À propos des communautés coréennes d’Asie centrale et de Russie

Au lendemain de la signature de la Première convention de Pékin, signée le 24 octobre 1860 entre la Russie et la Chine, la Corée se trouva soudain nantie d’un nouveau voisin, l’empire russe. La Russie fonda, en ces terres lointaines, le Kraï du Primorié ou Province maritime, et le grand port oriental de Vladivostok. Ces terres peu peuplées et une politique russe favorable à un afflux de main-d’œuvre attirèrent de nombreux Coréens fuyant les famines récurrentes et l’oppression des propriétaires terriens dans les provinces montagneuses du nord de la péninsule, comme le Hamgyŏngdo. Dans la province maritime, les Coréens se lancèrent d’abord dans des métiers pénibles, se gagnant une réputation d’énergie et de travail. Selon les chiffres d’un recensement de 1914, 64 309 Coréens (parmi lesquels 20 109 étaient sujets russes) vivaient déjà dans la région, mais les clandestins étaient aussi très nombreux.

Kim Soon, La terre qui erre (référence BULAC)

Migrations

Deux vagues d’immigration témoignèrent encore des soubresauts politiques intervenus en Corée, entre 19071 et 19102, avec des réfugiés politiques et des maquisards fuyant les armées japonaises pendant le processus d’annexion de la Corée par le Japon. La Révolution russe de 1917 ne freina pas l’émigration, de nombreux réfugiés arrivant encore de Corée après la répression brutale par les Japonais du mouvement d’indépendance du 1er mars 1919. Des Coréens d’horizons divers participèrent à la Révolution russe et à la guerre civile, qu’ils soient ou non issus de l’immigration classique, avec des figures célèbres en Corée, comme par exemple Yi Wi-jong, fils du dernier ambassadeur de Corée auprès du Tsar3. Des maquisards coréens, d’obédience communiste, se réfugièrent aussi en URSS après avoir fui les armées japonaises, comme le fameux résistant Hong Pŏm-do4.

L’expansion japonaise et la création en 1932 du Manzhouguo, État-fantoche gouverné par l’armée japonaise, inquiéta Staline qui entama un processus de déportation des communautés coréennes de la Sibérie orientale, de peur qu’elles n’abritent des espions japonais. Les Coréens, pourtant pour la plupart citoyens soviétiques, furent alors installés dans les Républiques soviétiques d’Asie Centrale, comme le Kazakhstan et l’Ouzbékistan. Cette reconfiguration sociale et démographique s’explique aussi par un contexte régional lié au développement de l’agriculture extensive en Asie Centrale, à la collectivisation des terres et à la sédentarisation forcée des éleveurs nomades de la steppe centrasiatique. Les Coréens ont ensuite fait souche, s’adaptant à ce nouvel environnement, et se sont diffusés dans tout le territoire soviétique. De nos jours, on considère que leur population avoisine les 500 000 personnes, avec des communautés de 175 000 habitants en Ouzbékistan, 170 000 personnes en Russie, et 110 000 au Kazakhstan ; les autres républiques d’Asie centrale comptent pour certaines plusieurs milliers de Koryŏ-saram, comme les 18 000 qui vivent au Kirghizstan. Plusieurs milliers habitent aussi en Ukraine.

Recherches et études

Des journalistes et des chercheurs coréens sont partis, avant même 1991, à la recherche des indépendantistes réfugiés en Union soviétique dans les années 19205. Si quelques études sur les communautés coréennes d’Asie Centrale existaient déjà avant 1991, par exemple avec l’ouvrage pionnier de Kho Songmoo6, les recherches se sont bien développées depuis le début du XXIe siècle. Les chercheurs russes et sud-coréens ont étudié les aspects culturels, sociaux et linguistiques de ces communautés, aujourd’hui principalement réparties entre le Kazakhstan, l’Ouzbékistan et la Russie. L’intérêt pour leur culture d’origine de ceux qui se sont baptisés eux-mêmes Koryŏ-saram s’est manifesté dans leurs relations avec leur lointaine patrie, d’abord avec la République populaire de Corée (Nord), puis après 1991, avec la République de Corée (Sud).

L’étude de ces populations alimente non seulement une partie des études sud-coréennes sur les diasporas, mais est aussi devenue un outil diplomatique d’intensification des échanges culturels et économiques entre la Corée du Sud et les républiques d’Asie Centrale. Ceux qui se nomment eux-mêmes Koryŏ-saram ont développé une culture originale, par exemple dans le domaine culinaire, avec une cuisine russo-coréenne d’Asie centrale multipliant les adaptations et les fusions, qui présente désormais des plats totalement absents de Corée. Ils ont aussi donné des figures éminentes à la littérature locale, avec des auteurs tels qu’Anatoli Kim, écrivain, scénariste, dramaturge et traducteur7 qui s’est fait le transmetteur et le promoteur de la littérature ouzbèke, ou Iouli Kim8 poète et auteur-compositeur pour le théâtre et le cinéma. La BULAC conserve ainsi divers documents en coréen, russe et même français, qui témoignent de la diversité et de la continuité de ces recherches à la fois spécialisées et transverses.

Pour aller plus loin

  1. 1907 marque l’abdication forcée de l’Empereur de Corée et la dissolution de l’armée coréenne. Celle-ci rejoignit les maquis, et la guerre contre le Japon dura jusqu’en 1910. []
  2. En août 1910, au terme d’un processus commencé avec la guerre russo-japonaise, la Corée fut annexée au Japon. []
  3. Voir : Siberia ŭi pyŏl, Yi Wi-jong. Il est récemment devenu en Corée un héros de roman. Voir : Heigŭ ŭi wangja Wijong. []
  4. Voir : Pongo-dong, Chʻŏngsan-ni chŏntʻu ŭi yŏngung []
  5. Voir par exemple : Hangil tongnip undong ŭi palchach’wi. []
  6. Voir : Koreans in Soviet central Asia []
  7. Voir la liste : Œuvres d’Anatoli Kim []
  8. Voir les résultats de recherche sur Iouli Kim []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Laurent Quisefit (20 juin 2024). À propos des communautés coréennes d’Asie centrale et de Russie. Le Carreau de la BULAC. Consulté le 24 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11v1y


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search