Aux origines du fonds russe de la BULAC : le don ultime du mystérieux M. Stchoukine. Partie 1

Prologue

« Le 15 janvier 1908, à 11 heures du matin, M. Champion, 49 ans, concierge du 91, avenue de Wagram et M. Bonin, 50 ans, valet de chambre, voyant que M. Stchoukine1 ne sortait pas de sa chambre, y pénétrèrent, trouvant celui-ci mort, le haut du corps sur son lit, jambes en dehors. Mandé par M. Bonin le Dr. Quennec (…) ne put que constater le décès. M. Stchoukine avait reçu du monde chez lui hier, avait dîné avec des amis dans un restaurant, quitta celui-ci à 10 h 1/2 et se rendit chez lui. »2

Le rapport médico-légal du Dr. Tissier conclut au suicide par empoisonnement. Ainsi se terminait la vie d’Ivan Ivanovitch Stchoukine (en russe : Иван Иванович Щукин), homme de lettres, sujet russe et donateur de la Bibliothèque de l’École des langues orientales vivantes, et aussi frère de Serge, dont la célèbre collection a donné lieu à une exposition à la Fondation Vuitton en 2016-2017.

Cette mort subite et incompréhensible bouleversa le cercle étroit de la communauté russe à Paris. « Mardi encore, – rapporte alors la presse – il a tenu son salon habituel. Il jouissait du respect unanime des membres de la colonie russe. Le défunt disait souvent qu’il pressentait sa fin approcher. Il a laissé une riche bibliothèque et une galerie des tableaux. »3

Les débuts

ortrait d’Ivan Stchoukine par Ignacio Zuloaga

Portrait d’Ivan Stchoukine par Ignacio Zuloaga (1899)

L’enfance d’Ivan pourrait être narrée comme un conte : il était une fois un riche négociant moscovite dénommé Ivan Vassilievitch Stchoukine. Il vendait des tissus, des draps, des cotons et des brocards entre la Russie et des pays lointains… Outre quatre filles, il eut six fils : Nikolaï collectionne l’argenterie et des tableaux ; Pierre, les antiquités russes ; Serge, les impressionnistes, Matisse et Picasso ; Dimitri, les maîtres français ; Vladimir, de santé délicate, collectionne les maux, et le cadet, Ivan Ivanovitch, les tableaux, les livres et les femmes. Ce dernier fait ses études dans un lycée prestigieux et les poursuit à la faculté juridique de l’Université de Moscou. Grand lecteur en russe, en français et en allemand, il étonne ses camarades par son éloquence et ses opinions tranchées. Il aime l’art et suit des cours pour adultes dans une école privée. Ses tableaux sont audacieux ; mais que dire de ce ciel rouge ? Son professeur le soupçonnait d’être daltonien…

La vie parisienne

91, avenue de Wagram, 75016 (Photographie de l’auteur). « Jean de Wagram » y occupait tout l’étage bas entouré d’un balcon.

On sait qu’Ivan Stchoukine est venu à Paris avec son frère souffrant, Vladimir, lequel meurt en 1895. Ivan ne retournera en Russie que pour l’enterrer. Il écrit : « J’ai perdu l’habitude de ces conditions de vie… En quittant la Russie dès que possible, j’ai ressenti égoïstement un soulagement et une certaine satisfaction »4. En rentrant en France, il collabore à des journaux russes et compile ses propres articles dans un ouvrage intitulé Les aquarelles parisiennes publié deux fois à compte d’auteur pour ses amis5. Il en offre des exemplaires dédicacées à Paul Boyer, initiateur de la chaire de russe inaugurée en 1891 à l’École des langues orientales vivantes (Langues’O), conservés dans les collections de la BULAC.

Répétiteur de russe dans cette école à partir de 1895, puis chargé de cours à l’Université Nouvelle de Bruxelles, il est nommé professeur d’histoire des religions à l’École russe des hautes études sociales à Paris (1900-1906). Ivan est apprécié de ses collègues et de ses élèves. C’est un dandy, svelte, élégant, érudit, amateur de dames qui le lui rendent bien. Il est doté d’un esprit caustique qui fait rire plus d’une fois pendant ses cours ou lors des causeries hebdomadaires qu’il organise à son domicile avenue de Wagram. On y croise des spécialistes de l’histoire et de la culture russes, des artistes français, des émigrés ou des touristes russes de passage à Paris, tels que Anton Tchékhov, Dimitri Merejkovsky, Nicolas Goumilev… Ses invités ont tout le loisir d’emprunter les livres qui tapissent les murs de son appartement, certains étudiants en témoigneront plus tard : « Le maître des lieux les prenait et les donnait en silence, comme s’il savait qu’il est superflu ou inutile de dire : « Rendez-les quand même » »6. En 1907, Ivan Stchoukine offre une grande partie de ses livres à la bibliothèque de l’École des langues orientales vivantes. En remerciement, il est promu chevalier de l’Ordre de la Légion d’honneur.

Amasser et disperser

Avant 1900, des tableaux impressionnistes décorent les murs du vaste appartement d’Ivan, mais, très rapidement, la peinture moderne l’ennuie et il se tourne vers ce qu’il appelle « le divin », l’art des vieux maîtres espagnols. À l’été 1905, il accompagne Auguste Rodin et le peintre Ignacio Zuloaga lors de leur voyage en Espagne. Il en rapporte plusieurs tableaux attribués à Goya, à Zurbaran et au Greco. Ivan demeure un intermédiaire efficace entre les riches collectionneurs russes et les peintres français. Devient-il d’ailleurs collectionneur à son tour, ou veut-il se faire marchand d’art ? Mais en avril 1907, il se sépare de sa collection de maîtres anciens. Contre toute attente, la vente se déroule à Berlin, où les musées allemands mènent une politique d’acquisitions soutenue. Mais la rumeur arrive jusqu’à Paris : ce serait un fiasco, les spécialistes parlent d’un nombre important de faux…

En 1908, à l’occasion du nouvel an russe (fêté alors le 14 janvier), Stchoukine réunit son cercle d’amis. En fin de soirée, à la surprise générale, il propose à ces derniers de leur donner ou d’acheter pour une somme modique ses tableaux espagnols qui couvrent alors les murs de son appartement… Le lendemain matin, son valet de chambre et le concierge doivent fracturer la porte de sa chambre et trouvent derrière elle le corps de Stchoukine sans vie.

L’héritage

L’inventaire après décès dévoile le revers de cette vie flamboyante : 26,50 francs trouvés chez le défunt et plus de 130 000 francs de dettes ! Dont près de 8 856,45 francs dus à des libraires à Paris et à Munich et 30 000 francs en 5 billets souscrits au profit d’une certaine une certaine Hélène Richter… Ses amis, comme l’historien d’art Igor Grabar, n’ignoraient nullement les causes de la plupart des difficultés d’Ivan, « …qui aimait la vie et ses joies et savait les savourer. Mais Paris nécessite de l’argent. Stchoukine a pris une parisienne (chère) à qui il fallait meubler l’appartement, qui voulait des nouvelles robes chaque semaine, et exclusivement de chez Worth, chez Doucet ou chez Paquin, et les pierreries, les pierreries sans fin… »7. Les deux derniers trimestres de son loyer annuel de 5 300 francs sont restés impayés. Ainsi, Ivan évita de justesse le déshonneur d’une expulsion de sa demeure qui lui avait valu le surnom de Jean de Wagram.

Mir iskusstva (Мир искусства). Le journal Le Monde de l’art provenant de la collection I. Stchoukine.

Mir iskusstva (Мир искусства). Le journal Le Monde de l’art provenant de la collection I. Stchoukine. Photographie de l’auteur

La Convention franco-russe de 1874 imposant que les successions des expatriés soient gérées par leur consulat respectif, les biens et les collections d’Ivan Stchoukine sont vendus pour éponger ses dettes. Grégoire, le neveu d’Ivan, ancien élève de l’Université de Dijon, est diligenté à Paris, afin d’assister au règlement de la succession. Mais que deviendra ce « fonds de bibliothèque russe dont on ne trouve l’équivalent dans aucune des bibliothèques publiques de l’Europe » ? (comme le mentionnait dans son dossier pour l’attribution de la Légion d’honneur)8.

L’acquisition par don

Au printemps 1908, le nouvel administrateur de l’École des langues orientales vivantes, Paul Boyer, écrit à Moscou aux frères d’Ivan : « De son vivant, Ivan Ivanovitch Stchoukine a fait un don d’une partie considérable de sa collection d’ouvrages russes, conservés [actuellement] dans une armoire spécialement dédiée. En novembre, les livres russes [la partie restante] seront vendus. Êtes-vous d’accord pour de me mandater afin de les acquérir en votre nom pour en faire don à la Bibliothèque de l’Institut des langues orientales ? Je commanderai soit à Paris, soit à Leipzig un ex-libris à votre nom qui, comme vous l’avez souhaité, sera opposé sur chacun des volumes. La totalité pourrait se vendre entre 5 et 10 mille francs. Comme vous le savez, notre pays a trouvé le moyen de distinguer Ivan Ivanovitch pour ses mérites, il devrait en être de même pour vous. »9

Ex-libris de Grégoire Stchoukine

Ex-libris de Grégoire Stchoukine. Photographie de l’auteur

Lors de l’assemblée des professeurs, le 12 mai 1908, Paul Boyer, triomphant, annonce que « M. Pierre Stchoukine a l’intention d’offrir à l’École une importante partie de la bibliothèque laissée par son frère »10. Or la procédure de liquidation des biens et la vente de ces derniers ne peuvent être stoppées !

Le 24 novembre 1908, lors de la vente aux enchères, Paul Boyer est assis au premier rang et achète, pour environ 7 900 francs, la plupart des livres russes de la bibliothèque Stchoukine11. Il sait que le 27 novembre il recevra de Grégoire Stchoukine les 10 000 francs promis destinés à couvrir cette dépense. C’est ainsi que ces livres intègrent, en qualité de « don de Grégoire Stchoukine », la Bibliothèque de l’École des langues orientales vivantes.


 Bibliographie (par ordre chronologique)

  • Catalogue des tableaux modernes, pastels et dessins par Carrière, Cézanne, Daumier… [et al.] : collection d’un amateur [Stchoukine], commissaire-priseur Me G. Duchesne, experts MM. Bernheim jeune et fils, [S.l.], [s.n.], [1900]. (Consultable sur Gallica)
  • Katalog der Sammlung Iwan Stchoukine Paris : Gemälde alter Meister ; Versteigerung in Berlin im Kunstsalon Keller & Reiner, unter Leitung des Hofkunsthändlers Mertin Keller. [Berlin], 1907. (Consultable sur le site de la bibliothèque de l’université d’Heidelberg)
  • Catalogue de tableaux anciens et sculptures par ou attribués à Goya, Greco (El), Loo (Van)… [ et al.] composant la collection de M. J. Stchoukine…Me E. Boudin, M. Henri Haro, M. Léman [Paris], [s.n.], [1908]. (Consultable sur Gallica)
  • Catalogue de la bibliothèque de feu M. Ivan Stchoukine,…, Livres allemands, français et russes, Paris, Jules Maynial, 1908. (Consultable sur Gallica)
  • A. Demskaâ, N. Semenova, U Ŝukina na Znamenke, Moskva, Bank Stoličnyj, 1993, p. 23-33, 63-76 (en russe).
  • N. Semenova, A. Delocque (adaptation française), Chtchoukine, le patron de l’art moderne, Paris, la Collection Chtchoukine, 2016, p. 87-101, 199-207.
  • A.N. Ašešova, « Novoe o biografii I. I. Ŝukina (1869—1908) po materialam francuzskih arhivov », Istoričeskie Botkinskie čteniâ, Vyp. I, Saint-Pétersbourg, SPbGMISR, 2017, p. 163-173.

Portrait d’Ivan Stchoukine par Ignacio Zuloaga (1899) : Musée de l’Ermitage. Reproduit d’après la publication du Monde illustré, 1903, n° 15, p. 16.

Image de couverture : Ouvrages du don Ivan et Grégoire Stchoukine à la BULAC (photographie de l’auteur)

  1. Translittération utilisée par Stchoukine lui-même []
  2. Main courante du Commissariat de police La Plaine-Monceau. Archives de la Préfecture de Police de Paris, CB/66/art.15, le 15 janvier 1908 []
  3. Russkoe slovo, le 4/17 janvier 1908 []
  4. I. Stchoukine, Parižskie akvareli (žanr i pejzaž), Paris, G. Morin, 1897, p. 28 []
  5. Parižskie akvareli, Fasc. 1-2, Paris, G. Morin, 1897 et Saint-Pétersbourg, A. Suvorin, 1901 []
  6. Polâkov-Litovcev S., « Staryj russkij Pariž », Poslednie novosti, le 30 juillet 1935, p. 2 []
  7. I. Grabarʹ,  Moâ žiznʹ. Avtomonografiâ, Moscou-Leningrad, Iskusstvo, 1937, p. 43-44 []
  8. Archives nationales, LH/2548/6 : Stchoukine Ivan. Consultable en ligne. []
  9. Lettre de P. Boyer à Pierre (Grégoire?) Stchoukine. Archives du Musée historique de Moscou, fonds 265. Cité d’après :A. Demskaâ, N. Semenova, U Ŝukina na Znamenke, Moscou, Bank Stoličnyj, 1993, p. 64 []
  10. Fonds de l’École nationale des langues orientales vivantes – dossiers Paul BoyerMinute du Procès verbal de l’assemblée des Professeurs du 12 mai 1908. Archives nationales, AJ/62/5 []
  11. Minutes et dossier du Me E. Boudin, commissaire-priseur, 1908, vente n° 813. Archives de Paris, D5E3/58 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.