[Exposition] Une archéologie du pavillon soviétique à l’Exposition universelle de 1937

Vue de l'exposition en cours de montage

Photographie : Maxime Ruscio (BULAC)

La Bulac et l’Inalco accueillent du 6 octobre au 5 novembre une exposition organisée en partenariat avec l’Institut national de recherche en archéologie préventive (INRAP). Elle est organisée autour de vestiges du pavillon soviétique de 1937 découverts en 2004 dans le Val d’Oise.

L’organisation de cette manifestation été l’occasion pour la BULAC de se pencher sur l’histoire de ses collections. Outre la présence de plusieurs brochures publiées à l’occasion de l’Exposition, on a pu identifier 500 ouvrages exposés dans le pavillon soviétique et offerts à l’issue de l’exposition. La liste peut désormais en être consultée sur le catalogue en ligne.

Ces livres étaient destinés à relayer l’idéologie soviétique, en pleine phase d’expansion du stalinisme, et à refléter des prouesses technologiques, artistiques, littéraires ou pédagogiques que le régime souhaitait mettre en scène. On trouve ainsi des ouvrages consacrés au développement économique du pays,  voire à la conquête spatiale, au marxisme-léninisme, à la guerre d’Espagne ainsi que les chefs d’œuvres de la littérature mondiale traduits dans les langues de l’URSS, les classiques de la littérature russe (au premier chef Pouchkine, dont 1937 marquait le centenaire de la mort) et aux nouveaux auteurs soviétiques. Les ouvrages des éditions Academia, rattachées à l’Académie des sciences, y sont représentés en nombre ; un catalogue d’apparat avait été publié pour l’occasion.

Il est probable que les titres offerts furent spécialement sélectionnés pour la bibliothèque de l’École des langues orientale : 40% des titres sont écrits dans une langue de l’URSS autre que le russe, le matériel pédagogique représente 20% de l’ensemble.

Ce dernier ensemble d’abécédaires et de manuels de différentes disciplines scolaires a un intérêt tout particulier : il représente un fond de 48 langues différentes de l’Union soviétique ou de pays voisins qui fixe l’apogée d’une politique de latinisation des langues non-russes.Cette dernière sera ensuite rapidement abandonnée au profit d’une translittération en cyrillique des langues des différentes nationalités ; cette collection documente ainsi un moment particulier dans l’histoire de la politique des langues en URSS. Sont présentés ci-dessous, à titre d’exemples, des abécédaires en kalmouk, en persan, en ouïgour et un livre de lecture pour adultes en carélien.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *