Au pays des merveilles du libre accès : la préparation d’un premier ouvrage chez Language Science Press #OAWeek

À l’occasion de la Semaine du libre accès, les collègues de la Bibliothèque universitaire des langues et civilisations m’ont invité à écrire ce billet pour présenter mon expérience en tant qu’auteur d’un ouvrage publié chez Language Science Press. Merci à eux de l’invitation !

Saviez-vous que l’intégralité des collections de livres électroniques de Language Science Press sera gratuitement disponible au téléchargement pendant toute la Semaine du libre accès ?

Et aussi la semaine suivante, et celle d’après, et les suivantes encore ! Car Language Science Press est une maison d’édition en libre accès.

Language Science Press est une sorte de coopérative de linguistes, dont l’objectif n’est pas de faire du profit pour rétribuer actionnaires et PDG, mais de publier des ouvrages de qualité en linguistique. L’équipe ne compte actuellement que deux salariés : tous les autres (responsables de collections, comités éditoriaux, évaluateurs, relecteurs…) sont bénévoles. Tout ça est raconté en grand détail sur le site internet de Language Science Press (doublé d’un blog) qui est aussi transparent que riche et détaillé. Au fond je n’ai rien à ajouter à toutes les informations fournies sur leur site, sauf pour indiquer que, d’après mon expérience, elles sont véridiques. Mais il en faudrait plus pour me retenir de raconter ma petite histoire, puisque me voilà parti pour ça ! Et cric, et crac…

En 2006, fraîchement recruté au laboratoire Langues et civilisations à tradition orale (LACITO) (lié à l’INALCO), je me suis rendu dans la plaine de Yongning, pour mener l’enquête au sujet de la langue qui y est parlée, parente de la langue naxi (sur laquelle j’avais enquêté en 2002 et 2004).

La plaine de Yongning, à la frontière entre Yunnan et Sichuan (sud-ouest de la Chine)

La plaine de Yongning, à la frontière entre Yunnan et Sichuan (sud-ouest de la Chine)

Au fil des semaines et des mois, il est apparu que la complexité de ce système linguistique appelait une description sous forme d’ouvrage : impossible, en une série d’articles de quelques dizaines de pages, de rendre justice à un système morpho-tonologique d’une telle richesse. J’étais donc résolu à écrire une monographie au sujet de cette langue, ou plutôt une trilogie dans les règles de l’art : une monographie (sorte de grammaire de la langue), un dictionnaire, et un recueil de textes.

Où publier ?

Pour la publication du recueil de textes, la solution était toute trouvée : ce serait une publication sous forme exclusivement électronique, dans la Collection Pangloss, archive ouverte d’enregistrements audio et vidéo de langues rares et en danger. Cette collection, qui est à mes yeux le fleuron du laboratoire LACITO, alimente un dispositif d’archivage pérenne, de sorte que les documents sont non seulement disponibles pour moi (et pour toute autre personne intéressée) sur Internet, mais ont toutes chances d’être encore en ligne dans bien des décennies, comme il convient à des documents qui n’ont pas de date de péremption et constituent des témoignages irremplaçables au sujet de sociétés en danger.1 C’est d’ailleurs par le biais de cette collection, et du réservoir de données CoCoON qui l’abrite, qu’a commencé (c. 1997) mon éducation aux problématiques du libre accès aux données et résultats de la recherche.

Pour la monographie, en revanche, que choisir ? Soucieux de sertir mon premier livre dans le plus bel écrin éditorial possible, j’ai d’abord pensé à la maison d’édition De Gruyter Mouton, qui a sa réputation parmi les linguistes et bien au-delà. Et je me suis mis en devoir de mettre de l’argent de côté en vue de la publication, car si on souhaite que le fichier PDF soit librement disponible pour les lecteurs, l’auteur (ou son institution-mère) doit payer. Les coûts varient, mais sont à l’heure actuelle de l’ordre de dix mille euros. C’est la moitié du budget annuel de certains laboratoires CNRS ; c’est plus que le budget annuel des équipes d’accueil que je connais. Pour moi ça représentait quatre mois et demi de salaire.

C’est dans ce contexte que j’ai appris la création de Language Science Press. Ce projet éditorial aux accents utopiques était un véritable émerveillement. J’ai contacté le directeur de la collection où il me semblait que mon livre pourrait avoir sa place : Studies in Diversity Linguistics. Il m’a encouragé à soumettre le manuscrit après achèvement. Et en avant la musique !

Mise en page avec LaTeX : un gros morceau, même si on se fait aider

Un gros morceau, dans la préparation d’un ouvrage chez Language Science Press, consiste à apprendre la typographie avec LaTeX. Le résumé fourni par l’un des fondateurs de Language Science Press est le suivant :

Tweet de Martin Haspelmath , fondateur de Language Science Press

De Gruyter Open : les auteurs paient 10 000€ pour un livre en libre accès. Language Science Press : ils se chargent eux-mêmes de LaTeX.

