Parastan.fr, un outil au service de la transmission de l’arménien occidental

Le projet Parastan.fr

Parastan.fr

L’arménien occidental est la langue parlée par les descendants des Arméniens ottomans survivants du Génocide de 1915, et qui se sont dispersés dans le monde depuis 1922. À l’opposé de l’arménien oriental, qui est la langue officielle de la République d’Arménie depuis 1918, l’arménien occidental, qui s’appuie également sur une longue tradition scolaire et une riche littérature, est une langue de diaspora, partout minorée, ne bénéficiant pas de structures d’État ni de territoire compact. Reconnu langue de France depuis 1996, l’arménien occidental a été intégré dans l’atlas des langues en danger de l’Unesco en 2010. Sa situation est très contrastée selon les pays : vernaculaire au Proche-Orient (notamment en Syrie et au Liban), il est de plus en plus difficile à transmettre aux nouvelles générations en France, du fait de la disparition de la génération des locuteurs natifs arrivés en France dans les années 1920, et de la pression du monolinguisme en France.

Dans le cadre de l’enseignement de l’arménien occidental à l’Inalco, Anaïd Donabédian est confrontée depuis près de trente ans au manque d’outils de référence à conseiller aux étudiants. Le projet parastan.fr, qui sous d’autres cieux aurait été le travail d’une équipe complète de linguistes à plein temps pendant plusieurs années, est le fruit d’une collaboration, entre 2014 et 2018, avec Florine Deyirmendjian, ancienne étudiante de l’Inalco qui avait, dans le cadre de son Master, réalisé une étude de faisabilité d’un lexique thématique, et avec Garo Arakelian, linguiste et auteur de manuels scolaires au Liban, qu’Anaïd Donabédian a connu lorsqu’elle a séjourné comme professeur invitée à l’Université Américaine de Beyrouth entre 2013 et 2016 (dans le cadre d’une délégation à l’IRD). Grâce au soutien financier conséquent de la Fondation Calouste Gulbenkian, ainsi que de l’Institut de Recherche pour le Développement, du Labex EFL et de l’Inalco, le projet a dépassé de loin les ambitions initiales d’un guide de 10 000 entrées, pour devenir un dictionnaire thématique évolutif, gratuit, et libre d’accès, qui compte au moment où nous écrivons 35 478 mots arméniens et 24 322 mots français.

Le public visé

L’ambition du dictionnaire est de permettre au locuteur qui maîtrise les bases de la langue de pouvoir s’exprimer dans tous les domaines de la vie, y compris ceux dans lesquels traditionnellement les langues minorées sont moins employées, c’est-à-dire ceux qui concernent la vie économique, politique, les nouvelles technologies, mais aussi le vocabulaire abstrait ou les realia qui ne dépendent pas du milieu communautaire. Cette compartimentalisation est connue pour constituer l’un des facteurs de déclin des langues en danger, comme l’a très bien formulé H. Gulludjian pour l’arménien occidental.

Dans son état actuel, le dictionnaire a été conçu pour répondre à ce besoin, et non aux besoins des débutants qui peuvent se satisfaire des outils existants, déjà en ligne grâce au projet nayiri.com.

Les usagers bénéficient d’un compte où ils peuvent suivre les statistiques de leur utilisation (incluant une fonctionnalité d’étiquetage des mots appris) ainsi que le fil de leurs recherches précédentes.

Le dictionnaire a été conçu à la fois pour des utilisateurs individuels et pour l’utilisation en classe, l’enseignant pouvant sélectionner les listes qu’il demande aux élèves d’avoir en mains pour l’étude d’un texte ou pour la réalisation d’un projet portant sur une thématique particulière.

L’organisation thématique

Parastan.fr est un dictionnaire thématique conçu pour être utilisé lors de l’apprentissage ou du perfectionnement linguistique, par l’apprenant seul ou dans un contexte de classe ou de cours. En nous appuyant sur les dictionnaires thématiques existants dans l’offre pédagogique de langues diverses (en allant des guides lexicaux pour écoliers, jusqu’à ceux destinés aux classes préparatoires), nous avons organisé le lexique en 32 chapitres regroupés en 8 domaines, avec pour chaque chapitre une subdivision en trois niveaux, dont le dernier est celui des listes thématiques de mots regroupés par affinités. Grâce au travail de Chahan Vidal-Gorene (ancien étudiant de l’Inalco) et Thomas Riccioli, nos développeurs, qui ont été à notre écoute sans relâche durant ces quatre années (et le sont encore pour les derniers ajustements), la navigation est intuitive et aisée. Elle permet d’effectuer des recherches 1) en naviguant dans l’arborescence thématique,  2) par recherches hypertexte en recherchant parmi les entrées affichées, et 3) directement dans une fenêtre de recherche qui permet d’afficher toutes les occurrences d’un mot ou d’un segment de mot dans la base de données.

L’organisation thématique a nécessité un certain nombre d’ajustements et de choix. En effet, par nature, certains termes peuvent relever de plusieurs chapitres (les noms des poissons, par exemple, dans l’alimentation, la vie aquatique ou encore la faune). L’existence d’une fenêtre de recherche libre toujours disponible nous a incités à sélectionner pour chaque champ lexical de ce type, un des thèmes possibles, de manière empirique, en fonction de l’équilibre des chapitres ou de notre intuition, sachant que l’usager pouvait retrouver le mot par un autre procédé.

La liste thématique, initialement préparée par Florine Deyirmendjian, a été un travail d’ajustement permanent, visant à la fois à éviter les redondances, à rendre la navigation intuitive et à donner leur place à certaines réalités arméniennes, tout en respectant les contraintes d’ergonomie (les titres des chapitres ont tous été raccourcis pour permettre un affichage optimal sur des écrans de petite taille comme les smartphones).

La structure d’une entrée

Le dictionnaire se présente comme un lexique, ce qui signifie qu’aucune définition n’est associée aux mots. Ainsi, chaque entrée a été conçue à partir d’un mot français, parfois accompagné d’un synonyme permettant de lever les éventuelles ambiguïtés sémantiques propres au premier mot en français. Ainsi, on distingue « esprit, caractère » (ոգի) et « esprit, âme » (հոգի) qui ne sont pas interchangeables en arménien. Face à chaque mot ou binôme de mots en français, nous avons proposé jusqu’à quatre traductions en arménien, elles-mêmes expliquées par des exemples lorsque ces différentes traductions étaient contraintes par le contexte. Ainsi face à « décent, convenable », nous avons proposé վայելուչ et պատշաճ, avec pour chacun un exemple illustrant un contexte, dans le premier cas le contexte d’un accueil réservé à un invité, dans l’autre celui des relations hiérarchiques vis-à-vis d’un supérieur. Les exemples sont fournis en fonction des besoins.

Enfin, autre dispositif répondant à l’organisation sous forme de lexique, de nombreuses entrées sont des syntagmes, et non de simples mots, et ce qu’il s’agisse de tournures comme « être bien disposé », « de temps en temps », de notions contemporaines comme « famille monoparentale » ou de termes techniques comme « période d’incubation » (qui se dit en arménien « période secrète de la maladie »), tournures pour lesquels les équivalents arméniens ont une structure différente de la tournure en français et ne peuvent être restitués par l’usager qui ne les connaît pas.

Nous avons fait le choix de ne pas apporter d’annotations grammaticales, mais avons fourni un appareil permettant à l’usager d’identifier notamment :

  • le genre grammatical d’un mot en français grâce à la mention de l’article (de ce fait, l’article permet également de distinguer les noms et les adjectifs)
  • le cas régi par un verbe ou un adjectif, sachant que cette information fait défaut dans la quasi-totalité des dictionnaires existants, grâce au champ des exemples
  • le registre stylistique de certains mots arméniens (cf. ci-dessous)

La ligne éditoriale : comment rédiger un dictionnaire d’une langue de diaspora ?

Réaliser un dictionnaire pour une langue de diaspora signifie porter une responsabilité significative quant à la standardisation de la langue. En effet, en l’absence d’instances référentes pour la politique linguistique dans un contexte de diaspora, les ouvrages de références sont perçus comme tels, à la fois par les usagers et par les personnalités faisant autorité en matière de norme linguistique. Nous savions que nous engager dans ce travail impliquait un positionnement équilibré, permettant que ce dictionnaire serve d’ouvrage de référence, sans pour autant aseptiser la langue par une approche trop normative. Dans cette approche, la diversité des profils des trois auteurs a été particulièrement bénéfique :

Florine Deyirmendjian a une expérience d’enseignement de l’arménien auprès des enfants et adultes débutants en milieu associatif en France, où les besoins des apprenants portent surtout sur le lexique de base ;

Garo Arakelian est un des linguistes les plus respectés au Liban, où il fait figure de « gardien de la norme » et est fréquemment consulté par les professionnels, dans un contexte culturel où la norme est considérée comme un enjeu essentiel pour la préservation de la langue ;

Anaïd Donabédian promeut la langue parlée, non formelle, comme vecteur essentiel de la vitalité de la langue, et a à cœur de sensibiliser les enseignants, lors des sessions de formation qu’elle assure, aux dangers de l’insécurité linguistique générée par l’hypernormatisme, et à l’importance du registre non formel dans la transmission de la langue.

Cette association, qui aurait pu être génératrice de conflits, a au contraire permis aux auteurs d’adopter une démarche équilibrée tenant compte des besoins des différents usagers. Nous avons adopté pour cela certaines étiquettes, permettant à l’usager de s’orienter :

  • emp. : emprunts. Cette annotation est utilisée dans le cas où un mot étranger est adopté en arménien pour désigner une réalité. Bien souvent, des mots formés sur des racines arméniennes sont proposés dans les dictionnaires, mais ils sont lettre morte dans l’usage. Nous avons pensé qu’il n’était pas réaliste d’ignorer ces mots étrangers mais nous les avons annotés comme tels. Les exemples typiques sont les mots désignant le métro ou la banane, pour lesquels les lexicographes s’épuisent parfois en vaines contorsions destinées à éviter le mot étranger…
  • litt., littéraire ou arch., archaïque sont utilisés lorsqu’un terme est peu fréquent dans la vie moderne, mais peut se rencontrer dans la littérature ou dans certains registres de langues que l’apprenant avancé peut souhaiter connaître. C’est le cas du verbe զեղուլ, déborder, qui est donné en troisième option et assorti de l’étiquette arch.
  • or. : oriental, est utilisé lorsqu’il est utile de connaître le terme employé en arménien oriental, soit que le terme occidental soit incompris en Arménie, soit encore que le terme oriental ait tendance à passer dans l’arménien occidental. C’est le cas pour de nombreux termes du bâtiment (dont certains n’ont pu être trouvés qu’en arménien oriental, comme եռաֆազ, triphasé), ou encore des termes de la vie quotidienne հերթ պահել (litt. « garder la queue ») en arménien oriental, alors que l’arménien occidental utilise plus volontiers le « հերթի կենալ » (se tenir, rester dans la queue)
  • pop.: populaire, pour certains termes dont la variante standard est beaucoup moins utilisée dans la vie quotidienne que la version populaire, comme « tirer une photo », նկար քաշել, plus répandu que « photographier », լուսանկարել, mais qui est proposé en deuxième position et assorti de l’étiquette permettant d’identifier son registre
  • néo.: néologisme, nous a permis d’inclure des mots dont nous avons répertorié l’usage dans de rares corpus mais jamais dans les dictionnaires, ou encore des mots composés que nous avons proposés car ils nous semblaient très fluides et conformes à la logique de la langue.

Un dictionnaire évolutif et collaboratif

À l’heure où la standardisation de l’arménien occidental suscite des vocations tant en Arménie qu’au sein de différentes institutions de la diaspora, avec la création d’instances plus ou moins autoproclamées ou en tout cas dont la légitimité est toujours en question, nous avons voulu à travers ce dictionnaire réaliser un travail ambitieux et pratique, mais qui se donne les moyens de répondre à l’évolution de la langue ou de tenir compte des usages ou des opinions des usagers avancés de la langue (journalistes, écrivains, essayistes, enseignants, personnalités culturelles…). Au lieu de créer une instance supplémentaire, nous avons créé le statut de « contributeur » qui permet à un certain nombre d’usagers dont nous reconnaissons les compétences et/ou qui sont représentatifs d’un type d’usagers auxquels nous voulons que le dictionnaire soit utile, de nous signaler des erreurs, des oublis, de nous proposer des traductions alternatives. Ces usagers bénéficient sur chaque page d’un bouton qui leur permet de nous faire parvenir une remarque.

Les usagers qui sont simplement membres peuvent eux aussi contribuer au dictionnaire, en intervenant sur le forum ou encore en remplissant le formulaire qui s’affiche chaque fois qu’ils effectuent une recherche infructueuse.

La maintenance du dictionnaire est un travail qui nous occupe dès à présent : lors de réunions hebdomadaires, nous reprenons les listes de recherches infructueuses qui nous ont été signalées (ou que nous constatons par nous-mêmes) et intégrons des expressions que nous entendons dans la presse.

Nous avons enfin l’intention de consulter une fois par an nos personnes ressources « contributeurs » pour des termes qui soulèveraient des discussions ou sur lesquels nous aurions des doutes, afin que le dictionnaire soit le reflet de la pratique réelle de la langue par ses usagers avancés. Cet aller-retour permanent entre la pratique de la langue et le dictionnaire est un des gages de sa fiabilité.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.