Otahiti, Nave Nave Fenua / Tahiti, terre délicieuse

Véronique Dorbe-Larcade, maître de conférences HDR en histoire moderne à l’Université de la Polynésie française, livre son regard sur l’exposition « Otahiti, Nave Nave Fenua / Tahiti, terre délicieuse », présentée dans les vitrines de la BULAC du 18 juin au 10 août 2018.


Exposition « Otahiti, Nave Nave Fenua – Tahiti, terre délicieuse ». Grégoire Maisonneuve / BULAC.

Tahiti existe à la fois dans le concret et dans l’imaginaire et… d’abord dans les livres et dès le commencement avec le récit du tour du monde de Bougainville, marqué par une escale à Tahiti du 4 au 15 avril 1768. Elle fut très courte en réalité (dix jours à peine) mais pourtant elle fit « date ». L’exposition « Otahiti, Nave Nave Fenua » qui commémore son 250e anniversaire en donne bien la preuve. Les livres réunis ici permettent d’appréhender l’épaisseur étonnamment subtile, troublante et tellement fascinante des choses, et cela un peu « à sauts et à gambades », comme pouvait le faire le sage Montaigne dans sa librairie, mu par la curiosité et la fantaisie. Mais comment ne pas penser aussi au grand Kant, très exactement casanier à sa table de travail philosophique de Koenigsberg où il convoquait pourtant les livres relatant l’exploration du Pacifique qui lui dictèrent parmi les plus profonds de ses textes assurément1. En tout cas, tous ces livres font écho – à moins qu’ils ne tissent une sorte de réseau – avec celui de Bougainville. Ainsi l’on peut aller de l’un en l’autre pour rattacher les fils et tendre l’oreille à ce qui vibre et résonne entre leurs pages.

Otahiti, terre d’escale : voyages anglais dans le Pacifique

Vitrine Otahiti, terre d’escale. Grégoire Maisonneuve / BULAC.

Dans la vitrine « Otahiti, terre d’escale : voyages anglais dans le Pacifique », on peut tenir comme un point de départ le livre du Dr John Hawkesworth (1720-1773), ​Relation des voyages entrepris par ordre de Sa Majesté britannique, actuellement régnante…​ [EFEOB VOY 20 (2)​]. Il s’agit de l’édition française de 1774 de cet ouvrage paru initialement en anglais en 1773. Il consiste en une compilation des voyages d’exploration britanniques dans le Pacifique depuis le début du XVIIIe siècle. En effet, il était dorénavant clair que cet immense espace maritime encore largement inconnu ne pouvait demeurer sous le contrôle exclusif de l’Espagne comme il avait été établi quelques 200 ans plus tôt, au temps de la Conquista du Nouveau Monde. Désormais déclinante, l’Espagne cédait la place de puissance maritime dominante que l’Angleterre était en passe de reprendre. C’est ainsi que le livre du Dr Hawkesworth relate la « découverte » de Tahiti par Samuel Wallis, capitaine du Dolphin, le 19 juin 1767. Lui et ses hommes passèrent un mois dans l’île où ils furent les premiers européens à avoir jamais séjourné, y précédant ainsi de dix mois Bougainville et son expédition. Cet ouvrage a été composé sous le patronage de l’Amirauté britannique. C’est que dans le contexte de compétition internationale qui régnait, particulièrement entre la France et la Grande-Bretagne, toute information géographique était d’importance stratégique et ne pouvait donc être diffusée sans être « filtrée ». Par conséquent, les données fournies par les journaux de bord sur lesquels s’appuie J. Hawkesworth sont brouillées voire déformées. Ce n’est qu’au XXe siècle, grâce aux travaux du grand érudit John Cawte Beaglehole, que l’on peut avoir accès à des sources restituées dans leur authenticité et à des renseignements fiables sur les premiers voyages d’exploration britanniques en Océanie. Il n’en demeure pas moins que les récits de voyage et notamment celui du Dr Hawkesworth connaissaient un grand succès à la fin du XVIIIe siècle et faisaient la fortune des éditeurs et des auteurs. C’est ce qui incita Bougainville à écrire son Voyage autour du monde.

Le deuxième livre présenté dans cette vitrine a pour auteur celui qui est le grand héros de l’exploration du Pacifique par les Européens : James Cook (1728-1779). Les Cartes et figures du troisième voyage de Cook [EFEOB VOY 18 (9)] qui sont exposées rappellent que c’est à lui que l’on doit la première carte complète du Pacifique, un travail si remarquable qu’il servit de référence jusqu’à la Seconde Guerre mondiale. On ne saurait lui enlever ses immenses talents de navigateur et sa remarquable personnalité, mais il est indéniable que sa notoriété doit beaucoup à la diffusion en langue anglaise du récit de ses expéditions, grand succès de librairie à la fin du XVIIIe siècle, encore propagé par l’admirable « Hakluyt Society » au XXe siècle. Ce qui a occulté du même coup le rôle joué par les Espagnols et les Français dans la connaissance du monde océanien. On peut remarquer la date de 1785 pour cette cette édition française de la relation du troisième voyage de Cook. C’est, en effet, celle du départ pour le Pacifique de l’expédition de La Pérouse (1785-1788), conçue pour égaler du côté français la haute tenue scientifique de celles de James Cook. L’exploration du Pacifique, à vrai dire, était périlleuse et le troisième voyage de Cook comme celui de La Pérouse tournèrent à la tragédie : Cook fut tué à Hawaii, le 14 février 1779 et l’expédition de La Pérouse fit naufrage à Vanikoro dans les îles Santa-Cruz en juin 1788. Mais il y a un drame – et même un double drame – caché derrière ces drames. Le retour de James Cook dans le Pacifique, et surtout à Tahiti et dans les îles de la Société, était principalement motivé par le rapatriement d’un Polynésien Omai (ou plus exactement Ma’i) qui, embarqué au cours du deuxième voyage, avait passé quelques deux années en Grande-Bretagne. Il s’agissait aussi, en ramenant Omai chez lui, de prouver la diligence et l’efficacité britanniques puisqu’Aoutourou (appelé aussi Poutavéry), parti avec Bougainville, au terme d’un séjour d’une année à Paris et d’une attente toute aussi longue à l’île de France (aujourd’hui île Maurice), était mort de la variole au large de Madagascar sans revoir Tahiti. Mais l’expérience extraordinaire qu’avait vécu Omai ne suscita pas l’enthousiasme ni même ne retint véritablement l’attention de ses compatriotes. Son retour fut loin d’être triomphal et il mourut d’ailleurs marginalisé, dans les deux années qui suivirent le départ des Britanniques.

Collections de la BULAC, cote EFEOB VOY 18 (9).

Bien sûr, il faut s’arrêter sur la gravure illustrant ce livre qui montre une danseuse polynésienne dont le déhanchement évoque l’une des figures du ori tahiti (danse « classique » tahitienne). On soupçonne que le vêtement très conforme aux critères de décence alors en vigueur en Europe n’est pas tout à fait authentique. Dénuder le haut de son corps pour une femme dans l’ancienne Polynésie était un signe de respect plutôt qu’une avance érotique et les nouveaux venus virent certainement des jeunes filles torse nu danser et chanter devant eux lors de cérémonies en leur honneur. Les premiers Européens à séjourner dans l’île, et Bougainville tout particulièrement, se répandirent à leur retour sur la lascivité et la grande liberté sexuelle des femmes tahitiennes. Il s’agit d’une fable à la vie dure reposant largement sur des fantasmes masculins occidentaux et révélant le fossé d’incompréhension avec ce monde océanien en contact pour la première fois avec celui des Anglais et des Français. Ceux-ci n’en connaissaient pas la langue (on communiquait par gestes !) pas plus que les valeurs et la culture qu’elle véhiculait2.

Collections de la BULAC, cote BIULO GEN.III.4334.

Le troisième livre de cette vitrine, signé par Lady Annie Allnut Brassey (1839-1887), A voyage in the « Sunbeam » : our home on the ocean for eleven months… [BIULO GEN.III.4334], témoigne, au-delà de sa dimension « charnelle », de l’ampleur et de la continuité de l’engouement pour Tahiti. L’auteur est une dame de la meilleure société britannique qui effectua une croisière autour du monde, entre 1876 et 1877, avec ses quatre enfants et quelques amis sur le yacht Sunbeam, dirigé par son époux. La relation de cette expédition illustrée de photographies et de dessins réalisés sur place raconte notamment l’escale de la famille à Tahiti  et sa découverte des gens et des choses là-bas. Parue pour la première fois en 1878, elle fut plébiscitée par le public, puisqu’elle connut plusieurs éditions (celle présentée date de 1881) tant en Grande-Bretagne qu’aux États-Unis. On en fit même des versions abrégées à destination d’un public scolaire.

La prise en considération des femmes dans ce que l’on appelle aujourd’hui la période du « Contact » entre la Polynésie et l’Europe est assez récente ; il en va de même pour le point de vue des voyageuses européennes au XIXe et au XXe siècle et pour leur « découverte », à elles, de Tahiti. Or le fait en était bien là dès le commencement du processus. On ne saurait trop rappeler que l’expédition de Bougainville compta, parmi ses participants, en la personne de Jeanne Baré (ou Baret) une femme – même si ce fut « clandestinement » et qu’elle resta travestie en homme une bonne partie du voyage. Issue d’un milieu modeste, embarquée avec la complicité du Dr Philibert Commerson – la plus haute autorité scientifique dont elle était l’assistante-botaniste -, bravant victorieusement les épreuves dont des tentatives de viol, elle gagna par son courage et l’efficacité de son travail le respect et l’estime de ses compagnons3.

Collections de la BULAC, cote BIULO GEN.III.4334

Collections de la BULAC, cote BIULO GEN.III.4334.

Le Voyage autour du monde de Bougainville

Dans la vitrine « Le ​Voyage autour du monde de Bougainville », le point fort est évidemment, de la plume de Louis-Antoine de Bougainville, leVoyage autour du monde, par la frégate du Roi La Boudeuse, et la flûte L’Étoile [EFEOB VOY 40 (1)], dans l’édition de 1772. Ce texte se rapporte au tour du monde accompli entre décembre 1766 et mars 1769 par l’auteur, les passagers et l’équipage de la frégate La Boudeuse et de son navire d’escorte la flûte L’Étoile.

Collections de la BULAC, cote EFEOB VOY 40 (1).

Tour du monde qui constitue bel et bien un exploit. Ce fut la première circumnavigation officiellement réalisée par une expédition française. Elle s’aventura dans l’immensité de l’océan Pacifique encore largement inconnue des Européens et pour laquelle aucune carte n’existait encore. On ne mesurait encore qu’assez approximativement la longitude et les conditions de manœuvre et de vie à bord étaient particulièrement éprouvantes. Il y eut sept morts parmi les 210 participants au voyage, ce qui était bien peu selon les critères du temps. La diligence de Bougainville fut saluée. Il veilla effectivement au bien-être de tous, embarquant notamment des musiciens pour entretenir le moral avec chants et danses tous les jours ou presque sur le pont. Les circonstances et les conditions de déroulement de ce tour du monde sont marquées par la situation assez précaire dans laquelle se trouvent à la fois le royaume de France, défait de fraîche date par la Grande-Bretagne au terme de la Guerre de Sept Ans (traité de Paris, 1763), et Bougainville, qui en subit les conséquences. La carrière militaire de ce dernier comme ses ambitions et ses espoirs se trouvaient mis à mal4. L’expédition autour du monde était, pour lui, une sorte de remède au coup du sort, mais il manqua de soutien. Comme les caisses de la Couronne étaient vides, il dut la financer en grande partie de ses propres deniers alors qu’il n’avait pas une notoriété suffisante pour trouver de solides appuis du côté des institutions scientifiques.

Collections de la BULAC, cote EFEOB VOY 40 (1).

La publication du récit de son voyage résulte bien de ces problèmes en tout cas. Il s’agit pour Bougainville à la fois de gagner de l’argent, pour rentrer dans ses fonds, et aussi de gagner de la reconnaissance. Mais si son livre remporta du succès auprès du grand public, il fut dédaigné par les savants et dans les salons les plus influents5. Malgré ce qu’il affirme au début de ce livre, Bougainville livre là un texte élaboré littérairement. C’est l’œuvre d’un homme cultivé et talentueux, capable d’embellir mais aussi d’occulter ce qui est arrivé au cours de la circumnavigation. Ainsi consacre-t-il un long développement et fait-il un élément central de la petite dizaine de jours passés à Tahiti, passant sous silence de longs et difficiles mois de navigation au cours d’un voyage qui dura deux ans. Aussi, pour savoir un peu mieux ce qui a été réellement vu et vécu par les Français, lors de l’escale, il importe de se référer au journal de bord tenu effectivement au jour le jour par Bougainville tout au long du périple. On peut ainsi mesurer les transformations qu’il a pu opérer mais aussi comment sa vision des choses s’est modifiée à cause des informations acquises ultérieurement auprès d’Ahutoru, le Tahitien qui l’a accompagné jusqu’en France.

Collections de la BULAC, cote BIULO AL.V.173

Mais, surtout, on dispose d’autres versions de ce séjour dans cette île de Tahiti dont Bougainville prit possession au nom du roi de France en la nommant « Nouvelle Cythère », du nom de l’île idyllique, demeure d’Aphrodite/Vénus dans la mythologie gréco-romaine. Nom que lui inspira sa culture classique comme les jeunes Tahitiennes dévêtues rencontrées sur place et la lascivité qu’il leur prêta. Le journal de Charles-Félix-Pierre Fesche, La Nouvelle Cythère (Tahiti) : journal de navigation inédit écrit à bord de la frégate du roy La Boudeuse, commandée par M. le chevalier de Bougainville [BIULO AL.V.173] qui participa en tant que volontaire à l’expédition offre ainsi un utile contrepoint à ce que rapporte Bougainville. Le texte du journal de navigation de Bougainville, comme celui de Fesche ou encore celui du chirurgien Vivez sont accessibles grâce à la remarquable édition procurée par Étienne Taillemite6.

Le Voyage de Bougainville est fascinant par les décalages et les effets d’écho qui le caractérisent. Il est ainsi publié en mai 1771 soit plus de deux ans après le retour en France de l’expédition. À ce moment, il s’agit clairement pour Bougainville, à nouveau, de « faire l’actualité », alors que la disgrâce de son protecteur, Choiseul, grand ministre de Louis XV, le met en difficulté et menace de le marginaliser. Exposée dans la vitrine, cette deuxième édition du texte, présentant des modifications par rapport à la première, constitue une réplique à deux publications britanniques qui firent grand bruit à l’époque, des deux côtés de la Manche : d’une part le récit « non autorisé » du premier voyage de Cook (paru sous le nom usurpé du fameux naturaliste Joseph Banks et de son collaborateur Daniel Solander) et d’autre part et surtout la traduction anglaise par le naturaliste Johann Forster de la première édition du Voyage autour du monde accompagnée de commentaires très désobligeants. Bougainville entend donc défendre à la fois son honneur et la validité scientifique et morale de son expédition. Il évoque ainsi dans cette deuxième édition de son texte l’acheminement réussi d’Ahutoru à l’île de France (aujourd’hui Maurice). Ce doit être pour lui la première étape de son rapatriement vers Tahiti. Mais en réalité, mal organisé et mal financé, ce rapatriement traîne en longueur. Au moment où paraît le Voyage autour du monde dans sa deuxième édition, Ahutoru qui n’est parti de l’île de France qu’au bout d’un an de pénible attente a déjà trouvé la mort, le 6 novembre 1771, sans avoir revu son pays. Il n’est évidemment pas question de ce drame dans la nouvelle édition du récit de la circumnavigation.

Collections de la BULAC, cote BIULO MEL.8.23.

Déjà, il s’avère que l’engouement pour Tahiti n’a que peu de rapport avec la réalité : ce que l’on en dit compte davantage que ce qui est effectivement et que l’on ne connaît que très peu et très mal. Le livre de Julien Taitbout, ​Essai sur l’isle d’Otahiti : située dans la mer du Sud, et sur l’esprit et les moeurs de ses habitans [BIULO MEL.8.23], est tout à fait représentatif de cette production littéraire complètement artificielle. Pour l’auteur, un juriste polygraphe, il s’agissait d’expliquer les mœurs de ce peuple « nouveau » en lui appliquant systématiquement et mécaniquement les principes de la philosophie de Montesquieu. Ce texte avait précédé, au printemps 1770, par Le Sauvage de Taïti aux Français avec un envoi au philosophe ami des Sauvages, rédigé par Nicolas Bricaire de La Dixmerie (1731-1791) et fut suivi, en 1782, par l’Histoire des Révolutions de Taïti de Jean-Charles Poncelin de La Roche-Tilhac et, en 1786, des Lettres Taïtiennes de Marie-Josèphe de Lescun dite Mme de Mombart. Mais le plus célèbre du genre s’avère bien sûr le Supplément au Voyage de Bougainville, du fameux philosophe Denis Diderot. Il commença à circuler, semble-t-il, à partir de la fin septembre 1772 mais ne fut imprimé qu’à partir de 1796. Comme les autres, il relève davantage des caractéristiques et des préoccupations des contemporains du Siècle des Lumières en Europe qu’il n’instruit sur l’authenticité anthropologique de Tahiti à propos de laquelle ces auteurs dissertent sans jamais y être allés7.

Otahiti, terre d’imaginaire : du mythe à la réalité

Les ouvrages présentés dans la vitrine « Otahiti, terre d’imaginaire : du mythe à la réalité » font tout particulièrement écho à ceux proposés par la vitrine « Le ​Voyage autour du monde ​ de Bougainville ». Après l’interruption résultant de la période révolutionnaire et impériale, on renoue, en France, sous la monarchie de Juillet, avec les grandes expéditions scientifiques d’exploration du Pacifique. Ce qu’illustrent par exemple Jules Dumont d’Urville, entre 1837 et 1840, ou Eugène Delessert, qui a laissé des Voyages dans les deux océans, Atlantique et Pacifique, 1844 à 1847 : Brésil, États Unis, Cap de Bonne-Espérance, Nouvelle Hollande, Nouvelle Zélande, Taïti, Philippines, Chine, Java, Indes Orientales Égypte [EFEOB VOY 254].

Collections de la BULAC, cote EFEOB VOY 254.

Collections de la BULAC, cote EFEOB VOY 254.

Collections de la BULAC, cote EFEOB VOY 254.

On pourrait considérer, dès lors, que les idées fausses sur Tahiti répandues depuis le voyage de Bougainville étaient en passe d’être dissipées. Effectivement, l’information se précisait et se densifiait ; pourtant on ne saurait oublier qu’Eugène Delessert (1819-1877), savant accompli, est le neveu du fameux Benjamin Delessert, lui-même brillant scientifique mais tout aussi actif homme d’affaires couronné de succès (avec Jean-Baptiste Say, il est à l’origine du développement de l’industrie sucrière en France). La carrière, le prestige et l’influence de cet oncle incitent à se souvenir des tournants qui sont pris à l’horizon de ces décennies 1840-1850. Ainsi, les missions d’exploration et d’enquête réalisées à cette époque s’insèrent-elles dans l’entreprise coloniale qui se formalise à Tahiti par la mise en place d’un protectorat français, en 1842, sur le royaume de la reine Pomaré IV que visite Eugène Delessert. Les données scientifiques alors collectées comme la présence de ces savants font donc l’objet d’une certaine manipulation, à l’origine de nouvelles idées fausses8.

Pour sortir définitivement de l’affabulation à propos de Tahiti, on peut avoir recours au savoir acquis « sur le terrain », par des résidents de longue durée, vivant et travaillant auprès des Polynésiens. Mais l’histoire tragique du livre Tahiti aux temps anciens [BIULO COL.8240(1)] signé par Teuira Henry, montre bien combien est difficile la transmission de la connaissance de ce qu’était réellement Tahiti avant le Contact avec les Européens. En fait, cet ouvrage est le fruit du labeur du révérend John Muggridge Orsmond (1784-1856). Arrivé à Moorea, l’île-sœur de Tahiti en 1817, il semble qu’il ait réussi assez vite à maîtriser le reo tahiti. Le dictionnaire Tahitien-Anglais, tout premier du genre, publié par la Société des Missions de Londres est attribué au révérend John Davies, pourtant John Orsmond en est presque entièrement l’auteur. Son autorité et son zèle missionnaire sont rapportés : lutte contre l’alcoolisme, construction à son initiative de maisons et de temples de style européen, ainsi que de routes et de ponts. Pour avoir des matériaux, Orsmond n’hésitait pas – paraît-il – à abattre des arbres à pain et des cocotiers, car, selon ses propres termes, il estimait que toute cette nourriture à la portée des Tahitiens les incitait à la paresse. Il semble que le temps et l’approfondissement de sa compréhension des hommes et des choses à Tahiti et dans les îles l’amenèrent à changer ses méthodes. En tout état de cause, il prit position pour éviter un bain de sang à la population polynésienne durant la période de tension qui suivit l’implantation coloniale française dans les années 1840. Cela lui valut d’être considéré comme un traître et de perdre ses fonctions et son accréditation puisqu’il fut rayé des cadres de la Société des Missions de Londres.

Collections de la BULAC, cote BIULO COL.8240(1).

Collections de la BULAC, cote BIULO COL.8240(1).

En tout cas, en complément et de surcroît à ses activités de missionnaire, le révérend Orsmond s’employa à recueillir la tradition païenne, désormais abandonnée en grande partie. Ainsi consigna-t-il, dès 1822, le chant de la Création de l’île-sanctuaire de Raiatea. Mais c’est entre 1824 et 1834 qu’il accumula la presque totalité de ses informations et documents. En l’absence, alors, de possibilités de reprographie rapide et efficace, ceux-ci furent rassemblés sous la forme d’un volumineux manuscrit dont n’existait qu’une seule version. Le révérend Orsmond était désormais en fonction sous autorité française. Aussi lorsque l’amiral Lavaud quitta Tahiti au terme de son affectation, Orsmond lui confia ce précieux ouvrage pour qu’il le rapporte en France. Or ce manuscrit fut catastrophiquement perdu, avec d’autres documents publics, lors d’un incendie vers 1850, sous la Seconde République. Un auteur qui a pu consulter le manuscrit avant sa destruction, signale et souligne les « renseignements d’une précision si remarquable » qu’il lui a fournis. Toutefois, cette irremplaçable masse d’informations n’a pas complètement disparu. En effet, Teuira Henry (1847-1915), petite-fille du révérend Orsmond, travailla tout au long de sa carrière d’enseignante à rassembler, à compléter et à reprendre les notes et les brouillons de son grand-père, à partir desquels elle rédigea Tahiti aux temps anciens, publié pour la première fois à Honolulu, en anglais, en 1928.

Collections de la BULAC, cote BIULO Y.X.36.

Même s’il se transforme au XIXe siècle, le mythe tahitien est toujours d’actualité. Il passe par le dénigrement du métissage et de l’acculturation, alors qu’est exaltée, par contre, la sauvagerie « authentique » et largement supposée de ce tout ce qui est loin de l’influence européenne. Ce point de vue est à peu près celui du peintre Paul Gauguin qui séjourna à Tahiti de 1891 à 1893, puis à nouveau à partir de 1893, avec une installation aux îles Marquises en 1901 jusqu’à sa mort en 1903. Le journaliste Henri Lebeau a consacré un article, dans la très lue Revue de Paris, à ce peintre dont il avait suivi les traces sur place. Inspiré par le séjour de six semaines qu’il effectua à Tahiti en 1906, Henri Lebeau fit aussi paraître le livre, ​Otahiti, au pays de l’éternel été​ [BIULO Y.X.36] ici exposé. Significativement, il parle de Papeete, la capitale coloniale, comme d’une « petite bonbonnière remplie de vilains bonbons humains » tandis que les zones rurales (ou « districts ») constituent « une terre idéalement belle… où l’on ne pourrait vivre toujours ». Par conséquent, paradoxalement, ce n’est donc peut-être pas la forme a priori objective du reportage qui donne « à voir » le plus fidèlement Tahiti et ses îles.

Collections de la BULAC, cote BIULO EF.VII.11.

Même s’il se présente sous la forme d’une fiction romancée, le livre de Madame Brunel, Aux Iles Sous-le-vent de Tahiti et ailleurs​ [BIULO EF.VII.11] est certainement plus riche de données moins « filtrées » par la passion de l’exotisme. En tout cas, l’auteur, Madeleine Barbier, épouse du pasteur G. Brunel, de la Société des Missions évangéliques, a pu faire l’expérience au quotidien de la vie aux antipodes de l’Europe bien plus longtemps et certainement plus concrètement, parce qu’elle avait charge d’enfants, que n’a pu le faire Henri Lebeau ou Paul Gauguin, quant à lui fort peu estimé des Tahitiens. L’intérêt de son livre tient à ce que le texte est complété de photographies et de dessins de Madeleine Barbier-Brunel réalisés lors du long séjour qu’elle fit entre 1892 et 1911 dans l’île de Raiatea, aux îles de la Société, siège du grand marae de Tapuapuatea, pôle religieux de la Polynésie d’avant le Contact, aujourd’hui classé au Patrimoine mondial par l’UNESCO.

Otahiti, terre d’évangélisation

Collections de la BULAC, cote BIULO U.VII.17.

La vitrine « Otahiti, terre d’évangélisation » incite à réaliser que le récit du voyage de Bougainville a contribué à forger de Tahiti une image largement fantasmatique mêlant exotisme et lascivité mais, en tout cas, idéalisante. Du côté britannique, cependant, les choses furent un peu différentes. Les idées fausses qui se propagèrent à l’occasion des voyages d’exploration de la fin du XVIIIe siècle furent plus négatives, développant chez certains la conviction qu’il fallait délivrer les Tahitiens du paganisme et de ses abominables conséquences. S’ensuivit l’arrivée en 1797 des tout premiers évangélisateurs, protestants, dépêchés par la « London Missionary Society » (L. M. S. ) ou Société des Missions de Londres. Très peu nombreux, coupés de l’Angleterre, leur action fut cependant servie par les conséquences dévastatrices des épidémies résultant du « choc microbien » corollaire du Contact qui déstabilisèrent l’île en mettant à mal les cadres et les valeurs traditionnels. S’y ajouta la montée en puissance des Pomaré qui soutenaient les missionnaires et réussirent à établir un régime monarchique au tout début du XIXe siècle.

Collections de la BULAC, cote BIULO U.VII.17.

À Tahiti comme dans le reste du Pacifique, contrairement à ce qui s’est passé précédemment en Amérique, l’évangélisation a précédé la colonisation ; si bien que le christianisme, dans sa version réformée, devint un élément-clé de la cristallisation de l’identité autochtone. Avant l’arrivée des Européens, la culture polynésienne reposait exclusivement sur la transmission orale. La traduction de la bible en tahitien qui permet de fixer pour la première fois la forme écrite du reo (langue tahitienne) est d’autant plus importante. L’exposition présente un exemplaire de la toute première traduction publiée en 1838 au terme d’un très difficile travail linguistique de 30 ans mené à bien par le missionnaire Henry Nott, avec l’aide du très érudit roi Pomaré II​ : Bible en langue tahitienne : te Biblia moa ra ​[BIULO U.VII.17].

Collection de la BULAC, cote BIULO EF.VIII.77.

Le christianisme catholique ne s’établit pas dans la région avant le milieu du XIXe siècle et il s’implanta d’abord dans les archipels éloignés de Tahiti, celui des Gambiers et celui des Marquises. C’est pour ce dernier que fut rédigé par le Père Dominique Fournon, de la congrégation de Picpus, ce livre en langue marquisienne (langue polynésienne distincte du reo tahiti) destiné à expliquer la « Parole vraie » et comprenant des récits en vers de l’Ancien et du Nouveau Testament, ainsi que des cantiques évoquant l’histoire de la Vierge Marie, E hamani haatuhuna i te tekao tiatohu ​[BIULO EF.VIII.77]. La concurrence entre missionnaires protestants et missionnaires catholiques et la défense de ces derniers est directement à l’origine de la mise en place de la tutelle coloniale française à Tahiti en 1842. C’est un coup de force contre les intérêts britanniques sur place représentés alors par le pasteur Pritchard9.

L’évangélisation induit l’acculturation, c’est clair. Pour autant, on ne saurait réduire les missionnaires à un rôle de fossoyeurs de la culture traditionnelle. Ainsi le premier évêque de Tahiti, Mgr Etienne (prononcé à la tahitienne « Tepano ») Jaussen (1815-1891) fut certes le promoteur d’une catéchèse en français, mais il devint pour ce faire un spécialiste de la langue tahitienne. Le manuel qu’il publia, Second livre pour les écoles de Tahiti [BIULO GH.VIII.156] le démontre. Intitulé, en reo, E Parau pitina te mau haapii raa no roto i te parau iriti Tahito hia o te ore i faatitiiaifaro hia ra, il porte un texte français sur la page gauche et son équivalent tahitien sur celle de droite, œuvre de Jaussen lui-même. Auteur d’un dictionnaire franco-tahitien par ailleurs, Jaussen fut un défenseur de la culture polynésienne, notamment à l’île de Pâques où il lutta efficacement contre l’asservissement de la population et fut l’un des premiers à chercher à comprendre les tablettes rongo-rongo10.

Collections de la BULAC, cote BIULO GH.VIII.156.

Un système scolaire très exclusivement francophone, stigmatisant et dévalorisant la langue tahitienne est le corollaire traumatisant de la tutelle coloniale française. Les temples et la liturgie protestante devinrent alors le refuge et un conservatoire effectif du reo. Aujourd’hui encore les Tahitiens âgés se souviennent douloureusement du caractère brutal de cette francisation. Il en alla de même en métropole où les langues vernaculaires (basque, breton, corse, occitan) déclinèrent avec l’institution de « l’école gratuite, laïque et obligatoire », grande œuvre de la IIIe République dans les années 1880. Portées par des enseignants « primaires » travaillant très souvent en couple, puisque concernant aussi bien les garçons que les filles, les lois scolaires de Jules Ferry ne prévoyaient pas pour autant la mixité. Ainsi « Monsieur » enseignait aux garçons alors que « Madame » se chargeait des filles.

On voudrait en savoir plus sur M. et Mme Dormoy, auteurs du Vocabulaire tahitien-francais à l’usage des écoles publiques [BIULO CD.VIII.63] que l’on imagine assez représentatifs des « hussards noirs de la République ». Le dos de la page de titre indique seulement leur titre d’ « instituteurs publics » et que leur travail a été « révisé par M.M. Cadousteau et Butteaud interprètes, sous la direction de M. Antoine Mathivet, directeur de l’Intérieur des Etablissements Français d’Océanie » (ou « E. F. O. » : cadre administratif colonial dans lequel se trouvaient Tahiti et les îles de la Polynésie française d’aujourd’hui). On voudrait penser qu’ils furent de ces bons pédagogues qui, démentant la caricature de l’impérialisme de la francophonie jacobine, surent partir des acquis linguistiques initiaux de leurs élèves pour mieux les former. On peut noter que ce livre a connu trois éditions successives, gage d’une diffusion assez large.

Collections de la BULAC, cote BIULO CD.VIII.63.

Otahiti, l’Éden à l’épreuve de la photographie

Si le texte, avec, au départ, comme on l’a déjà évoqué, celui du Voyage autour du monde de Bougainville, a commencé à faire « rêver Tahiti » en Europe et en France tout particulièrement, l’image y aida d’emblée tout autant. La vitrine « Otahiti, l’Éden à l’épreuve de la photographie » le rappelle.

D’abord ce furent les gravures illustrant les publications des récits, reprises des dessins et des artistes accompagnateurs des voyages d’exploration. On ne pouvait en effet reproduire et diffuser, avec les moyens iconographiques de la fin du XVIIIe siècle et du début du XIXe siècle, les extraordinaires tableaux du peintre britannique William Hodges. Dès son apparition pratiquement, la photographie « fabrique » aussi l’image de Tahiti. Assez significativement, le pionnier dans ce domaine fut Gustave Viaud (mort en 1865), frère aîné et prédécesseur, dans l’île, de Pierre Loti (1850-1923) dont le roman Le Mariage de Loti (1880) contribua fortement, du point de vue littéraire, à l’affabulation sur Tahiti. Il existe une école photographique tahitienne représentée notamment par Charles Spitz. On a pu établir comment certaines de ces photographies ont été une inspiration pour Paul Gauguin et son œuvre picturale tahitienne (entre 1891 et 1903)11.

Collections de la BULAC, cote BIULO AI.VIII.70.

Collections de la BULAC, cote BIULO AI.VIII.70.

Même si le noir et blanc efface – mais pour mieux la sublimer peut-être – l’éclatante polychromie tahitienne, des livres tel que celui de Lucien Gauthier, Tahiti : texte et photographies [BIULO AI.VIII.70] connaissent un grand succès. L’auteur s’était installé comme photographe à Tahiti en 1904 et il connut donc l’île avant que l’ouverture du canal de Panama n’en facilite, sinon n’en banalise l’accès. La Polynésie demeura longtemps, en effet, une sorte de grand lointain aux antipodes de la métropole, puisque seul établissement colonial français sans liaison directe avec la France. Les images et le commentaire qu’en donne Lucien Gauthier témoignent d’une époque antérieure à une certaine modernité, concrétisée en particulier par l’automobile. Elle peut susciter aujourd’hui une certaine nostalgie et même nourrir de la rancœur face à un « monde perdu ».

Collections de la BULAC, cote BIULO AP.VIII.704

Le propos du livre a, à coup sûr, une valeur de document « historique ». Dans cette perspective, cet ouvrage peut être rapproché de celui d’Hubert Deschamps, ​Tahiti : la Polynésie française. Nouvelle-Calédonie, Nouvelles-Hébrides [BIULO AP.VIII.704]. L’auteur, ancien gouverneur de la France d’Outre-mer qui termina sa carrière de haut-fonctionnaire comme professeur d’histoire coloniale à la Sorbonne, y livre ses souvenirs autant qu’il formule, en observateur des mieux informés qu’il était, des analyses pour l’avenir de Tahiti et de la Polynésie. Il a pu effectivement mesurer la rupture occasionnée par la Première et surtout la Seconde Guerre mondiale, qui eût la région pour théâtre d’opérations. Mais il ne pouvait anticiper celle, bien plus importante, qui résulta de l’implantation, à partir des années 1960, du Centre d’Essais nucléaires du Pacifique (C. E. P.). Or celui-ci généra des conséquences marquantes de tous ordres qui pèsent encore aujourd’hui12.

Citer ce billet : Véronique DORBE-LARCADE, "Otahiti, Nave Nave Fenua / Tahiti, terre délicieuse," dans Le Carreau de la BULAC, 9 juillet 2018, https://bulac.hypotheses.org/6858. Consulté le 19 septembre 2018
  1. « L’invention et la représentation des races au XVIIIe siècle », n° thématique de la revue Lumières, Centre interdisciplinaire bordelais d’étude des Lumières, 2010. []
  2. Serge Tcherkézoff, « La Polynésie des vahinés et la nature des femmes : une utopie occidentale masculine », Clio, Femmes, Genre, Histoire, 22, 2005. []
  3. John Dunmore, Monsieur Baret, First Woman Around the World 1766-68, Heritage Press, Auckland, 2002. []
  4. John Dunmore, Storms and Dreams, Louis de Bougainville, Soldier, Explorer, Statesman, NonSuch, 2005. []
  5. Louis-Antoine de Bougainville, Voyage autour du monde, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 2001.- François Moureau, « Le rendez-vous manqué de Bougainville : du voyage au livre », in The Darnton Debate : Books and revolution in the Eighteenth century, Voltaire Foundation, 1998, pp. 31-63. []
  6. Étienne Taillemite, Bougainville et ses compagnons autour du monde 1766-1769, Journaux de navigation, établis et commentés, Imprimerie Nationale, 1977, 2 t. []
  7. Éric Vibart, Tahiti, naissance d’un paradis au Siècle des Lumières, 1767-1797, La Mémoire des Siècles, éditions Complexe, 1987. []
  8. Hélène Blais, Voyages au grand océan : Géographies du Pacifique et colonisation 1815-1845, CTHS, 2005.- Serge Tcherkézoff, Polynésie-Mélanésie, l’invention française des races et des régions de l’Océanie XVIe-XXe siècle, Au Vent des Iles, 2008. []
  9. Claire Laux, Le Pacifique aux XVIIIe et XIXe siècles, une confrontation franco-britannique : enjeux économiques, politiques et culturels (1763-1914), Paris, Karthala, 2011, 333 p. []
  10. Tara Hiquily et Muriel Glaunec, No hea Mai Matou ? – Destins des objets polynésiens, catalogue d’exposition, Musée de Tahiti et des Îles, 2007. []
  11. Jean-Yves Tréhin, Gauguin, Tahiti et la photographie, Musée de Tahiti et des îles, 2003. []
  12. Sarah Mohamed-Gaillard, Histoire de l’Océanie, De la fin du XVIIIe siècle à nos jours, Armand Colin, coll. U, 2015, 240 p. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.