Je me suis fait aider par une spécialiste recommandée par le coordinateur technique de Language Science Press. Elle y a consacré 80 heures de travail de novembre 2015 à février 2016. Mon laboratoire (LACITO) a couvert un peu plus de la moitié de sa rétribution. Ainsi « démarré », j’ai pu, avec l’aide constamment disponible du coordinateur technique de Language Science Press et de collègues qui aiment LaTeX (Guillaume Jacques et Thomas Pellard), me débrouiller dans LaTeX, et parvenir à l’objectif : construire un ouvrage qui donne corps à tous mes voeux en matière typographique, sans rien en rabattre. Références bibliographiques multilingues (par exemple, pour les travaux en chinois, je souhaitais avoir : le titre en caractères chinois, la romanisation du titre, une traduction du titre, les noms dans l’ordre usuel en Chine…), exemples avec gloses interlinéaires dans les règles de l’art… Chacun peut se faire une idée en consultant l’ouvrage (pour rappel, le PDF est à portée de clic, ici) ; et chacun peut également reprendre le code source de telle ou telle innovation qui lui paraît être une réussite (tout est librement disponible via GitHub).

Un point important à retenir c’est qu’il est souhaitable d’adopter LaTeX le plus tôt possible dans la préparation du manuscrit. Confier la conversion en LaTeX à un tiers ne me paraît pas faisable : convertir en LaTeX un ouvrage de centaines de pages est un travail de Romain, qui nécessitera, pour chaque tableau, pour chaque exemple au format particulier, de longs échanges et allers-retours avec l’auteur.

J’ai soumis mon manuscrit, déjà mis en forme selon le format de Language Science Press, le 1er juin 2016.

Évaluation par les pairs : elle a des chances d’être mieux faite qu’ailleurs

Le 21 octobre 2016, le responsable de collection m’a indiqué qu’il avait reçu deux évaluations de mon manuscrit, et avait décidé de l’accepter pour publication sans attendre le troisième rapport (lequel m’a été transmis quelque temps après). Selon l’usage, la liberté de parole des évaluateurs est protégée par l’anonymat. Language Science Press a toutes sortes d’idées pour d’autres systèmes, par exemple une « évaluation ouverte » (mon livre a été le premier à être offert à la sagacité du public en tant qu’objet de « Open review« , à Noël dernier) ; pour l’heure ça reste expérimental et la décision du responsable de collection s’appuie essentiellement sur l’avis des relecteurs anonymes. Mais Language Science Press n’en est pas moins innovant jusque dans cette facette en apparence traditionnelle du travail éditorial.

La même tâche bénévole de relecture a en effet un sens différent selon le commanditaire. Travailler, entre bénévoles, pour une coopérative de linguistes, sans but lucratif, c’est autre chose que de travailler pour une maison d’édition qui vend fort cher ses livres pour rétribuer ses actionnaires et financer des activités de lobbying destinées à perpétuer la situation dominante dont elle abuse. (L’ambiance de Language Science Press me rappelle celle de la coopérative d’électricité Enercoop, Société Coopérative d’Intérêt Collectif dont je suis sociétaire et prosélyte depuis les débuts… mais c’est une autre histoire !)

Je connais l’exemple d’un.e collègue qui a rédigé, à la demande d’un éditeur commercial, un rapport fort clair pour indiquer qu’un manuscrit ne devait pas être publié en l’état, et devait impérativement être remanié en profondeur pour remédier à des problèmes de méthode qui paraissaient graves. L’ouvrage est paru peu après, sans les modifications demandées. L’expert.e qui avait consacré du temps à rédiger ce rapport a modérément apprécié qu’il n’ait (semble-t-il) été utilisé que pour la forme, histoire de dire qu’il y avait bien eu « évaluation anonyme par des pairs ». Ma conviction (toute personnelle) est qu’un responsable de collection au sein d’une maison d’édition comme Language Science Press, qui n’a pas de rentrées d’argent à l’occasion de la parution d’un ouvrage, sera moins impatient de voir aboutir le processus éditorial, et plus susceptible de prendre au sérieux l’avis des relecteurs et de renvoyer la balle dans le camp de l’auteur pour l’amélioration de l’ouvrage quand ça paraît s’imposer.

Pour moi, les commentaires étaient exactement ce dont j’avais besoin : le regard extérieur de collègues qui ne connaissaient pas la langue en question, qui ont fait l’effort de tout lire et d’essayer d’assimiler ce système dans toute la mesure du possible, et qui ont décrit par le menu leurs réflexions. Cela m’a permis de remettre l’ouvrage sur le métier en sachant dans quelle direction aller. J’y ai à nouveau travaillé d’arrache-pied pendant trois mois.

Relecture d’épreuves par des volontaires : seize paires d’yeux de lynx

Une fois l’ouvrage finalisé par l’auteur, il est relu par des volontaires. Le 14 février 2017, tous les volontaires inscrits auprès de Language Science Press se sont vu offrir un chapitre (ou plus) à relire. J’avais essayé de mobiliser « mon réseau » pour relire le PDF avant parution, mais sans aucun succès. Je m’adressais pourtant aux collègues dont je me disais qu’ils constituaient l’essentiel du lectorat de l’ouvrage. Mais ma demande est tombée comme un cheveu sur la soupe. Tandis que les volontaires de Language Science Press ont d’autres motivations. Seize personnes ont participé. Des outils éditoriaux en ligne extraordinairement commodes ont été mis en place ; tout est décrit sur le site de Language Science Press. Allez voir, et mieux encore, essayez !

J’ai revu le texte pour tenir compte des observations et commentaires des relecteurs, et le 19 avril 2017, la balle est repassée dans le camp du coordinateur technique de Language Science Press, qui a finalisé la mise en page (en concertation avec moi). Le 26 avril, l’ouvrage était mis en ligne. Dans les semaines qui ont suivi, la version papier (brochée ou reliée) était disponible à la vente, et je recevais des exemplaires auteur, à prix coûtant. L’ouvrage a rapidement recueilli des commentaires élogieux, rassemblés sur la page de l’éditeur. Une recension vient de paraître dans une revue de linguistique spécialisée dans le domaine, le Journal of the Southeast Asian Linguistics Society. Et tout est pour le mieux !

Le 26 avril 2017, Alice Michaud, 7 ans, apprend « la naissance de son petit frère mis en page », selon le mot d’Alex François.

 

Que dirait l’avocat du diable, s’il était bien payé ?

Que d’utopies, que d’euphorie et que d’emphase ! N’y aurait-il pas un revers à la médaille ? Tant qu’à jouer le jeu de la Science Ouverte, j’endosse volontiers la livrée de l’avocat du diable.

Premier thème du pilpoul : les langues. Language Science Press publie déjà en anglais, allemand, français, portugais, chinois… Mais certaines collections n’acceptent les soumissions qu’en anglais. Par exemple, Martin Haspelmath, directeur de la collection Studies in Diversity Linguistics, tient à ce que sa collection soit reconnue pour la haute qualité des travaux qu’elle accueille, or il relève que pour certains collègues (y compris, dit-il, des collègues français), publier en anglais est un élément de prestige. Dommage pour les linguistes de France (et d’ailleurs) qui souhaitent exprimer leurs intuitions dans leur langue maternelle. Mais c’est ça la bibliodiversité : Language Science Press n’a pas vocation à devenir l’unique maison d’édition pour linguistes, et ne répond pas à tous les besoins. En revanche, cette maison d’édition constitue un beau modèle pour qui veut fonder et animer une nouvelle collection d’ouvrages de sciences du langage. Par exemple chez… notre OpenEdition Books national, dont le nom anglais ne dément certes pas l’observation de Martin Haspelmath !

Autre sujet de discussion : est-ce que cette maison d’édition est vraiment aussi innovante qu’elle le paraît ? Les ouvrages sont composés selon des règles typographiques classiques : pages numérotées, taille de page fixe, feuille de style précise et que l’équipe éditoriale souhaite voir respectée par tous les auteurs… Le principal mode de diffusion des livres est électronique (format PDF), mais le saut vers le tout-électronique n’est pas franchi dans le sens où ça reste des objets éditoriaux traditionnels, linéaires. Je dois dire que cet aspect m’a surpris au premier abord : les ouvrages ont un côté classique de « beaux livres ». Je m’attendais à un système éditorial dans lequel le lecteur choisirait le format, comme pour une page qu’on lit sur Internet. Il reste beaucoup à faire pour aller vers les grammaires connectées, pour une navigation fluide entre dictionnaires, textes et analyses. Disons que Language Science Press prépare la transition vers de nouveaux modèles de publication, sans multiplier d’emblée les ruptures fracassantes. Avoir des exemplaires papier tout à fait corrects, cela contribue à rassurer les amateurs de beaux livres scientifiques qu’inquiéteraient des innovations trop révolutionnaires à leur goût.

Le mot de la fin ? Engagez-vous !

Si toutes les qualités de Language Science Press vous séduisent, engagez-vous à votre tour ! Comme lecteur, comme auteur, comme relecteur, comme évaluateur, comme typographe LaTeX… Et faites passer le mot à la bibliothèque de l’Université dont vous dépendez, pour un soutien financier pour la pérennisation des activités de Language Science Press !

  1. Au sujet des bouleversements que connaissent les sociétés de la région, voir un billet qui explique l’évolution rapide des pratiques religieuses en quelques décennies chez une ethnie voisine des Na. []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Deux commentaires:

    – vous pouvez vous joindre à la communauté Language Science Press à http://langsci-press.org/user/register

    – pour nos expériences avec d’autres formats que pdf, voir http://userblogs.fu-berlin.de/langsci-press/2016/05/20/books-in-epub-html-and-xml-formats/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *