2023, où ils sont enregistrés sous la cote MS.OCE.1. La notice de catalogue émise par cette librairie qui conservait auparavant ces documents les date du milieu du XIXe siècle. Le papier du document 1 porte un timbre sec illustré d’une armoirie avec le nom de la République du Chili, pays devenu indépendant le 12 février 1818. La seule référence chronologique interne exprimée explicitement se rapporte à l’année 1809 dans le document 2. Dans le document 1, les mentions du district de Tuuhora sur l’atoll d’Anaa, de l’empereur et du gouverneur Théogène François Page en poste entre 1852 et 1854, permettent d’affiner la date de la rédaction au début du Second Empire, si l’on admet que le chant concerne une cérémonie à peu près contemporaine à sa retranscription. Jusque dans les années 1840, les contacts entre Français et Polynésiens demeuraient plutôt lâches, le premier protectorat ayant été établi sur les Îles du Vent par l’amiral Dupetit-Thouars en 1842. Les Tuamotu furent acquises par la France en 1862, avant Tahiti en 1881 (Toullelan, 1985 : 62 et Toullelan, 1990). Il peut ainsi être admis que ces chants furent collectés dans la seconde moitié du XIXe siècle.

Ce billet propose une première transcription de ce dossier manuscrit, entrecoupée de notices introductives pour chaque document et de quelques commentaires ne prétendant pas à l’exhaustivité. L’orthographe originale du tahitien a été reproduite, tandis que celle des parties françaises et anglaises a dû parfois être corrigée ou modernisée.


Le premier document s’ouvre sur les Chants qui accompagnent les danses des jeunes filles (Te mau ‘ūtē ri’i nō te ‘ori ra’a a te Taurearea vahine) relatifs au district de Tuuhora (Tukuhora), qui se composent d’une Danse de la Bienvenue adressée au gouverneur Page, ainsi que d’une Marche du Bateau à Vapeur. L’‘ūtē désigne ici et en général l’une des formes traditionnelles du chant entonné et dansé en Polynésie. Les derniers morceaux de ce premier ensemble comprennent deux couplets respectivement attribués à un « jeune garçon dansant » et à une jeune fille dansante ». La deuxième partie intitulée Élégies anciennes se compose en tout et pour tout d’un long poème ayant pour titre : Une jeune fille pleure son amant Pitaferiro, et narrant le voyage endeuillé d’une amante attristée partie de Tuuhora vers Tahiti. La troisième partie rassemble, sous le titre Miscellanées, des fragments appartenant au genre de l’ūtē chanté et dansé, présentés par une courte introduction. Deux courtes pièces présentent pour l’une un appel à faire couler le rhum, pour l’autre une acclamation érotique.

Tuuhora est le village principal de l’atoll d’Anaa, formant un ensemble de onze îlots de 28 km de long sur 5 km de large, dans l’archipel des Tuamotu, situé à 150 km au sud de Fakarava et à 437 km au nord-est de Tahiti, dans la zone d’expansion linguistique tahitienne (Prevost 1970. Bonvallot et al. 1994. Mawyer 2008). Jadis, Anaa comptait parmi les atolls les plus peuplés de Polynésie. Ses guerriers envahirent les îles voisines et établirent leur domination sur les atolls des Tuamotu du nord-ouest, vers la fin du XVIIe siècle. Les habitants d’Anaa exercèrent aussi leur autorité à Rangiroa et Manihi, qui furent dévastés, contraignant leurs habitants à s’exiler sur d’autres motus. En 1850, une révolte populaire éclata contre les missionnaires catholiques à l’époque où l’atoll comptait environ 2 000 habitants (Caillot, 1910 : 386-390. Emory & Ottino, 1967).

Le premier chant fait référence à un certain Paiore. Or, on connaît un Paiore issu de l’atoll d’Anaa qui fut l’auteur, durant les années 1820, d’un dessin à l’encre représentant la conception pamautu des cieux, et dont une copie fut réalisée par un inconnu pour le Journal of the Polynesian Society en 1918 (Médiathèque Historique de Polynésie, 2016). Cet hymne prônant les valeurs de l’hospitalité reflète néanmoins une transformation de cette pratique polynésienne sous la pression considérable des changements politiques entraînés par l’accroissement des contacts avec les Européens (Campbell, 1981). Le don officiel de cadeaux à l’invité obéit aux conventions d’un rituel mis en scène avec soin, où les chants et les danses accompagnaient la circulation des biens et des mets, en reflétant évidemment les hiérarchies sociales en présence (Condevaux, 2020 : 229).

Concernant la deuxième partie sur les élégies anciennes, l’auteur du manuscrit n’a pas traduit directement le mot miri, qui a ici pour sens « basilic », qui signifie « cordyline », ainsi que l’‘ōpuhi, à savoir l’Amomum cevuga, une « plante de la famille des zingibéracées qui pousse dans les vallées humides » selon le dictionnaire en ligne Farevāna’a de l’Académie tahitienne. Le jouait quant à lui un rôle culturel important dans le monde polynésien, dans la mesure où son nom était aussi donné à un homme vaillant. Sa racine, riche en saccharose, était cuite dans des fours spéciaux en raison de la longueur de la cuisson. Teuira Henry donne le nom des principales variétés avec quelques renseignements (Henry 1951, p. 45).

Dans la traduction française du dernier chant du document, Cypris apparaît comme un surnom latin d’Aphrodite, déesse de l’amour. Le sens exact du mot polynésien tout comme la licence poétique suggérant le membre sexuel dans la version française ne sont pas explicitement donnés par le premier traducteur, qui semble suggérer malicieusement au lecteur de ne pas s’en tenir aux explications délivrées dans sa glose. Les facéties érotiques sont un thème bien trop courant au sein de la poésie polynésienne pour avoir pu laisser dans l’ignorance les collecteurs de traditions orales (Ottino, 1966 : 7-13).

[1] District de Tuuhora
Te mau ute rii no te ori raa a te Taurearea vahine
Chants qui accompagnent les danses des jeunes filles

La danse de la bienvenue

Ia ora pai oe Pate tavana
I na roto mai au i taha e e !
O Paiore auvaha – Pirio tane e !
aro noa mai ia matou, hau emepera ta utou.

Sois salué ô Page Gouverneur
Reçois la bienvenue de ce côté
de Paiore Auvaha – Et toi ô Briot !
Tournez-vous vers nous, car vous êtes le gouvernement impérial.

E puehu te one i Tuuhora, ei haere mai no oe veteahia e !
Tera i te pâ ei haerea iti no oe e ! Pate tavana
Pirio auvaha ! Tena hoi oe
Te matou – Ta ora oe

Le sable poudreux de Tuuhora se divise sous tes pas
Ô Page Gouverneur, dans ta marche vers le fort
Tu es donc là ! Ô Briot auvaha
Et nous ici – Sois salué

Tamatiti tavana paha o te reva
Tera e maï o Pate tavana
E Tu tane o unuunu ae to tere
Ua riro Tuuhora i te hau tamaru

Chef Tamatiti plante le drapeau
Voici venir le gouverneur Page
Et toi « Tu » (1) ton pouvoir est fixé
Tuuhora est passé au gouvernement protecteur

(1) « Tu » : Pomare le Grand.

[2] La marche du bateau à vapeur.
Cinq reprises de gestes et d’onomatopées indiquent la course du navire et le bruit des aubes et de la machine – Tara ratata tera tata fu fu.
La terre en vue !
Tera rera ratata ! tera rera ratata ! Ofai !
Tera rera ratata e ofai !
Tera rera ratata ! Tera rera ratata ! Terre !
Tera rera ratata ! La terre !
Terarera ratata !

Le bateau en vue !
Pahi manua ! Na tatara !
Pahi manua ! Na tatara
Pahi auahi faataa te huiraa ! (1)
Pahi auahi faataa te huiraa !

Vaisseau de guerre ! Na tatara !
Vaisseau de guerre ! Na tatara !
Vapeur à l’hélice tranchante !
Vapeur à l’hélice tranchante !

Jeune garçon dansant

Te faatere hau rohi ! Rohirohi maite
i te hau Tamaru e !
Toerau te matai puhia mai nei i te roo faaturi
No taihoa ra e !
E haru hoi au i te rima no tai hoa Tutea fatuetue.

Vous ministres courage ! Fatiguez-vous bien
À conduire le gouvernement protecteur
Le vent du nord m’apporte le renom des exploits (2) de mon amie
Je saisirai donc la main de ma mie Tutea fatuetue !

(1) Les naturels emploient ce mot pour désigner l’hélice. Je ne sais s’il est comme à Tahiti.
(2) Roo faaturi, rumeur des exploits « in venerem segnis (sic) nocturnaque bella ».

[3] Jeune fille dansant :
Tena t’au pa, tei a oe iho Pate tavana
i te haerea mai o roto o Tuuhora
E neinii atu vau i te vai niaa
Ia Tipâpâ oe.

Reçois mon offrande ô Page gouverneur
à ta bienvenue à Tuuhora
Je ferai jaillir l’eau des jeunes cocos
Sous le toit où tu t’abriteras.

II
Élégies anciennes
Une jeune fille pleure son amant Pitaferiro

Miri ti Opuhi no Tuuhora, tute ia’u e !
Te amio te noanoa i raro !

Miri et Opuhi de Tuuhora, hélas ! Emportez-moi
Avec les senteurs parfumées que vous exhalez sans cesse, vers le couchant !

No raro roa mai o t’au tane
No te fenua iti !
Pii hahaeri áu e !
Pitaferiro iti e !

De bien loin du couchant vient mon amant
De cette terre chérie !
J’erre à l’aventure en t’appelant ! hélas
Pitaferiro chéri !

Tahi tahiri na i na io rouru,
Ei mihi ma’ tu na oe i hate !
Aue ! Pitaferiro iti e !

Dénouez, laissez flotter ma chevelure
Afin que je te pleure jusqu’au tombeau
Hélas ! Pitaferiro chéri !

Tura ia mai nei hoi au !
Te matai na muri t’ou tua.
Topa mai nei ’au i te tai.
Mea rii arofa i t’au tere e !
A fafai iti Papeete !
Hio mai nei au i mataa e !

Le vent m’excite à partir
Le vent qui souffle à mon dos
Je me laisse aller sur la mer
Ah ! Qu’elle est triste ma course !
Soulage ma peine. Oh Papeete !
Que ta vue me rende le bonheur !

(1) Miri et Opuhi, deux plantes odorantes de la montagne qui servent à faire des couronnes.
[4] One iti puehu hoi au e !
No Tuuhora roa mai.
Faura te fenua ! O Tahiti e !
A vahaava hia – O unu unu ra o te are.
T’au mana parahiraa !

III
Miscellanées
Les strophes qui suivent sont des fragments de Utés anciens. Elles renferment des mots inconnus à la génération actuelle, soit qu’ils aient appartenu à l’argot des Arioï’s, soit à celui plus moderne des Tuteaurï’s ; la connaissance de quelques-unes de ces expressions symboliques ne s’obtient que dans un commerce intense et assidu, et elle est trop souvent, hélas ! chèrement payée.

Tautau te ramu e ! Tautau te ramu e !
Tautau te ramu e ! Tautau te ramu e !
Ei tei hea paha ? Ei tera paha ? Ei teie paha !
Tautau te ramu e !

Laissez, laissez couler le rhum !
Laissez, laissez couler le rhum !
Où est-il ? Est-il ici ? Est-il là ?
Laissez couler le rhum !

Vai’ho ! Vai’ho ! Ihora Tirini !
Potii rii henere ra !
Na te ure e !
Hurô ! Hurô ! Hurô !
Laissez ! Laissez ! Maintenant les shillings !
Jeunes filles ardentes, pour l’oiseau de Cypris ! (1)
Hurra ! Hurra ! Hurra !
(1) te ure, oiseau qui n’a pas encore trouvé sa place dans les classifications ornithologiques.


Les pièces du document 2 s’inscrivent dans des genres fort différents en racontant les péripéties des conflits ayant agité les îles de la Polynésie. Une notice historique explique le contexte d’une expédition manquée des forces du roi de Tahiti, Pōmare II, en 1809. Le chant Opu païa te tai o Upaupa intègre ainsi la représentation spatiale de différentes îles polynésiennes formant une sphère d’interaction animée par les voyages maritimes (Rolett, 2002). S’y trouve aussi employé le concept cosmologique du tumu faisant référence à la « fondation » ou à la « source », aperçu dans d’autres textes polynésiens (Caillot, 1914 : 29, 80, 81, 100, 105, 124). La seconde pièce du document 2, intitulée ‘Ua ‘ōniania a te mata’i i te pae a te ra’i, se rapporte quant à elle à une élégie amoureuse relative à la reine de Matere.

[1] Opu païa te tai o Upaupa
Tumu taua oe e te tau
Tei te rima roa i tinao.

The sea roars incessantly
On the reef Upaupa
With our long fingers then
Let us hunt after fish.

Taio au e hope ae
Na niau rii a Fare
E motu o Tiano
E fare o Taharapatui ê.

I will count all
The Cocoanut (sic) trees at Fare (*)
There is a motu (ilot) called Tiano
And a house named Taharapatui

(*) Name of the principal anchorage at Huahine.
Mare states that the above song was used by young men who had been deserted by their mistresses.

Tei puuru e, ïa Ariararu
Tei taï te matai hee noa i te niuhiti ê !
Haapu aera i Motuúta
E ote moua oe ïa Tema herê ê
Te rau tupu â, te ie o Virihoa tane ite Moana ê.
O Hiroraituia te Arii i mauê ite Moana
O Utami tei faateitei aera i te ara i Huoi ê

Virihoa was at Puuru & at Ariararu
But the dark wind Niuhiti drove him away
So then he took shelter at the Isle Motuuta,
Where he regrets the Mount Temahue
In his flight from Puuru, his canoes resembled the leaves of the young Cocoanut (sic).
Hiroraituia fled out to Sea. While Utami raised the Standard on the point Huoi ê.

Mare states that about the year 1809, Pomare’s (called in the song Virihoa) forces attacked the rebel party who were encamped at Mahaena. Pomare remaining himself with a few of his friends on the Islands Puura & Ariararu in front of the village. Pomare forces were defeated, and he was obliged to fly, first to Motuuta & subsequently to Moorea. While at Motuuta he bewailed the loss of his patrimonial lands, called in the song “Moua Temahue” in Papaua – Hiroraituia (also Pomare) fled to Moorea, from where he demanded assistance from Utami or Tenania King of Huahine, who shortly after-[2]-wards came to his assistance. The dark wind Nurhiti was always a bad Omen to the members of the royal family.

Ua oniania te matai i te pae o te Rai
Moe Manao i te ahiahi au nei ê –
E tu te iri i Paui
Ua hee raurea, i te horue
Puatau hani rai ê –
Putuputu vahine i toa e
Te hoa o te Purotu
Te Arii vahine i Matere ê

Whilst the wind blows softly from the sea
I think of my lover, and cannot sleep
I’ll fetch the plank from Paui
With which I will glide lightly over the sea –
Beautiful women are now assembled upon the rock,
And among them the Queen from Matere.

Mare states the “Queen from Matere” referred to, was the beautiful “Raurea” from Raiatea, one of the first women were seen among the islands – she was wife to “Mai” the former King of Bora Bora.


Le document 3 intègre des « récitatifs » cadencés de la société des Arioï,  dont un hymne sur les amours de Ninahere et de Paahonu de Raiatea, ainsi qu’un Chant du Jeu de Boule entonné par un chœur féminin. 

La petite notice introductive énonce le terme noho qui désigne les derniers rangs d’une armée et qui trouve un homophone dans le verbe « résider, s’asseoir » (Stimson, 1964 : 334-335). Le vocable papa signifie quant à lui l’ascendance, le fondement d’une famille, qui constitue une base de la stratification sociale en Polynésie française (Garanger, 1990 : 71-72). En tahitien, le mot tāparamati désigne l’action de barbouiller avec des baies de mati (arbre de l’espèce ficus tinctoria, proche du banyan), de décorer une étoffe appelée tapa avec de la teinture à base de drupes de mati, d’après le dictionnaire en ligne Fare Vāna’a.

