La presse grécophone comme presse allophone à la BULAC

Ce billet est issu d’une présentation donnée à l’occasion d’une séance de séminaire qui s’est tenue à la BULAC le 26 juin 2018, dans le cadre des séminaires du réseau Transfopress (Réseau transnational pour l’étude de la presse en langues étrangères) consacrés à l’étude de la presse allophone.


De Vienne à Paris : aux origines de la presse grécophone comme presse allophone

En 1818, Nicopoulo, né à Smyrne (Izmir) et bibliothécaire à l’Institut, fonde à Paris un journal en langue grecque. Athina voit le jour quelques années après Ephimeris, journal publié à Vienne dans les années 1790, dont le titre devint par la suite le terme générique pour désigner la presse quotidienne en grec moderne.

Ephimeris est le premier journal grec qui nous soit parvenu. À Vienne à la fin du XVIIIe siècle, les commerçants grécophones connaissaient une situation florissante. De plus, les relations diplomatiques apaisées entre la maison des Habsbourg et l’Empire ottoman permettaient la libre circulation, dans la péninsule balkanique et en Anatolie, de tout imprimé de provenance outre-danubienne, favorisant ainsi la diffusion de ce journal auprès des populations grécophones des domaines du sultan. Paru à partir du 31 décembre 1790, Ephimeris fut édité par les frères Georges et Poulios Markidis Pouliou, originaires de la ville de Siatitsa en Macédoine ottomane1. Dans son premier numéro, on apprend que les fondateurs avaient édité en même temps le premier journal en serbe2. À la Une du 31 décembre 1790, on voit une image représentant une femme, l’Hellade, assise sur un trône céleste, tandis que le soleil levant dissipe les nuages environnants. Un ange-enfant offre à la Grèce, qui tend la main, un journal, intitulé Ephimeris.

Symbole de la volonté de faire naître un État qui n’existait pas encore, Ephimeris paraissait deux fois par semaine, la première année de 4 à 8 pages in-4°, plus tard de 16 à 20 pages dans un format de petit livre in-8°. Dans ses numéros, le lecteur pouvait aussi bien lire des nouvelles sur l’actualité politique, les transactions diplomatiques, les phénomènes naturels remarquables, les faits divers, que trouver des petites annonces ou des informations sur la vie sociale et culturelle de la société viennoise et de sa communauté grécophone. Le journal faisait également la promotion d’éditions de livres en grec, s’adressant à ses lecteurs afin qu’ils soutiennent cette édition, en se procurant un ou plusieurs exemplaires. En ce qui concerne ses rubriques sur l’actualité à l’étranger, les nouvelles provenaient souvent de journaux publiés dans d’autres langues3, alors que pour les événements impliquant la Sublime Porte et le Patriarcat œcuménique de Constantinople, elles s’affichaient comme issues de correspondants particuliers.

Pour le lancement de leur journal, les frères Markidis-Pouliou ont eu recours à une pratique de publicité courante à cette époque, à savoir la diffusion d’une brochure, qui annonce la publication de ce nouveau titre dans les termes suivants :

une gazette pour les philhellènes dans la langue grecque de tous les jours, qui n’est chose qu’une narration historique quotidienne non seulement des choses du présent, mais aussi du passé et du futur. D’où le nom aussi d’Ephimeris, dont les nouvelles est un choix de choses dignes d’être relayées, pas seulement dans l’actualité militaire mais aussi politique et économique4.

Le journal dut fermer en 1797, suite à son engagement en faveur du représentant des Lumières balkaniques Rigas Velestinlis5, sujet ottoman revendiquant la transformation de la monarchie absolutiste ottomane en République fédérale. Le sultan, inquiet par la diffusion de ces idées au sein de ses domaines, communiqua son mécontentement auprès du gouvernement habsbourgeois et exigea la fermeture du journal. Soucieux de ne pas compromettre ses relations de bonne entente avec l’Empire ottoman, les officiers de François II mirent en place des dispositifs qui entravèrent sa circulation jusqu’à sa disparition définitive.

Au-delà de son existence relativement éphémère, l’expérience éditoriale de ce journal nous invite à un voyage historique à travers les lieux de la presse grécophone publiée en tant que presse allophone. Plus concrètement, il convient de s’interroger tout d’abord sur le sens du concept de presse allophone en général et plus particulièrement dans le contexte de la presse grécophone, d’évoquer les principales séquences historiques expliquant sa dispersion dans l’espace et le temps, et enfin d’étudier comment ce phénomène se reflète dans les collections de la BULAC.

La presse grécophone comme presse allophone : cartographie sémantique

Dans un premier temps, il s’agit de délimiter les contours de ce qu’on pourrait entendre en général comme presse allophone et à partir de ces considérations et ces hypothèses dans notre bagage conceptuel et notre outillage méthodologique, essayer par la suite de proposer une cartographie géo-historique de ce corpus. Une des approches dominantes dans la définition de la presse allophone adoptée lors des précédentes rencontres Transfopress, c’est de la définir en tant que presse éditée en partie ou en entier, dans une ou plusieurs langues qui n’ont pas le statut de langue officielle. Une telle compréhension de la presse allophone, nous amène à nous pencher sur le sens de « langue officielle ». D’après les sociolinguistes on ne peut définir la langue officielle qu’en rapport avec un certain développement des fonctions administratives et étatiques. L’emploi de ce concept est en plus « moderne » et contemporain de l’émergence des États-nations, qui se caractérisent par une prise en charge des questions de communication à l’intérieur de leurs propres frontières, notamment dans les domaines de la communication administrative, de la justice et de l’éducation scolaire. Nous devons aussi prendre en considération dans nos réflexions la distinction entre langue officielle de jure et langue officielle de facto. Le latin resta langue officielle de jure de l’empire austro-hongrois jusqu’en 1914, mais dans la réalité ce sont l’allemand et le hongrois qui de facto, constituèrent les langues officielles de la double monarchie. L’officialisation des langues standard en Europe s’est faite par étapes et de manière variable. Les constitutions portent parfois la trace de cette officialisation soit en général, soit en mentionnant la langue d’usage dans tel ou tel autre domaine de la vie publique. Mais très souvent, il n’est nullement fait mention d’une langue officielle et c’est la langue employée dans la rédaction des textes constitutifs qui indique de facto quelle est la langue officielle.

Dans le cas de l’État ottoman, État pratiquant et reconnaissant plusieurs langues semi-officielles, parmi lesquelles le grec, où le turc ottoman ne fut fixé comme langue officielle qu’à l’occasion de la constitution de 1876, peut-on désigner une presse grécophone comme allophone ? Quelle est la place des journaux publiés en grec sur des territoires de l’État ottoman ou sous administration britannique (à l’instar des îles ioniennes), qui ont été incorporés par la suite à l’État grec ? Est-ce que nos critères de sélection ont une valeur rétrospective ou prospective ? Doit-on inclure par exemple, dans notre étude, des journaux publiés en grec à Salonique, avant 1912, date de son annexion à l’État grec ? En 1812, à Zante, sous administration française à l’époque, parut la Gazette delle isole Ionie liberate, en italien, avec un résumé grec chaque mois. En 1814, après l’occupation anglaise, parut l’Ioniki à Corfou. Comment traiter ces journaux dans un corpus censé répertorier la presse allophone ? Après avoir exclu de l’étude présente, les titres publiés sur des territoires qui ont été intégrés a posteriori à des pays où le grec fut établi comme langue officielle, en l’occurrence la Grèce ou la République de Chypre, les critères de sélection pour la constitution du corpus ont été désormais énoncés.

La presse grécophone comme presse allophone : cartographie géo-historique

La présence de communautés grécophones et par conséquent d’éventuels publics susceptibles d’être concernés et intéressés par la lecture d’un journal, d’un périodique en grec, fut liée à plusieurs phénomènes d’ordre sociopolitique et économique.

Panorama général de la dispersion géographique de la presse grécophone comme presse allophone

Le graphique suivant offre un premier aperçu de la présence et de la diffusion de la presse grécophone, en identifiant ses principaux centres d’édition et de publication.

Nombre de titres de journaux/périodiques par ville de publication

Les résultats de cette cartographie générale sont issus de la consultation du dictionnaire de la presse grecque élaboré par une équipe de chercheurs sous la coordination de Loukia Droulia et de Gioula Koutsopanagou6.

On voit ainsi se profiler une diversité intercontinentale et transocéanique. Comment l’historiciser ? Comment interpréter ces données ?

Périodisation de la dispersion géographique

Le graphique suivant propose une périodisation de cette dispersion géographique. Le découpage chronologique retenu permet d’évoquer certaines catégories-séries d’événements majeurs derrière ce phénomène.

Avant 1827
Nombre de titres par ville de publication
Entre 1827 et 1893
Nombre de titres par ville de publication
Entre 1893 et 1929
Nombre de titres par ville de publication
Éléments d’interprétation : contexte historique

Avant la création d’un État grec en 1827, adoptant le grec comme langue officielle, on retrouve des communautés hellénophones sur les territoires de l’Empire ottoman, les possessions de la maison des Habsbourg, l’Empire russe, ou sur des villes de l’Europe de l’Ouest, telles que Paris, Londres ou Amsterdam. Dans ces villes, il s’agit surtout de sujets ottomans grécophones, s’y installant pour des raisons d’ordre commercial ou intellectuel. Suite à la constitution d’un État grec, l’émigration de sujets/citoyens grécophones7, qui partent tout au long du XXe siècle, de Grèce, des Balkans ou d’Anatolie, pour aller s’établir dans d’autres régions du monde, correspond à deux vagues d’émigration principales.

En premier lieu, il y a eu une émigration massive à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, surtout vers les États-Unis d’Amérique8 et aussi vers d’autres pays, notamment l’Égypte. Cette émigration se manifesta dans un contexte de crise économique d’un côté, telle que celle déclenchée suite à  l’effondrement du prix des raisins secs, dont l’exportation constituait un des piliers de l’économie grecque, ou le krach des années 1920, et d’instabilité politique d’un autre côté, liée aux turbulences de la question d’Orient9. Ensuite, après la Seconde Guerre mondiale et la guerre civile qui s’ensuit en Grèce entre 1944 et 1949, on assiste à une deuxième vague de départ de Grèce, d’une part d’émigrés économiques quittant un pays dévasté par une décennie de conflits meurtriers et se dirigeant vers le Canada, l’Australie, ou des pays de l’Europe de l’Ouest (République fédérale d’Allemagne, Suède, France) et d’autre part, d’exilés politiques se réfugiant dans des pays de l’Europe de l’Est, notamment parmi les vaincus de cette guerre, les partisans-sympathisants du parti communiste10.

La presse grécophone comme presse allophone à la BULAC

Vingt-et-un journaux présents dans les collections de la BULAC répondent à ces critères et recouvrent ce pan spatio-temporel. On retrouve à la fois des journaux de la première génération ainsi que d’autres publiés dans des villes avec d’importantes communautés grécophones au XIXe siècle et jusqu’à l’entre-deux-guerres, telles qu’Alexandrie, Constantinople ou Marioupole en Ukraine de nos jours. La presse grécophone comme presse allophone à la BULAC.

TitreLieu de publicationAnnée(s) de publicationCote
Αγών CombatParis1929, 1930BIULO PER.105
Αιγυπτος / Egypte Alexandrie1862BIULO PER.141
Αλεξανδρινή Τέχνη / Art alexandrinAlexandrie1928BIULO MEL.8.1048(5)
Αμαλθεία / AmalthéeSmyrne1851-1866BIULO PER.152
Επετηρίς του εν Κωνσταντινουπόλει ηπειρωτικού φιλεκπαιδευτικού συλλόγου / Annuaire de l’association épirote de Constantinople pour la promotion et l’éducationConstantinople1875BIULO X.II.36
Αθηνά / AthènesParis1819BIULO MEL.8.155(5,2)
Ερευνα / EnquêteAlexandrie1927-1939BIULO PER.20274
Επετηρίς του Θρακικού φιλεκπαιδευτικού συλλόγου / Annuaire de l’associatio thraciote pour la promotion de l’éducationConstantinople1874BIULO R.VI.1
Γράμματα / LettresAlexandrie1920BIULO MEL.8.1056(3)
Ελληνικόν Δελτίον του εν Καïρω ελληνικού επιστημονικού συλλόγου / Bulletin de l’association grecque des scientifiques du CaireLe Caire1903BIULO PER.20030
Επτάλοφος / Aux sept collinesConstantinople1862, 1863BIULO Q.II.39
Ερμής ο λόγιος / Mercure savantVienne1811-1814BIULO R.V.93
Καλλιόπη / KalliopiVienne1820BIULO R.II.9
Κλειώ / ClioTrieste1865-1868BIULO PER.150
Κυψέλη / RucheConstantinople1845BIULO MEL.8.520(10)
Μέλισσα / AbeilleParis1819-1821BIULO R.III.69
Μουσείον / MuséeParis1819BIULO MEL.8.156(14)
Νεολόγος / NéologueConstantinople1867-1869BIULO PER.158
Νεοτιτα / JeunesseMarioupole1935BIULO MEL.8.1280(11)
Τηλέγραφος του Βοσπόρου και Βυζάντις / Le Télégraphe du Bosphore et Vyzantis Constantinople1861-1870BIULO PER.145
Θεατής / SpectateurConstantinople1869-1870BIULO PER.136
Telegraphos toy Vosporoy kai Byzantis, journal publié à Constantinople, BULAC, cote BIULO PER.145.

Parmi les représentants les plus anciens de cette presse, figure le journal Logios Ermis (Mercure savant), lancé à Vienne en janvier 1811, par la « Philomousos Etaireia », (Société des amis des lettres). Cette société fut constituée dans le but de soutenir la renaissance des lettres grecques grâce à la diffusion des idées des Lumières. Sa direction a été confiée au savant Anthimos Gazis. Nous voyons ainsi paraître à Vienne la première revue littéraire grecque, bi-mensuelle, composée de deux feuilles typographiques in-8°. Le premier numéro annonce en guise de manifeste :

Hermes ho logios, 1er janvier 1812, n°1.
Source ANNO/Österreichische Nationalbibliothek.

Cette revue littéraire paraît alors pour la première fois, à la demande et en partie aux frais de la Société littéraire et du Lycée grec, nouvellement fondée à Bucarest, dans le but de donner des nouvelles littéraires concernant surtout les sciences, les observations sur la langue grecque, les rapports des phrases et des dialectes des langues modernes et du grec ancien, et la détermination même de la langue grecque moderne et d’annoncer l’édition des nouveaux livres grecs et étrangers ayant un rapport avec la littérature grecque, les inventions modernes artistiques et scientifiques, l’archéologie, la géographie, l’histoire, la chronologie, la finance et tout ce qui peut instruire.

Le succès de Logios Ermis de Vienne a encouragé les grécophones résidant à Paris et on voit paraître en 1818 Athina. L’année suivante parut un autre journal en grec, Melissa, tous les deux très éphémères. À cette époque, le nombre des grécophones à Paris était très restreint et par conséquent insuffisant pour faire vivre un journal. Presque un siècle plus tard, les déplacements de populations engendrées pendant la Première Guerre mondiale et au lendemain du traité de Lausanne (1923)11 donnent lieu à l’installation d’une communauté hellénophone à Paris et à la parution d’un nouveau journal en grec. Il s’agit du journal Agon, édité par Loukas Kastanakis, le frère de l’écrivain Thrassos Kastanakis qui immortalisa dans ses romans l’ambiance de la ville de Paris des années folles12.

Agon, BULAC, cote BIULO PER.105.
Agon, BULAC, cote BIULO PER.105.

Dans ce journal, il y avait environ une trentaine de publicités en moyenne dans chaque numéro dans les années 1920. Dans ce kaléidoscope publicitaire, un licencié en droit de la Faculté de Paris proposait aux Grecs de la capitale ses services pour les mettre au courant de la législation sur les assurances sociales, la compagnie Demetre avenue du Maine s’apprêtait à chausser ses clients grécophones, alors que du côté de la Place Blanche, Sophie se vantait d’être la seule chapelière capable de fournir les élites grecques ou internationales avec les derniers modèles parisiens et que le restaurant « Ai Athinai », s’adressant à tous les gourmets (καλοφαγάδες) du quartier latin, annonçait l’arrivée d’un chef de Constantinople !

Ces documents en dehors de leur aspect anecdotique, constituent des sources passionnantes et intéressantes pour l’écriture  de cette presse allophone, nous permettant également d’étudier plusieurs aspects de la vie sociale, économique et culturelle d’une communauté linguistique, et de la place qu’elle occupe ou de la manière dont des liens sont tissés entre ses membres et le reste de leurs concitoyens, dans une société où sa langue n’est pas reconnue comme officielle. Dans une telle perspective, l’étude de la presse allophone, participe aussi bien à compléter la connaissance de la presse publiée sur les territoires délimitant les États actuels, qu’à nous informer sur la construction par strates successives de palimpsestes mémoriels à l’origine de nos sociétés présentes, composées d’héritages géo-historiques et sociolinguistiques multiples.

Agon. BULAC, cote BIULO PER.105.

  1. Les deux frères se sont installés à Vienne en 1776. Au départ, Poulios intégra le service du fisc alors que Georges s’impliqua dans des activités commerciales. À partir de 1790, ils s’investirent dans l’imprimerie et l’édition de livres. Après avoir travaillé pendant deux ans à côté de Joseph Baumeister, précepteur des jeunes princes diadoques de la Maison des Habsbourg, les deux frères ont assumé la gestion de son imprimerie. []
  2. Il s’agit du journal intitulé Serbskija Novini publié entre le 14 mars 1791 et le 31 décembre 1792. Ce journal était imprimé dans l’imprimerie de Joseph Edlen von Kurzbek, avec comme rédacteurs et éditeurs les deux frères Markidis-Pouliou. Paru chaque mardi et vendredi, il s’apparentait à plusieurs égards au journal édité en grec pendant cette même période. Suite à la publication du journal Slaveno – Serbskija Vjedomosti, par Stefan Novacovic qui obtint l’apanage d’édition d’un journal en serbe, il cessa sa parution. []
  3. En 1791, le journal publie en plusieurs numéros la Déclaration universelle des droits de l’Homme ainsi que le texte de la Constitution révolutionnaire. []
  4. « τοις φιλέλλησι μίαν γαζέτταν (τζάιτουγγ) εις την απλή ρωμαίκην γλώσσαν, η οποία δεν είναι άλλο τι, παρά μια καθημερινή ιστορική διήγησις των πραγμάτων, όχι μόνον των παρόντων, αλλά και απερασμένων και μελλόντων, ήτις και Εφημερίς θέλει ονομασθή, της οποίας η διήγησις θέλει είναι μια εκλογή αξιοδιηγήτων
    πραγμάτων, όχι μόνον πολεμικών αλλά και πολιτικών και μάλιστα οικονομικών » []
  5. Rigas Velestinlis ou Feraios, a fait la connaissance des frères Pouliou, à l’occasion de son premier séjour à Vienne en 1790. Son livre, Σχολείον των ντελικάτων εραστών (École des amants délicats), ainsi que son manifeste révolutionnaire, furent imprimés dans leur imprimerie. Sur Rigas Velestinlis et les Lumières en Europe du Sud-est, voir les Actes du colloque sous l’égide de l’UNESCO, Rigas Velestinlis, 1757-1798 : intellectuel et combattant de la liberté, Paris, Unesco, 2002 (cote BULAC : BIULO GEN.III.77032), Émile Legrand, Documents inédits concernant Rhigas Velestinlis et ses compagnons de martyre, tirés des archives de Vienne en Autriche, Paris, 1892 (cote BULAC : BIULO DD.IV.76), et Paschalis Kitromilidis, Ρήγας Βελεστινλής : Θεωρία και πράξη (Théorie et actions), Athènes, éditions du Parlement grec, 1998 (cote BULAC : BULAC MON 8 16226). []
  6. Il s’agit d’un travail collectif, qui répertorie en quatre volumes la majorité des journaux publiés en Grèce (dans plusieurs langues) ou en grec à travers le monde, depuis le XVIIIe siècle jusqu’à la fin du XXe siècle. Voir Loukia Droulia, Gioula Koutsopanagou (dir.), Εγκυκλοπαίδεια του Ελληνικού Τύπου, 1784-1974 (Encyclopédie de la Presse grecque, 1784-1974), Athènes, Centre national de recherches, 2008. []
  7. Sur le phénomène d’émigration depuis la Grèce, voir Dimitris Tziovas, Greek diaspora and migration since1700 : society, politics, and culture, Surrey, Ashgate, 2009 (cote BULAC : 15GR 912.1 TZI G). []
  8. L’émigration aux États-Unis d’Amérique, donne lieu à la publication d’Atlantis, le premier et le plus important des journaux en grec édités en Amérique. Il fit sa première apparition à New-York en 1894 comme hebdomadaire pour devenir dix ans plus tard quotidien de plusieurs pages. C’est pour ce journal qu’ont été fabriquées les premières machines linotypes grecques, introduites par la suite en Grèce pour les journaux d’Athènes. []
  9. Pour une présentation panoramique des séquences de la question d’Orient entraînant des déplacements forcés de populations, voir Stéphane Yerasimos, Questions d’Orient : frontières et minorités, des Balkans au Caucase (cote BULAC : BIULO GEN.IV.8745). []
  10. On voit ce scénario se répéter suite à l’avènement de la dictature des colonels entre 1967 et 1974. []
  11. Au bord du lac de Lausanne, dans le château d’Ouchy, fut scellé un jour de janvier 1923, le destin de quasi deux millions de personnes. À cette occasion, les délégations grecque et turque signèrent une convention imposant un échange d’individus entre leurs pays respectifs. Cette convention établie dans le cadre du traité de paix de Lausanne, ratifié en juillet de la même année, mettait fin à une guerre qui avait duré trois ans entre 1919 et 1922. Les critères arrêtés furent d’ordre confessionnel, conduisant des musulmans et des chrétiens orthodoxes, d’un côté et de l’autre de la Mer Egée, à abandonner immédiatement et définitivement leurs lieux d’habitation sur des territoires inclus dans les nouvelles frontières de l’État grec et dans l’espace de la République turque. Voir Bruce Clark, Twice a stranger: how mass expulsion forged modern Greece and Turkey, London, Granta Books, 2006 (cote BULAC : 23TR 306.7 CLA). []
  12. Sur le séjour parisien de Thrassos Kastanakis, voir : Nicolas Pitsos, « Un Stambouliote dans le Paris des années folles : cosmopolitisme et érotisme dans l’œuvre de Thrassos Kastanakis » dans Le Carreau de la BULAC, 7 septembre 2018, https://bulac.hypotheses.org/7686 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.