Cindy, étudiante fidèle à la BULAC

Qui sont les usagers de la BULAC et quels sont les services qu’ils utilisent ?

Photographie : Gaia Musi

Photographie : Gaia Musi

C’est la question que se sont posée les étudiants de magistère 1 de la filière Communication et formation interculturelles (CFI) de l’Inalco dans le cadre d’un projet de médiation culturelle Inalco/BULAC. Fruit d’une collaboration entre leur enseignante Éva Sandri (maîtresse de conférences en sciences de l’information et de la communication, filière CFI) et le pôle Médiation de la BULAC, ce projet visait à donner une application concrète à leur cours d’écriture journalistique.

Invités à réaliser des portraits de lecteurs, les étudiants ont découvert des facettes de la bibliothèque qu’ils n’imaginaient pas malgré leur familiarité avec le lieu : les missions et les publics variés de la BULAC, son programme d’actions de médiation culturelle et de communication… Une fois familiarisés avec les techniques de l’interview et de la communication web, ils sont partis à la rencontre des lecteurs, au hasard de la salle de lecture, pour les questionner sur leurs habitudes à la BULAC. Enregistreur à la main, ils ont rencontré des usagers aux profils variés et aux goûts éclectiques et ont réalisé trois portraits sous forme d’interviews.

Éva Sandri, maîtresse de conférences en sciences de l’information et de la communication, filière CFI :

Ce projet a été pour les étudiants une façon de s’interroger sur leurs propres usages des bibliothèques universitaires et d’en interroger les différentes facettes. Lieu silencieux propice à la concentration ou espace convivial de travail en groupe ? La bibliothèque elle-elle investie comme un espace de travail où passer la journée, ou bien simplement comme un lieu de passage pour l’emprunt d’ouvrages ? Comment les activités culturelles sont-elles identifiées et perçues ?

La publication des trois portraits sur le Carreau de la BULAC constitue l’aboutissement de ce projet. Suivez les étudiants de CFI et partez à la rencontre de Cindy, Satyanad et Malyam, lectrices et lecteurs de la bibliothèque !


Alexia Rachinel et Céline Pirès ont interviewé Cindy, étudiante en master à l’EHESS. Découvrez ci-dessous le portrait de cette fidèle lectrice.

Photographie : Céline Pires

Photographie : Céline Pires

Attablée au fond de la BULAC, ordinateur et agenda sortis, Cindy rédige son mémoire. Cindy est une ancienne étudiante de l’Inalco en Langue, lettre et civilisation chinoise (LLCER chinois), et en Communication et formation interculturelles (CFI), actuellement en master 2 à l’EHESS. Sa passion pour son mémoire frappe au premier abord. Un grand sourire aux lèvres, elle nous livre à cœur ouvert son sujet de recherche en anthropologie et sociolinguistique : « les transmissions et pratiques des langues chez les Français d’origine chinoise dont les familles sont originaires d’Asie du Sud-Est (Cambodge, Vietnam et Laos). » Son choix de la BULAC est tout simple : c’est « le lieu parfait pour trouver beaucoup de ressources sur ces zones d’études » et « le fait de pouvoir réserver des carrels de travail en tant que masterant ou doctorant est un gros avantage. »

Photographie : Céline Pires

Photographie : Céline Pires

Ses études à l’Inalco l’ont rendue usagère régulière de la BULAC. Ses visites sont diverses : elle peut aussi bien venir pour une journée de travail intensive hors de chez elle, que pour emprunter des livres, ou tout simplement si elle est dans le quartier et qu’elle a besoin d’un petit coin chaud en attendant d’aller à un rendez-vous.

Tapotant son stylo contre la table avec légèreté, son regard se perd dans cette salle où il fait bon étudier : « l’environnement est vraiment agréable, c’est propre, spacieux, cosy, bien équipé et bien éclairé. » En riant, Cindy avoue tout simplement utiliser principalement les tables, même si les ordinateurs sont très utiles, à cause de l’absence de WIFI, ainsi que les imprimantes. Grande fidèle de cette bibliothèque, Cindy a essayé d’autres bibliothèques au cours de ses années d’études, mais aucune de celles qu’elle a fréquentées ne valait la BULAC. C’est avec un grand sourire aux lèvres qu’elle s’écrit alors : « Vive la BULAC ! »

Photographie : Alexia Rachinel

Photographie : Alexia Rachinel

Nous sommes intriguées par les livres posés sur la table. Cindy attrape d’abord Trois mille ans de peinture chinoise, un ouvrage collectif dirigé par Xing Yan. Elle trouve cet ouvrage « agréable à lire et bien fourni. » Elle l’a utilisé comme référence pendant deux ans au cours de sa licence, dans le but de préparer ses dossiers en histoire de l’art chinois.

Le deuxième ouvrage se trouve dans son sac, qui contient également une bouteille d’eau, son ordinateur portable, son chargeur, des boules quies, des livres pour travailler son mémoire, des petits trucs à grignoter à la pause : ses indispensables pour se rendre à la BULAC. Ce second choix est plus personnel. Il s’agit d’un ouvrage d’anthropologie, Le choc des mondes : les amateurs de boxe thaïlandaise en France de Catherine Choron-Baix, trouvé par hasard sur les étagères remplies d’ouvrages, dont certains créent la surprise et permettent « la découverte de sujets variés. » Cindy l’emporte souvent avec elle pour le lire dans les transports. Car si certains documents de la BULAC rares et anciens sont uniquement consultables sur place, de nombreux ouvrages sont empruntables, ce qui donne la possibilité de lire ses petites trouvailles où que l’on se trouve.

Le troisième et dernier livre, L’alimentation des Laotiens. Cuisine, recettes et traditions au Laos et en France de Florence Strigler, est le préféré de Cindy, puisqu’il l’a aidée à trouver son sujet de mémoire.

Photographie : Alexia Rachinel

Photographie : Alexia Rachinel

Cindy partage ensuite avec nous son ressenti de lectrice de la BULAC, lieu qu’elle fréquente depuis maintenant cinq ans, pour ses études et pour la détente. À travers ces quelques mots, elle nous livre une petite part d’elle-même : « La BULAC représente une part de mes meilleures années d’étudiante. » L’ancienne étudiante en Chinois a choisi de retranscrire son message dans cette langue :

在Bulac学习的日子是我在学习生涯中一段非常美好的时光.

Fidèle à cette bibliothèque depuis des années, Cindy exprime une perception commune à beaucoup d’étudiants : la BULAC est un lieu d’étude utile, riche en ouvrages, permettant de faire des ponts entre différents domaines universitaires.

Photographie : Céline Pires

Photographie : Céline Pires

Par Alexia RACHINEL et Céline PIRES, étudiantes de la filière CFI


Paroles des acteurs de ce projet de médiation culturelle Inalco/BULAC :

Céline Pirès, étudiante de la filière CFI :

Avant, je pensais comme beaucoup que la BULAC était affiliée à l’Inalco et j’étais frustrée de ne pas avoir de place. Grâce à ce projet, j’ai découvert que la BULAC est une bibliothèque ouverte à tous et qu’elle dessert une dizaine d’établissements partenaires.

Gaia Musi, étudiante de la filière CFI :

Quand j’étais en licence, pour moi, la BULAC, c’était un lieu pour réviser et pour travailler les caractères chinois. En master, je l’ai vue différemment, comme une réserve de petits trésors pour la recherche. Avec ce projet, j’ai pu découvrir l’activité de médiation culturelle de la BULAC ainsi que la palette de services proposés aux différents publics. J’ai notamment été fascinée par la bibliothèque de nuit.

Carla Zarcone, étudiante de la filière CFI :

La BULAC, je pensais trop la connaître. J’ai été très intéressée par la présentation de l’organigramme, qui m’a permis de découvrir la variété des profils au sein de l’établissement : chargés de collections, équipe formation et action culturelle, chargée de la communication institutionnelle… Ce projet est une vraie chance qui nous a été offerte, j’ai beaucoup apprécié de me mettre dans la peau d’un journaliste.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.