En ce qui touche à la première strophe des récitatifs d’Arioï,  le substantif moe désigne le « sommeil » ou le « rêve ». Le terme ma’ima’i peut être soit un adjectif signifiant « maladif », soit un substantif désignant « quelqu’un de souvent malade, personne scrofuleuse, plaie, ulcère » (dictionnaire en ligne Farevāna’a de l’Académie tahitienne). L’‘aha est de son côté le nom d’une cordelette rituelle ou d’une cérémonie d’action de grâces mobilisant cette petite corde. La nuit () et le jour (ao), qui formaient les deux moitiés sacrées du cycle journalier, occupaient une place primordiale dans les conceptions religieuses des Polynésiens (Bausch, 1978. Perez, 2007 : 119. Stimson, 1964 : 50).

[1] Chef lieu des Arioi’s Taputapuatea à Raiatea mais chaque île avait des Sociétés des Arioi’s.
Un chef suprême à Taputapuatea qui était Roi de Raiatea, il portait comme tel le nom de Taramanini.
C’était le Roi de Raiatea qui nommait aux différents grades d’Arioi’s, et donnait des enseignes – il y avait des Upaupais organisés dans chaque district indépendamment des Arioi’s, et ce n’était que les Arioi’s des basses classes qui fussent normales.
1ère classe – Noho papa
Basse classe – Taparamati

Récitatifs d’Arioï
Ces strophes modulées sur [une] certaine cadence étaient accompagnées du vivo (flûte à nez) et du pahu (tambour) qui leur donnait le caractère. Ce n’était pas un chant proprement dit, mais simplement des paroles cadencées et accompagnées de gestes également et lentement cadencés.

E moe maimaiaha te po,
E moe maimaiaha te ao,
E Atua o Taiheritiriti
E Atua o Taiheratarata
Tei hiti hoi, tei toa hoi
Tei Vavau hoi, na taata rii ra ;
O Fanenemaorotai ma ê,
E Ara ! To moe faara hia
E te nuu Atua

Let your slumbers this night be sweet
Let your slumbers this day be sweet
The God Taiheritiriti,
The God Taiheratarata
Have already gone to the East & the West
And Fanemaorotai, and his party
Have already arrived at the isle of Vavau
Arise ! May the Army of Gods assist you to arise.

Tutu mai i nia, e mirimiri i to mata
E hume i to maro, maue mai nei i te fare Atua !
E fare Atua ra e, to avae rahi marumaru na
Ua anuanu ua mariri, ua hiritete,
Ua maariri to maimoa iti !

[2] Arise, arise and wipe your eyes
Gird on your Maro, and allow me to kiss the soles of your feet
Your feet are soft, your heart is the same
Give me some cloth, for I am cold, am cold, am cold
For I am cold and dyny !

Parahi mai te tua ra i te fare !
Ua maariri to Maimoa iti e !
Haamau atu i te unu e !
Haamau atu i te ahu e !
Haamau atu i te avae no te tua, i tau rahiri i mua na e !
Mau rahiri i mua na e !

Oh ! You sweet girls who are now here –
Your lover is present, and he dies of cold
I am now ready to pay your adoration
And to prostrate myself in dust before you.
Give us then now, what we have to ask,
All we require is a present from you !

Ua teitei â te tai tua,
Est très dure la mer au large
Ua hae haa te tai aro
En dedans du récif la mer est basse
Ama iti rama Ninahere
Brûlent les torches de Ninahere
E matai rii taetaehaa
Il y a calme (petit vent) à la rencontre (de deux vents)
O te aru tuma ê,
Et la mer est grosse ;
Teie au a matara
Voici je suis séparé
O tau hoa rii ê !
De mon amie chaste.

Une femme méprisée est difficile à rattraper, c’est comme la lame qui déferle sur le récif quand on veut la saisir, elle baise vos pieds ! Une femme qui se livre sans combat est une femme sans charme, c’est comme la basse mer, où on peut aller impunément.
Brûlent les torches de Ninahere !
Elle était gracieuse quand nous étions réunis
Maintenant elle est âpre,
Car voici que je suis séparé
De ma chère amie.

[3] Te haatuunoa i tai o Mahatea
Les paroles fréquentes qui ont été dites à Mahatea
Ta iri hau, tararea ê,
Comme un soliveau (une planche immobile), les a écoutées
Toimata vahine i te fare i piriei ê
Toimata madame dans la maison à Piriei.
Les chéfesses ou femmes de haut rang se livraient à tout le monde, ne refusaient personne, comme un soliveau qui ne résiste pas.

E tipi te Marama ia Auae é !
Coupez la Lune à son lever
E tipi e ! E tohitohi ei fai e !
Coupez ! Et séparez comme une raie (en deux)
(Un homme de basse classe en s’adressant à la femme d’un chef pour qu’elle se donne à lui, lui parle avec cette image)

Tena te taata tei ‘uta i te Vao
Hihi mai i Vao
(On accompagnait ce chant avec deux morceaux de bois qu’on frappait l’un contre l’autre)
Te Pua nuu e aitu
Mauri e toa, taahia te patu i taiana
Les gens de la vallée étaient dépassés par un mur du rivage.
Turepurepuâ titimaura ra
Taua i te vao e Rata, haua hivao mai ê,
Roiê, Roiê, e purau anae te ano i faaroa roi.

The Inhabitants of the Deep valleys
Have the appearance of Savages*.
The God Ruanuu,
Mauri, God of the Valleys, throw down the barriers towards the sea –
The Inhabitants from the beach come to disturb them
Rata, allons ensemble dans la vallée, to smell the sweet fragrance from there
Courage, courage, we have to pass through forest of Burau

*That is with long matted hair, dirty faces.

[4] Naunau a veve, tai atu au i te Aia e vai aera –
O Vaiaan, o Pofatuau, o Tearaino ia Aratehutu ê,
Outu iti a Ahutere, o Paeroa Vaihoa, Papara ino i taai tai hae ê !

Here I am but a poor exile –
Oh could I but return –
To my beautiful lands
At Vaiaan, Pofatuau, Tearaino
Aratehutu, the point Ahutere,
Paeroa Vaihoa, the point Papara
For there are too all whom I love

Chant du jeu de boule
Chanté par des femmes, chaque femme répétant un vers et d’accompagne(men)t de thèmes de moins et dansant.

Tei nia i Motui ê
Tupou i Farafara
Tumu toú i Vainoa
E hoa Anaana vai noa mai
Haere ae e Arahoho,
A rari ra i te tai
A rari à te tai à hoi
Hoi roa i te utuafare
Tipuu fetofeto, tiraha e topanoa
Oviri fara ore

From Motuie
I descended to Farafara
My tumu was uncovered
And was very bright
Go you away to Arahoho
Should you get very wet on the way –
Return immediately to your home –
Upon the side, it is difficult of access –
On the back, it enters easily
Let both turn over at once, & all will be drawn (humé)


Le document 4 comprend une pièce lyrique en l’honneur de Maui, traduite en anglais, ainsi qu’une notice explicative sur un rituel d’entrée en guerre.

[1] Maue ra te Rupe i nia na, futo ieie
Pura i raro na, futo aeae –
E maui ê ! te aefa o te rai
To Mara tuia i Fareana
Ua pohe au i teie mai, i taaviri noa’i i roto
I te fare Roaitau,
E tau Metua e Marei ê
I paupau tai ahu e ! Ua huru pohe au nei e !

E mata i te hiriono i tai e
Ahiri paha e Matairii
Ua reva na vau nei e !

When the Dove “Rupe” soars on high, she spreads her wings –
When she touches ground she folds them in –
Oh Maui, supporter of the Skies
You have now entered the cave at Fareana.
Whilst I am here sick of love, and turning about
In the house Roaitau
Oh my father Marei –
My breath is short, and I shall die

I cast my eyes towards the sea –
Would she but speak one word
I would then go to where she is

[2] Quand un district était sur le point d’entrer en guerre, on prenait les augures avec un cochon. On présentait le cochon mort à l’autel ; ce cochon était placé sur le ventre. Si le dos restait bien recourbé ; les oreilles bien droites ; augure favorable, et l’on envoyait tout d’abord brûler les cases de l’ennemi, préliminaires de guerre. Si le dos s’affaissait, les oreilles tombaient ; mauvais augure ; on envoyait chercher du renfort.
Mare a été témoin de plusieurs sacrifices humains. Du couronnement des chefs, ou quelque grand événement. On saisissait des malheureux sur le pays ; ou quelque domestique du chef ; ou on surprenait quelque voisin. On tuait tous les prisonniers. On ne faisait pas de sacrifice humain avant d’entrer en guerre. Pas de chant de guerre ; des orateurs d’encouragement.
Quand un excitateur mettait le pied sur des excréments : mauvais augure.


Le document 5 consiste en une complainte à forte teneur érotique où une femme de Mangareva se dérobe aux ardeurs d’un voyageur. Il s’agit de l’une des pièces où la traduction française proposée est la plus éloignée du sens original du texte qui s’avère bien plus licencieux, d’après mes premières recherches. La quasi-homophonie du terme motu, signifiant l’île en tahitien, avec celui de mōtu, désignant le sexe féminin, y donne lieu à une métaphore savoureuse (Stimson, 1964 : 314).

[1] Terae mai nei te mau faaue e, manava ra, ia ora i te haerea mai.
Voici venir les nobles visiteurs, salut, bonjour à vous qui arrivez.
Faaoti mai ra e te mau faane, na Lope pau roa ta matou vaipehe.
Cessez d’ordonner chef du Ute. Le répertoire de nos chants est épuisé.
Fariiura e manao moi, e mihi au e oto vau faaaroha te aroha airoto, a tomeraitie.
Fariiura, je pense à toi, j’ai du chagrin, je pleure, calme l’amour qui me dévore.
Teie te farau e Teata vahine e, tuu noa mai Tau tapiri iti e, a pamu pamu rii atu, tomero iti e.
Ecoute, Teata vahine, laisse-moi ma petite couverture

Aoe moa i te farau raa mai e, tapiti aera i tou reo e, tau hoa iti e e fariu mai toetoe mai nei e
Au premier chant du coq, je joindrai ma voix, mon ami se tournera, car viendra le froid.
Tapiri taua i te roi hoe e, tapiri maite mai oe auaa noa iho te farau na oe ino ai taua e.
Réunissons deux dans le même lit, tu m’enlaçais bien. Mais tes mauvaises paroles ont semé la discorde entre nous.
Teie te farau e te vahine manareva e tuu noa mai tau taoa iti e, a pamupamu rii etu, ara toto roi tie.
Voici ce que disent les filles de Mangareva : laissez-nous nos petits bijoux

[2] Ei mua na oe tau hoa i au e, tiai hoi au i terae ra hupe i ti topata toetoe.
Marchez devant, mon ami, j’attends la rosée qui tombe goutte à goutte glacée.
No uta roa mai terae pua iti e, e mea hue ta hia e te hupe motoe.
De terre vient cette petite fleur apportée par le frais hupe.
Ofati noa mai tahi amaa iti e, ei tamarumaru i t’ou haerea.
Brise une branche pour m’ombrager durant ma promenade.


Anapa te uira, horuru te rai e, no to ‘oe ia fanau, raa mai e Tomare vahine.
Brille l’éclair, le tonnerre gronde au ciel pour ta naissance, Tomare.
Ua tia oota o motu iti e, e mea aroha oe e Tati tane
Paraît à l’horizon l’île motu iti, pour te saluer Tati tane
Ei nia na’oe ei raro nei au e, tia ra ia motu taue te aroha
Toi dessus moi dessous
Paepae Taharaa tau hoi ra mai e, paepae e atu taitai hoa
Au Paepae de Tahara je reviendrai, au paepae pleure ami.
Ei oha matou i te vahine tapiri e o terae te vahine o te hoe i hanene
Nous ne nous joindrons pas aux femmes, voici celle que nous prendrons, la pagaie de la Déesse Hanene

Teitei noa e te ara i Tehura e, o te opua raa te vahi taia.
Le sentier de Tehura est escarpé ; le gravir par la pensée est plus difficile par l’action.

Teie te ioa i to matou fare, tuu ae te ure i to te vahine taa noa.
Voici le nom de notre maison, mettez le – au – des femmes non mariées.


Dernière pièce du dossier, le document 6 présente également un chant amoureux aux accents grivois, où les quelques ébauches de traduction rendent mal les ardeurs des rapports charnels décrits dans ce texte.

[1] A hari tana i te ai rii huna e hapu ni hoi au e
Ahiri tae e aita e vahine e paea e au tue ai hoa ite hiti
Na oe ra hoi tai hoa e na te ma ro rahi e aita hoi o e parau ia u e e i tei muri oe tae rau maiai e
No roto hoi oe itou ê ê no to o e taiata taatuna hoi tauae
Tiaha na oe tai mai iau é rahoi maiau ataoto faahou tauae
E tai na vau ia o ê î rïro atuai o e ite tahi rima e.
E tao to na hoi taua ite ienei po, e huru mai tai ae tau mai tauate
Teie tau tino arevae, e teie hoi au ama e i Tahiti ê
E tai vau, e mihina vau ia tai hoa iti ê tau here, e tauahi mai tai mai oe itau taha ê ê nei

[2] Je viens de pleurer le lit où ont reposé ensemble nos deux corps
[3] Itaina hoi aui te roi imoe hia e totana tino e

[4] Si nous copulons ensemble en cachette
Je serai veuve enceinte
Si tu n’as pas de femme,
J’écarterai mon ami à toujours

Comme tu insistes fort, mon ami,
Tu ne m’as pas encore dit,
Si au premier vent d’ouest, tu ne me seras pas ravi ;
Tu es sorti de mon aisselle (cœur)
À cause de ton caractère volage nous sommes séparés.

Ne pensez plus à moi en ce moment
Mais à mon retour nous coucherons encore ensemble.
Je veux pleurer avec toi encore avant que tu sois pris par une autre main ;
Nous coucherons ensemble cette nuit,
Cela adoucira ma peine de cœur (tauate)
Voici mon corps qui s’en va, et me voici sur le point d’être hors la vue (omoe) de Tahiti.
Je pleure, je sanglote pour toi mon tendre ami, mon bien cher, et serre moi bien fort jusqu’au fond de l’aisselle (cœur)
.


Il ne fait aucun doute que ces différents textes exhumés de l’oubli offrent un témoignage unique et inespéré sur l’imaginaire ainsi que la créativité lyrique des populations polynésiennes. L’étude complète de ce dossier reste à faire, afin de pouvoir insérer cette source d’une valeur inestimable dans le cadre des travaux de recension et d’étude du patrimoine littéraire et musical de la Polynésie (voir entre autres Lesson, 1884 ; Caillot, 1914 ; Andersen, 1928 ; Emory, 1940 ; Kelkel, 1981 ; Henry (†), 1993 ; Rigo, 2008 ; Barwell, 2005). Un tel manuscrit questionne également le rapport entre écriture et oralité dans la transmission de ce patrimoine immatériel, avec la part d’incertitude liée aux circonstances de la collecte de ces traditions (Hooper & Huntsman, 2021 : 19-20 pour une réflexion épistémologique).


