Les manuscrits « indiens » de la BULAC

Diplômé de l’Inalco pour le hindi et de la Sorbonne Nouvelle pour les études indiennes classiques, Jérôme Petit a dressé l’inventaire du fonds des manuscrits indiens de la BIULO au cours de sa formation de conservateur des bibliothèques en 2008. Après la traduction française de l’autobiographie de Banarasidas (Histoire à demi, Presses Sorbonne Nouvelle, 2011), il a soutenu en juin 2013 sa thèse sur les textes philosophiques de ce marchand jaina du XVIIe siècle. Il revient ici nous présenter le fonds de manuscrits indiens dont il a conduit l’identification et le signalement dans le catalogue BULAC.

[Pour consulter les manuscrits et ouvrages cités au fil de l’article, c’est ICI]

Le fonds de manuscrits indiens conservé à la Réserve de la BULAC compte une quarantaine de documents. Une première liste donnait 37 numéros1, auxquels il faudrait ajouter deux nouvelles découvertes qui restent à étudier : un lexique sanskrit-français d’une main encore inconnue et des Déclarations du Roy portant sur l’établissement d’une compagnie « pour le commerce des Indes Orientales ». Par « indiens », il faut en effet entendre les documents manuscrits en lien avec l’Asie du Sud. Parmi ces documents, on compte principalement des copies de manuscrits faites par des savants occidentaux ou des missionnaires. Lié bien sûr à l’École des langues orientales, le fonds contient des outils linguistiques comme la grammaire de tamoul du père Costanzo Giuseppe Beschi (1680-1747)2  ou une copie du cours de sanskrit du carme Paulin de Saint Barthélémy (1748-1806)3. Le fonds compte aussi quelques manuscrits rédigés sur feuilles de palme provenant d’un don fait à la bibliothèque par le Prince Henri d’Orléans.

Cette collection hétérogène comporte aussi un ensemble bien défini : les copies de manuscrits indiens faites par Julien Vinson. Il s’agit de huit volumes reliés à l’identique, avec une demi-reliure à coins faite de veau raciné pour le dos et les coins et de papier marbré pour les parties centrales.

 

Ces volumes ont été donnés à la bibliothèque de l’École des Langues Orientales par M. Paul Vinson, légataire de son parent, qui a aussi donné une partie des ouvrages imprimés de Julien Vinson à la Bibliothèque nationale. La date de ce don n’a pas encore été retrouvée dans les archives de l’une et l’autre bibliothèques.

Julien Vinson est né à Bagnères-de-Luchon en Haute-Garonne le 21 janvier 1843. Il est mort à Libourne en Gironde le 21 novembre 1926 à l’aube de sa quatre-vingt-troisième année. Fils d’un juriste, un temps président du tribunal de première instance de Karikal, il vécut une grande partie de sa jeunesse en Inde. De retour en France, il fit d’abord ses études à l’École forestière de Nancy pour devenir Garde général forestier à Bayonne4. Passionné de linguistique, c’est d’abord en amateur qu’il consacre son temps libre à l’étude des langues. Ses séjours en Inde ne l’ont jamais éloigné de la langue tamoule à laquelle il consacre la plupart de ses travaux et son poste au Pays basque l’entraîne naturellement à approfondir ses connaissances de la langue basque.

En 1886, il quitte définitivement les forêts basques pour la rue de Lille à Paris, siège de l’École des langues orientales5 où il devient titulaire de la chaire « hindoustani et langue tamoule » jusqu’à sa retraite en 1921.

Dans l’avant-propos à son Manuel de la langue hindoustani (urdû et hindi) : grammaire, textes, vocabulaires6, Vinson rappelle que le décret de création de l’École des langues orientales Vivantes du 10 Germinal an III (30 mars 1795) « stipule expressément que les Professeurs de cette École composeront en français la Grammaire des langues qu’ils enseigneront ». Les élèves du cours d’hindoustani utilisaient alors les Rudimens de la langue hindoustani de Garcin de Tassy (1794-1878), premier professeur d’hindoustani à l’École spéciale des langues orientales vivantes (1830). Publié en 1829, complété par le Manuel de l’auditeur du cours d’Hindoustani ou thèmes gradués publié en 1836, il fallait au nouveau titulaire de la chaire d’hindoustani mettre à jour la grammaire de cette langue en français pour l’utiliser avec les élèves en cette fin du XIXe siècle.

