Le don Altan Gökalp

La BULAC a accueilli en 2013 le don Altan Gökalp, figure de l’anthropologie de la Turquie et de la recherche turque en France. Il a été cédé par son fils, Sébastien Gökalp, directeur du musée des Beaux-Arts de Grenoble grâce à l’entremise de Timour Muhidine, maître de conférences en littérature turque à l’Inalco, auteur, traducteur et responsable de la collection « Lettres turques » chez Actes Sud. Ce fonds est composé d’environ 280 ouvrages majoritairement en turc et issus de la bibliothèque personnelle du chercheur, ce qui en fait sa grande richesse. Les documents traitent principalement d’anthropologie, de culture et de littérature populaire turque.

Altan Gökalp, Harems, mythe et réalité (référence BULAC)

Un anthropologue de la Turquie, passionné par la littérature

Altan Gökalp, né à Izmir en 1942, débute son parcours académique en Turquie avant de s’installer en France en 1961. Après avoir obtenu son diplôme à Sciences Po, il oriente ses études vers les sciences sociales. Il se distingue par sa thèse Têtes rouges et bouches noires, publiée en 1980, qui devient une référence dans le monde de la recherche en anthropologie turcique en France. Elle explore la religion hétérodoxe alévie et le monde des pasteurs nomades anatoliens, jetant ainsi les bases d’une compréhension approfondie de ces sujets. Au sein du CNRS, Altan Gökalp assume le rôle de directeur de recherche, au sein de l’équipe Études turques et ottomanes. Son engagement dans l’enseignement se manifeste à travers sa participation à un projet-pilote lancé par le Conseil de l’Europe sur l’enseignement aux enfants issus de l’immigration. Il occupe également le poste de chargé de mission à l’inspection générale au ministère de l’Éducation nationale, participant à l’organisation de l’enseignement de la langue turque dans le secondaire.

Sa vie académique dynamique ne se limite pas à ses contributions en anthropologie. Il anime, aux côtés de Timour Muhidine, un séminaire à l’EHESS, intitulé « Traduire la Turquie : culture, littérature, vocabulaire politique ». Polyglotte accompli, Altan Gökalp maîtrise une dizaine de langues, ce qui reflète sa passion pour le passage d’une culture à l’autre et pour la traduction. Son talent de traducteur se manifeste notamment à travers la traduction en français de l’une des plus fameuses fables épiques du peuple turc-oghouz, Le Livre de Dédé Korkut : Récit de la Geste Oghuz (Gallimard, 1998), avec Louis Bazin. Il traduit également l’ouvrage d’un écrivain majeur de Turquie Yaşar Kemal (1923-2015), Regarde donc l’Euphrate charrier le sang (Gallimard, 2004).

De plus, il organise plusieurs manifestations scientifiques, dont le colloque international « Lettres d’Orient, Traduire l’Orient », à l’Abbaye de Saint-Florent-Le-Vieil en octobre 2009. Passionné par l’analyse anthropologique des idées politiques et religieuses contemporaines, il s’engage activement dans des réflexions théoriques. En collaboration avec Pierre Bonte et Anne-Marie Brisbarre, il coécrit Sacrifices en Islam, espaces et temps d’un rituel (CNRS éd, 1999). Son intérêt pour les questions de genre le conduit à publier Harems, entre mythe et réalité (Ouest-France, 2008). En tant que membre fondateur de l’Académie universelle des cultures, créée en 1992 par Elie Wiesel, Altan Gökalp incarne la pensée de Yaşar Kemal lors des assemblées annuelles au Louvre, à la Sorbonne ou à l’UNESCO. Il participe à l’hommage rendu à ce dernier à la Bibliothèque nationale de France le 27 novembre 2009, aux côtés de Jack Lang et Daniel Rondeau. Son décès le 20 avril 2010 marque la perte d’un intellectuel érudit et passionné. Son héritage perdure à travers ses nombreuses contributions académiques, ses efforts en faveur de la compréhension interculturelle et son engagement envers les idées démocratiques et féministes. Altan Gökalp reste une figure incontournable dans le domaine des études turques en France et au-delà.

Portrait d’Altan Gökalp (source de l’illustration)

Description du fonds des imprimés

Le fonds des imprimés englobe près de 280 monographies, majoritairement en turc (219 livres) et quelques autres en français, anglais, allemand et espagnol. La diversité linguistique de cette collection témoigne de la passion du chercheur polyglotte, se manifestant notamment à travers quelques ouvrages bilingues, incluant des langues turciques telles que l’azéri, l’ouzbek, l’ouïghour, le kirghize, ainsi que des ouvrages en kurde et en russe. Cet ensemble est riche de plusieurs fascicules de périodiques qui sont venus compléter les lacunes de collections préexistantes.

Фозил йўлдош Ўғли, Алпомиш : Ўзбек халк каҳрамонлик достони, Тошкент (référence BULAC)

Les documents ont été édités entre 1898 et 2007. La majeure partie de ce fonds se situe dans la période allant de 1960 à 1990, comprenant 236 ouvrages, tandis qu’une proportion minime, seulement 16 livres, provient des années 2000. La bibliothèque est principalement constituée d’œuvres à caractère anthropologique, culturel et religieux (totalisant 119 livres), de littérature populaire (75 livres), d’ouvrages historiques (42 livres), de traités sur la langue et de dictionnaires (23 livres), ainsi que d’ouvrages consacrés à l’art et à la musique (20 livres).

T. Olsson, E. Özdalga, C. Raudver (éd.), Alevi kimliği (référence BULAC)

D’autre part, on recense des sources significatives et importantes traitant des hétérodoxies religieuses en Turquie, avec un accent particulier sur l’alévisme, en lien avec les recherches d’Altan Gökalp, et notamment avec sa thèse intitulée Têtes rouges et bouches noires, les çepni, paysans sans terre du Méandre. Ce fonds englobe une variété de documents s’inscrivant dans la lignée des sources classiques sur les Alévis et les Bektachis (tels que Buyruk d’Imam Cafer, Manakıb-ı Hacı Bektâş-ı Velî, Hüsniye Risalesi), ainsi que de nombreux ouvrages de référence sur ces questions religieuses en Turquie et plus généralement, dans le monde islamique. Par exemple, Mezhepler tarihi relate la définition et l’histoire des sectes, Bektaşı̂ menâkıbnâmelerinde İslam öncesi inanç motifleri témoigne des traces de croyances préislamiques parmi les groupes Bektashi, et Alevi kimligi traite de l’identité alévie, de son contexte historique, légendaire et de ses positions politiques et sociales actuelles. Altan Gökalp s’est aussi particulièrement attaché à la culture, à la musique et à la littérature populaire, qui constituent les thématiques prépondérantes de sa bibliothèque.

Image issue d’un ouvrage du fonds Gökalp sur la lithographie. Ces illustrations sont utilisées dans des contes populaires. Ici, nous voyons deux images du conte d’Aşık Garip. Derman, Gül, Resimli taş baskısı halk hikâyeleri. Ankara : Atatürk Kültür, Dil ve Tarih Yüksek Kurumu, 1989 (référence BULAC)
Ouvrage important sur le poète populaire et âşık Karacaoğlan (le mot âşık désigne un barde errant inspiré par l’amour mystique, qui est à la fois poète, chanteur, compositeur et joueur de saz), qui illustre l’intérêt pour la culture populaire dans le don Gökalp. Cahit Öztelli, Karaca Oğlan : yaşamı ve bütün şiirleri. Istanbul: özgür Yayınları, 2005 (référence BULAC)
İlhan Arsel, Şeriat ve Kadın (référence BULAC)

Ses recherches englobent également l’analyse de la position des femmes au sein de la société turque, leur rôle dans le contexte de l’islam et les unions matrimoniales. Ce don complète les collections non seulement de traités scientifiques, mais également de romans populaires qui mettent en avant la femme érotisée au travers des illustrations. Ces écrits, dont l’auteur demeure parfois anonyme, ont été publiés en général dans les années 1970-1980 et ne sont plus réédités. Il est plausible que l’auteur les ait exploités dans le cadre de ses recherches sur les traditions du mariage, sur les femmes et sur le harem.

Brochures du don Gökalp
Illustration d’un mariage où « les femmes volent comme des anges avec la chanson de Karacaoğlan ». Fevzi Görgen, Karacaoğlan ile yayla güzeli, İstanbul : Sağlam Kitabevi, 1982 (référence BULAC)

L’engouement du chercheur pour la langue, la littérature et, par extension, pour la traduction, trouve son écho dans les dictionnaires consacrés aux proverbes et aux idiomes, aux ouvrages dédiés aux dialectes, ainsi qu’aux traductions d’inscriptions provenant de diverses langues turciques. Parmi ces ouvrages, figurent des publications significatives de Türk Dil Kurumu (1932, Institut de langue turque), notamment le Özleştirme kılavuzu. Ce dictionnaire se divise en deux parties : la première expose les équivalents étrangers des termes turcs employés, tandis que la seconde présente les équivalents turcs des mots étrangers sans accompagnement de définitions. Il s’avère être une ressource bibliographique précieuse pour les chercheurs s’intéressant à l’évolution de l’histoire de la langue turque depuis la réforme linguistique turque de 1928. L’édition de 1939 de la traduction turque du Divânu Lügati’t-Türk, (ديوان لغات الترك – Recueil des langues turques), l’une des sources les plus importantes du vieux turc, fait également partie du fonds. Il s’agit du plus ancien dictionnaire connu sur le turc, écrit en arabe et demeure l’ouvrage linguistique le plus significatif sur le turc écrit en Asie occidentale.

Türk Dil Kurumu, Özleştirme kılavuzu, Ankara : Türk dil kurumu yayınları (référence BULAC)


Citer ce billet
Mélissa Esen Quilcaille (2024, 9 avril). Le don Altan Gökalp. Le Carreau de la BULAC. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w6ti

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search