Bibliographie

  • Andersen Johannes C. (†), Myths and Legends of the Polynesians, New York, Dover Publications Inc., 1995. Réimpression de l’édition de Londres, George G. Harrap, 1928.
  • Bachimon Philippe, 1990. Tahiti entre mythes et réalités. Essai d’histoire géographique, Paris, Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques.
  • Barwell Graham, 2005. Percy Grainger and the early collecting of Polynesian Music, Journal of New Zealand Studies 2-3, p. 1-17.
  • Bausch Christia, 1978. Po and Ao, Analysis of an Ideological Conflict in Polynesia, Journal de la Société des océanistes 61, 34, p. 169-185.
  • Bechmann Dan, 2002. L’imaginaire polynésien. Réalités, mythe et légendes à Tahiti, Raison présente 141, p. 87-104.
  • Bertrand Gérard, 1982. Le Marae comme objet de perspective de la culture polynésienne, Journal de la Société des océanistes 74-75, 38, p. 127-133.
  • Bonvallot Jacques, Laboute Pierre, Rougerie Francis et Vigneron Emmanuel, 1994. Les Atolls des Tuamotu, Paris, Éditions de Orstom.
  • Boulinier Georges, Boulinier Geneviève, 1972. Les Polynésiens et la navigation astronomique, Journal de la Société des océanistes, n°36, tome 28, p. 275-284.
  • Caillot Eugène, 1910. Histoire de la Polynésie orientale, Paris, Ernest Leroux.
  • Caillot Eugène, 1914. Mythes, légendes et traditions des Polynésiens, Paris, Ernest Leroux.
  • Campbell Ian C., 1981. On Polynesian Hospitality, Journal de la Société des océanistes, n°70-71, tome 37, p. 27-37.
  • Chazine Jean-Michel, 1977. Prospections archéologiques à Takapoto, Journal de la Société des océanistes, n°56-57, tome 33, p. 191-215.
  • Condevaux Aurélie, 2020. L’esthétique du don polynésien : les kātoanga tongiens comme « systèmes de prestations totales », Anthropologie et Sociétés 44, 3, p. 227-246.
  • Corfield Justin, 2013. Historical Dictionary of Ho Chi Minh City, Londres, New York, Delhi, Anthem Press.
  • Craig Robert E., 2004. Handbook of Polynesian Mythology, Santa Barbara, Denver, Oxford.
  • Drake del Castillo Emmanuel, 1890. Remarques sur la flore de la Polynésie, Paris, Masson.
  • Drechsel Emanuel J., 2014. Language Contact in the Early Colonial Pacific: Maritime Polynesian Pidgin before Pidgin English, New York, Cambridge University Press.
  • Ellis William, 1972. À la recherche de la Polynésie d’autrefois (Polynesian Researches), Paris, Société des Océanistes.
  • Emory Kenneth P., 1940. Tuamotuan Concepts of Creation, The Journal of the Polynesian Society 49, n°1, 193, p. 69-136.
  • Emory Kenneth P., et Ottino Paul, 1967. Histoire ancienne de ‘Ana’a, atoll des Tuamotu, Journal de la Société des océanistes, tome 23, p. 29-57.
  • Emory Kenneth et Maude Honor C., 1979. String figure of the Tuamotus, Canberra, The Homa Press.
  • Farevāna’a – Dictionnaire en ligne de l’Académie Tahitienne. URL :
  • Feinberg Richard, 1981. What Is Polynesian Kinship All about?, Ethnology 20, 2, p. 115-131.
  • Garanger José (ed.), 1990. Encyclopédie de la Polynésie, vol. 4, À la recherche des anciens Polynésiens, Tahiti, C. Gleizal, Les Éditions de l’Alize.
  • Hage Per et Marck Jeff, 2001. The Marking of Sex Distinctions in Polynesian Kinship Terminologies, Oceanic Linguistics 40, 1, p. 156-166.
  • Hakopa Hauiti, 2011. The Paepae: Spatial Information Technologies and the Geography of Narratives. A thesis submitted for the Degree of Doctor of Philosophy at the University of Otago Dunedin, New Zealand, The University of Otago.
  • Henry Teuira (†). Mythes tahitiens. Traduit de l’anglais par Bertrand Jaunez, textes choisis et préfacés par Alain Babadzan, Paris, Gallimard.
  • Henry Teuira (†), 1951. Tahiti aux temps anciens, Paris, Musée de l’Homme.
  • Holyoak David Thomas et Thibault Jean-Claude, 1982. L’exploration ornithologique de la Polynésie orientale, Journal de la Société des océanistes 74-75, 38, p. 259-273.
  • Hooper Antony et Huntsman Judith, 2021. History and the Representation of Polynesian Societies, in J. Siikala (ed.), Culture and History in the Pacific, Helsinki, Helsinki University Press, p. 9-24.
  • Kelkel Manfred 1981. À la découverte de la Musique Polynésienne traditionnelle, Paris, Publications Orientalistes de France.
  • Kirch Patrick Vinton et Dye Thomas S., 1979. Ethno-Archaeology and the Development of Polynesian Fishing Strategies, The Journal of the Polynesian Society 88, 1, p. 53-76.
  • Langevin-Duval Christine, 1979. Condition et statut des femmes dans l’ancienne société maohi (îles de la Société), Journal de la Société des océanistes, n°64, tome 35, p. 185-194.
  • Lesson Pierre-Adolphe, 1884. Les Polynésiens. Leur Origine, leurs Migrations, leur Langage, Paris, Ernest Leroux.
  • Kirch Patrick V. et Kahn Jennifer G., 2007. Advances in Polynesian Prehistory: A Review and Assessment of the Past Decade (1993–2004)”, Journal of Archaeological Research, 15, p. 191-238.
  • Malster Robert, 1971. Wherries & Waterways: Story of the Norfolk and Suffolk Wherry and Its Waterways, Lavenham, Terence Dalton.
  • Marck Jeff, 2000. Topics in Polynesian language and culture history, Canberra, Pacific Linguistics.
  • Mawyer Alexander, 2008. The Oceanic Drift in Polynesian Linguistics, Language & Communication 28, pp. 363-385.
  • Médiathèque Historique de Polynésie, 2016. Paiore : la conception paumotu des cieux (1918), article en ligne publié le 24 septembre 2016, consulté le 10 décembre 2022.
  • Molle Guillaume, 2016. Exploring Religious Practices on Polynesian Atolls: A Comprehensive Architectural Approach towards the Marae Complex in the Tuamotu Islands, The Journal of the Polynesian Society, vol. 125, n°3, p. 263-288.
  • Morgan Christopher, 1989. Polynesian Kingship and the Potlatch, Culture 9.1, p. 3-12.
  • Moulin Jane Freeman, 1979. The Dance of Tahiti, Papeete, Tahiti, C. Gleizal, Éditions du Pacifique.
  • Mühlmann Wilhelm Emil, 1932. Die geheime Gesellschaft der Arioi : eine Studie über polynesische Geheimbünde, mit besonderer Berücksichtigung der Siebungs- und Auslesevorgänge in Alt-Tahiti, Leyde, Brill.
  • Mühlmann Wilhelm Emil, 1955. Arioi und Mamaia. Eine ethnologische, religionssoziologische und historische Studie über polynesische Kultbünde, Wiesbaden, Franz Steiner Verlag.
  • Ottino Paul, 1966. Un procédé littéraire malayo-polynésien. De l’ambiguïté à la pluri-signification, L’Homme, tome 6, n°4, p. 5-34.
  • Ottino Paul, 1970. Les fare tupuna ou ‘maisons de famille’ en Polynésie orientale, L’Homme 10, n°2, p. 45-58.
  • Perez Christine, 2007. Le temps chez les Polynésiens avant la découverte missionnaire, in Temps social, temps vécu. Actes du 129e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Paris, Éditions du CTHS, 2007, p. 119-135.
  • Preud’homme Nicolas, 2023. Un dossier manuscrit inédit de chants polynésiens du XIXe siècle, Journal de la Société des océanistes, n°157, p. 285-287.
  • Prevost Paul J. C., 1970. L’expansion de la zone d’influence de la langue tahitienne, Journal de la Société des océanistes, n°28, tome 26, p. 256-260.
  • Richards Colin, 2008. The substance of Polynesian voyaging, World Archaeology 40, 2, p. 206-223.
  • Rigo Bernard, 2004. Altérité polynésienne ou les métamorphoses de l’espace-temps, Paris, Éditions du CNRS.
  • Rjabchikov Sergei V., 2018. About the Proto-Polynesian Words *Ma’uga and *Maui, Polynesia Newsletter 14, p. 6.
  • Read Dwight, 2013. Reconstructing the Proto-Polynesian Terminology: Kinship Terminologies as Evolving Logical Structures, in: McConvell Patrick, Keen Ian, et Hendery Rachel (ed.), Kinship Systems: Change and Reconstruction, Salt Lake City, University of Utah Press, p. 59-91.
  • Rolett Barry V. 2002. Voyaging and interaction in ancient East Polynesia, Asian Perspectives 41, p. 182-194.
  • Scaglion Richard, 2012. Socio-Political Organization, in : Feinberg Richard et Scaglion Richard (ed.), Polynesian Outliers: The State of the Art, Pittsburgh, PA : University of Pittsburgh, 2012, p. 157-171.
  • Solsvik Reidar, 2007. Lexical Reconstruction of Polynesian Ritual Space, Bulletin of the Indo-Pacific Prehistory Association 25, p. 7-14.
  • Stimson John Frank, 1937. Tuamotuan Legends (Island of Anaa), Part I: the Demigods, Honolulu, Berenice P. Bishop Museum.
  • Stimson John Frank, 1964. A Dictionary of Some Tuamotuan Dialects of the Polynesian Language, The Hague, M. Nijhoff.
  • Tuheiava Vilna, Tauvirai Maui, Firuu Albert, Légende de Ninahere, une triste histoire d’amour – Maupiti, Article mis en ligne le 3 août 2018 sur Tahiti Heritage, consulté le 12 février 2023.
  • Thibault Jean-Claude, Salvat Bernard, Salvat Francine, Les oiseaux de Nukutipipi (archipel des Tuamotu, Polynésie), Journal de la Société des océanistes, 97, 1993, p. 183-186.
  • Toullelan Pierre-Yves, 1985. Apparition d’une société pluri-ethnique en Polynésie orientale 1850-1918, Revue française d’histoire d’outre-mer 72, 266, 1985, p. 61-79.
  • Toullelan Pierre-Yves, 1990. Le colonialisme triomphant : Tahiti et la IIIe République, in: La France et le Pacifique, Paris, Société française d’histoire d’outre-mer, p. 157-186.
  • Tregear Edward, 1895. A Paumotuan Dictionary with Polynesian Comparatives, Wellington, Nouvelle-Zélande.
  • Vayda Andrew Peter, 1959. Polynesian Cultural Distributions in New Perspective, American Anthropologist 61, p. 817-826.
  • Walker M., 2012. Navigating oceans and cultures: Polynesian and European navigation systems in the late eighteenth century, Journal of the Royal Society of New Zealand 42.2, p. 93-98.
  • Williamson Robert, W., 1937, Religion and Social Organization in Central Polynesia, Cambridge, Cambridge University Press.

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Nicolas Preud’homme (20 février 2024). Les chants retrouvés des Polynésiens : aperçu d’un dossier manuscrit redécouvert. Le Carreau de la BULAC. Consulté le 24 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vvbs


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search