À la fin de l’avant-propos de son Manuel, Julien Vinson remercie les personnes qui l’ont inspiré et aidé dans sa tâche. Qu’il nous soit permis d’en donner ici un extrait qui montre bien l’ambiance dans laquelle a été composé un tel travail.

En laissant aller ce volume, je ne puis m’empêcher de songer aux jours déjà bien éloignés où je commençais à apprendre l’hindoustani. C’était au plus fort de mes études tamoules, dans cette jolie ville de Karikal, où nous étions à peine une vingtaine d’Européens au milieu de quinze mille indigènes. Un vieux musulman, qui avait fait le pèlerinage de La Mecque, m’avait vivement engagé à apprendre aussi la langue de Mahomet et, pour m’en faciliter l’étude, m’avait apporté une grammaire persane de W. Jones, incomplète et en assez triste état, qu’il tenait de M. Ducler, administrateur de Karikal en 1828, et que j’avais conservée comme un intéressant souvenir ; c’est avec cette grammaire et un alphabet malais acheté à un marin revenu de Singapour que je me mis à l’ouvrage… J’aurais voulu envoyer le présent Manuel à ce zélé mahométan, mais il y a bien longtemps déjà qu’il ne cherche plus d’amateurs pour le langage de son Prophète. C’était d’ailleurs un excellent homme ; ni prêtre, ni soldat, ni derviche, il est mort bourgeoisement comme il avait vécu, dans sa ville natale, marquant ses années de déceptions plus ou moins prévues ou de satisfactions inespérées, menant de front ses devoirs sociaux et les exigences de sa foi philosophique ou religieuse. Ne devrait-il pas en être de même pour chacun de nous ? La vie de l’homme ne devrait-elle pas toujours se résumer dans l’amour ardent du travail fécond et consolateur, la recherche obstinée de la justice et le culte infatigable de la liberté ?

Alors que les connaissances de Garcin de Tassy se tournaient vers le turc, le persan et l’arabe, la spécialité de Julien Vinson était plutôt les langues du sud de l’Inde et principalement le tamoul. Il publia en 1861, à peine âgé de 18 ans, un premier petit essai sur la poésie épique tamoule. Devenu membre de la société d’anthropologie de Paris et contributeur à la Revue de linguistique et de philologie comparée dirigée par Abel Hovelacque (1873-1880), Vinson publie des essais de linguistique comme La science du langage et la langue basque en 1875 ou Le verbe dans les langues dravidiennes en 1878.

C’est bien sûr les langues dravidiennes qui sont représentées dans les manuscrits du fonds indien de la BULAC. Ces manuscrits sont en fait des copies de la main de Julien Vinson faites à partir de manuscrits originaux conservés à la Bibliothèque nationale  de France :

  • Le manuscrit « MS.IND.13 » est une copie du Citamparakkōyiṟpurāṇam sur le manuscrit BnF « Indien 301 ».
  • « MS.IND.14 » est une copie du Cātinūl sur le manuscrit « Indien 446 ».
  • « MS.IND.15 » est une copie des Notas Grammaticaes sobre a lingua tamuelca sur le manuscrit « Indien 188 ».
  • « MS.IND.16 » est une copie de l’Alphabetum Grandonico Malabaricum simulque Grammatica sur le manuscrit « Indien 728 ».
  • « MS.IND.17 » est une copie des Rudiments de la langue Malabar faite à partir d’un manuscrit du fonds des Nouvelles Acquisitions Françaises « NAF 9114 ».
  • « MS.IND.20-21 » est une copie des deux volumes du Yāpparuṅkalac cūttir viruttiyurai sur les manuscrits « Indien 202 » et « Indien 203 ».
  • « MS.IND.22 » renferme trois copies : le Cittarakkataikal sur le manuscrit « Indien 430 », le Lutateriṉatatiyalapu sur le manuscrit « Indien 489 » et le Cittampalanāṭikakaṭṭaḷai sur le manuscrit « Indien 488 ».
  • « MS.IND.24 » est une copie de la Grammaire pour apprendre la langue talenga, du père La Lane sur le manuscrit « Indien 634 », lui-même copie par Anquetil du manuscrit « Indien 596 ».

 

Cette liste quelque peu rébarbative renferme pourtant une surprise cachée… Chaque copie de Vinson est en effet augmentée de colophons rédigés à la manière d’un scribe indien,  donnant le lieu et la date de la copie7. Ces colophons sont parfois brefs mais ils peuvent aussi présenter une grande richesse d’informations codicologiques comme l’état de conservation du manuscrit original ou des renvois vers des éditions ou des traductions du texte copié. Il lui arrive aussi de pousser le processus de copie à son maximum en redessinant l’estampille de la « Bibliothèque Royale » ou des frontispices animaliers. La lecture de ces colophons révèle par ailleurs la (mauvaise, en tout cas surprenante !) habitude des chercheurs d’emprunter les manuscrits de la Bibliothèque nationale, de les apporter chez eux pour mieux les étudier ou les recopier. Le sang d’un bibliothécaire d’aujourd’hui ne fait qu’un tour à la lecture de tels aveux :

  • « Copié, chez moi, en avril et mai 1899, sur le ms. n° 489 du fonds tamoul de la Bibliothèque nationale. Ce ms., qui est du milieu du dernier siècle au plus tard, se compose de 28 ôles numérotées, etc. » (MS.IND.22).
  • « Copié chez moi, rue de l’Université, 58, à mes moments perdus, du 15 novembre au 2 août 1903, sur une copie (ms. sur ôles) appartenant à la Bibliothèque nationale et provenant d’Ariel. » (MS.IND21)
  • « Bibliothèque impériale, fonds tamoul n°446. Bayonne, 22 mai 1868 » (MS.IND.14)

Il est à supposer (et même à espérer) que les bibliothécaires de la BULAC ne permettront plus aux chercheurs d’emporter dans leur cartable les copies manuscrites de Julien Vinson pour leur faire traverser la Seine ou leur faire prendre le train… Puissent ces nouvelles règles de conservation ne pas les empêcher de se pencher sur ce fonds unique dont bien des aspects restent encore à mettre au jour.

 

1Jérôme Petit, « État du fonds de manuscrits indiens à la Bibliothèque interuniversitaire des langues orientales. » Bulletin d’études indiennes, vol. 24-25, 2006-2007 (publié en 2008), p. 191-206 [cote : BIULO BR.G.3100].

2Voir Jean-Luc Chevillard, « Beschi, grammairien du tamoul, et l’origine de la notion de verbe appellatif », Bulletin de l’École française d’Extrême-Orient, vol. 79 n° 1, 1992, p. 77-88.

3Voir Toon Van Hal, « Language Comparison in Paulinus a Sancto Bartholomaeo (1748-1806) : Aims, Methodological Principles », Bulletin d’études indiennes vol. 22-23, 2004-2005, p. 323-336.

4Roland Lardinois, L’invention de l’Inde : entre ésotérisme et science, Paris, CNRS éditions, 2007, p. 115.

5Voir l’article d’Alain Desoulières dans le volume commémoratif Langues’O, 1795-1995 : Ddeux siècles d’histoire de l’École des langues orientales, Paris, 1995, p. 209-210, et les pages consacrées à Julien Vinson par Piet Desmet dans son étude sur La linguistique naturaliste en France (1867-1922), Leuven, Peeters, 1996, p. 397-434.

6Julien Vinson avait déjà publié ses Eléments de la grammaire générale hindoustanie en 1883

7 La transcription complète de ces colophons sera accessible à la publication prochaine du volume des actes du colloque international Lecteurs et copistes : traditions manuscrites indiennes, iraniennes et centrasiatiques, Paris, 16-19 juin 2010 (J. Petit, « Les savants occidentaux, lecteurs et (re)copistes des manuscrits orientaux : Eugène Burnouf, Léon Feer, Julien Vinson. »).


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 23 mai 2019

    […] Jérôme Petit (2007), qui a redonné visibilité à ce fonds quelque peu oublié (voir notamment le billet qu’il a rédigé sur le […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.