La BULAC de Satyanad Kichenassamy, à la croisée des langues

Qui sont les usagers de la BULAC et quels sont les services qu’ils utilisent ?

Photographie : Gaia Musi

Photographie : Gaia Musi

C’est la question que se sont posée les étudiants de magistère 1 de la filière Communication et formation interculturelles (CFI) de l’Inalco dans le cadre d’un projet de médiation culturelle Inalco/BULAC. Fruit d’une collaboration entre leur enseignante Éva Sandri (maîtresse de conférences en sciences de l’information et de la communication, filière CFI) et le pôle Médiation de la BULAC, ce projet visait à donner une application concrète à leur cours d’écriture journalistique.

Invités à réaliser des portraits de lecteurs, les étudiants ont découvert des facettes de la bibliothèque qu’ils n’imaginaient pas malgré leur familiarité avec le lieu : les missions et les publics variés de la BULAC, son programme d’actions de médiation culturelle et de communication.. Une fois familiarisés avec les techniques de l’interview et de la communication web, ils sont partis à la rencontre des lecteurs, au hasard de la salle de lecture, pour les questionner sur leurs habitudes à la BULAC. Enregistreur à la main, ils ont rencontré des usagers aux profils variés et aux goûts éclectiques et ont réalisé trois portraits sous forme d’interviews.

Éva Sandri, maîtresse de conférences en sciences de l’information et de la communication, filière CFI :

Ce projet a été pour les étudiants une façon de s’interroger sur leurs propres usages des bibliothèques universitaires et d’en interroger les différentes facettes. Lieu silencieux propice à la concentration ou espace convivial de travail en groupe ? La bibliothèque elle-elle investie comme un espace de travail où passer la journée, ou bien simplement comme un lieu de passage pour l’emprunt d’ouvrages ? Comment les activités culturelles sont-elles identifiées et perçues ?

La publication des trois portraits sur le Carreau de la BULAC constitue l’aboutissement de ce projet. Suivez les étudiants de CFI et partez à la rencontre de Cindy, Satyanad et Malyam, lectrices et lecteurs de la bibliothèque !


Gaia Musi, Carla Zarcone et Nastasia Rae ont interviewé Satyanad Kichenassamy, enseignant-chercheur en mathématiques. Découvrez ci-dessous le portrait de ce lecteur atypique.

Photographie : Gaia Musi

Photographie : Gaia Musi

Nous avons rencontré Monsieur Kichenassamy en menant une petite enquête au rez-de-jardin de la BULAC. Après un repérage de l’étage, notre « quête au chercheur » ne portant pas ses fruits, nous décidons de demander de l’aide au personnel qui s’occupe de faire remonter les ouvrages depuis les magasins. Quelques minutes s’écoulent puis, enfin, un bibliothécaire nous fait signe. Nous nous approchons, et celui-ci nous dit avec un léger sourire : « C’est un peu de la délation, mais allez voir place 8. » Nous avons là notre chercheur ! Nous nous avançons près de cette place et nous voyons un lecteur entouré de nombreux ouvrages. Il n’a pas encore retiré son manteau qu’il commence déjà à les feuilleter. En chuchotant, nous nous approchons et lui demandons s’il veut bien nous accorder un peu de temps.

Photographie : Gaia Musi

Photographie : Gaia Musi

Satyanad Kichenassamy est professeur des universités au laboratoire de mathématiques de l’Université de Reims, en Champagne-Ardenne. Dans un coin de la BULAC, entre les allées d’ouvrages, nous trouvons une petite table où nous installer. Il nous raconte alors son histoire, son travail et surtout son rapport à la BULAC. D’après lui, la BULAC représente plus qu’un simple fonds qui contient des ouvrages de linguistique et de langues.

Nous sommes fascinées par les mots de Satyanad Kichenassamy, même si son domaine de recherche, extrêmement foisonnant, reste difficilement accessible aux non-spécialistes. Sa recherche porte avant tout sur les mathématiques, mais elle s’étend aussi à l’histoire des mathématiques à travers l’analyse des textes en tamoul disponibles à la BULAC, auxquels il recourt pour comprendre les formules. Cette langue a la particularité, tout comme le grec, d’être à la fois moderne et ancienne : « Certains textes qui ont mille ans, et parfois un peu plus, sont lisibles presque immédiatement. »

Le chercheur trouve à la BULAC des sources primaires et secondaires, remontant à des siècles ou très récentes. Il nous confie : « Généralement ce qui se trouve sur le catalogue de la BULAC, on ne le voit nulle part ailleurs en France, même pas à la BnF. » Nous mesurons alors l’importance de ce lieu pour des chercheurs comme Satyanad Kichenassamy.

Mais qu’en est-il de sa fréquentation de la BULAC ? Il y vient au moins une fois par semaine. Quand il a un travail à faire, il essaye de grouper les choses : « Par exemple hier j’étais à l’École Française d’Extrême-Orient (EFEO) », avant de venir aujourd’hui à la BULAC. « Le système de la BULAC est assez intéressant, il permet de réserver des tables et c’est très commode, ça permet de s’organiser. »

Photographie : Gaia Musi

Photographie : Gaia Musi

Nous ne parlons pas tamoul, mais nous apprenons à mieux connaître l’usager devant nous à travers les ouvrages qu’il consulte. En nous autorisant à observer ses outils de travail, le chercheur nous dévoile un pan de son univers. Existe-t-il un « équipement particulier du chercheur » à la BULAC ? Il ne semblerait pas. Monsieur Kichenassamy en apporte le moins possible, pour que ce soit pratique : « Généralement une clé usb et ma carte de photocopie, car on peut photocopier ici, ce qui est assez commode. Puis du papier pour noter, souvent 4-5 feuilles de papier. C’est vraiment des considérations pratiques. » Il a connu cette période où on n’utilisait pas autant la photocopie et il nous confie en souriant que les gens qui font des photocopies sont ceux qui lisent le moins : « On se dit qu’on lira plus tard, mais en fait on ne lit jamais. » Il préfère venir avec des questions précises pour repartir avec des réponses concises.

Monsieur Kichenassamy nous parle aussi de l’agencement des collections de la BULAC. Pour lui, tout se passe au rez-de-jardin. La partie pour le tamoul est assez bien référencée, les ouvrages importants sont bien là. Il fait une comparaison avec la bibliothèque de l’École Normale Supérieure et précise que cette bibliothèque est construite de façon à ce qu’un étudiant à qui on donne un sujet puisse voir non seulement l’ouvrage qu’on lui a suggéré mais aussi les ouvrages autour. Cela nous fait penser à la notion de sérendipité, cette idée de faire des trouvailles sans vraiment l’avoir prévu. En effet, à la BULAC, les chercheurs ressemblent à des archéologues, fouillant et épluchant les ouvrages en quête de perles rares qu’on ne trouve qu’ici. « Si vous prenez un livre et que vous fouillez un peu à côté, vous trouverez des choses auxquelles vous n’auriez pas pensé. »

Photographie : Nastasia Rae

Photographie : Nastasia Rae

Nous demandons ensuite à Monsieur Kichenassamy de nous exprimer en trois mots son rapport à la BULAC. Nous lui proposons de nous les écrire dans sa langue, le tamoul. Il prend le temps de nous écrire les mots sur une feuille tout en nous expliquant les significations : « Le premier mot qui me vient à l’esprit c’est la langue elle-même : “tamoul” (தமிழ்). » Le deuxième mot sera la “connaissance” (அறிவு) : « Je trouve que c’est un mot intéressant aussi. C’est à la fois connaissance et raison. C’est donc la faculté de la connaissance et ce n’est pas le contenu de la connaissance. » Il nous explique que cette faculté n’est pas innée, qu’elle doit se développer grâce aux textes. Enfin le troisième mot est “douceur” (மென்மை), peut être un rapport au calme de la BULAC, il ne développe pas cette idée.

Enfin nous invitons notre chercheur à nous conter quelques anecdotes sur la BULAC. Il sourit : « Une chose amusante… Il y a un vigile d’origine mauritanienne à l’entrée du Pôle des langues et civilisations qui accueille tout le monde en essayant de deviner sa langue de prédilection. Les fois suivantes, il vous dit bonjour dans votre langue. Un jour, il m’a dit bonjour en hindi, alors je lui ai dit que ma langue c’était le tamoul et que ça se disait autrement. » Cette anecdote amorce une réflexion sur la société actuelle et les façons de se saluer. Monsieur Kichenassamy évoque la tendance à normaliser les relations humaines dans un contexte de massification, là où la BULAC est le lieu de la diversité.

Nous nous apprêtons à conclure la discussion, confiant au chercheur que cet échange nous aura appris beaucoup et lui précisant que nous sommes toutes les trois étudiantes en langue chinoise. Très intéressé, il nous demande si nous connaissons justement le livre Kaiyuan zhanjing, un ouvrage chinois au sujet des mathématiques. « C’est un énorme pavé qui a été fait en plusieurs volumes. » Il nous explique qu’au VIIIe siècle, l’Inde a influencé la Chine à travers le bouddhisme et des écoles sont apparues, dont celle de 瞿曇悉達 Qutan Xida, le premier à avoir tenté une présentation ordonnée de l’astronomie chinoise. Pour Monsieur Kichenassamy, il aurait été intéressant dans cette histoire de connaître exactement le système décrit, car il n’y a pas de traduction très claire. Et il y a là un enjeu : « On veut comparer, essayer de comprendre ce que chaque texte dit. Ce qu’il ne faut surtout pas faire c’est se demander qui est le premier, la question n’est pas posée ; quand on dit qui est le premier, c’est une excuse pour ne pas lire les autres textes. La philologie s’est construite en disant “que dit le texte ?” et après on verra ce qu’on en fait. Il ne faut pas juger le texte avant de savoir ce qu’il dit. »

Il conclut en soulignant qu’il faut absolument que la BULAC reste un lieu de rencontres, car elle est bien plus qu’une simple bibliothèque. C’est un espace où tout le monde est ouvert à la découverte et à l’échange de points de vue et de savoirs. C’est ici que la connaissance, le deuxième mot si cher à Monsieur Satyanad Kichenassamy, prend tout son sens.

Photographie : Gaia Musi

Photographie : Gaia Musi

Par Gaia MUSI, Carla ZARCONE et Nastasia RAE, étudiantes de la filière CFI


Paroles des acteurs de ce projet de médiation Inalco/BULAC :

Céline Pirès, étudiante de la filière CFI :

Avant, je pensais comme beaucoup que la BULAC était affiliée à l’Inalco et j’étais frustrée de ne pas avoir de place. Grâce à ce projet, j’ai découvert que la BULAC est une bibliothèque ouverte à tous et qu’elle dessert une dizaine d’établissements partenaires.

Gaia Musi, étudiante de la filière CFI :

Quand j’étais en licence, pour moi, la BULAC, c’était un lieu pour réviser et pour travailler les caractères chinois. En master, je l’ai vue différemment, comme une réserve de petits trésors pour la recherche. Avec ce projet, j’ai pu découvrir l’activité de médiation culturelle de la BULAC ainsi que la palette de services proposés aux différents publics. J’ai notamment été fascinée par la bibliothèque de nuit.

Carla Zarcone, étudiante de la filière CFI :

La BULAC, je pensais trop la connaître. J’ai été très intéressée par la présentation de l’organigramme, qui m’a permis de découvrir la variété des profils au sein de l’établissement : chargés de collections, équipe formation et action culturelle, chargée de la communication institutionnelle… Ce projet est une vraie chance qui nous a été offerte, j’ai beaucoup apprécié de me mettre dans la peau d’un journaliste.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 4 mai 2018

    […] La BULAC de Satyanad Kichenassamy, à la croisée des langues Carla Zarcone, Nastasia Rae, Gaia Musi, Le Carreau de la BULAC, 23 avril 2018 > https://bulac.hypotheses.org/5983 […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.