Hommage à Robert Elsie, un Albanais de cœur

Albanologue, chercheur, traducteur, interprète, auteur de dictionnaires et autres anthologies, passionné de littérature, Robert Elsie multiplia au fil des années ses activités. Un simple coup d’œil à son site internet suffit pour le voir. Aux côtés de photographies anciennes réalisées par des explorateurs du XIXe siècle en Albanie sont communiqués à tous des documents, des écrits, des traductions, des commentaires sur les arts, l’ethnologie, l’histoire, la langue, la religion en Albanie. Une soixantaine d’ouvrages au total.

Cet homme que l’on voit sur des photographies porter un costume traditionnel de l’Albanie du Nord, en rouge et noir, est Robert Elsie. Éminent chercheur disparu le 2 octobre 2017 à l’âge de 67 ans des suites d’une maladie neurologique rare, il repose désormais en paix, conformément à ses dernières volontés, dans la région montagneuse de Theth dont il était amoureux. En Albanie donc, pays cher à son cœur. Voici l’histoire de la vie d’un chercheur passionné et prolifique.

Portrait de Robert Elsie (domaine public)

Un amateur de langues rares

Né en 1950 à Vancouver, au Canada, Robert Elsie obtint un diplôme de philologie classique à l’Université de la Colombie britannique puis se rendit en Europe pour y poursuivre ses études, d’abord à Berlin, puis à Paris (EHESS), à Dublin et enfin à Bonn où il obtint un doctorat de linguistique comparée et de celtologie en 1978. En plus de l’anglais, sa langue maternelle, il maîtrisait parfaitement le français et l’allemand. Il s’intéressa aux langues celtiques – son sujet de thèse portait sur le parler breton en France, celui du pays de Galles et de Cornouailles au Royaume Uni – puis aux langues gaéliques (l’irlandais, l’écossais et le mannois). En 1986 il publia une monographie consacrée à l’étude comparative de ces langues.

Robert avait une capacité à apprendre et à étudier les langues « difficiles », à se passionner pour les « petites » cultures, les « Cendrillons » oubliées, comme les qualifie sir Noel Malcolm, historien et académique anglais, à l’occasion de l’oraison funèbre de son collègue et ami. Le démontre aussi son étude de la langue sorabe, langue pourtant parlée par une petite minorité en Pologne et en Allemagne, dont il étudia la poésie en y consacrant l’ouvrage Anthology of sorbian poetry : from the sixteeth century to the present day (Anthologie de la poésie sorabe : du XIVe siècle à nos jours).

La découverte de l’Albanie

À la fin des années 70, quand il était à Bonn, de menus échanges entre l’Institut linguistique de Bonn et l’Académie des sciences d’Albanie avaient lieu. L’Albanie était alors un pays totalement fermé où pullulaient des centaines de bunkers tournés vers l’Occident, produits de la paranoïa et de la folie d’Hoxha. En effet, après avoir isolé le pays en éliminant tout opposant politique, et après avoir coupé les relations avec l’Union Soviétique et les autres pays de l’Est, le dictateur dénonçait dans ses innombrables discours fleuves l’impérialisme américain et le « social-impérialisme soviétique » [sic] qui voulaient attaquer la petite Albanie stalinienne, le « dernier bastion » du véritable communisme dans le monde. Il fallait donc se préparer, rester vigilant et se défendre ! Robert se rendit plusieurs fois en Albanie dans les années 70 et 80. Sa curiosité intellectuelle pour ce pays mystérieux et totalement isolé n’en fut que plus attisée. Il se mit à apprendre la langue albanaise et suivit les cours d’un séminaire international de langue, littérature et culture albanaise à l’Université de Prishtina, au Kosovo, où il eut l’occasion d’échanger plus librement avec les habitants. C’était alors l’époque de Tito, et les Albanais du Kosovo bénéficiaient d’une certaine autonomie et d’ouverture. Plus Elsie approfondissait ses connaissances en albanais, plus il aimait les gens et la culture albanaise. Encore une fois, une « petite » langue-culture qui deviendra sa grande passion.

Ne trouvant pas de poste en tant que spécialiste de langues celtiques dans les chaires européennes, il s’installa à Bonn comme traducteur et interprète en allemand et anglais. Il travailla dès les années 80 comme interprète en albanais de haut niveau à Bonn pour les deux ou trois missions de délégations albanaises qui, timidement, s’ouvraient à l’Occident à la suite de la mort du dictateur en 1985. Comme il le déclara lui-même : « Il n’y a rien de plus stimulant pour un amoureux de la langue que de travailler comme interprète de haut niveau, et c’est ce que je fis. Je me consacrai à l’étude de la langue et de la culture albanaise de façon intensive… »

Elsie se mit alors à beaucoup lire. En s’initiant à la littérature albanaise, il découvrit nombre d’auteurs – écrivains, poètes, académiciens d’Albanie et du Kosovo -, et commença à écrire des articles dans World Literature Today.

Elsie traducteur

Elsie explique sur son site que la langue et la littérature albanaises sont peu connues dans le monde et ceci pour plusieurs raisons : la langue albanaise est certes une langue indo-européenne mais elle n’est affiliée ni aux langues latines, ni aux langues slaves, ni au grec. Par ailleurs, pour des raisons idéologiques, l’Albanie a été totalement isolée et les quelques personnes étrangères qui montraient un intérêt pour la langue étaient suspectées par le régime communiste qui, rappelons-le, a sévi de 1944 à 1990 ! De plus, le Kosovo qui faisait alors partie de la Yougoslavie connaissait un isolement culturel imposé par les dirigeants de Belgrade. Enfin, la langue albanaise n’étant pas très facile à maîtriser, le nombre de traducteurs en langues occidentales connaissant parfaitement l’albanais reste donc limité.

Ismaïl Kadaré et quelques autres écrivains contemporains albanais sont bien sûr mondialement connus, mais le travail de Robert Elsie a consisté à traduire des auteurs classiques, de la Renaissance albanaise (XIXe siècle) jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, ainsi que des auteurs contemporains.

Il convient de noter la publication en 1986 de History of albanian literature (Histoire de la littérature albanaise), un ouvrage de 1052 pages composé de traductions enrichies de notes, d’éléments factuels, d’analyses et de photos des œuvres en original d’auteurs albanais. On y trouve des articles d’humanistes albanais écrits en latin et ceux d’auteurs albanais sous l’Empire ottoman écrits en turc.

Nous ne pouvons pas ne pas citer ici la traduction par Robert Elsie et Janice Mathie-Heck, poétesse, chercheuse et traductrice canadienne, de Lahuta e malcis (Le luth des montagnes), de Gjergj Fishta. Prêtre franciscain, homme politique, érudit et également homme de lettres, ce dernier joua un rôle important dans le processus pour l’indépendance albanaise de l’Empire ottoman. Lahuta e malcis est un poème épique de plus de 15 613 vers, écrit entre 1902 et 1909, pilier de l’épopée nationale albanaise. Sa langue très riche en dialecte guègue du Nord rend l’original difficile à lire et à comprendre pour les Albanais d’aujourd’hui. Aussi peut-on affirmer que si nous connaissons aujourd’hui le contenu de ce poème, nous le devons incontestablement à Robert et à Janice, dont la version anglaise selon Noël Malcolm « possède la métrique qui rappelle la cadence d’un cheval au galop dans Hiawatha de Longfellow et qui incarne de la sorte l’élan narratif de l’original ». À la gloire des montagnards du Nord, de leur esprit épris de liberté, de la résistance dont ceux-ci ont fait montre au cours des siècles, à la différence du caractère du Sud plus urbanisé et « civilisé », l’auteur y dépeint précisément les caractéristiques des vaillants Albanais qui ont fasciné les ethnologues et autres visiteurs de l’Albanie (comme Edith Durham, pour ne citer qu’elle). Sur fond historique, les différents chants sont peuplés par autant de personnages historiques que de créatures mythologiques, la nature et le destin signifié par le Temps sont des éléments primordiaux. Écrite en vers octosyllabiques en rimes croisées, alternées et à des rythmes changeant selon les scènes décrites, majestueuses pour les batailles, intimes pour les personnages, Elsie qualifie cette œuvre de l’Iliade de l’Albanie, voire des Balkans !

Autre traduction remarquable, celle en allemand du Kanun de Lek Dukagjini, code coutumier du nord de l’Albanie (les lecteurs français peuvent le découvrir grâce à la traduction en français de Christian Gut, Le Kanun de Lekë Dukagjini, et peut-être en partie grâce à Avril brisé d’Ismaïl Kadaré). Où l’on comprend la vendetta réglée par le code coutumier, le respect absolu des invités dans la demeure des Albanais et enfin la parole donnée et sacrée qui s’appelle la Bessa.

Animé par l’envie de faire connaître au public occidental les richesses de la littérature albanaise, Robert publia des anthologies, par exemple Anthology of modern poetry : An elusive Eagle soars (Un aigle migrant vole, anthologie de la poésie contemporaine albanaise) en 1993, où il inclut un grand nombre de poètes depuis ceux des années 30 (Migjeni et Lasgush Poradeci) jusqu’à aujourd’hui (Visar Zhiti et Mimoza Ahmeti). Plus tard il traduisit également des œuvres d’auteurs kosovars (Azem Shkreli et Ali Podrimja). Il publia également la traduction de deux recueils de prose et le roman Le paumé de Fatos Kongoli (les romans de ce dernier traduits en français se trouvent dans les collections de la BULAC).

Elsie passionné d’histoire

Elsie était passionné d’histoire. Il fit des recherches sur tous les écrits ou récits ayant trait à l’Albanie. Il publia un recueil intitulé Early Albania: A Reader of Historical Texts, 11th – 17th Centuries (L’Albanie antique : anthologie de textes historiques entre le XIe et le XVIIe siècle). Il fut également co-rédacteur de quelques volumes de rapports diplomatiques réunis dans les archives par le chercheur Bejtullah Destani, parmi lesquels on peut citer The Cham Albanians of Greece: A Documentary History (Les Tchams albanais de Grèce, une histoire documentée) en 2013 ; The Macedonian Question in the Eyes of British Journalists (1899-1919) (La question macédonienne selon les journalistes britanniques) en 2015 ; et The London Conference and the Albanian Question, 1912-1914: The Despatches of Sir Edward Grey (La conférence de Londres et la question albanaise : télégrammes de Sir Edward Grey) en 2016.

Elsie savait combien il était important d’avoir des sources bibliographiques solides, surtout pour des pays ou régions plutôt ignorés par les universités occidentales. Il rédigea et publia ainsi Le dictionnaire historique de l’Albanie en 2004 et Le dictionnaire historique du Kosovo en 2004, ainsi qu’un Dictionnaire bibliographique de l’histoire albanaise, ouvrage de plus de 500 pages réalisé de sa propre initiative.

Il montrait un grand intérêt à l’égard de tous ceux qui avaient écrit sur l’Albanie. On peut citer par exemple la rédaction et la traduction en anglais des écrits et descriptions des contrées albanaises par Evlija Tchelebi, écrivain ottoman du XVIIe siècle (en collaboration avec Robert Dankoff) mais c’est avec beaucoup de modestie qu’il déclare avoir traduit la plupart des textes de l’ottoman, cette langue ne faisant pas partie de « [s]es langues fortes », déclarait-il…

D’autres sujets l’intéressaient également, par exemple le folklore et les croyances populaires des Albanais. Son ouvrage Dictionary of Albanian Religion, Mythology and Folk Culture (Dictionnaire des croyances religieuses, de la mythologie et de la culture populaire albanaise, 2001), est une publication passionnante. De même Albanian Folktales and Legends (Contes et légendes albanais, 2001), contient des traductions de récits collectés dans les publications de la fin du XIXe et au début du XXe siècle. À noter également The Hasluck Collection of Albanian Folktales (Recueil de contes albanais par Hasluck, 2015) qui contient tous les récits populaires albanais recueillis entre 1920 et 1930 par une autre albanologue de renom, Margaret Hasluck.

Elsie publia également les journaux d’Edward Lear, Edith Durham et Franz Nopsca, des voyageurs qui se sont rendus dans les Balkans et en ont fait des récits hauts en couleurs.

Elsie et la photographie

Passionné de photographie, Elsie a passé les dix dernières années de sa vie à collecter, analyser et valoriser des photographies. Certes, il met l’accent sur la photothèque Marubi, la plus importante en Albanie, mais il expose aussi les photos réalisées par des chercheurs, voyageurs ou explorateurs des Balkans, qui les utilisaient pour illustrer leurs ouvrages et dont une bonne partie était totalement inconnue des Albanais jusqu’à il y a une dizaine d’années.

Il publia deux ouvrages sur ce thème en 2007 et 2008, le second portait sur la collection Albert Khan. Les photos y sont en couleurs et concernent la période succédant aux guerres balkaniques.

Nous énumérerons quelques personnalités dont Elsie a découvert les photos pour le public albanais. D’abord, celles (peut-être les plus anciennes) du photographe autrichien Josef Székely qui accompagnait l’albanologue de renom Johann Georg von Hahn (1811-1869) durant son voyage en Albanie, au Kosovo et en Macédoine à l’automne 1863.

Il cite également sur son site l’ouvrage Souvenirs de Haute-Albanie par Jules Alexandre Théodore Legrand (1844-1911), diplomate et écrivain français qui découvrit et photographia l’Albanie alors qu’il était consul de Shkodër (ville du nord d’Albanie) entre 1893 et 1899. D’ailleurs certains objets qu’il ramena des tombes illyriennes de la région de Koman, au nord de l’Albanie, se trouvent actuellement au Musée national des antiquités à Saint-Germain-en-Laye.

Parallèlement à l’analyse et à la traduction des ouvrages de Mary Edith Durham, il met également en avant sur son site les photographies de celles-ci, environ 450, qui se trouvent dans les collections de l’Institut Royal d’Anthropologie de Grande-Bretagne et d’Irlande, au British Museum à Londres et au Musée Pitt Rivers à Oxford.

L’intérêt de Robert Elsie pour l’anthropologie croise ici sa vocation : celle, tout comme Durham, d’attirer l’attention des pays occidentaux vers les Balkans, et en particulier l’Albanie, afin également d’insister sur les souffrances de ce petit pays sous le joug de l’Empire ottoman et sur le manque d’attention dont il était victime.

Nous citerons également le voyageur français Gabriel Louis Jaray (1880-1964) qui publia L’Albanie inconnue en 1913 et Au jeune royaume d’Albanie : ce qu’il a été, ce qu’il est en 1914, où il insiste sur le fait que désormais l’Albanie indépendante de l’Empire ottoman (1912) est une réalité incontestable.

Les photos des différentes collections montrent les paysages montagneux, les vieilles villes typiquement orientales avec les bazars animés, les costumes traditionnels des habitants et enfin des ponts, des maisons et des lieux de culte. On peut observer des hommes à l’air grave et armés, des femmes catholiques voilées et musulmanes non voilées, la beauté des montagnes enneigées et en même temps l’état d’un pays sortant de 500 années sous l’Empire ottoman.

Elsie interprète

En 2002, Robert Elsie commença à travailler comme interprète de conférence au Tribunal international de la Haye où il fut également responsable du bureau des traductions de l’albanais. Il avait auparavant travaillé comme interprète de conférence (en simultané et en consécutive) pour les institutions européennes et pour le gouvernement allemand. Pour avoir travaillé avec lui en cabine, je peux témoigner de la qualité de son travail remarquable et de la facilité avec laquelle il pouvait traduire dans une langue qui n’était pas sa langue maternelle, et surtout de son humilité.

Elsie et le centre des études albanaises de Londres

Sans conteste, le travail que Robert Elsie réalisa aux côtés de Bejtullah Destani dans ce centre constitue une véritable contribution pour tous. En sachant combien il était difficile d’obtenir des financements pour des publications de cette nature, Elsie eut aussi le mérite de trouver le moyen de publier sur Amazon 35 ouvrages entre 2015 et 2017, dont 8 entièrement écrits ou traduits par lui-même…

Robert Elsie a été honoré par plusieurs distinctions en Albanie et au Kosovo, signe de reconnaissance à l’égard de son travail prolifique et de qualité. Ainsi le président albanais lui a octroyé en 2013 la haute Médaille de la gratitude. Ses ouvrages sont son héritage. Ses amis et collègues garderont toujours en eux le souvenir d’un homme doux, souriant, intelligent, modeste, curieux et très généreux qui consacra sa vie à la recherche et à l’écriture autour d’un pays adoptif qu’il aima de tout son cœur.

Le grand public pourra découvrir les ouvrages de Robert Elsie présents dans les collections de la BULAC.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *