Malyam, déterminé à l’approche des concours

Qui sont les usagers de la BULAC et quels sont les services qu’ils utilisent ?

Photographie : Gaia Musi

Photographie : Gaia Musi

C’est la question que se sont posée les étudiants de magistère 1 de la filière Communication et formation interculturelles (CFI) de l’Inalco dans le cadre d’un projet de médiation culturelle Inalco/BULAC. Fruit d’une collaboration entre leur enseignante Éva Sandri (maîtresse de conférences en sciences de l’information et de la communication, filière CFI) et le pôle Médiation de la BULAC, ce projet visait à donner une application concrète à leur cours d’écriture journalistique.

Invités à réaliser des portraits de lecteurs, les étudiants ont découvert des facettes de la bibliothèque qu’ils n’imaginaient pas malgré leur familiarité avec le lieu : les missions et les publics variés de la BULAC, son programme d’actions de médiation culturelle et de communication… Une fois familiarisés avec les techniques de l’interview et de la communication web, ils sont partis à la rencontre des lecteurs, au hasard de la salle de lecture, pour les questionner sur leurs habitudes à la BULAC. Enregistreur à la main, ils ont rencontré des usagers aux profils variés et aux goûts éclectiques et ont réalisé trois portraits sous forme d’interviews.

Éva Sandri, maîtresse de conférences en sciences de l’information et de la communication, filière CFI :

Ce projet a été pour les étudiants une façon de s’interroger sur leurs propres usages des bibliothèques universitaires et d’en interroger les différentes facettes. Lieu silencieux propice à la concentration ou espace convivial de travail en groupe ? La bibliothèque elle-elle investie comme un espace de travail où passer la journée, ou bien simplement comme un lieu de passage pour l’emprunt d’ouvrages ? Comment les activités culturelles sont-elles identifiées et perçues ?

La publication des trois portraits sur le Carreau de la BULAC constitue l’aboutissement de ce projet. Suivez les étudiants de CFI et partez à la rencontre de Cindy, Satyanad et Malaym, lectrices et lecteurs de la bibliothèque !


Quentin Meng-Boyer et Nadjma Ibrahim ont interviewé Malyam, qui prépare un concours dans le domaine de la finance. Découvrez ci-dessous le portrait de cet usager assidu.

Malyam a 28 ans et vient essentiellement à la BULAC pour travailler dans le calme. Il nous raconte qu’il a travaillé pendant deux ans au Luxembourg dans le domaine de la finance, avant de démissionner et de revenir en France pour passer le Chartered Financial Analyst (CFA), un concours qui lui permettrait de travailler dans un domaine qu’il affectionne davantage. Au premier étage de la BULAC, Malyam est assis dans une des salles de groupe, des boules quies dans les oreilles et son livre de finance entre les mains. Que vient-il chercher à la BULAC ?

C’est pour ses révisions qu’il se rend à la bibliothèque, s’installant au sein des salles de lecture ou bien dans une salle de groupe comme aujourd’hui : « Je sais que ça me permettrait d’aspirer à un métier qui m’intéresse plus, donc c’est pour ça que je me suis mis à réviser ce concours. »

Photographie : Quentin Meng-Boyer

Lors de ses sessions de travail, il ne s’encombre pas de beaucoup d’affaires, simplement de quoi réviser son concours : « C’est ce que vous voyez sur la table. Là mon sac est vide. J’ai peut-être en plus de la crème pour les mains, car j’ai les mains qui sèchent très vite, mais rien au-delà de ça, juste l’essentiel. »

Il habite près de Boulogne, où il y a certes une bibliothèque municipale, mais le calme et la concentration n’y sont pas faciles. Pour venir à la BULAC, il fait volontiers une heure de trajet en transports en commun, et ce tous les jours ; le dimanche, il se rend à la BnF non loin de là. Il a testé différentes bibliothèques avant d’arriver à la BULAC. Son choix est stratégique et longuement réfléchi, en fonction des horaires d’ouverture et des politiques tarifaires : « Quand j’étais étudiant, j’avais l’habitude d’aller à la BnF, qui est juste à côté. J’ai aussi fréquenté la BU de Diderot. Ce sont toutes de bonnes bibliothèques à vrai dire. La BULAC, je l’ai connue il y a 3 ou 4 ans, après les autres, par mon frère qui est étudiant à la Sorbonne. C’est du bouche à oreille totalement. »

Photographie : Nadjma Ibrahim

Malyam aime l’atmosphère de la BULAC, un endroit calme où il peut se concentrer sans forcément devoir utiliser les boules quies qu’il apporte au cas où. En outre, en venant étudier à la BULAC, il affectionne particulièrement le fait de croiser des personnes venant de divers horizons. Il aime à voir la diversité très riche d’usagers qui fréquentent l’établissement et apprécie le fait que toutes ces origines sociales et ethniques se mélangent dans une atmosphère tolérante :

« C’est très cosmopolite j’ai l’impression, étant donné que l’on n’est pas loin d’une fac de langues ; on voit à la fois des coréens, des japonais, des chinois, des persans, des arabes, des africains… »

La BULAC est assurément un lieu de rencontres. Pour l’anecdote, Malyam nous raconte qu’il a un jour croisé par hasard le frère d’un ancien camarade de classe. Il ne se rappelait pas de lui mais cela ne les a pas empêchés de continuer à converser.

Un étudiant en finance à la BULAC… Mais Malyam n’a t-il aucun intérêt pour les langues orientales ? Eh bien si ! À notre grande surprise, il a appris l’arabe au Luxembourg pendant un an, avant de reprendre son apprentissage une fois revenu en France. Comme quoi, même s’il est venu à la BULAC pour le lieu et non pour les collections, il s’intéresse à une aire culturelle couverte par la bibliothèque. Cela nous a permis de découvrir la grande variété d’usagers au sein d’une bibliothèque universitaire que nous imaginions uniquement fréquentée par des étudiants de l’Inalco.

C’est sur cette coïncidence que nous laissons Malyam réviser pour son concours. On lui souhaite beaucoup de chance et que sa persévérance et son sérieux l’amènent vers la réussite.

Par Quentin MENG-BOYER et Nadjma IBRAHIM, étudiants de la filière CFI


Paroles des acteurs de ce projet de médiation Inalco/BULAC :

Céline Pirès, étudiante de la filière CFI :

Avant, je pensais comme beaucoup que la BULAC était affiliée à l’Inalco et j’étais frustrée de ne pas avoir de place. Grâce à ce projet, j’ai découvert que la BULAC est une bibliothèque ouverte à tous et qu’elle dessert une dizaine d’établissements partenaires.

Gaia Musi, étudiante de la filière CFI :

Quand j’étais en licence, pour moi, la BULAC, c’était un lieu pour réviser et pour travailler les caractères chinois. En master, je l’ai vue différemment, comme une réserve de petits trésors pour la recherche. Avec ce projet, j’ai pu découvrir l’activité de médiation culturelle de la BULAC ainsi que la palette de services proposés aux différents publics. J’ai notamment été fascinée par la bibliothèque de nuit.

Carla Zarcone, étudiante de la filière CFI :

La BULAC, je pensais trop la connaître. J’ai été très intéressée par la présentation de l’organigramme, qui m’a permis de découvrir la variété des profils au sein de l’établissement : chargés de collections, équipe formation et action culturelle, chargée de la communication institutionnelle… Ce projet est une vraie chance qui nous a été offerte, j’ai beaucoup apprécié de me mettre dans la peau d’un journaliste.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *