Disparition de Gilbert Lazard, figure majeure des études iraniennes

Grand savant et figure majeure de l’iranologie et de la linguistique, membre de l’Institut, Gilbert Lazard nous a quittés le 6 septembre, à l’âge de 98 ans. Il a marqué de son empreinte plusieurs générations de chercheurs et d’étudiants. Maître irremplaçable, il nous semblait Immortel.

Gilbert Lazard à l’Institut de France en 2010 à l’occasion de son 90e anniversaire (Photographie : P. Samvelian)

Sa grammaire du persan contemporain, publiée en 1957 et rééditée en 2006, reste encore aujourd’hui une des meilleures descriptions de la langue persane. Ouvrage à usage pédagogique, il n’en demeure pas moins un travail de référence pour la communauté des chercheurs travaillant sur le persan ; il a été traduit en anglais et en persan. Il en va de même de son dictionnaire persan-français, publié en 1990, réédité en 2017, indispensable à toute personne qui fait l’apprentissage du persan.

Gilbert Lazard était également un éminent spécialiste des langues iraniennes anciennes (vieux-perse, pehlevi, avestique, sogdien) et un passionné de toutes les langues et parlers iraniens – la dialectologie iranienne lui restera à jamais redevable.

Convaincu que la description des langues ne pouvait se faire sans s’interroger sur les spécificités du langage humain en général, il s’était très tôt intéressé à la linguistique générale, comme en témoignent ses nombreux articles et ouvrages, en particulier L’Actance, publié en 1994.

La création d’une bibliothèque consacrée aux langues et littératures iraniennes en 1951 est le fruit de ses efforts pour la promotion des études iraniennes en France. Soixante ans après sa création, cet ensemble documentaire sur le monde iranien a été enrichi d’un don exceptionnel de la part de Gilbert Lazard. Plus de 1500 ouvrages de sa bibliothèque personnelle sont venus étoffer le fonds persan de la Bulac. En février 2015, une soirée d’hommage lui a été consacrée, en sa présence : « Gilbert Lazard et les études iraniennes : une bibliothèque remarquable »

Bien qu’il ne se soit jamais défini lui-même que comme linguiste, Lazard est resté un ami fidèle de la culture littéraire persane. Il a revu et publié des extraits de la traduction du Livre des Rois  par Jules Mohl et on lui doit d’admirables traductions de quatrains attribués à Omar Khayyâm, comme Cent un quatrains de libre pensée et des odes de Hâfez intitulées Cent un ghazals amoureux.

Sa vie même était un miroir de notre conscience historique du vingtième siècle. Normalien à vingt ans, arrêté à 24 ans par la Gestapo, il passera plus d’un an dans le camp de concentration de Dachau, où il côtoiera la mort.

Rendons-lui hommage par ce quatrain, qu’il avait si bien rendu en français, une sorte de testament pour cet humaniste exigeant, grand amoureux de la vie et de la beauté.

Boire frais et vivre à l’aise — sans souci, telle est ma loi ;

Ni dévotion ni blasphème, — liberté telle est ma foi.

Quel présent veux-tu de moi —  pour gage ? ai-je demandé

À la Vie mon épousée. — Mon seul gage, c’est ta joie !

(O. Khayyâm, Cent un quatrains de libre pensée, Paris, Gallimard, 2002)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.